Jacques II de Crussol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques II de Crussol
Titre 2e duc d'Uzès
(1573-1586)
Autre titre Pair de France
Baron d'Acier
Biographie
Naissance
Décès
Père Charles de Crussol
Mère Jeanne Ricard de Genouillac
Conjoint Françoise Louise de Clermont (1568)
Enfants Emmanuel Ier de Crussol

Jacques II de Crussol, dit le baron d’Acier, né le 20 juin 1540 et mort le 7 septembre 1586, est un capitaine des guerres de religion.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième fils de Charles de Crussol, vicomte d'Uzès et de Jeanne Ricard de Genouillac, il est frère d'Antoine de Crussol fait duc d’Uzès en 1565.

Jacques II de Crussol épouse, en 1568, Françoise Louise de Clermont-Tonnerre, fille d'Antoine III de Clermont, vicomte de Tallard et de Françoise de Poitiers-Valentinois, nièce de sa belle-sœur Louise de Clermont. De cette union, sont issus un fils et quatre filles.

Il porte d'abord le titre de seigneur de Beaudiné ou Baudiné, puis celui de seigneur d'Assier ou d'Acier sous lequel il joua un grand rôle, à la tête de l'armée huguenote pendant les trois premières guerres. Il combat en Languedoc ou en Dauphiné, puis rejoint les troupes de Condé et de Coligny. Il est fait prisonnier à la bataille de Moncontour.

Lors de la Saint-Barthélemy, son jeune frère Galiot, appelé seigneur de Beaudiné depuis 1566, est assassiné ; lui-même est sauvé grâce à son aîné Antoine, et est protégé après par le roi[1].

Il devient catholique et dès lors, il combat du côté du roi. En 1573, il est au siège de La Rochelle dans l'armée de Henri d'Anjou. Il devient duc d'Uzès à la mort de son frère Antoine, le 14 août 1573.

En 1574, lors de la quatrième guerre civile, il combat à la tête de l'armée royale comme lieutenant général de Languedoc contre les huguenots et catholiques unis commandés par Damville.

Lors de la création de l'ordre du Saint-Esprit par Henri III, en 1578, Jacques de Crussol, duc et pair de France, fut le second sur la liste de promotion.

Il meurt à Paris. Son fils unique, Emmanuel, lui succède dans le duché-pairie d'Uzès.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jouanna 2007, p. 158.

Bibliographie[modifier | modifier le code]