Karen Horney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (octobre 2015).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Karen Horney
Portrait de Karen Horney

Voir et modifier les données sur Wikidata

Biographie
Nom de naissance Karen Danielsen
Naissance
à Blankenese (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
à New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) Allemande puis américaine
Enfant(s) Brigitte HorneyVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Études Médecine
Psychanalyse
Formation Université de Fribourg-en-Brisgau et université Humboldt de BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Titres Doctorat
Profession(s) Psychanalyste, psychiatre, auteur de non-fiction (d) et psychologueVoir et modifier les données sur Wikidata
Approche Psychanalyse
Œuvres principales
  • La Psychologie de la femme (1967)
  • La Personnalité névrotique de notre temps (1937)
  • Neurosis and Human Growth (1950)

Karen Horney, née le à Blankenese dans la banlieue de Hambourg, et morte le à New York est une psychiatre et psychanalyste américaine d'origine allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle naît dans une famille protestante, son père est un capitaine de la marine marchande d'origine norvégienne et naturalisé allemand, et sa mère est néerlandaise. Karen étudie la médecine à Fribourg, Göttingen et Berlin. Elle se marie avec Oscar Horney et ils ont trois enfants. Elle fait une analyse à Berlin avec Karl Abraham en 1910, puis avec Hanns Sachs. En 1920, elle est membre fondateur de l'Institut psychanalytique de Berlin.

Article détaillé : Institut psychanalytique de Berlin.

Elle émigre aux États-Unis en 1932, d'abord à Chicago où elle est invitée par Franz Alexander à devenir directrice associée du Chicogo Psychoanalytic Institute qu'il vient de créer, puis en 1934, à New York où elle devient membre du New York Psychoanalytic Institute. Elle participe à la fondation de la revue The American Journal of Psychoanalysis (en).

Elle s'écarte de l'orthodoxie freudienne, ce qui provoque des critiques et lui vaut son exclusion de l'Institut psychanalytique new-yorkais, et son nom reste lié à l'école culturelle, auxquels appartiennent également Erich Fromm, Harry Stack, Clara Thompson ou Abraham Kardiner. Elle fonde avec plusieurs psychanalystes l'Association pour le progrès de la psychanalyse et organise l'American Institute for Psychoanalysis (1941). Elle a apporté ses visions personnelles sur la sexualité féminine et sur la technique. On lui a aussi reproché d'avoir gardé contact avec Matthias Göring jusqu'en 1937, date où elle lui a fait envoyer un exemplaire de son livre sur la personnalité névrotique.

Névrose[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Tout d'abord, elle a défini ainsi le concept de « névrose »:, il s'agit pour elle d'un moyen de régler des conflits internes, qui, sans cela, pourraient avoir des conséquences dramatiques (fortes angoisses, tendances suicidaires, agressivité incontrôlée, etc. Voici la liste des dix besoins névrotiques « élémentaires » qu'elle a répertoriés :

  1. le besoin d'affection, d'appréciation de la part des autres
  2. le besoin d'un partenaire (idée que l'amour résout tous les problèmes)
  3. le besoin de restreindre sa vie à un ensemble étriqué (envie de se contenter d'un absolu minimum, idée que « rien ne manquera » à son bonheur)
  4. le besoin de pouvoir, de contrôle des autres, de paraître omnipotent
  5. le besoin d'exploiter les autres, d'en retirer le meilleur
  6. le besoin de reconnaissance sociale, de prestige
  7. le besoin d'admiration personnelle (se sentir important et digne de valeur)
  8. le besoin de réussite personnelle
  9. le besoin d'indépendance (auto-suffisance)
  10. le besoin de perfection

Ces dix besoins névrotiques peuvent se regrouper en trois grands axes de réponse aux problèmes :

  • aller vers les autres (move « toward » others) (deux premiers besoins)

Conformité : les besoins un et deux sont regroupés dans la catégorie « mise en conformité ». C'est le processus consistant à « aller vers les gens », ou effacement de soi. Selon Horney, des enfants confrontés à des difficultés avec leurs parents ont souvent recours à cette stratégie. La peur de l'impuissance et de l'abandon apparaît - phénomènes que Horney désigne comme « anxiété de base ». Les personnes relevant de la catégorie « conformité » ont tendance à présenter des besoins d'affection et d'approbation de la part de leurs pairs. Ils peuvent également chercher un partenaire, quelqu'un à qui se confier, en croyant que tous les problèmes de la vie vont être résolus par la nouvelle cohorte. Un manque d'exigence et un désir de discrétion se produisent chez ces personnes.

  • aller contre les autres (move « against » others) (besoins 4 à 8)

Agression : les besoins quatre à huit ont été regroupés dans la catégorie « agression », également appelée « mouvement contre les autres », ou solution « expansive ». Les enfants ou les adultes névrosés de cette catégorie présentent souvent de la colère ou de l'hostilité de base contre ceux qui les entourent. Autrement dit, il y a un besoin de pouvoir, un besoin de contrôle et d'exploitation et l'affichage d'une façade d'omnipotence. Manipulation mise à part, selon Horney, l'individu agressif peut également souhaiter la reconnaissance sociale, pas nécessairement la célébrité, mais simplement être connu (éventuellement craint) de subordonnés et aussi de pairs. En outre, la personne a besoin d'une certaine admiration personnelle de la part des membres de son cercle social et, enfin, pour ses réalisations personnelles. Ces caractéristiques forment le type névrotique « agressif ». Les « agressifs » ont tendance à repousser les autres loin d'eux. En outre, ils se soucient seulement de leurs propres désirs et besoins. Ils font tout ce qu'ils peuvent pour être heureux et n'hésitent pas à blesser les autres.

  • fuir les autres (move « away » from others) (besoin 3 et 9-10)

Détachement : les besoins huit à dix ont été regroupés dans la catégorie « détachement », également appelée « fuir les autres » ou solution « démission » ou personnalité indépendante. Quand ni l'agression, ni la conformité n'ont pu résoudre l'indifférence parentale, Horney estime que les enfants peuvent tout simplement essayer de devenir autosuffisants. Le névrosé en retrait peut ne pas tenir compte des autres d'une manière non agressive, considérant la solitude et l'indépendance comme le moyen d'avancer. Des besoins impérieux de perfection constituent une autre caractéristique de cette catégorie ; ceux qui se retirent peuvent vouloir tendre à la perfection par-dessus tout, au point où la moindre imperfection est totalement inacceptable. Tout ce qu'une personne « détachée » fait se doit d'être inattaquable et raffiné. Ils répriment ou nient tous sentiments envers les autres, en particulier l'amour et la haine.

Anxiété et hostilité[modifier | modifier le code]

Dans le domaine du développement, elle a établi que les deux émotions négatives élémentaires, l'anxiété de base (basic anxiety) et l'hostilité de base (basic hostility), venaient de l'attitude des parents envers l'enfant, l'indifférence parentale se traduisant en anxiété de base, et le ressentiment envers un des parents en hostilité de base.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'auto-analyse, 1942, Paris, Stock, 1953.
  • La Personnalité névrotique de notre temps, Éd. de L'Arche, 1997 (ISBN 2851812076)
  • Les voies nouvelles de la psychanalyse, Paris, L'Arche, 1951
  • (Recueil d'articles) La psychologie de la femme, Payot-poche, 2002 (ISBN 2228895067)
  • Nos conflits intérieurs, 1945, Paris, L'Arche, 1997 (ISBN 2851813013)
  • Neurosis and Human Growth, New York, W.W. Norton, 1950.
  • Dernières conférences, Éditions des Femmes, 1992 (ISBN 2721004166)
  • Les Introuvables d'Hélène Deutsch. Cas cliniques et autoanalyse (1918-1930), Éd. du Seuil, 2000 (ISBN 2020320541)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens extérieurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]