Costières-de-nîmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Costière (homonymie).
Costières-de-nîmes
Vignoble de Campuget.jpg
Vignoble des Costières
Désignation(s) Costières-de-nîmes
Appellation(s) principale(s) costières-de-nîmes
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 1986
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble de la vallée du Rhône
Localisation Gard
Saison deux saisons sèches (hiver et été),
deux saisons pluvieuses (automne et printemps)
Climat tempéré méditerranéen
Superficie totale 25 000 hectares
Superficie plantée 3 945 hectares en 2012
Cépages dominants grenache N, mourvèdre N, syrah N, grenache blanc B, marsanne B et roussanne B
Vins produits 50 % rouges, 40 % rosés et 10 % blancs
Production 177 855 hectolitres en 2012
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare 60 hectolitres par hectare

Le costières-de-nîmes[1] est un vin français d'appellation d'origine contrôlée faisant partie du vignoble de la vallée du Rhône. Située à l’extrême sud-ouest de la vallée du Rhône, au nord-ouest de la Camargue et dans la région naturelle des Costières, cette appellation produit principalement des vins rouges et rosés. Ces vins n’ont intégré les AOC qu’en 1986. L'appellation portait le nom « costières-du-gard » avant de devenir costières-de-nîmes en 1989.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Emblème de la Colonia Augusta Nemausus devenu celui des costières-de-nîmes.

Au milieu du VIIIe siècle avant notre ère, les Grecs de Rhodes s’installent sur la côte méditerranéenne de ce qui n’est pas encore la Gaule. Ils donnent leur nom au Rhône (Rhodano) et fondent les cités d’Hérakléa (Saint-Gilles-du-Gard) et de Rhodanousia (en face d’Arles). Le gouverneur romain Fonteius profite de son mandat pour attribuer les territoires rhodaniens des Volques Arécomices aux colons grecs de Massilia. L’affaire fait grand bruit et Cicéron, lui-même, fut obligé de défendre son indélicat collègue.

En 19 avant notre ère, les légionnaires, vétérans de la campagne égyptienne, sont installés à Nemausus (Nîmes). César Auguste est le donateur des remparts et des portes de la Colonia Augusta Nemausus et son gendre Agrippa, le commanditaire de la Maison Carrée.

Après l’annulation du décret d’interdiction sur les vignes en Gaule, en 280, Cassius Severanius, gouverneur de la Narbonnaise, ordonne de replanter massivement le vignoble du pagus nemensis (Costières).


Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 679, dans l’antique cité d’Hérakléa, Gilles vit en ermite avec sa biche. Les fils de Wamba, le roi des Wisigoths, la force. Mais leurs chiens refusent de l’attaquer. Averti du « miracle », le roi se rend sur place et décide, à la demande du moine, la construction d’une abbaye qui donnera naissance à Saint-Gilles du Gard[2]. Au Moyen Âge, elle devient le siège de la principale commanderie de langue d’oc des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem (Ordre de Malte). Ceux-ci sont à l'origine du développement du vignoble.

Au XIVe siècle, les vins de Saint-Gilles, de Nîmes et de la Costière sont parmi les plus prisés de la Cour pontificale d’Avignon. Jean XXII fait venir son « vin nouveau » de Saint-Gilles, Nîmes et Beaucaire. Quand, en 1367, Urbain V quitte Avignon pour Rome il se fait envoyer par le port d’Arles une cargaison de vin de Nîmes et de Beaune[3]. De retour en Avignon, Grégoire XI fit lui aussi approvisionner ses celliers par les vins de la Costière.

Si durant tout le Moyen Âge les vins provenant de ce terroir furent considérés à l'égal de ceux de Beaune, c'est qu'ils étaient produits avec un cépage exceptionnel le mourvèdre appelé alors « plant de Saint-Gilles ».

Période moderne[modifier | modifier le code]

Plan de Nîmes en 1569.

Si comme l'a analysé Emmanuel Le Roy Ladurie le paysan du Languedoc a toujours été un gros mangeur de pain et un grand buveur de vin, la période de la Renaissance fut celle où le vin fut réduit à la portion congrue[4].

Au XVIe siècle Nîmes devint un foyer des plus actifs du calvinisme et les oppositions entre catholiques et protestants furent courantes. Le 29 septembre 1567, jour de la Saint-Michel, a lieu la michelade, les protestants assassinant près de 90 clercs catholiques. Saint-Gilles est prise par le gouverneur du Languedoc, Damville, alors en délicatesse avec le roi, en janvier 1575[5]. Elle est rapidement reprise par le baron d’Acier[6].

Si l’Édit de Nantes apporta une relative tranquillité, sa révocation en octobre 1685 fut suivie de nouvelles persécutions à l'encontre des protestants. C'est logiquement qu'en 1702, suite à l'assassinat de l'abbé du Chayla, commença la guerre des Cévennes (par la suite dénommée la Guerre des Camisards) où de simples paysans, vignerons et artisans protestants, parvinrent à tenir tête aux dragons du roi. Le Gard dans son ensemble fut touché par ce conflit et Nîmes vit se reproduire, le 1er avril 1703, des tueries comme celui du massacre du moulin de l’Agau où les troupes catholiques du maréchal de Montrevel engagèrent des répressions contre des protestants. La paix religieuse ne fut véritablement acquise qu'en 1789 avec la Révolution française et la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Nîmes, cité manufacturière vouée au textile et place commerciale importante, devint une plaque tournante ferroviaire essentielle lors de la mise en place du réseau de chemin de fer dès les années 1830-1840. Mais la concurrence lyonnaise fut rude durant la deuxième moitié du XIXe siècle et la bourgeoisie nîmoise réinvestit les capitaux du textile dans la banque ou la viticulture. La culture de la vigne fut facilitée par la construction du canal du Midi (dès le XVIIe siècle) et surtout sa liaison avec le Rhône, par Sète (XIXe siècle). Le transport du vin fut aussi grandement favorisé par l'apparition du chemin de fer à Nîmes dès 1839. Cependant, un coup rude fut porté aux activités vinicoles par la terrible crise liée au phylloxéra à partir de 1872.

Philippe Lamour, à partir de 1955, préside la Compagnie nationale d'aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc où il entreprend une œuvre d'envergure dans le domaine de l'irrigation. Le canal du Bas-Rhône Languedoc, amenant l'eau du Rhône vers le sud du département du Gard et l'est du département de l'Hérault depuis les années 1960, sera rebaptisé canal Philippe-Lamour en mémoire de son œuvre. Il devint en même temps le chef de file de la viticulture gardoise en prônant une politique de qualité. Président du syndicat des costières-du-gard, alors simple VDQS depuis 1950, il est porté à la présidence nationale des Vins Délimité de Qualité supérieure.

C'est à la suite d'un projet élaboré par lui en 1962, qu'il est porté à la présidence de la Commission Nationale de l'Aménagement du Territoire, il joue un rôle déterminant dans la mise en œuvre du plan d'aménagement du territoire de 1962 et dans la création de la DATAR en 1963. Il reste à la DATAR jusqu'en 1974.

En 1986, grâce à son action sur le terrain et à son poids politique, le Costières-du-gard est reconnu par l'INAO comme faisant partie de la famille des AOC. Cette appellation modifia son nom en 1989 en devnant Costières-de-nîmes.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Orographie[modifier | modifier le code]

Le plateau des Costières domine Nîmes au sud et sépare cette dernière de la Camargue. D'est en ouest, il s'étire sur une distance de 40 kilomètres environ, entre les communes de Beaucaire et de Vauvert. Son altitude moyenne est comprise entre 80 et 100 mètres, avec pour point culminant le puech de Dardaillon à Générac (144 m).

Article détaillé : Costières.

Géologie[modifier | modifier le code]

La région des Costières est constituée d’un terrain du tertiaire supérieur - Pliocène - formé de sables, de galets passant souvent au poudingue (appelé localement taparas), et de marnes généralement bleuâtres. Cette dernière formation est elle-même recouverte, sur une assez grande partie par des galets provenant de débâcles glaciaires, soit avec une origine rhodanienne, soit avec une origine durancienne. Ces galets, appelés localement gress lorsqu'ils sont libres ou taparas lorsqu'ils sont cimentés entre eux[7], caractérisent le plateau des Costières.

On trouve également dans ces sols un lit d'argile rouge appelé localement gapan, parfois situé en surface mais le plus souvent en profondeur[8].

Climatologie[modifier | modifier le code]

La moyenne des températures les plus basses de l'ensemble de l'année 2007 est de 10,4 °C. La moyenne des températures les plus élevées de cette même année 2007 est de 19,9 °C. Les quatre mois de juin, juillet, août et septembre, toujours de l'année 2007 donnent une moyenne de 28,5 °C. En été des pics réguliers à plus de 35 °C ne sont pas exceptionnels. Météo France a relevé la température là plus élevée à 40,6 °C le 1er août 1947 (Sur la période 1971 - 2000). la ville de Nîmes est réputée pour être la plus chaude de France.

Données climatiques à Nîmes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 3,4 5,1 7,8 11,2 14,9 17,7 17,2 14,7 10,8 5,9 3 9,5
Température moyenne (°C) 6,3 7,7 9,9 12,8 16,6 20,5 23,7 23 20 15,4 10 6,9 14,4
Température maximale moyenne (°C) 10,3 11,9 14,7 17,8 21,9 26,2 29,8 28,9 25,3 20 14 10,7 19,3
Ensoleillement (h) 143,5 147,4 203,1 227,6 267,8 310,2 353,8 315,3 236,6 186,8 143,9 133 2 668,9
Précipitations (mm) 67,7 70,7 55,9 59,2 60,9 38,6 25,3 51,6 66,8 131,9 69,2 64,1 761,9
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Nîmes de 1961 à 1990[9].

Le climat de ce terroir est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps. Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel :

  • Le mistral assainit le vignoble.
  • La saisonnalité des pluies est très marquée.
  • Les températures sont très chaudes pendant l'été.

Vignoble[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Situation de l'AOC costières-de-nîmes dans le vignoble de la vallée du Rhône.

Le 24 communes des Costières : Aubord, Beaucaire, Beauvoisin, Bellegarde, Bernis, Bezouce, Bouillargues, Le Cailar, Caissargues, Garons, Générac, Jonquières-Saint-Vincent, Lédenon, Manduel, Meynes, Milhaud, Nîmes, Redessan, Rodilhan, Saint-Gilles, Sernhac, Uchaud, Vauvert et Vestric-et-Candiac.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Sur une superficie de production de 3 950 hectares on peut trouver les cépages suivant :

L'assemblage d'au moins deux cépages est obligatoire pour produire des vins blancs.

  • Ces neuf cépages peuvent également servir à produire des vins rosés dans la proportion maximale de 10 %.

Vins et Terroir[modifier | modifier le code]

Gress des Costières.

Le vignoble est implanté sur un sol caillouteux appelé « gress ».

La composition du sol, alliée à l'ensoleillement exceptionnel, permet aux eaux de pluie de s'infiltrer dans la couche de cailloux, de se rassembler dans les ravinements des terrains imperméables sous-jacents et de former une nappe phréatique discontinue.

Cette disposition offre à la vigne une alimentation en eau régulière tout au long de l'année, évitant ainsi aux ceps la sécheresse estivale. Les galets servent également la vigne, ils emmagasinent la chaleur du soleil pendant la journée et la restituent pendant la nuit.

Les millésimes[modifier | modifier le code]

Ils correspondent à ceux du vignoble de la vallée du Rhône. Ils sont notés : année exceptionnelle Article de qualité, grande année Bon article, bonne année ***, année moyenne **, année médiocre *.

Millésimes 2000
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Caractéristiques Article de qualité *** *** Bon article Article de qualité Bon article Bon article *** Bon article Bon article
Millésimes 1990
1999 1998 1997 1996 1995 1994 1993 1992 1991 1990
Caractéristiques *** *** ** *** Bon article ** ** ** *** Article de qualité
Millésimes 1980
1989 1988 1987 1986 1985 1984 1983 1982 1981 1980
Caractéristiques Article de qualité Article de qualité Bon article *** Article de qualité ** Bon article *** Bon article Article de qualité
Millésimes 1970
1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 19722 1971 1970
Caractéristiques Bon article Article de qualité Bon article ** *** Bon article *** ** ** Article de qualité
Millésimes 1960
1969 1968 1967 1966 1965 1964 1963 1962 1961 1960
Caractéristiques ** * Article de qualité Article de qualité *** *** ** ** *** Article de qualité
Millésimes 1950
1959 1958 1957 1956 1955 1954 1953 1952 1951 1950
Caractéristiques Bon article Bon article Article de qualité Bon article Bon article *** Bon article Article de qualité ** Article de qualité
Millésimes 1940
1949 1948 1947 1946 1945 1944 1943 1942 1941 1940
Caractéristiques Article de qualité Article de qualité Article de qualité Bon article Article de qualité ** Article de qualité Bon article ** **
Millésimes 1930
1939 1938 1937 1936 1935 1934 1933 1932 1931 1930
Caractéristiques * Bon article Bon article *** ** Article de qualité Article de qualité ** ** **
Millésimes 1920
1929 1928 1927 1926 1925 1924 1923 1922 1921 1920
Caractéristiques Article de qualité Article de qualité ** Bon article ** Bon article Bon article ** Bon article Bon article
Sources : Yves Renouil (sous la direction), Dictionnaire du vin, Éd. Féret et fils, Bordeaux, 1962 ; Alexis Lichine, Encyclopédie des vins et alcools de tous les pays, Éd. Robert Laffont-Bouquins, Paris, 1984, Les millésimes de la vallée du Rhône & Les grands millésimes de la vallée du Rhône

Soit sur 90 ans, 24 années exceptionnelles, 26 grandes années, 16 bonnes années, 22 années moyennes et 2 années médiocres.

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

Le vignoble regroupe environ le tiers des vignerons du Gard. L'exploitation agricole type dans l'appellation pratique une polyculture conséquence du morcellement de la propriété. Les grands domaines de plus de 20 hectares sont en augmentation mais encore minoritaires. La petite exploitation de 10 hectares reste majoritaire (90 %) ce qui explique l'importance des caves coopératives dans l'AOC. Dans ce type d'exploitation, la partie vigne produisant des vins AOC représente 3,5 hectares et monte jusqu'à 5 hectares en y incluant le vignoble producteur de vins de pays.

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

AOC costières-de-nîmes et produits du terroir
AOC costières-de-nîmes et cuisine chinoise

Le rouge est recommandé dans l'accompagnement des viandes rouges, du gibier ou de fromages de caractère. Il est conseillé de le déguster à une température de 16 à 18 °C et se garde entre 3 et 8 ans. Les producteurs préconisent une pointe d'exotisme en mariant le costières rouge avec tajines et couscous[10].

Les vins rosés, qui accompagnent agréablement de la charcuterie, des poissons et la cuisine chinoise, se gardent 1 à 2 ans et se servent entre 10 et 12 degrés. Les vins blancs s'accordent bien avec des poissons et peuvent être servi en apéritif. Leur température de service se situe entre 13 et 14 degrés, leur durée de garde est de 1 à 2 ans. Traditionnellement un costières blanc se marie avec un pélardon[11].

Liste des producteurs[modifier | modifier le code]

AOC Costières-de-nîmes Michel Gassier, Château de Nages, Lou Coucardié

La production est assurée par 404 viticulteurs, 96 caves indépendantes, 17 caves coopératives, et 3 négociants-producteurs[12].

Aubord : Domaines Margarot

Beaucaire : Domaine des Consuls, Château Mourgues du Grès, Château de Saint-Vincent, Mas des Tourelles.

Beauvoisin : Château Bellefontaine, Vignoble Delpierre, Château Amphoux, Château Beaubois, Domaine de Calet, Cave des Grands Grès, Roque Brigitte et Jean

Bellegarde : Domaine des Aveylans, Cave Coopérative de Bellegarde, Domaine du Mas Carlot - Château Paul Blanc, Clos des Boutes, Château Laval, Domaine Notre Dame des Clairettes, Domaine Pastouret, Mas Saint-Louis la Perdrix, Château les Sources - Domaine des Cantarelles, Château les Sources de la Marine, Terre des Chardons.

Cave des Vignerons de Costières et Soleil, Générac.
Cave des Grands Vins de Pazac, Meynes.

Bezouce : Château de Bezouce, Domaine de la Patience.

Bouillargues : Domaine de Bahourat, Cave Coopérative de Bouillargues.

Le Cailar : Domaine du Grand Bourry, Domaine du Petit Bourry, Breton Arnaud.

Caissargues : Château de Belle-Coste, Château Bolchet, Château de Nages.

Garons : Domaine Sainte-Élisabeth.

Générac : Les Vignerons de Costières et Soleil, Château Grand Escalion, Château de Valcombe.

Jonquières-Saint-Vincent : Les Vignerons de Jonquières-Saint-Vincent, Château Saint-Vincent

Manduel : Château Bonice, Mas d'Alban, Mas des Bressades, Château de Campuget, Domaine Marc Kreydenweiss, Cave Coopérative de Manduel - Les Vignerons de la Voie Romaine, Château de Rozier.

Marguerittes : Cave Coopérative de Marguerittes.

Meynes : Château Clausonne, Mas des Couvin, Domaine Galus, Cave des Grands Vins de Pazac, Mas Saint-Joseph.

Milhaud : Domaine de Campagnol, Carrière Pierre.

Montfrin : Cave Coopérativede de Montfrin, Domaine du Parc Saint-Charles.

Nîmes : Domaine de Goubins, Château de la Tuilerie, Château Montroche.

Redessan : Mas d'Andrum, Cave Coopérative de Redessan - Cellier du Bondavin, Domaine du Vieux Relais.

Rodilhan : Domaine de Donadille - Lycée agricole Marie Durand, Cave Coopérative de Marguerittes et Rodilhan.

Cave des vignerons de Saint-Gilles

Saint-Gilles-du-Gard : Domaine Combe de la Belle - Christine et Philippe Briday, Caves Saint-Clair, Domaine de la Baume, Domaine de Beauchêne, Château Grande Cassagne, Château de la Haute Cassagne, Mas du Chêne, Domaine des Clément, Commanderie de Côtelier, Château l'Ermitage, Château Guiot, Château Lamargue, Château d'Or et de Gueules, La Ribasse et l'Argentière, Domaine Saint-Antoine, Château Saint-Bénézet, Château Saint-Cyrgues, Cave Coopérative de Saint-Gilles - Caves Saint-Clair, Salimandres, Château Trois Colombes les Rameaux, Château Vessière.

Sernhac : Domaine de Poulvarel.

Vauvert : Château de Beck, Vignoble Cabanis Jean-Paul, Cave pilote de Gallician, Vignobles Gibelin, Mas Mellet, Château Mas Neuf, Mas du Notaire, Château Roubaud - Vignobles Molinier, Domaine de Scamandre, Cave des Vignerons des Costières de Vauvert, Domaine Virgile, Domaine du Vistre.

Vergèze : Les Vignerons de la Voie d'Héraclès.

Vestric-et-Candiac : Domaine de la Cadenette

Caveaux de dégustation[modifier | modifier le code]

Logo des costières-de-nîmes.
AOC costières-de-nîmes rouge.

L'œnotourisme recouvre de nombreuses activités de découverte : dégustation des vins, visite de caves, rencontre avec les propriétaires, découverte des métiers et techniques de la vigne, connaissance des cépages, des terroirs, des appellations, de la gastronomie locale. À cet aspect festif s'ajoutent les activités sportives et de loisirs : promenades et randonnées dans les vignobles.

À côté des initiatives des caves particulières, une importante activité œnotouristique est mise en œuvre par le Syndicat des Vignerons des Costières de Nîmes dont les principales manifestations sont les Vignes Toquées (Balade gastronomique dans le vignoble), la bodega des Costières de Nîmes pendant les feria de Pentecôte et des vendanges, JeuDiVin (Jeudi-dégustation tout l'été) et Nîmes Toquée (Balade gastronomique et culturelle dans la ville)

Pour les touristes, une charte de qualité des caveaux de dégustation a été mise en place dans la vallée du Rhône pour l'ensemble des vignobles par Inter Rhône[13]. Elle propose trois catégories différentes d'accueil en fonction des prestations offertes par les caves[14].

La première - dite accueil de qualité - définit les conditions de cet accueil. Un panneau à l'entrée doit signaler que celui-ci est adhérent à la charte. Ce qui exige que ses abords soient en parfait état et entretenus et qu'il dispose d'un parking proche. L'intérieur du caveau doit disposer d'un sanitaire et d'un point d'eau, les visiteurs peuvent s'asseoir et ils ont de plus l'assurance que locaux et ensemble du matériel utilisé sont d'une propreté irréprochable (sols, table de dégustation, crachoirs, verres)[13].

L'achat de vin à l'issue de la dégustation n'est jamais obligatoire. Celle-ci s'est faite dans des verres de qualité (minimum INAO). Les vins ont été servis à température idéale et les enfants se sont vu proposer des jus de fruits ou des jus de raisin. Outre l'affichage de ses horaires et des permanences, le caveau dispose de fiches techniques sur les vins, affiche les prix et offre des brochures touristiques sur l'appellation[13].

La seconde - dite accueil de service - précise que le caveau est ouvert cinq jours sur sept toute l'année et six jours sur sept de juin à septembre. La dégustation se fait dans des verres cristallins voire en cristal. Accessible aux personnes à mobilité réduite, il est chauffé l'hiver et frais l'été, de plus il dispose d'un éclairage satisfaisant (néons interdits). Sa décoration est en relation avec la vigne et le vin, une carte de l'appellation est affichée. Il dispose d'un site internet et fournit à sa clientèle des informations sur la gastronomie et les produits agroalimentaires locaux, les lieux touristiques et les autres caveaux adhérant à la charte. Des plus les fiches techniques sur les vins proposés sont disponibles en anglais[15].

La troisième - dite accueil d'excellence - propose d'autres services dont la mise en relation avec d'autres caveaux, la réservation de restaurants ou d'hébergements. Le caveau assure l'expédition en France pour un minimum de vingt-quatre bouteilles. Il dispose d'un site Internet en version anglaise et le personnel d'accueil parle au moins l'anglais[16].

Cave gallo-romaine du Mas des Tourelles à Beaucaire[modifier | modifier le code]

Cette reconstitution archéologique, unique au monde, est due à une rencontre entre Hervé Durand, propriétaire du domaine et alors président du syndicat des vignerons des Costières, et le professeur André Tchernia, un des plus grands spécialistes des vins de l'Antiquité romaine. Le vigneron propose dans son caveau des vins réalisés selon les indications de Pline ou Columelle (mulsum, turriculæ et carenum), la visite d'une cave gallo-romaine reconstituée à l'identique et celle du jardin romain et son lucus[17].

École du domaine de Donadille[modifier | modifier le code]

Créé en 1961, le domaine de Donadille de Rodilhan a été fondé par la chambre d’agriculture du Gard pour servir de support pédagogique aux filières de l’enseignement supérieur. Construit sur le Mas de Donadille, il a fait l’objet de toutes les attentions de l’enseignement public afin d’en faire un lieu privilégié de l’enseignement. Depuis, le lycée Marie Durand a formé des générations de professionnels qui exercent leurs techniques dans la France entière. La cave propose des vins issus du travail des élèves et met en place lors d’évènements des microcuvées réalisées par les classes du CFA et du CFPPA.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

L'AOC costières-de-nîmes est commercialisé à 75 % sur le territoire français et exporté à 25 %[12].

Les différents secteurs de commercialisation de l'AOC costières-de-nîmes en France[12]
Catégorie  % en volume
GMS (grandes et moyennes surfaces) 46 %
Vente directe (foires et caveaux) 8 %
CHR (cafés, hôtels, restaurants) 8 %
Grossistes et négociants 6 %
VPC (vente par correspondance) 7 %

Pour l'exportation les principaux pays sont :

Pays % en volume % en valeur
Drapeau de la Belgique Belgique 22 00,0
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 16 00,0
Drapeau des États-Unis États-Unis 16 00,0
Pays scandinaves (Drapeau du Danemark Danemark Drapeau de la Suède Suède Drapeau de la Norvège Norvège) 14 00,0
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 10 00,0
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 7 00,0
Drapeau du Japon Japon 1 00,0
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 1 00,0

L'Ordre de la Boisson de la Stricte Observance[modifier | modifier le code]

Il fut remis à l'honneur le 11 octobre 1968 par le syndicat des vignerons des Costières. Il se voulait l'héritier de l'Ordre de la Boisson du même nom créé au cours du XVIIIe siècle par Jean-François de Posquières. Philippe Lamour, qui avait initié cette renaissance, indiquait à propos des membres de l'Ordre : « Ce n'était pas une réunion de buveurs, c'était une assemblée d'amateurs de bons vins et d'hommes de goût, soucieux des délicatesses de la qualité plutôt que des égarements de la quantité »[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine
  2. C'est de cette cité que sont originaires les comtes de Toulouse. Son abbatiale est classée au « patrimoine mondial de l’humanité ».
  3. Cf. L. Stouff, Arles à la fin du Moyen Âge, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1986.
  4. Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans de Languedoc (thèse), SEVPEN, 1966.
  5. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8) p. 307.
  6. Villages du Gard - Remoulins - Son histoire...
  7. Paul Marres, 1947, « La région pilote du Bas-Rhône », Annales de Géographie, vol. 56, no 304, p. 309-310
  8. Géologie du plateau des Costières
  9. (fr) « Climatologie mensuelle à Nîmes », sur infoclimat.fr (consulté le 2 juillet 2010)
  10. Recette exotique
  11. Recette locale
  12. a, b et c Costières de Nîmes (2010): Identité et Histoire, p. 3
  13. a, b et c Les exigences de la charte de qualité d'Inter Rhône
  14. Charte de qualité des caveaux de dégustation de la vallée du Rhône
  15. Les exigences de la charte de qualité d'Inter Rhône : Accueil de service
  16. Les exigences de la charte de qualité d'Inter Rhône : Accueil d'excellence
  17. La cave gallo-romaine du Mas des Tourelles
  18. Robert Bailly, op. cit., p. 73.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Confréries vigneronnes et ordres bachiques en Provence - Édisud - 1988 (ISBN 2857443439).
  • Charles Pomerol, sous la direction de, Terroirs et vins de France. Itinéraires œnologiques et géologiques, Éd. du BRGM, Orléans, 1990.
  • Jacques Maby, Côtes-du-Rhône et Costières gardoises, cohérence spatiale et humaine d’un vignoble d’appellation, Thèse de doctorat, Université d’Aix-en-Provence, 1994.
  • Jacques Maby, La trame du vignoble, géographie d’une réussite viticole en vallée du Rhône, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1995.
  • André Tchernia et Jean-Pierre Brun, Le vin romain antique, Éd. Glénat, Grenoble, 1999, (ISBN 2723427609)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]