Xavier Bettel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xavier Bettel
Xavier Bettel en janvier 2016.
Xavier Bettel en janvier 2016.
Fonctions
Premier ministre du Luxembourg
En fonction depuis le
(2 ans 7 mois et 22 jours)
Monarque Henri
Gouvernement Bettel-Schneider
Législature XXIIIe
Coalition LSAP-DP-DG
Prédécesseur Jean-Claude Juncker
Bourgmestre de Luxembourg

(2 ans et 10 jours)
Coalition DP-DG
Prédécesseur Paul Helminger
Successeur Lydie Polfer-Wurth
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Luxembourg (Luxembourg)
Nationalité Luxembourgeoise
Parti politique DP
Diplômé de Université Nancy-II
Profession Avocat

Xavier Bettel
Chefs du gouvernement luxembourgeois

Xavier Bettel, né le à Luxembourg, est un homme d'État luxembourgeois membre du Parti démocratique (DP). Il est Premier ministre du Luxembourg depuis le .

Diplômé en droit à Nancy, il rejoint le DP à l'âge de quinze ans et en préside l'organisation de jeunesse entre 1994 et 2002. En 1999, il est élu à la Chambre des députés et au conseil communal de la capitale du grand-duché. À la suite des élections locales de 2011, il devient à 38 ans bourgmestre de Luxembourg. Il prend deux ans plus tard la présidence du DP.

Les élections législatives anticipées du 20 octobre 2013 ayant montré une nette progression du DP au détriment du CSV, les libéraux entament des négociations avec les sociaux-démocrates (LSAP) et les écologistes (DG). Le , Xavier Bettel devient Premier ministre et constitue un gouvernement de dix-huit membres dont les conservateurs sont absents pour la première fois depuis 1974.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Il obtient une maîtrise de droit public et de droit européen, puis un DEA en droit public et en science politique à l'université française Nancy-II. Il participe par ailleurs au programme Erasmus à l'université Aristote de Thessalonique, où il suit des cours en droit maritime et en droit ecclésiastique.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts rapides[modifier | modifier le code]

Il est membre du Parti démocratique depuis 1988, et se voit désigné aux fonctions de président de la circonscription centre et vice-président national de la Jeunesse démocratique et libérale (JDL) en 1991. De 1994 à 2002, il assume les fonctions de président national de la JDL.

Xavier Bettel postule aux élections législatives du dans la circonscription Centre et se fait élire à la Chambre des députés. Quelques mois plus tard, au cours des élections communales du , il est élu conseiller communal de Luxembourg.

Il devient avocat en 2001 et s'inscrit au barreau de Luxembourg.

Ascension[modifier | modifier le code]

En 2004, il se présente de nouveaux aux élections législatives 13 juin, où il est réélu à la Chambre des députés. À la suite des élections communales d’octobre 2005, il intègre le collège échevinal de la capitale, où il est notamment chargé de l’Action sociale et de la Jeunesse. Il est une nouvelle fois réélu lors des élections législatives du 7 juin 2009. Sortant premier sur la liste du DP de la circonscription Centre, il est nommé président du groupe parlementaire DP.

Bourgmestre de Luxembourg[modifier | modifier le code]

Xavier Bettel et le couple princier du Luxembourg à la suite de leur mariage civil, le .

À l'occasion des élections communales du , le DP confirme sa majorité relative au conseil communal de Luxembourg, ville qu'il gouverne depuis 1970, avec 33,65 % des voix, soit 10 conseillers communaux sur 27. Bettel est le mieux élu de sa formation, devançant de 514 voix Paul Helminger, au pouvoir depuis 1999.

Le , Xavier Bettel est investi comme bourgmestre de Luxembourg après avoir conclu la reconduction de la coalition avec Les Verts (DG), formée en 2005. À 38 ans, il est le plus jeune maire d'une capitale européenne. Il renonce en conséquence à ses fonctions de président du groupe DP à la Chambre.

En sa qualité de premier magistrat de la capitale luxembourgeoise, il célèbre, le , le mariage civil du grand-duc héritier Guillaume et de Stéphanie de Lannoy.

Il est élu au poste de président du Parti démocratique, avec 96,5 % des votes des membres du parti en . Il prend la suite de Claude Meisch, bourgmestre de Differdange et titulaire de cette fonctions depuis neuf ans. Il est le second bourgmestre de la capitale après Lydie Polfer à occuper la présidence du DP alors qu'il est en exercice.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Le , Xavier Bettel participe à Luxembourg à un rassemblement en mémoire des victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.

À la suite des élections législatives anticipées du 20 octobre 2013, il est désigné le comme formateur du nouveau gouvernement luxembourgeois. En effet, bien que le DP soit le troisième parti du pays, il est celui qui enregistre la plus forte progression au cours de l'élection. Il négocie alors la constitution d'une coalition dite « gambienne » avec le Parti ouvrier socialiste luxembourgeois (LSAP) et Les Verts. Avec le socialiste Etienne Schneider, ils sont perçus comme des « ambitieux » qui ont évincé du pouvoir la vieille génération[1].

Nommé Premier ministre le suivant par le grand-duc Henri, il présente son gouvernement de dix-huit membres le même jour, dans lequel Schneider exerce les fonctions de Vice-Premier ministre, ministre de l'Économie et ministre de la Défense, tandis que le technocrate Pierre Gramegna obtient le poste de ministre des Finances et que le ministre socialiste des Affaires étrangères Jean Asselborn est maintenu à son poste.

C'est la première fois depuis l'accession au pouvoir de Gaston Thorn en 1974 que les libéraux prennent la direction du gouvernement et que le Parti populaire chrétien-social (CSV) est exclu de la majorité parlementaire.

Le programme gouvernemental semble construit pour satisfaire chaque composante de la nouvelle majorité, insistant sur le développement de l'emploi cher aux socialistes, sur la rigueur budgétaire réclamée par les libéraux et le renouveau démocratique prôné par les écologistes. La coalition s'engage à proposer un nouveau texte constitutionnel assurant un renforcement des libertés citoyennes et à réviser le fonctionnement du Service de renseignement de l’État du Luxembourg (SREL), dont les dysfonctionnements ont conduit à la chute de Juncker[2].

Il démissionne alors de la mairie de Luxembourg, reprise par l'ancienne bourgmestre puis Vice-Première ministre Lydie Polfer-Wurth.

Le , la Chambre des députés adopte par 56 voix pour et 4 contre un projet de loi défendu par le ministre écologiste de la Justice Félix Braz autorisant le mariage et l'adoption pour les couples de personnes de même sexe. Le Luxembourg est ainsi le onzième pays de l'Union européenne à reconnaître le mariage pour les couples homosexuels[3]. Il fait approuver en une autre réforme de société qui concerne l'interruption volontaire de grossesse (IVG), supprimant la notion de « détresse » pour justifier le recours à l'IVG, ainsi que l'un des deux entretiens médicaux obligatoires[4].

Il conclut un accord avec les représentants des cultes le pour réaliser la séparation des Églises et de l'État. La convention ainsi passée prévoit une diminution sur vingt ans des subventions aux cultes, la fin de la rémunération des ministres du culte par les pouvoirs publics et la suppression de l'obligation pour les autorités publiques et ecclésiastiques de passer ce type d'accord. Les deux derniers points nécessitent une révision constitutionnelle, mais le CSV s'oppose à la disparition du caractère obligatoire de la convention liant État et Églises[5]. Finalement deux jours plus tard, majorité et opposition chrétienne-sociale s'entendent sur la modification constitutionnelle, assurant la disparition du versement des salaires des ministres du culte par l'État et l'affirmation de la neutralité et l'impartialité religieuses des autorités publiques[6].

Il subit une défaite politique lors du référendum constitutionnel du 7 juin 2015, les électeurs rejetant massivement les trois propositions pour lesquelles il avait mené campagne, autorisant notamment le droit de vote des étrangers et l'abaissement à 16 ans de la majorité électorale. En réaction à ces résultats, il indique avoir compris le message des électeurs, appelant le pays à rester uni malgré les divisions que peuvent causer les sujets abordés par ce scrutin et confirmant sa volonté de soumettre une nouvelle Constitution au vote de ses concitoyens en 2017[7].

À peine dix semaines plus tard, le , il fait savoir qu'il compte abandonner la présidence du DP afin de se consacrer pleinement à ses fonctions de Premier ministre[8]. Remplacé le à la présidence du DP par sa ministre de la Famille Corinne Cahen, il prend en charge le ministère de la Culture à l'occasion du remaniement ministériel opéré le 18 décembre suivant.

En se tient à Mondorf-les-Bains le séminaire informel annuel du gouvernement, à l'issue duquel il annonce qu'il présentera le à la Chambre des députés son grand projet de réforme fiscale, qu'il espère pouvoir présenter l'année prochaine la nouvelle Constitution du Luxembourg, la soumettre au vote dès les premiers mois de l'année 2018, et qu'il sera candidat à sa propre succession lors des prochaines élections législatives, prévues cette même année[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Xavier Bettel assume son homosexualité, déclarant que « les gens ne jugent pas sur le fait qu'on soit ou non homosexuel ». Il défend par ailleurs la légalisation du mariage homosexuel[10].

Il vit avec Gauthier Destenay, architecte belge, qui l'accompagne lors des cérémonies protocolaires et avec qui il a contracté un partenariat légal en 2010. Ils se marient le , ce qui fait de Bettel le premier dirigeant d'un État membre de l'Union européenne uni par un mariage homosexuel[11],[12].

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Grand-Croix de la couronne de chêne (Luxembourg) (Promotion 2014)
  • Grand Officier de l'ordre d'Orange Nassau (Pays-Bas)
  • Commandeur de la Légion d'honneur ( France)
  • Commandeur de l'ordre du Mérite (Espagne)
  • Officier de la Couronne (Belgique)
  • Officier de l'ordre du Merite (Luxembourg)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]