Caramy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ne doit pas être confondu avec Caramany.

Caramy
Illustration
Le pont ancien sur le Caramy à Vins-sur-Caramy vu de l'aval. Noter sur la droite l'arrière-bec triangulaire destiné à stabiliser la pile en cas de crue.
Caractéristiques
Longueur 45,9 km [1]
Bassin 466 km2 [1]
Bassin collecteur Argens
Débit moyen 2,22 m3/s (Vins-sur-Caramy[2])
Nombre de Strahler 4
Régime pluvial méridional
Cours
Source source
· Localisation Mazaugues
· Altitude 600 m
· Coordonnées 43° 20′ 20″ N, 5° 55′ 22″ E
Confluence Argens
· Localisation Carcès
· Altitude 116 m
· Coordonnées 43° 28′ 36″ N, 6° 11′ 15″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Var
Régions traversées Provence-Alpes-Côte d'Azur

Sources : SANDRE, Géoportail, Banque Hydro

Le Caramy (parfois orthographié Carami) est une rivière du Var, qui prend sa source à 470 mètres d'altitude sur l'ubac du Mourré d'Agnis au sud de Mazaugues, et se jette dans l'Argens à Carcès.

Géographie[modifier | modifier le code]

De 45,9 km de longueur[1], la rivière traverse, depuis sa source jusqu’à Tourves; des vallées encaissées aux paysages remarquables. Son lit serpente ensuite dans la grande plaine de Brignoles où la viticulture est l’activité dominante, puis sinue entre les collines avant de rejoindre l'Issole à l'entrée du lac de retenue de Carcès.

Les gorges du Caramy[modifier | modifier le code]

Les gorges du Caramy s'étendent sur environ 4,5 km du Saut du Cabri (Mazaugues) jusqu'au pont Romain situé à Tourves[3]. Elles constituent l’un des territoires remarquables du futur Parc naturel régional de la Sainte-Baume et seront classées en zone Natura 2000 prochainement (C.M du 28/04/2015) pour ses paysages géologiques et sa biodiversité remarquable[4].

Communes traversées[modifier | modifier le code]

Dans le seul département du Var, le Caramy traverse sept communes[1], [5]

Affluents[modifier | modifier le code]

Le Caramy a douze affluents référencés[1] :

Le château de Vins et le Caramy
  • le Petit Gaudin,
  • le Grand Gaudin[6],
  • la Foux,
  • l'Eissariade[7],
  • le Ruisseau de l'Escarelle[8],
  • le Ruisseau de Vaubelle[9],
  • le Ruisseau de Cologne[10],
  • le Val de Camps[11] (qui prend sa source à Camps-la-Source, sa confluence avec le Caramy se situant au lieu-dit « St Jean »), avec trois affluents :
    • le Ruisseau d'Argentis,
    • le Vallat du moulin,
    • le Valat du Plan,
  • le Vallon de Pourraque[12],
  • le Vallon de Fontiade,
  • le Vallon des Adrets,
  • l'Issole avec neuf affluents et trois sous-affluents donc un rang de Strahler de trois. Le rang de Strahler est donc de quatre[13].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

À la station hydrologique Y5105010, le Caramy a été observé depuis le soit 42 ans. Le module est de 2,22 m3/s à Vins-sur-Caramy pour un bassin versant de 215 km2 et à 172 m d'altitude[2]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine hydronymique celto-ligure serait similaire à celle de la rivière Cauron. L'étymon serait carrawam, soit l'eau -a(q)uam- qui porte ou charrie (carro). Est-ce que le cauron voisin était considéré plus important (débit de crue, position plus orientale de sa vallée?) ? Il reste que l'évolution provençale d'une forme diminutive tardive en cara(wa)mil(lus) aurait laissé le Caramy.[réf. nécessaire]

L'usage comme rivière de flottage du bois et d'autres matériaux pondéreux locaux en saison de crue serait antique.[réf. nécessaire]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]