Réserve naturelle nationale de la petite Camargue alsacienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Réserve naturelle nationale de la Petite Camargue Alsacienne
Petite Camargue.jpg

Petite Camargue alsacienne

Type
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Adresse
Ville proche
Saint-Louis
Coordonnées
Superficie
904 ha[1]
Création
Administration
Petite Camargue Alsacienne
Localisation sur la carte d’Alsace
voir sur la carte d’Alsace
Green pog.svg
Localisation sur la carte du Haut-Rhin
voir sur la carte du Haut-Rhin
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg
Petite Camargue Alsacienne, Panneau.jpg
Bâtiment principal de la pisciculture impériale

La réserve naturelle nationale de la petite Camargue alsacienne (RNN60) est une réserve naturelle nationale située en Alsace. Classée en 1982, elle occupe une surface de 904 hectares et protège une mosaïque de milieux dans l'ancien lit majeur du Rhin.

Localisation[modifier | modifier le code]

Périmètre de la réserve naturelle.

Au sud de la plaine d'Alsace, le territoire de la réserve naturelle est dans le département du Haut-Rhin, sur les communes de Bartenheim, Kembs, Rosenau, Saint-Louis, Village-Neuf dans le Sundgau. Il intègre notamment l'île du Rhin, située entre le fleuve et le Grand Canal d'Alsace. Il compte 717 ha de surface terrestre et 187 ha aquatiques pour un total de 904 ha.

La réserve naturelle est traversée par l'Augraben, l'unique affluent du Rhin dans le département du Haut-Rhin, qui donne son nom à la commune de Rosenau.

Histoire du site et de la réserve[modifier | modifier le code]

La pisciculture impériale de Huningue a été construite sur ce site sous Napoléon III, en 1852 pour l'élevage du saumon et de la truite. Elle fut la première pisciculture industrielle d'Europe. Arrêtée, elle a été rouverte dans les années 1990 afin de contribuer au repeuplement du Rhin en Saumons (programme Saumon 2000).

Lors de sa création en 1982, la réserve naturelle était la première réserve naturelle nationale d'Alsace avec une surface de 120 ha. En 2006, un nouveau décret a porté la surface à 904 hectares.

La ministre de l'Écologie et du Développement durable Nelly Olin a visité la réserve naturelle le 24 juin 2006.

Écologie (Biodiversité, intérêt écopaysager…)[modifier | modifier le code]

La mosaïque de milieux composant la réserve comprend des dépressions humides, roselières et systèmes d'anciens bras du Rhin, prairies humides, pelouses sèches, prés de fauche, forêts alluviales, sources phréatiques...

Flore[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

On a dénombré dans la réserve 237 espèces de vertébrés.

Poissons[modifier | modifier le code]

  • 12 espèces de poissons

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Mammifères[modifier | modifier le code]

Reptiles et amphibiens[modifier | modifier le code]

et de nombreux invertébrés (non exhaustif):

Invertébrés, insectes[modifier | modifier le code]

Espèces invasives[modifier | modifier le code]

La réserve naturelle de la Petite Camargue Alsacienne n'est pas épargnée par la prolifération d'espèces invasives. Elle consacre beaucoup de son temps et de ses moyens à la lutte contre les Solidages, Solidago gigantea Aiton. et Solidago canadensis L. Mais elle doit aussi endiguer la fermeture des milieux ouverts (comme les pelouses sèches à orchidées) par le robinier faux-acacia au développement très rapide. En outre on notera la présence de nombreuses stations de Buddleja ou arbre aux papillon. Quelques stations de Renouée du Japon, de Sumac de Virginie, de Topinambour et de Berce du Caucase sont à noter.

Intérêt touristique et pédagogique[modifier | modifier le code]

Petite Camargue alsacienne, vaches Highland

La réserve, ouverte au public toute l'année dispose de sentiers balisés, tracés et entretenus par un groupe de retraités Français, Suisses et Allemand les Bras Cassés, qui ont également construit de nombreux observatoires dans la réserve. On peut y découvrir également :

  • Le musée mémoire du Rhin
  • Le musée mémoire du saumon
  • la Maison de la réserve : ouverte de mars à octobre tous les jours de 9 h à 17 h
  • les deux troupeaux de vaches Highland, importé d'Écosse.

Administration, Plan de gestion, règlement..[modifier | modifier le code]

La réserve est gérée par une association comprenant un collège d'élus, partenaires financiers, et un collège d'écologistes, composé de scientifiques et de naturalistes. Le nom de petite camargue alsacienne est attribué au naturaliste L.P. Lutten, ancien rédacteur en chef du journal L'Alsace.

Gestion et travaux[modifier | modifier le code]

élevage de cistudes en vue de leur réintroduction

Plusieurs programmes de réintroduction sont également menés en petite Camargue alsacienne, notamment l'un portant sur la cistude, une espèce de tortue supposée présente dans la plaine rhénane et qui aurait disparu à la fin du XVIIIe siècle. La question de l'indigénat a été posée (absence de preuve) et par là même le bien fondé de cette introduction [2] , [3]!

La petite Camargue alsacienne est également la seule réserve naturelle de France métropolitaine à accueillir en son sein une station de recherche. Financée par des fonds suisses et rattachée à l'université de Bâle, cette station de recherche mène de nombreuses études, notamment sur le comportement du rossignol.

Outils et statut juridique[modifier | modifier le code]

La réserve a été créée par un décret du conseil d'État du [4]. Ce décret a été abrogé par un décret modificatif le [5].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Introduction de Jean-Marc Parment, Vice-président fédéral, directeur de la revue, Les Vosges, Club Vosgien : Numéro spécial Eurorando 2016, Sensibiliser aux énergies alternatives, Fédération du Club Vosgien, (lire en ligne), Thème de l'énergie : Les observatoires de la Petite camargue Alsacienne : Les écluses et l'énergie de Kembs. La navigation au fil du Rhin, pages 10 et 11, avec l'association transfrontalière "Au fil du Rhin (AFDR)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Muséum national d'Histoire naturelle, « Petite Camargue Alsacienne (FR3600060) », sur Inventaire national du Patrimoine naturel, 2003+ (consulté le 26 février 2014)
  2. « Avis CSRPN Alsace », Avis n°29 du 31/01/2011 Indigénat de la Cistude d’Europe - CSRPN Alsace [PDF], sur http://www.grand-est.developpement-durable.gouv.fr/avis-csrpn-alsace-a77.html, (consulté le 3 juin 2017)
  3. « Avis CSRPN Alsace », Avis n°9 du 18/12/2008 Projet de réintroduction de la Cistude d’Europe au Woerr - CSRPN Alsace, sur http://www.grand-est.developpement-durable.gouv.fr/, (consulté le 3 juin 2017)
  4. « Décret n°82-509 du 11 juin 1982 portant création de la réserve naturelle de la Petite Camargue alsacienne (Haut-Rhin) », sur Legifrance
  5. « Décret n°2006-928 du 27 juillet 2006 portant création de la nouvelle réserve naturelle nationale de la Petite Camargue alsacienne (Haut-Rhin) », sur Legifrance