Bela Grunberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Bela Grunberger
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 102 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Hongrois, Français (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de

Bela Grunberger est un médecin et psychanalyste français, d'origine hongroise, né le à Nagyvárad en actuelle Roumanie, et mort à Paris le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît en Transylvanie, sa mère est hongroise et sa famille vit à Budapest, où il fait des études secondaires, au lycée Verböczy[1]. Il quitte définitivement la Hongrie dans l'intention faire ses études de chimie en Allemagne en 1920, alors que les étudiants juifs sont victimes d'un numerus clausus en Hongrie[1]. Il quitte l'Allemagne durant la montée du nazisme, en 1927 et s'installe en 1927 à Genève, où il travaille dans la publicité. Il quitte la Suisse lors de l'invasion de la Pologne en 1939, et s'installe en France, au début de la Seconde Guerre mondiale. Il essaie sans succès de s'engager dans l'armée, puis reprend ses études de médecine à Grenoble, tout en vivant clandestinement. Il obtient son diplôme de médecin après la Libération, en 1946 et s'installe à Paris[1].

Il réalise une analyse avec Sacha Nacht et devient membre titulaire de la Société psychanalytique de Paris en 1953[1]. Il est chargé d’enseignement à l’Institut de psychanalyse[2]. Il organise le premier séminaire consacré aux travaux de Sándor Ferenczi, Melanie Klein et Karl Abraham.

Travaux de recherches[modifier | modifier le code]

Il s'intéresse particulièrement aux questions en rapport avec le narcissisme. Il publie plusieurs ouvrages avec Janine Chasseguet-Smirgel, notamment L'univers contestationnaire, qui est une analyse critique du phénomène de Mai 68[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • avec Janine Chasseguet-Smirgel, Les Rêves : la voie royale de l'inconscient, Paris, Tchou, , 318 p. (ISBN 2-7107-0593-1)
  • (dir.) avec Daniel Widlöcher, Les Névroses : l'homme et ses conflits, Paris, Tchou, coll. « Les Grandes découvertes de la psychanalyse », , 318 p. (ISBN 2-7107-0596-6)
  • avec Janine Chasseguet-Smirgel, L'univers contestationnaire, Paris, In Press, (réimpr. 2002), 298 p. (ISBN 2-84835-044-X)
  • avec Janine Chasseguet-Smirgel, Freud ou Reich. Psychanalyse et illusion, Tchou,
  • Le narcissisme : essais de psychanalyse, Paris, Rivages & Payot, , 401 p. (ISBN 2-228-89772-8)
  • Narcissisme, christianisme, antisémitisme : étude psychanalytique, Arles France, Actes Sud, , 487 p. (ISBN 978-2-7427-1261-8)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Frédérique Bacqué, « Un entretien avec Belà Grunberger (2004) », Le Carnet Psy, no 101,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mars 2019). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pierre Dessuant, « Bela Grunberger », sur Société psychanalytique de Paris (consulté le 24 mars 2019). Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Bacqué 2005.
  2. Pierre Dessuant, cf. bibliographie.
  3. Alain Ksensée, « L’univers contestationnaire de Béla Grunberger et Janine Chasseguet-Smirgel », Revue française de psychanalyse, 2006/3, vol.  70, p. 831-838, [lire en ligne].