Éditions des femmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Femme (homonymie).
Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1972
Fondée par Antoinette Fouque
MLF
Fiche d’identité
Siège social Paris  (France)
Dirigée par Antoinette Fouque
Langues de publication Français
Site web www.desfemmes.fr

Les éditions des femmes sont une maison d'édition lancée en 1972, principalement par des femmes du collectif Psychanalyse et Politique animé par Antoinette Fouque, avec d'autres militantes du MLF, et financée par la mécène Sylvina Boissonnas[1]. Elles proposent des œuvres rédigées par des femmes, sur les femmes ou pour les femmes centrées sur les problématiques liées à l'émancipation des femmes, la création et la réflexion féminines, et proposent également des livres audio.

« C'est un pari, un risque pris, que des textes écrits par des femmes, fassent travailler la langue, y fassent apparaître, pourquoi pas, une différence sexuelle. »

— Antoinette Fouque, Le Débat

.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les statuts de la SARL Des femmes (une société composée de 21 sociétaires à parts égales) sont déposés en décembre 1972[2],[3],[4]. La première gérante est Yvonne Boissarie. Marie-Claude Grumbach (11 décembre 1940 -1er mai 2001) lui succède en juin 1974[5]. À partir de 1979, les cessions de parts se font au profit des sociétaires Antoinette Fouque, Sylvina Boissonnas et Marie-Claude Grumbach, ce qui « représente un changement important car l'égalité qui était à la base de la S.A.R.L. est rompue[6]. »

Le catalogue[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Les éditions des femmes publient des auteurs français et étrangers, ainsi que des « écrits d'hier ». Les différentes collections sont orientées vers les sciences humaines (psychanalyse, sociologie, philosophie, histoire), la fiction, la biographie, les correspondances, la poésie, le théâtre, le récit (témoignages, mémoires), et aborde des thèmes multiples : condition féminine, lesbianisme, féminisme, histoire des femmes…

Un des premiers succès de librairie est Hosto Blues de Victoria Thérame et le premier best-seller est Du côté des petites filles d'Elena Gianini Belotti, traduit de l'italien[7],[8].

Entre 1974 et 1979, l'écrivain Hélène Cixous publie huit titres de fiction, Souffles ; Portrait de Dora ; Partie ; Angst ; Préparatifs de noces au-delà de l'abîme ; Le Nom d'Œdipe, Chant du corps interdit ; Anankè et Vivre l'orange[9].

En 1993, sort un album de photos Catherine Deneuve, Portraits choisis, Une actrice et 28 photographes pour la lutte contre le sida, sous la responsabilité d'Antoinette Fouque et de Jean-Pierre Lavoignat pour Studio Magazine[10].

En décembre 2013, les Éditions des femmes publient le Dictionnaire universel des créatrices, dirigé par Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber.

Titres de presse[modifier | modifier le code]

Le groupe Des femmes publie également des journaux : Le Quotidien des femmes (parution irrégulière de novembre 1974 à juin 1976), Des femmes en mouvements magazine mensuel (de décembre 1977 à janvier 1979) puis hebdomadaire (101 numéros avec interruption, d'octobre 1979 à juillet 1982)[11].

Auteurs édités[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustives d'auteurs publiés par les éditions des femmes :

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive d'ouvrages récompensés :

Les livres audio[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bibliothèque des voix.

En 1980, Antoinette Fouque lance un collection de livres audio : « À l'époque, il n'y en avait pas en France et très peu, non plus, ailleurs. Je voulais dédier ces premiers livres parlants à ma mère, fille d'émigrants, qui n'est jamais allée à l'école, et à ma fille qui se plaignait encore de ne pas arriver à lire, et à toutes celles qui entre interdit et inhibition ne trouvent ni le temps, ni la liberté de prendre un livre. Je crois que par l'oreille on peut aller très loin… On n'a peut-être pas encore commencé à penser la voix. Une voix, c'est l'Orient du texte, son commencement. La lecture doit libérer, faire entendre la voix du texte - qui n'est pas la voix de l'auteur -, qui est sa voix matricielle, qui est dans lui comme dans les contes le génie est dans le flacon. Voix-génie, génitale, génitrice du texte. »

Parmi les interprètes les plus célèbres, on trouve de nombreux acteurs (Isabelle Adjani, Fanny Ardant, Pierre Arditi, Nathalie Baye, Charles Berling, Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Isabelle Huppert, Jeanne Moreau, entre autres) et des écrivain-e-s (Yves Bonnefoy, Jacques Derrida, Marguerite Duras, Julien Gracq, Nathalie Sarraute, par exemple).

Librairie et galerie des femmes[modifier | modifier le code]

La première librairie « Des femmes » est inaugurée à Paris le 30 mai 1974 au 68 rue des Saints-Pères[12], puis est transférée rue de Seine en 1981 et ferme en 1999. Cet espace comporte une galerie des femmes, animée par Marie Dedieu[13], et qui expose des artistes comme Sonia Delaunay, Milvia Maglione, Françoise Martinelli, Kate Millett, Michèle Knoblauch, Sophie Clavel, Tina Modotti, Claude Batho, Ilse Bing, Louise Nevelson, June Wayne (en), Popy Moreni, Marie Orensanz, Colette Alvarez-Urbajtel[14].

En 1976, une librairie des femmes est ouverte à Marseille, puis à Lyon en 1977, mais seront fermées ensuite.

La librairie parisienne a rouvert rue Jacob, et s'accompagne également d'un « espace des femmes » qui propose des expositions.

Des femmes filment[modifier | modifier le code]

En mars 1979, à Téhéran, Sylvina Boissonnas, Claudine Mulard, Michelle Muller et Sylviane Rey rejoignent la féministe américaine Kate Millett et la photographe canadienne Sophie Keir, et participent aux manifestations historiques des femmes iraniennes contre le port du voile islamique[15],[16],[17],[18]. Mouvement de libération des femmes iraniennes, Année Zéro, un court-métrage documentaire, réalisé avec des femmes iraniennes et produit par Des Femmes filment, est projeté à Paris à la salle de la Mutualité le 22 mars, et un extrait est diffusé dans le journal de 20 heures d'Antenne 2, le 28 mars[19],[20],[21].

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie Dizier-Metz, Histoire d'une femme, mémoire des femmes, La Bibliothèque Marguerite Durand, 1992.
  • Sylvina Boissonnas (dir.), Mémoire de femmes 1974-2004. Depuis 30 ans des femmes éditent…, éditions des femmes, 2006, troisième édition.
  • Bibia Pavard, Les Éditions Des Femmes. Histoire des premières années, 1972-1979, L'Harmattan, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bibia Pavard, Les éditions Des femmes, Histoire des premières années 1972-1979, L'Harmattan, 2005.
  2. Index des sources, Bibia Pavard, op. cit.
  3. « La société est une Sarl composée de 21 sociétaires à parts égales », Conférence de presse annonçant la sortie des trois premiers livres, 17 avril 1974, Catalogue Des femmes 1974-2004, p. 52-56
  4. Les 21 premières sociétaires des éditions Des femmes sont: Yvonne Boissarie, Thérèse Boissarie, Sylvina Boissonnas, Françoise Borie, Josiane Chanel, Françoise Clavel, Acacia Condès, Martine Dombrovsky, Brigitte Galtier, Fanny Gimborg, Antoinette Grugnardi Fouque, Catherine Grunfeder, Juliette Kahane, Marie Dedieu, Marie-Claude Grumbach, Raymonde Lecontel, Hélène Rouch, Elisabeth Salvarési, Marine Scarnati, Hélène Giraud, Claude Vacheret (Enregistrement SARL Des Femmes au Greffe du Tribunal de Commerce de Paris, 11 décembre 1972)
  5. Bibia Pavard, op. cit., p. 96.
  6. Bibia Pavard, op. cit., p. 156.
  7. Depuis 30 ans, des femmes éditent…, éd. des femmes, 2004.
  8. Bibia Pavard, op.cit.
  9. Catalogue, Des femmes 1974-1979
  10. Ce livre est pour l'essentiel constitué de photos exposées au Pavillon des Arts à Paris en novembre 1990 à l'initiative de Studio Magazine dans le cadre du mois de la Photo. Répondant au souhait de Catherine Deneuve, les photographes ont accepté de céder gracieusement leurs droits de reproduction, afin que la totalité des bénéfices de ce livre soit reversée à l'association Arcat-Sida.
  11. Génération MLF, éditions des femmes, 2008.
  12. Génération MLF, éd. Des femmes, Paris, 2008, p. 160.
  13. Claudine Mulard, Marie Dedieu, pionnière féministe, le Monde, 26 octobre 2011, p. 26.
  14. Fac-similé du catalogue de la Galerie des femmes 1981-1982, Depuis trente ans des femmes éditent, éd. Des femmes, Paris, 2004, p. 352-403.
  15. Génération MLF, collectif, éd. des femmes, 2008, p. 225.
  16. Kate Millett, Going to Iran, photographies de Sophie Keir, Coward, McCann & Geoghegan, New York, 1982; En Iran, éd. des femmes, 1979.
  17. Jean Gueyras, Les manifestations de femmes amènent l'ayatollah Khomeiny à nuancer sa position sur le "voile islamique", Le Monde, 13 mars 1979, p. 4.
  18. Dominique Pouchin, Les féministes occidentales se mobilisent, Le Monde, 22 mars 1979, p. 6.
  19. Kate Millett, Going to Iran, En Iran, opus cité.
  20. Claudine Mulard, Téhéran, mars 1979, avec caméra et sans voile, Journal de tournage, Les Temps modernes no 661, nov-décembre 2010, p. 161-177.
  21. Mahnaz Matine, Nasser Mohajer, Iranian Women's Uprising, March 8th 1979, Noghteh Books, 2010, (ISBN 978-0-9828408-0-1)