Groupe Beneteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Groupe Bénéteau)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Groupe Beneteau
logo de Groupe Beneteau

Création 1884 à Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Dates clés 1965 Salon nautique de Paris
1976 Lancement de la série First
1984 Entrée à la Bourse de Paris
1995 Rachat de Jeanneau
Fondateurs Benjamin Bénéteau
Personnages clés André Bénéteau
Annette Bénéteau-Roux
Louis-Claude Roux
Forme juridique Société anonyme
Action Euronext : BEN - fait partie du Next 150
Slogan Notre aventure, c'est aussi la vôtre
Siège social Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Drapeau de France France
Direction Jérôme de Metz[1]
Actionnaires Béri 21 (Famille Bénéteau) : 54,33 %
public : 38,76 %
Franklin Ressources 5,02 %
autocontrôle : 1,89 %[2]
Activité Voiliers à 37,5 %
Bateaux-Moteur à 47,5 %
Résidences à 15 %
Filiales 19 filiales et 27 sites de production
Effectif 8233 salariés
Site web beneteau-group.com

Capitalisation 780 M€ (octobre 2019)
Chiffre d'affaires 1 287,20 M€ euros
en augmentation + 8,5% variation à taux de change constant
Résultat net 61,3 M€
en augmentation+ 2,7 %

Groupe Beneteau est un groupe international et leader mondial de l'industrie nautique[3].

Le Groupe Beneteau est issu du chantier familial Bénéteau, créé en 1884 à Saint-Gilles-croix-de-Vie en Vendée et qui a évolué au gré des décennies, de la pêche à la plaisance.

Principal acteur mondial des industries nautiques, le Groupe Beneteau propose plus de 200 modèles de bateaux de plaisance, à la voile ou au moteur, monocoques ou catamarans. Le Groupe est également leader européen de l'habitat de loisirs. Présent à l'international, le Groupe dispose de 28 sites de production dans le monde. Il est composé de 17 marques et services : Bénéteau, Jeanneau, Lagoon, Excess, Prestige Yachts, Monte Carlo Yachts, CNB, Four Winns, Delphia, Glastron, Scarab, Wellcraft, IRM, O'Hara, Coco Sweet, Band of Boats et SGB Finance[4].

Historique[modifier | modifier le code]

1884 : création[modifier | modifier le code]

1884 : Benjamin Bénéteau

En 1884, Benjamin Bénéteau, architecte naval, crée le chantier Bénéteau à Croix-de-Vie (Vendée), afin de construire des chalutiers à voile pour les marins-pêcheurs. En 1910, le premier sardinier à moteur est créé. Baptisé le Vainqueur des Jaloux, il finit par convaincre la profession. 1928 marque la reprise du chantier par André Bénéteau (fils de Benjamin Bénéteau), à 21 ans. Entre 1945 et 1950, il faut reconstruire toute la flotte de pêche au lendemain de la guerre. En 1955, l'Antigone est le premier bateau créé pour pêcher le thon à l'appât vivant.

1982 - 1992 : croissance[modifier | modifier le code]

1984 célèbre le centenaire de la création de la société et son introduction au second marché de la bourse de Paris[5]. 1986 marque l'ouverture d'une première unité de production à l'étranger à Marion en Caroline du Sud aux États-Unis[5].

Dans le domaine de la grande plaisance et des bateaux de service. Bénéteau réalise sa première opération de croissance externe en 1992 avec CNB (Construction navale Bordeaux) ; un chantier naval créé en 1987 par Dieter K. Gust, spécialisé dans la construction en aluminium de grands voiliers custom et de navires de transports de passagers rapides. Dans le domaine de la pêche professionnelle en rachetant les Chantiers Gendron basés à l'Herbaudière (Noirmoutier)[5], devenu Bénéteau Pêche. Dans le domaine des mobile-homes, (résidence mobile de loisir) en 1994 et présente O'Hara qui font école dans le secteur de l'hôtellerie de plein air.

Un an après Les chantiers Jeanneau, constructeur de bateaux de plaisance, créés aux Herbiers en 1963 par Henri Jeanneau, rejoignent le Groupe Bénéteau avec également les voitures sans permis Microcar et les Catamarans Lagoon.

Depuis 1991, l'utilisation du CAD logiciel et le modélisation 3D ont permis Beneteau de réduire considérablement les phases de la construction de prototypes[6].

1994 - 2009 : diversification[modifier | modifier le code]

  • En 1997, Wauquiez fondé en 1965 par Henri Wauquiez, rejoint le groupe avec la construction de voiliers semi-custom.
  • En 1999, le groupe crée deux nouvelles filiales EYB (European Yacht Brokerage) et SGB Finance.
  • 2001 La mise en place de la nouvelle organisation du groupe par division, autour de quatre activités majeures, est finalisée. De nouvelle unités de productions sont ouvertes en Pologne, au Canada ainsi qu'au Portugal[7]
  • 2003 Le groupe déménage son siège de Saint-Hilaire-de-Riez pour s'installer dans son nouveau siège, au boulevard de la Mer à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, le berceau de Bénéteau.
  • Changement du mode de gestion de la société en Directoire et Conseil de Surveillance, Création de la Fondation Bénéteau pour protection de l’environnement dans l’univers du nautisme, dans la construction et l’habitat.
  • 2007 IRM, leader dans la construction de mobile-homes, (résidence mobile de loisir) rejoint le Groupe Bénéteau[8].
  • 2008 La société Microcar est cédée à Ligier Automobiles, puis en octobre le groupe se sépare des chantiers Wauquiez, spécialiste des voiliers semi-custom. Cependant le groupe continue à diversifier ses activités en créant BH, une société destiné à produire des ossatures en bois pour des maisons de bois.
  • 2009 : Premier employeur en Vendée, annonce qu'il n'y aura que 60 licenciements secs, et non 590 comme prévu en . Mais près de 600 employés acceptent le plan de départ volontaire[9].

2014 : international[modifier | modifier le code]

Avril 2012, Bénéteau ouvre une nouvelle usine de 10 000 m2 à Angra dos Reis au Brésil, qui embauchera près de 600 employés.

2017 - 2020 : transformation[modifier | modifier le code]

Été 2017, Bénéteau lance le Bénéteau Boat Club[10] en France et en Espagne avec la startup Heycaptain[11] : un nouveau modèle entre la location et la propriété basé sur les modèles américains comme Freedom Boat Club.

À l'automne 2019, Bénéteau annonce la chute de 19,3 % à 45 millions d'euros de son bénéfice net calculé sur l'exercice décalé 2018-2019[12]. Le chiffre d'affaires de l'activité "Bâteaux" du groupe est évalué à 1,144 milliard d'euros mais l'entreprise subit des pertes en bourse à la suite de ses mauvais résultats annuels[13],[14].

Actionnaires[modifier | modifier le code]

Liste de principaux actionnaires au [15].

Nom
Beneteau (famille) 54,4%
Financière de l'Échiquier 4,90%
Inocap Gestion 1,03%
Bénéteau (autocontrôle) 0,67%
Beneteau (plan d'épargne) 0,45%
Royce & Associates 0,057%
Ned Davis Research 0,013%
Saturna Capital 0,0005%

Données financières[modifier | modifier le code]

Le chiffre d'affaires 2018 s'élève à 1 287,20 millions d'euros, réparti comme suit : 85% sur l'activité bateaux (1093,7 millions d'euros) et 15% sur l'activité habitat (193,4 millions d'euros)[16].

Données financières en millions d'euros
Année 2014 2015 2016 2017 2018
Chiffre d'affaires 804.4 969.5 1083.5 1208.3 1287,2

Activités, marques et services[modifier | modifier le code]

Le groupe commercialise des bateaux et des habitats de loisirs.

Gouvernance de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Le Groupe Beneteau est une Société Anonyme à Conseil d'administration. Ce mode de gouvernance a été voté le en assemblée générale (le régime à conseil d'administration remplace alors celui de conseil de surveillance et directoire)[17]

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Leader mondial du nautisme - Groupe Beneteau », sur Groupe Beneteau (consulté le 2 juillet 2020).
  2. (fr) « Espace investisseurs : Actionnaires » sur le site officiel du Groupe Bénéteau,
  3. « Site internet Groupe Beneteau »
  4. « Groupe Beneteau : Acteur mondial des industries nautiques », sur Groupe Beneteau (consulté le 11 mars 2019)
  5. a b et c (fr) « Histoire » sur le site officiel du Groupe Bénéteau, consulté le 3 mai 2009
  6. « Bénéteau réalise une maquette numérique complète. Le constructeur naval s'est doté de logiciels de création et de gestion des données pour concevoir ses bateaux de plaisance entièrement en 3D. », 01net.com (consulté le 7 juillet 2015)
  7. (fr) « Bénéteau, candidat de la dernière heure à la reprise de son concurrent Jeanneau », Les Échos no 17049 , p. 17
  8. (fr) Grégoire Biseau, « Habitué au bateau, Bénéteau table sur l’habitat en bois », Libération, .
  9. Bénéteau échappe aux licenciements massifs, Le Figaro, 11 juin 2009.
  10. « Nautisme : les « boats clubs » débarquent en France », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2017)
  11. « Hey Captain se charge de la plateforme internet du Bénéteau Boat Club », BoatIndustry.com,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2017)
  12. « BENETEAU chahuté en Bourse dans le sillage de ses résultats annuels », sur Capital.fr, (consulté le 1er novembre 2019)
  13. « Les bateaux Beneteau ralentissent », sur Les Echos, (consulté le 1er novembre 2019)
  14. Le Figaro avec AFP, « Beneteau: le bénéfice net annuel chute de 19,3% », sur Le Figaro.fr, (consulté le 1er novembre 2019)
  15. Zone Bourse, « Bénéteau : Actionnaires Dirigeants... », sur www.zonebourse.com (consulté le 17 octobre 2019)
  16. Rapport d'activités 2017 - 2018 du Groupe Beneteau (lire en ligne)
  17. « Gouvernance Groupe Beneteau »

Livres[modifier | modifier le code]

  • Au cœur de la crise - Carnets ouvriers, Sébastien Junca. Éditions Demopolis, 2014.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]