L'Épine (Vendée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Épine.
L'Épine
La mairie.
La mairie.
Blason de L'Épine
Blason
L'Épine (Vendée)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Canton Saint-Jean-de-Monts
Intercommunalité Communauté de communes de l’Île-de-Noirmoutier
Maire
Mandat
Dominique Chantoin
2014-2020
Code postal 85740
Code commune 85083
Démographie
Population
municipale
1 650 hab. (2014)
Densité 190 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 46″ nord, 2° 16′ 01″ ouest
Altitude 3 m (min. : 0 m) (max. : 17 m)
Superficie 8,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de la Vendée
City locator 14.svg
L'Épine

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
L'Épine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Épine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Épine

L'Épine est une commune française située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Épine est une commune de l'île de Noirmoutier en Vendée. Il s'agit du troisième port de l'île.

Cette commune, très étirée, se trouve au centre de l'île. Elle jouxte la commune de La Guérinière.

Le territoire municipal de L’Épine s’étend sur 869 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 3 mètres, avec des niveaux fluctuant entre 0 et 17 mètres[1],[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lieu planté d'aubépine ou épine blanche. De grande longévité cette aubépine était souvent utilisée comme limite entre deux propriétés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1790, elle était « annexe » de la paroisse de Noirmoutier.

En 1919, L'Épine prend son indépendance à l'égard de la commune de Noirmoutier pour se constituer en commune à part entière[3].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au vaisseau d'or, le petit hunier chargé d'un cœur vendéen de gueules, voguant sur une mer d'argent, surmonté de cinq casques aussi d'or tarés de profil ordonnés en chevron, chapé du même chargé à dextre d'une colombe contournée du champ et à senestre d'une couleuvre du même posée en pal.

Le nom même de l’Epine orientera la forme du blason avec cette pointe vers le haut et les rameaux d’ajoncs fleuris. Dans les textes les plus anciens, les habitants de l’Epine se disaient « laboureur et saunier ». Ce sont les marais salants qui permirent jadis aux Épinerins de survivre. Le souvenir des marais salants est perpétué par la devise latine de l’Epine « Mari, Sole, Vento », par la mer, par le soleil et par le vent ; c’est en effet le secret de la production du sel. Une partie du blason est gris argent, la couleur du sel marin, l’autre moitié est bleue comme la mer qui nous entoure. En 1936 l’Epine comptait 320 marins et 92 bateaux. Pour réaffirmer la vocation maritime de la commune, le blason porte une grande nef d’or. Sur le petit hunier le cœur vendéen montre l’appartenance du village à la Vendée. Dans la longue histoire de la commune, deux familles ont particulièrement marqué l’Epine. D’abord, les Commard de Puylorson, qui en1683 ont fait construire une première chapelle et qui dès 1700 ont mis toute leurs forces pour que l’Epine devienne une paroisse indépendante. IL faudra attendre 1807 pour que cet espoir s’accomplisse. Puis les Joubert des Ouches, qui en 1773 achetèrent huit hectares au centre du village pour construire le manoir « Monplaisir qui est devenu la mairie actuelle. Le blason des Commard portait deux colombes et une couleuvre avec pour devise « soyez prudents comme les serpents et simples comme les colombes ». En leur honneur, le blason de l’Epine porte une colombe et une couleuvre. L’écu des Joubert se lisait « D’argent au chevron d’azur, chargé de cinq casques d’or... ». En mémoire d’eux, le blason de l’Epine porte sur fond d’azur, cinq casques d’or posés en chevron. Ces cinq casques d’or qui surmontent la nef sont l’affirmation historique de la victorieuse résistance active ou passive des Épinerins, contre tous les malheurs que l’histoire a fait fondre sur eux : les attaques des tempêtes, mais aussi les innombrables invasions étrangères des Sarrasins aux Normands, des Anglais aux Hollandais et de tant d’autres.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de L'Épine : Mari Sole Vento.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire des maires de France.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Jean-Marie Palvadeau Divers gauche fonctionnaire
mars 2008 mars 2014 Jean Gautier[4]    
mars 2014 en cours Dominique Chantoin Divers droite retraité
Les données manquantes sont à compléter.

L'Épine fait partie de la Communauté de communes de l'Île-de-Noirmoutier regroupant également Barbâtre, La Guérinière et Noirmoutier-en-l'Île.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1921. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 650 habitants, en diminution de -4,46 % par rapport à 2009 (Vendée : 5,39 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 599 1 592 1 502 1 453 1 481 1 654 1 640 1 660 1 585
1982 1990 1999 2008 2013 2014 - - -
1 568 1 653 1 685 1 709 1 655 1 650 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (34,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,7 %, 15 à 29 ans = 13,3 %, 30 à 44 ans = 17,3 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 32,2 %) ;
  • 51,7 % de femmes (0 à 14 ans = 13,7 %, 15 à 29 ans = 10,9 %, 30 à 44 ans = 17,8 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 36,8 %).
Pyramide des âges à L'Épine en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90 ans ou +
0,2 
9,2 
75 à 89 ans
13,3 
22,9 
60 à 74 ans
23,3 
22,4 
45 à 59 ans
20,8 
17,3 
30 à 44 ans
17,8 
13,3 
15 à 29 ans
10,9 
14,7 
0 à 14 ans
13,7 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Le port de Morin, au nord du bourg, est un important port de plaisance (850 emplacements), le deuxième de l'île de Noirmoutier après celui de l'Herbaudière.
  • Océanile est un centre de loisirs aquatiques sur le thème de la mer et des bateaux situé sur le site des Oudinières. Il comporte à l'intérieur : piscine, bains à remous, toboggan et pataugeoires ; et à l'extérieur : piscine à vagues avec toboggans, rivière à bouées, cascades, torrents, geyser, pentaglisse, bains à remous et pataugeoires.
  • Camping familial de la Bosse (deux étoiles).

Pêche[modifier | modifier le code]

Port de pêche.

Commerce[modifier | modifier le code]

  • 5 bars brasseries
  • 2 boulangeries
  • 1 tabac presse
  • 1 pizzeria
  • 1 crêperie
  • 1 alimentation de quartier
  • 1 grande surface
  • 1 hôtel
  • 1 pharmacie
  • 1 petit commerce d'accastillage de bateaux de plaisance
  • 1 petit atelier d'hivernage et réparation de bateaux de plaisance au port du Morin

Équipements et services[modifier | modifier le code]

  • Salle d'exposition "L'Atelier", a été aménagée dans les anciens ateliers municipaux, d'où son nom. Des expositions de peintures sont les principales activités de cette salle.
  • Une aire de camping cars.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un des lieux les plus appréciés de cette petite commune est le Bois des Eloux, où se situe le point culminant de l'île.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 22610 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « L’Épine », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. Fiche de Barbâtre sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui
  4. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Insee.
  10. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 13 mai 2011)


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :