Le Perrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Perrier
Le Perrier
Blason de Le Perrier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Les Sables-d'Olonne
Intercommunalité Communauté de communes Océan marais de Monts
Maire
Mandat
Rosiane Godefroy
2020-2026
Code postal 85300
Code commune 85172
Démographie
Gentilé Prérois
Population
municipale
2 056 hab. (2019 en augmentation de 8,38 % par rapport à 2013)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 15″ nord, 1° 59′ 30″ ouest
Altitude m
Min. 0 m
Max. 4 m
Superficie 33,00 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Challans
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Jean-de-Monts
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Le Perrier
Géolocalisation sur la carte : Vendée
Voir sur la carte topographique de la Vendée
City locator 14.svg
Le Perrier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Perrier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Perrier
Liens
Site web Site officiel

Le Perrier est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire municipal du Perrier s’étend sur 3 300 hectares. L’altitude moyenne de la commune est de 1 mètre, avec des niveaux fluctuant entre 0 et 4 mètres[1],[2]. La commune est située au cœur du Marais Breton Vendéen.

Cette commune est située à 6 km de Saint-Jean-de-Monts et à 10 km de Challans.

Le Perrier est située pour 90 % de son territoire en zone Natura 2000.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Perrier est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Challans, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 12 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (97 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (90,4 %), zones urbanisées (5,3 %), zones agricoles hétérogènes (4,3 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du Perrier est marquée par trois événements :

  • Le passage de Louis XIII en , allant défaire à Riez l'armée protestante de Soubise[10].
  • Pendant les Guerres de Vendée, à la fin du mois de , à l'appel de Charette, Jean-Nicolas Stofflet se réunit à lui avec ses troupes au village de la Bésilière, dans la paroisse de Legé. Les républicains commandés par le général Jacques Dutruy s'étaient emparés du marais du Perrier, de ses moissons et de ses 50 000 bêtes à cornes[11]. Il était important pour les Vendéens de reprendre ce territoire afin de ravitailler leurs troupes. Le , Charette part le premier et bat le bataillon d'Ille-et-Vilaine commandé par l'adjudant-général Brière à la bataille de Mormaison. Stofflet, parti à son tour, est cependant affaibli en route par un affrontement dans lequel il perd ses vivres et une partie de ses munitions. Néanmoins les Vendéens, bientôt rejoints par les troupes de Sapinaud, se mettent en marche sur Challans à quelques kilomètres du Perrier avec l'intention de prendre la ville. L'incendie du village du Perrier et le massacre de ses habitants, fidèles à leur religion et à leur souverain en , par les Colonnes infernales de Turreau, suit les évènements précédents.
  • La chasse des derniers rebelles vendéens par les soldats de l'Empire en , le , s'y déroula près du Perrier, le combat des Mathes, qui opposa les Vendéens aux troupes impériales de Napoléon, lequel était revenu sur le trône lors des Cent Jours. Au cours de ce combat, Louis de la Rochejacquelein, frère de monsieur Henri, fut tué[12].

En , les gendarmes de Saint-Jean-de-Monts ont consigné dans le registre des procès-verbaux une histoire étrange. Dans une maison de la commune du Perrier se produisent des phénomènes inexplicables. La maîtresse de maison, qui a l’habitude de classer des images pieuses dans une armoire, les retrouve chaque jour éparpillées dans la pièce. Certaines sont même collées contre un portrait qui est sur la cheminée. Des papiers écrits, font leur apparition à chaque fois qu’un malheur va frapper ! Que ce soit pour la grange qui part dans un incendie ou une meule de foin qui prend feu, à chaque fois, la veille, le message mystérieux : « Un malheur va t’arriver ! » apparaît sur une table. La gendarmerie ne trouvant aucune solution à ce problème, ne peut que consigner les faits. Mais dans le village tous parlent d’un mauvais livre qui circulerait dans certaines mains.

De nos jours, Le Perrier est une commune qui développe un éco-tourisme. Un site "Domaine Le Jardin du Marais" est labellisé Clé Verte premier label environnemental international

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De sinople à la fasce ondée d'argent sur laquelle est posée une yole et ses deux passagers, maraîchine assise et maraîchin ninglant, le tout d'argent, accompagnée en pointe d'une croix fleurdelysée d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1959 François Berthomé    
mars 1977 mars 1989 Louis Vrignaud    
mars 1989 mars 2001 Michel Couton   Artisan maçon
Maire honoraire, ancien premier adjoint
mars 2001 mars 2008 Viviane Raballand DVD Agricultrice
mars 2008 En cours Rosiane Godefroy DVD Retraitée de l'hôtellerie-restauration
Réélue en 2014 et 2020

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[14].

En 2019, la commune comptait 2 056 habitants[Note 3], en augmentation de 8,38 % par rapport à 2013 (Vendée : +4,57 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3001 4001 5381 7161 5831 6251 6141 7141 791
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7941 7621 7671 8011 8331 8821 9902 0012 055
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9731 9591 9321 7351 7281 6711 6291 5351 398
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 3101 2571 2181 3851 5321 5061 7611 7971 869
2017 2019 - - - - - - -
2 0232 056-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 31,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 31,6 % la même année, alors qu'il est de 31,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 003 hommes pour 1 040 femmes, soit un taux de 50,91 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,16 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
3,1 
7,8 
75-89 ans
8,9 
21,0 
60-74 ans
21,5 
17,9 
45-59 ans
19,5 
18,1 
30-44 ans
18,1 
14,8 
15-29 ans
13,1 
19,4 
0-14 ans
15,9 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2018 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,4 
75-89 ans
11 
19,5 
60-74 ans
20,4 
20 
45-59 ans
19,4 
18 
30-44 ans
17,1 
14,9 
15-29 ans
13,2 
18,5 
0-14 ans
16,8 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de la Transfiguration-de-Notre-Seigneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Commune 30665 », Géofla, version 2.2, base de données de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la France métropolitaine, 2016 [lire en ligne].
  2. « Le Perrier », Répertoire géographique des communes, fichier de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) sur les communes de la Métropole, 2015.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duChallans », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. « Plan de Lisle de Perié et de Rié avec la Représentation de l'armée du Roy, 1622 », sur Gallica, (consulté le ).
  11. Émile Gabory, Les Guerres de Vendée, Robert Laffont, 1912-1931 (réimpr. 2009), p. 396.
  12. http://www.leperrier.fr/histoire
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune du Perrier (85172) », (consulté le ).
  18. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Vendée (85) », (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]