Les Yeux noirs (chanson russe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Yeux noirs

Album
Auteur Yevhen Hrebinka
Compositeur Inspirée d’une valse du compositeur russe-allemand Florian Hermann

Les Yeux noirs (en russe : Очи чёрные, Otchi tchornye) est une célèbre romance traditionnelle populaire tzigane russe du XIXe siècle, et un standard de jazz manouche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Les Yeux noirs
Очи чёрные, interprété par Fédor Chaliapine
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Les paroles sont écrites en 1843 par le poète écrivain romantique ukrainien Yevhen Hrebinka (1812-1848), dédiées à sa première épouse Maria Vasilyevna. Le poème a été publié pour la première fois dans la gazette littéraire russe Literatournaïa gazeta le . La langue utilisée est le russe, mais avec une influence ukrainienne possible que l'on retrouve dans le choix de certains mots et expressions communs à l'ukrainien et au russe ancien ou littéraire, par exemple очи, otchi pour « les yeux » (archaïque en russe) et час, tchas pour « moment » (signifie « heure » en russe, sauf dans quelques expressions figées). La musique très émouvante, pleine d’allégresse, de joie, de mélancolie, et de nostalgie, est inspirée d’une valse du compositeur russe-allemand Florian Hermann, avec des arrangements de Serguey Gerdel, publiée le , dont les partitions originales ont été perdues.

Le chanteur d'opéra et acteur russe Fédor Chaliapine (1873-1938) popularise la chanson à l'étranger avec sa propre version. La version musicale la plus célèbre de cette chanson a été écrite par Adalgiso Ferraris, et publiée, lorsqu'il était encore en Russie après 1910, avec l'éditeur allemand Otto Kuhl[1]. Puis Ferraris l'a publiée à nouveau aux Éditions Salabert à Paris, sous le titre Tes yeux noirs (impression russe)[2] avec Jacques Liber, en Angleterre, le [3]. Un ancien exemple de la musique de Ferraris est enregistré dans les archives Pathé, en 1932, par le violoniste Albert Sandler[4].

Paroles[modifier | modifier le code]

Le poète ukrainien Yevhen Hrebinka (1812-1848)
Очи чëрные, очи жгучие!
Очи страстные и прекрасные!
Как люблю я вас! Как боюсь я вас!
Знать, увидел вас я в недобрый час!
Ох, недаром вы глубины темней!
Вижу траур в вас по душе моей,
Вижу пламя в вас я победное:
Сожжено на нем сердце бедное.
Но не грустен я, не печален я,
Утешительна мне судьба моя:
Все, что лучшего в жизни бог дал нам,
В жертву отдал я огневым глазам!

« 

Des yeux noirs, des yeux pleins de passion !
Des yeux ravageurs et sublimes !
Comme je vous aime, comme j'ai peur de vous !
Je sais, je vous ai vus, pas au bon moment !
Oh, non sans raison vous êtes plus sombres que les ténèbres !
Je vois de la peine en vous pour mon âme,
Je vois une flamme victorieuse en vous
De laquelle brûle mon pauvre cœur.
Mais non je ne suis pas triste, il n'y a pas de chagrin
Mon destin me réconforte.
Le meilleur que Dieu nous a donné dans la vie,
Je l'ai sacrifié pour ces yeux de feu ! »

TRADUCTION LITTÉRAIRE

Oh ! les beaux yeux noirs, les yeux merveilleux
Les yeux séducteurs étincelant de feu
Comme je vous crains, comme je vous aime
J’ai dû vous croiser un jour de déveine
Vous êtes aussi noirs que le ciel de nuit
Et j’y vois déjà le deuil de ma vie
Et j’y vois encore un brasier vainqueur
Dans les flammes brûle et se meurt mon cœur
Et pourtant je trouve dans mon triste sort
Non pas du chagrin, mais du réconfort :
Le meilleur de ce que Dieu m'avait donné
À ces yeux de braise je l’ai sacrifié
(Traductrice : Marina Lushchenko, 2013)


Le chanteur d'opéra russe Fédor Chaliapine (1873-1938), et son épouse Pola Tornagi

Quelques interprètes[modifier | modifier le code]

Vocale[modifier | modifier le code]

Instrumentale[modifier | modifier le code]

En version instrumentale, Les Yeux Noirs est également devenu un standard du Jazz manouche avec les versions de Django Reinhardt ; il a été notamment joué par Biréli Lagrène, le Rosenberg trio, Opa Tsupa, ou encore Thomas Dutronc. Art Tatum en a également donné une version en trio (Dark Eyes).

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Source et références[modifier | modifier le code]

  1. Schwarze Augen, Adalgiso Ferraris OCLC World Cat
  2. Ferraris, A UniCat
  3. Catalog of Copyright Entries: Musical compositions Google livres
  4. Albert Sandler - The Celebrated Violinist 1932 britishpathe.com
  5. (en)Gal Beckerman, When They Come for Us, We'll Be Gone: The Epic Struggle to Save Soviet Jewry, Houghton Mifflin Harcourt, (ISBN 9780547504438, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]