Janine Chasseguet-Smirgel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Janine Chasseguet-Smirguel)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Janine Chasseguet-Smirgel
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Prix Gay-Lussac Humboldt ()
Sigourney Award (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Janine Chasseguet-Smirgel est une psychanalyste française, née en 1928 à Paris et morte le dans la même ville. Elle a été membre de la Société psychanalytique de Paris. Elle est notamment connue pour ses travaux sur l'idéal du moi et ses idées sur la sexualité féminine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Janine Chasseguet-Smirgel a fait des études en sciences politiques, puis un DESS et un doctorat de psychologie. Elle est née de parents originaires d'Europe centrale. La guerre a vu une grande partie de sa famille décimée, par déportation, misère et persécution antisémite.

Ses idées politiques[modifier | modifier le code]

Son soutien au Parti communiste s'interrompt en 1956, lors des événements de l'Insurrection de Budapest et de sa répression. Cet engagement est souvent méconnu, notamment en raison d'un livre controversé qu'elle a écrit avec son mari Bela Grunberger, L'univers contestationnaire qui est une analyse du gauchisme de 1968.

Positions et recherches[modifier | modifier le code]

Elle analyse et critique parmi les premières, les positions « sur la primauté de l'organe viril » dans les théories de Freud sur la sexualité[1] tout en s'écartant des positions de Karen Horney[2]. Son livre Le corps comme miroir du monde est un exemple des positions qu'elle défendait notamment contre les idées de Wilhelm Reich contre lequel elle avait déjà écrit avec son mari[3]. Elle se montre critique à l'égard des idées de Lacan[4]. Dans la même veine, elle s'en prend à la vision actuelle sur la sexualité et l'indifférenciation des sexes qu'elle ramène à « la haine du féminin maternel »[5].

Elle a occupé des responsabilités dans des organismes psychanalytiques dépendants de l'Association psychanalytique internationale et à la Société psychanalytique de Paris. Elle a présenté le rapport soumis à discussion au XXXIIIe Congrès des Psychanalystes de Langues Romanes sur l'Idéal du Moi de 1973 dont les actes furent publiés dans la Revue française de psychanalyse: « Essai sur l'Idéal du Moi. Contribution à l'étude psychanalytique de " la maladie d'idéalité " »[6].

Janine Chasseguet-Smirgel a aussi étudié les rapports entre la perversion et la création[7].

Elle est intervenue en Grande-Bretagne, aux États-Unis d'Amérique; notamment autour de ses idées sur la sexualité féminine.

Elle est souvent décrite comme une personne « engagée » et « passionnée » par la psychanalyse qu'elle a pratiquée de manière régulière et suivie[8].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Collectif, La sexualité féminine, Paris, Payot, 1964; réédition Paris, Payot-Rivages, 2006, (ISBN 2-228-88439-1).
  • avec Bela Grunberger, L'univers contestationnaire, Paris, Payot, coll. "PBP", 1969; réédition, Paris, In Press, 2004, (ISBN 2-84835-044-X).
  • Pour une psychanalyse de l'art et de la créativité, Paris, Payot, 1971; éd. poche, Paris, Payot, coll. "PBP", 1977.
  • « Essai sur l'Idéal du Moi. Contribution à l'étude psychanalytique de " la maladie d'idéalité " », Rapport présenté au XXXIIIe Congrès des psychanalystes de langues, dans Revue française de psychanalyse, Tome XXXVII - Sept.-Déc.1973, « XXXIIIe Congrès des psychanalystes de langues romanes L'Idéal du Moi », Presses universitaires de France, [lire en ligne].
  • avec Bela Grunberger, Freud ou Reich. Psychanalyse et illusion, Paris, Tchou, 1976, coll. "Les Abysses".
  • Sous la direction, Les stades de la libido, Paris, Tchou, 1978, (ISBN 2-7107-0083-2).
  • Collectif, Au-delà du traumatisme et du fétiche avec des textes de Gérard Haddad, Jean-Pierre Winter, Revue européenne et de culture juive, no 27, « Psychanalyse et judaïsme », Pardès, 2000, (ISBN 2-912404-30-4).
  • Le cri des enfants sans voix : l'Holocauste et la deuxième génération, une perspective psychanalytique, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 2001.
  • Le corps comme miroir du monde, Paris, PUF, 2003, (ISBN 2-13-053922-X).
  • Les deux arbres du jardin : essais psychanalytiques sur le rôle du père et de la mère dans la psyché, Paris, Éditions des Femmes, 2005, (ISBN 2-7210-3593-2).
  • Éthique et esthétique de la perversion, Seyssel, Champ Vallon, 2006, (ISBN 2-87673-446-X).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sigmund Freud : Trois essais sur la théorie sexuelle, Ed.: Presses Universitaires de France, Coll.: Quadrige Grands textes, 2010, (ISBN 2130579531)
  2. Janine Smirgel, La Sexualité féminine : recherches psychanalytiques nouvelles, Paris, Payot, (réimpr. 2006) (1re éd. 1964) (ISBN 2228884391)
  3. avec Bela Grunberger : Freud ou Reich. Psychanalyse et illusion, éd. Tchou, coll. Les Abysses, 1976
  4. Dominique Bourdin, Janine Chasseguet-Smirgel, PARIS, PUF, coll. « Psychanalystes d'aujourd'hui », (ISBN 2130498264)
  5. Janine Smirgel, Le corps comme miroir du monde, Paris, Presses universitaires de France, (ISBN 213053922X)
  6. Sur le XXXIIIe Congrès des Psychanalystes de Langues Romanes de 1973 [lire en ligne].
  7. Georges Pragier, Le Monde, 14 mars 2006.
  8. Dominique Bourdin : ibido