Tower Bridge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ne doit pas être confondu avec Pont de Londres.
Tower Bridge
Tower Bridge at dawn 24-01-2015.jpg
Le Tower Bridge vu de nuit.
Présentation
Type
Style
Architecte
Matériau
Béton, façade en granite, structure en acierVoir et modifier les données sur Wikidata
Construction
Ouverture
Hauteur
65 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Longueur
244 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Statut patrimonial
Site web
Localisation
Adresse
Coordonnées

Le Tower Bridge (en français : « pont de la Tour ») est un pont basculant britannique, situé à Londres et permettant notamment le passage de la Tamise aux véhicules motorisés. Il appartient à la classe des ponts suspendus et est composé de granite pour sa façade, d'acier pour sa structure et de béton pour ses fondations. Il est situé entre les boroughs de Southwark et de Tower Hamlets, près de la tour de Londres dont il tire son nom. Il est l'un des quatre ponts gérés par les services du lord-maire. Le Tower Bridge est situé dans la Pool of London, marquant la limite entre l'Upper Pool en amont et la Lower Pool en aval.

Au moment de sa construction, le Tower Bridge est le plus grand (246 mètres de longueur et 65 mètres de hauteur) et le plus sophistiqué des ponts basculants jamais construits. Le pont est célèbre dans le monde entier grâce à son architecture très particulière, de style néogothique. Il est composé de deux grandes tours, d'une suspension rigide, d'un tablier s'ouvrant au passage des navires les plus hauts et, au sommet, de deux passerelles piétonnes parallèles. Les machineries du pont ouvrant sont ouvertes au public depuis 1982 sous forme de musée présentant le fonctionnement du mécanisme hydraulique qui permet depuis 1894 (date de la construction du pont par Sir John Wolfe-Barry et Horace Jones) de soulever le pont à bascule.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines et plans initiaux[modifier | modifier le code]

Durant la seconde moitié du XIXe siècle, le quartier d'East End est tellement peuplé que la population a besoin d'un nouveau pont afin de faciliter les déplacements[1]. À cause de la traversée de la Tamise, un pont classique ne peut pas être construit car il aurait en conséquence coupé toute facilité d'accès des grands voiliers au port situé dans la Pool of London, désormais situé entre le pont de Londres et la tour de Londres.

Ainsi, le Special Bridge or Subway Committee est formé en 1876 et plus de 50 projets sont soumis, y compris celui de l'ingénieur des ponts et chaussées Joseph Bazalgette. Son projet est rejeté dû à un manque de place et la conception n'es pas approuvée jusqu'en 1884, lorsqu'il est décidé de bâtir un pont basculant. John Wolfe-Barry est nommé ingénieur du projet avec Horace Jones en tant qu'architecte[1]. Une loi du Parlement est passée en 1885, autorisant la construction du pont. Il est spécifié sur le projet que la portée du pont doit avoir une largeur de 61 mètres (200 pieds) et une hauteur de 41 mètres (135 pieds). De plus, la construction doit être un édifice gothique.

John Wolfe-Barry conçoit un pont basculant composé de deux tours bâties sur des piliers. La partie centrale est divisée en deux parts égales, chacune pouvant se lever afin de permettre le passage maritime.

Travaux de construction[modifier | modifier le code]

Construction du Tower Bridge.

La construction du pont débute en 1886 et demande pendant huit ans le travail de 432 ouvriers et cinq entrepreneurs principaux : John Jackson (fondations), Baron Armstrong (hydraulique), William Webster, H. H. Bartlett et William Arrol & Co[2]. E. W. Crutwell est nommé ingénieur résident pour le projet[3].

Les deux piliers massifs fabriqués avec plus de 70 000 tonnes de béton[4] sont coulés directement dans le lit de la rivière afin de supporter la construction[4]. La structure contient aussi plus de 11 000 tonnes d'acier se trouvant au niveau des tours et des passerelles. Ils sont revêtus de granite de Cornouailles et de pierre de Portland, tous deux servant à protéger l'aciérie et donner une meilleure apparence au pont.

Après le décès de Horace Jones le 21 mai 1887[5], George D. Stevenson reprend le projet[4] et remplace la façade originale composée de briques par des décorations néogothiques de l'époque victorienne, permettant au monument de se démarquer un peu plus. De plus, ce choix permet une harmonie entre le pont et la tour de Londres[3], les deux monuments étant assez proches l'un de l'autre. Finalement, les coûts de la construction s'élèvent à 1 184 000 livres sterling de l'époque[3].

Système de bascule[modifier | modifier le code]

Schéma du pont.

La Tamise mesure à l'endroit où le pont est construit 273 mètres de large. Le projet retenu est une combinaison de pont suspendu et basculant composé de deux travées suspendues de 82 mètres et d'une travée centrale de 61 mètres, constituée de deux poutres basculantes animées par un système hydraulique, de deux tours néogothiques à ossature métallique recouverte de granite de Cornouailles et de pierre de l'île de Portland, ainsi que de deux passerelles piétonnes, au sommet, accessibles par des ascenseurs ou des escaliers.

Les passerelles permettent aux piétons de traverser pendant que le pont basculant est ouvert pour le passage des bateaux. Chaque bascule du pont basculant pèse environ 1 200 tonnes (dont un contrepoids de 410 tonnes). La machinerie originale était mise en mouvement par de l'eau sous pression, pompée dans six accumulateurs par des moteurs à vapeur. Depuis la modification de 1974, la machinerie est électro-hydraulique, c'est-à-dire que les moteurs des bascules fonctionnent maintenant à l’électricité et c'est de l'huile qui transmet la puissance. L'ancienne machinerie, dans l'ancienne salle des machines du sud du pont, est accessible au public.

Inauguration et premières années[modifier | modifier le code]

Inauguration du Tower Bridge, peinte par William Lionel Wyllie.

Le pont est officiellement ouvert le 30 juin 1894 par le prince de Galles, futur roi Édouard VII et son épouse, la princesse de Galles, Alexandra de Danemark[6].

Le pont relie Iron Gate, sur la rive nord de la rivière, à Horselydown Lane, au sud, désormais appelés « Tower Bridge Approach » et « Tower Bridge Road », respectivement[3]. Jusqu'à l'ouverture du pont, la station de métro Tower Hill, 400 m au nord, est le moyen le plus rapide de traverser la rivière pour se rendre de Tower Hill à Tooley Street à Southwark. Le Tower Subway, qui ouvre ses portes en 1870, est l'un des premiers chemins de fer souterrains au monde, mais il ferme trois mois plus tard et est rouvert sous la forme d’un tunnel piétonnier. Une fois le Tower Bridge ouvert, la majorité du trafic piétonnier est transféré, aucun péage n'étant à payer pour l’utiliser. Ayant perdu l'essentiel de ses revenus, le tunnel est fermé en 1898[7].

Les passerelles en plein air à ciel ouvert entre les tours acquièrent une réputation désagréable de repaire de prostituées et de « pickpockets » ; comme elles ne sont accessibles que par des escaliers, elles sont rarement utilisées par les piétons habituels et fermées en 1910[8]. La passerelle rouvre en 1982[8].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Tower Bridge durant le premier raid aérien massif sur Londres le 7 Septembre 1940.

Pendant la Seconde Guerre mondiale et par précaution pour éviter que les moteurs existants ne soient endommagés par l'action ennemie, un troisième moteur est installé en 1942 : un moteur horizontal à gabarit de 150 cv, construit par Vickers Armstrong Ltd. dans son usine d'Elswick à Newcastle upon Tyne.

Il est alors équipé d'un volant d'inertie d'un diamètre de 2,7 m et d'un poids de 9 tonnes et réglé à une vitesse de rotation de 30 tr/min. Le moteur est devenu superflu lorsque le reste du système est modernisé en 1974 et donné au musée de la vapeur industrielle de Forncett par la Corporation de la ville de Londres[9].

Modernisation de la machinerie[modifier | modifier le code]

En 1974, le mécanisme de commande d'origine est largement remplacé par un nouveau système d'entraînement électro-hydraulique, conçu par BHA Cromwell House, avec les pignons finaux d'origine entraînés par des moteurs hydrauliques et des engrenages modernes. En 1982, le Tower Bridge Exhibition ouvre ses portes, logé dans les tours jumelles du pont, les passerelles de haut niveau longtemps fermées et les salles des machines victoriennes. Ces derniers abritent toujours les moteurs à vapeur d'origine et certaines des machines hydrauliques d'origine[10],[11],[12].

Un système informatique est installé en l'an 2000 pour contrôler à distance la montée et la descente des bascules. Cela s'avère cependant peu fiable, ce qui bloque le pont en position ouverte ou fermée à plusieurs reprises en 2005, jusqu'à ce que ses capteurs soient remplacés[13].

Rénovation récentes[modifier | modifier le code]

En avril 2008, il est annoncé que le pont ferait l'objet d'un « lifting » coûtant 4 millions de livres sterling et dont l'achèvement serait réalisé en quatre ans. Le travail consiste à décaper la peinture existante jusqu'au métal et à repeindre en bleu et blanc[14],[15]. Chaque section est entourée d'échafaudages et de bâches en plastique pour empêcher la vieille peinture de tomber dans la Tamise et de la polluer. À partir de la mi-2008, les entrepreneurs travaillent sur un quart du pont à la fois pour minimiser les perturbations, mais certaines fermeture de routes étaient inévitables. Il est prévu que le travail terminé tienne 25 ans[16].

La rénovation de la passerelle piétonne intérieure est achevée à la mi-2009. Dans la passerelle, un nouveau système d’éclairage polyvalent est installé, conçu par Eleni Shiarlis, pour les fois où la passerelle serait utilisée pour des expositions ou des réceptions. Le nouveau système fournit à la fois un éclairage fonctionnel et atmosphérique, ce dernier utilisant des luminaires à LED RGB sur mesure, conçus pour être dissimulés dans la superstructure du pont et fixés sans avoir besoin de forer (ces exigences résultent du statut Grade 1 du pont)[17]. La rénovation des quatre chaînes de suspension est achevée en mars 2010 avec un système de revêtement dernier cri nécessitant jusqu'à six couches différentes de peinture[18].

Le Tower Bridge est fermé à tout trafic routier pendant près de trois mois à la fin de l'année 2016 (du 1er octobre au 30 décembre)[19], afin de permettre d’effectuer des travaux de maintenance structurelle. Le travail comprend d'entreprendre des travaux d'entretien importants sur les systèmes de levage du pont, de remplacement de la terrasse et surfaçage des passerelles et de la route, de remplacement des joints de dilatation le long du pont pour offrir une surface plus lisse et d'imperméabilisation des arches en brique aux abords du pont. Pendant ce temps, le pont est toujours ouvert au trafic par voie navigable comme il est requis par une loi du Parlement. Le pont est ouvert aux piétons pendant tous les week-end sauf trois, lors desquels un service de ferry gratuit est en service.

Jeux olympiques d'été de 2012[modifier | modifier le code]

Le Tower Bridge avec les anneaux olympiques des jeux de 2012.

Le pont figure dans la publicité des Jeux olympiques d'été de 2012 qui se tiennent à Londres. En juin 2012, un ensemble d'anneaux olympiques est suspendu du pont pour marquer un mois avant le début des jeux. La fabrication des anneaux a coûté 259 817 £, ils mesurent 25 mètres sur 11,5 mètres et pesaient 13 tonnes[20].

Le 8 juillet 2012, la passerelle ouest est transformée en une sculpture musicale de 61 mètres de long par le compositeur britannique Samuel Bordoli. 30 musiciens classiques ont été disposés le long du pont, à 42 mètres au-dessus de la Tamise, derrière les anneaux olympiques. Le son a voyagé d'avant en arrière le long de la passerelle, faisant écho à la structure du pont[21],[22].

Après les Jeux olympiques, les anneaux sont retirés du Tower Bridge et remplacés par l'emblème des Jeux paralympiques d'été de 2012[23].

Galerie[modifier | modifier le code]

Ouverture du pont[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Points de vue[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Tower Bridge » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b « Bridge History », (consulté le 23 novembre 2018).
  2. The Times, 2 juillet 1894.
  3. a b c et d (en) « "Tower Bridge" », Archive – the Quarterly Journal for British Industrial and Transport History.,‎ , p. 47 (ISSN 1352-7991).
  4. a b et c Roberts, Chris., Cross river traffic : a history of London's bridges, Granta, (ISBN 186207884X et 9781862078840, OCLC 636911671, lire en ligne).
  5. « Horace Jones », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  6. John Eade, « Tower Bridge - WHERE THAMES SMOOTH WATERS GLIDE », sur thames.me.uk (consulté le 27 novembre 2018)
  7. Smith, Denis, 1930-, London and the Thames Valley, Published for the Institution of Civil Engineers by Thomas Telford, (ISBN 0727728768 et 9780727728760, OCLC 49274420, lire en ligne)
  8. a et b (en) « "Tower bridge fascinating facts and figures" », sur TheTelegraph.co.uk, (consulté le 27 novembre 2018).
  9. (en) « "Tower bridge engine" », sur Forncett Industrial Steam Museum, (consulté le 27 novembre 2018)
  10. "The Firm: BHA Cromwell House". G. M. Beresford Hartwell. Retrieved 30 June2015.
  11. (en) « About Tower Bridge, Viewpoints of London », sur www.towerbridge.org.uk (consulté le 27 novembre 2018)
  12. « Tower Bridge Picture and Description », (consulté le 27 novembre 2018)
  13. (en-GB) « Fix to stop bridge getting stuck », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018)
  14. « Tower Bridge restored to true colours | Tower Bridge », sur www.thetowerbridge.info (consulté le 27 novembre 2018)
  15. « Finishing touches to Tower Bridge | Tower Bridge », sur www.thetowerbridge.info (consulté le 27 novembre 2018)
  16. (en-GB) « Tower Bridge to get £4m facelift », sur BBC News, (consulté le 14 janvier 2019).
  17. « Lighting For Tower Bridge, London - Public Building Lighting | By Eleni Shiarlis », sur www.eslightingdesign.co.uk (consulté le 27 novembre 2018)
  18. « Tower Bridge restored to true colours | Tower Bridge », sur www.thetowerbridge.info (consulté le 27 novembre 2018)
  19. « Tower Bridge closure - Transport for London », (consulté le 27 novembre 2018)
  20. « Olympics rings Tower over London! Iconic symbol unveiling on bridge marks one month until Games », Mail Online, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018)
  21. (en) « Tower Bridge is London's Latest Venue », Classic FM, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2018)
  22. (en) « Tower Bridge as a musical instrument | Classical-Music.com », sur www.classical-music.com (consulté le 27 novembre 2018)
  23. (en) Alexandra Topping, « London 2012: let the Paralympics preparations begin », sur the Guardian, (consulté le 27 novembre 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :