Débat sur l'énergie nucléaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le débat sur l'énergie nucléaire est un des sujets du débat politique. Les politiques énergétiques sont différentes d'un pays à l'autre, la majorité des pays n'a jamais produit d'électricité issue de l'utilisation de l'énergie nucléaire, d'autres ont programmé une sortie du nucléaire civil, ou bien ont décidé un moratoire pour la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, ou même acté une interdiction d'exploitation ou d'importation d'électricité d'origine nucléaire dans leur législation. D'autres ont lancé un ou plusieurs projets de centrales nucléaires. Suivant les pays des travaux de réalisation ou de démantèlement sont en cours.

La politique du nucléaire civil et sa place dans le mix énergétique font l'objet de réflexions à long terme et s’appuient sur l'arbitrage entre les risques, les conséquences sanitaires et environnementales, les implications socioéconomiques, les coûts, ainsi que les avantages et inconvénients associés à la production électro-nucléaire.

Introduction[modifier | modifier le code]

Thématiques du débat[modifier | modifier le code]

Le débat sur l'énergie nucléaire porte sur plusieurs questions distinctes, qui impliquent essentiellement :

ainsi que :

Les évolutions technologiques futures, visant à améliorer la production d’énergie d’origine nucléaire, font l’objet d’une thématique à part entière (nouvelles générations de réacteurs nucléaires);

Participants au débat[modifier | modifier le code]

Industriels du secteur[modifier | modifier le code]

Des industriels du secteur (Areva devenu Orano, Électricité de France, Toshiba-Westinghouse Electric, Mitsubishi Heavy Industries, etc.) exercent des actions de lobbying sur les pouvoirs publics visant à promouvoir l’énergie nucléaire (construction de nouveaux réacteurs, attribution de budgets de recherche…) comme de publicité à destination de l'opinion publique.

Organisations non gouvernementales nationales et internationales[modifier | modifier le code]

Logo antinucléaire dit « soleil souriant ».

Des organisations non gouvernementales, nationales et internationales opposées à l’utilisation de l’énergie nucléaire (Greenpeace, Les Amis de la Terre, Réseau Sortir du nucléaire, WWF, etc.) exposent à l'opinion publique leurs conceptions quant aux risques nucléaires et au caractère non nécessaire de l'énergie nucléaire, afin de la mobiliser pour peser sur les États de sorte qu'ils restreignent son utilisation (fin de l’exploitation des centrales nucléaires en service ou de faire annuler les projets de nouveaux réacteurs nucléaires, en vue de la sortie du nucléaire civil).

Le débat de sortie du nucléaire a déjà été tranché par certain pays. En France, ce thème fait partie du débat mais a du mal à s'affirmer vu le poids du nucléaire dans le mix énergique dans la production d'électricité. En octobre 2021, Association négaWatt utilisant le concept d'économie d'énergie NégaWatt dessine un scénario pour atteindre la neutralité carbone autour de trois directions : sobriété, efficacité et renouvelables. Cela se traduit par les choix structurants, pas de construction de nouveau réacteur nucléaire, une consommation d’énergie divisée par deux, une production électrique 100 % issue des énergies renouvelables. Ce scénario prévoit la fermeture du dernier réacteur nucléaire en 2045. Cela nécessiterait à prioriser les besoins essentiels dans les usages individuels et collectifs. Il s’agit, par exemple, d’éliminer les gaspillages, de contenir l’étalement urbain, de préférer le vélo à la voiture…[1],[2].

Certains écologistes sont favorables à l'utilisation de l'énergie nucléaire[3],[4]. Elles s'efforcent de faire valoir les avantages écologiques de l'énergie nucléaire. D'autres organisations soutiennent le nucléaire civil, comme la Société française d’énergie nucléaire (SFEN), qui informe et produit des analyses sur l'énergie nucléaire depuis 1972 et promeut un « écomodernisme » présentant le nucléaire comme « un allié durable de la transition énergétique mondiale »[5], ou la Société nucléaire européenne, qui se donne pour objectif de promouvoir et de contribuer à l'avancement de la science et du génie liés à une utilisation pacifique de l'énergie nucléaire.

États[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

En France, il s'agit surtout :

Le débat a aussi été porté en France à la CFDT par Bernard Laponche, polytechnicien (1957) et docteur ès sciences (physique des réacteurs nucléaires)[8], qui a participé à l'élaboration des premières centrales nucléaires françaises au Commissariat à l'énergie atomique, de 1961 à 1973.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, il s'agit de la Commission de régulation nucléaire (Nuclear Regulatory Commission ou NRC) qui est l'agence indépendante du gouvernement des États-Unis, fondée par la loi de réorganisation de l'énergie (Energy Reorganization Act) en 1974 et ouverte en 1975.

Japon[modifier | modifier le code]

Au Japon, il s'agit actuellement de la nouvelle Autorité de réglementation du nucléaire créée le à la suite de l'accident nucléaire de Fukushima

Organisations, agences et institutions internationales[modifier | modifier le code]

Des organisations internationales telles l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ou l’Agence pour l'énergie nucléaire (AEN) ont pour objectif officiel de promouvoir les usages pacifiques de l’énergie nucléaire (à travers des actions d’information, de communication, etc.) et limiter ses usages militaires (contrôle du respect du Traité de non-prolifération nucléaire), et d’organiser la coopération (normalisation des règles de sûreté nucléaire, recherche et développement conjointe, etc.) entre les différents pays. L'eurodéputée Rebecca Harms (Alliance 90 / Les Verts) a accusé l'AIEA de partialité et critique notamment, parmi d'autres personnalités ou organisations, son contrôle de la communication de l'Organisation mondiale de la santé (OMS)[9], se déclarant en faveur d'une indépendance de cette dernière par souci de la neutralité de l'expertise sur le sujet de la santé[10].

Associations locales[modifier | modifier le code]

Des associations locales, constituées par des riverains des centrales nucléaires pour défendre leur environnement local (par exemple Stop Golfech en Tarn-et-Garonne, le Comité pour la sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin, Médiane en Provence, Virage énergie Nord-Pas-de-Calais, etc.) se soucient des conséquences de la pollution radioactive sur l'agriculture et la santé.

Autres[modifier | modifier le code]

D’autres acteurs, favorables ou non à l'énergie nucléaire, participent au débat : de nombreuses associations nationales ou locales (Nimby), des organismes de recherche, des experts, des citoyens, des syndicats et partis politiques, etc.

De manière informelle, un lobby nucléaire est engagé dans le débat sur l'énergie nucléaire qui met en jeu de nombreux acteurs (industriels, technocrates, organisations étatiques, associations d'expert, associations écologiques…), en avançant les arguments pro-nucléaires.

Les risques liés au nucléaire[modifier | modifier le code]

Introduction[modifier | modifier le code]

L’appréciation des risques liés à l’industrie nucléaire, en particulier de ce qui conduirait à un accident nucléaire grave, constitue un thème central du débat. Comme l'écrivent Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage et Daniel Hémery dans leur ouvrage d'histoire de l'énergie « l'aléatoire industriel […] ne naît pas avec l'électronucléaire, mais avec lui, il atteint à l'excessif et à l'incalculable[11] ».

Le risque d’accident nucléaire grave ou d’un autre problème impliquant l’industrie nucléaire (détournement à des fins militaires notamment) est universellement reconnu et le débat porte d’une part sur l’évaluation de sa probabilité et, d'autre part, sur la gravité des conséquences. L’évaluation combinée de ces deux facteurs offre à une perception globale du risque. Ces débats tournent donc autour de la formulation du principe de précaution et de la prévention des risques.

En France le principe de précaution, inscrit dans la Charte de l'environnement (2004), a valeur constitutionnelle.

Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage et Daniel Hémery écrivent dans leur ouvrage : « le nucléaire déplace les risques, avec lui ce sont les cycles écologiques qui peuvent se trouver contaminés sans que l'on puisse agir sur cette contamination. Même si la probabilité de l'accident est très réduite, le nucléaire introduit dans l'histoire humaine la notion de risque majeur. Ce n'est plus seulement une population statistique définissable qui est concernée mais, potentiellement, l'espèce elle-même »[12]. C'est également le sentiment de Jacques Ellul qui soutient que « la question de la possibilité du risque technologique majeur éclipse celle de sa probabilité »[13]. Pour ces auteurs, le principe de précaution exige donc la prévention des risques liés au nucléaire en raison de la possibilité, même faible, d'une catastrophe nucléaire.

Cette perception globale, suivant qu’elle amènera à considérer le risque comme acceptable ou non, constitue une ligne de démarcation majeure entre partisans et opposants à l'énergie nucléaire.

Étude sur la perception des risques en France[modifier | modifier le code]

En France, l'IRSN a mesuré a relevé en 2007 une perception différente des experts et de l'opinion publique sur l’importance des risques nucléaires  : les retombées radioactives de la catastrophe de Tchernobyl présentent un risque « élevé » voire « très élevé » pour 54 % du grand public contre 18 % des experts interrogés, les déchets radioactifs entraînent un risque élevé pour 57 % du grand public et 25 % des experts et les centrales nucléaires sont dangereuses pour 47 % du grand public et 19 % des experts[14].

Les propos tenus par des journalistes interprétant, 10 ans après l'évènement, de manière imagée et récurrente (Le Parisien, 1er octobre 2019), les positions rassurantes des organismes officiels lors de la catastrophe de Tchernobyl ont joué un rôle certain dans la résistance psychologique du public français face à l'industrie nucléaire[15].

Risque d’accident grave[modifier | modifier le code]

Prise en compte du risque d’accident par l’industrie nucléaire[modifier | modifier le code]

L'industrie nucléaire, des scientifiques et des chercheurs du domaine font valoir qu'une culture de la sûreté nucléaire s'est développée, et que la conception d'une centrale nucléaire intègre une « analyse de sûreté » visant à réduire à la fois la probabilité de survenance d’un accident nucléaire et ses conséquences potentielles, grâce à deux logiques d’analyse :

  • Une analyse probabiliste, utilisée au niveau international, cherche à calculer une probabilité de survenance pour chaque problème potentiel, puis cherche à prendre des mesures pour minimiser cette probabilité (on parlera de « sécurité active »).
  • Une analyse déterministe, adaptée aux évènements réfractaires à un calcul de probabilité (comme le risque terroriste ou sismique[16]) consiste — à partir du principe que le problème survient — à chercher à en réduire les conséquences (par exemple en créant des enceintes de confinement). On parle alors de « sécurité passive ».

L'erreur humaine, réfractaire à tout calcul probabiliste ou déterministe, est présente à l'origine ou à toute étape dans la chaîne des incidents menant à une défaillance majeure dans le cycle de vie du processus industriel nucléaire[17],[18],[19].

Les opposants au nucléaire estiment que cette prise en compte des risques par les industriels est insuffisante pour assurer la sûreté nucléaire. Selon eux, des contraintes de rentabilité peuvent pousser les industriels ou l’État à sous-évaluer certains risques[20].

Par ailleurs, des documents confidentiels révélés par le Réseau Sortir du Nucléaire et issus de la communication interne d'Areva montrent que les centrales nucléaires françaises ne sont pas adaptées pour résister à la chute d'avion de ligne terroriste[21]. Un documentaire Arte de 2015, montre la problématique du risque terroriste nucléaire[22].

L'étude des scénarios d’accidents sert surtout à bien dimensionner la prévention par rapport aux risques réels[23],[24]. Plusieurs centrales sont jugées comme étant exposées à des risques sismiques ou d'inondation non négligeables et non pris en compte[25]

La catastrophe de Fukushima a obligé la filière nucléaire à se préparer à des situations jugées jusqu'alors trop peu probables. Un certain nombre d’améliorations ont été demandées pour faire face à un séisme ou à une inondation telles que renforcer la robustesse des installations existantes et des capacités d’organisation (par exemple des groupes électrogènes diesels d’ultime secours, des digues de protection plus élevées, une force d’intervention rapide , etc.)[26]. La capacité des centrales nucléaires françaises à faire face à des aléas climatiques extrêmes a été significativement renforcée depuis 2011, mais l'ensemble des mesures post-Fukushima ne seront pas mises en œuvre avant 2035[27].

Selon lRSN les probabilités que de tels accidents se produisent en France sont très faibles :

  • l’analyse des incidents survenus à la centrale nucléaire du Blayais lors de la tempête du , classé au niveau 2, montre que, selon la conclusion du rapport sur le contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires du Sénat en 2000 : « il est difficile de parler d’accident au sens commun du terme mais plus d’incident sérieux : à aucun moment nous ne sommes trouvés en présence d’une défaillance du réacteur lui-même mais de systèmes de sécurité redondant. L’image la plus exacte est peut-être celle de la voiture dont le freinage normal fonctionne mais non le frein à main et les airbags, elle peut continuer à rouler mais son niveau de sécurité n’est pas satisfaisant. Aussi parler d’accident au sens de Three-Milles-Island ou de Tchernobyl est-il non seulement excessif mais intellectuellement malhonnête »[28].

Probabilité d’occurrence d’un accident nucléaire[modifier | modifier le code]

Un accident nucléaire peut avoir de nombreuses causes : internes (rupture de tuyauterie, perte d'un système de refroidissement ou de l'alimentation électrique, etc.) ou externes (séisme, guerre, terrorisme, etc). L'exploitant est, et reste, le principal responsable en cas d'accident, hormis en cas de guerre ou d'attentat (qui relèvent des autorités de Défense). Des réseaux de recherche se construisent dans le monde pour étudier le risque d'accident grave et les moyens de le réduire, dont en Europe avec le programme SARNET (Severe Accident Research NETwork of excellence), cofinancé par la Commission européenne, créé en mars 2004. Il regroupe des organismes représentant environ deux cents chercheurs travaillant sur les accidents graves de réacteurs[29].

Pour un réacteur nucléaire à eau pressurisée (REP) tels ceux exploités en Europe de l’Ouest, le risque de fusion du cœur est estimé à 5.10-5 (soit 1/20 000) par réacteur et par an[30]. Les centrales équipées de réacteurs de type REP intègrent des enceintes de confinement en béton dans le but d’empêcher les matériaux radioactifs de se répandre dans l’environnement en cas de fusion du cœur. C’est ce qui s’est passé à la centrale nucléaire de Three Mile Island (voir ci-dessous). Une étude du MIT[31] estime que la probabilité de rupture de l’enceinte de confinement en cas de fusion du cœur est de 10 %.

Les anti-nucléaires contestent les conclusions de ces études, en arguant de la partialité des organismes les ayant financés. Ils affirment que les risques réels sont bien supérieurs et citent diverses défaillances qui, d’après eux, contredisent les études officielles (notamment l’inondation de la centrale nucléaire du Blayais en , ou, plus récemment, les conséquences d’un tremblement de terre sur la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa en , la mauvaise communication sur la fuite de la centrale nucléaire de Krško en ). D’autre part, ils rappellent qu’il existe toujours dans le monde (mais pas en France) des centrales en activité dont les réacteurs ne disposent pas d’une enceinte de confinement (c’est le cas des réacteurs de type RBMK comme ceux de la centrale nucléaire de Tchernobyl).

Typologie d’un accident nucléaire grave[modifier | modifier le code]

Un accident majeur pourrait aussi résulter d'un enchainement de petites erreurs ou de circonstances défavorables ou aggravantes. Pour cette raison, en France, l'inspecteur général de la sûreté nucléaire rappelait en 2005 que « même si, en regard d’autres industries, nos activités nucléaires sont sûres et les marges importantes, nous devons faire preuve d’une vigilance encore plus forte qu’ailleurs en raison des risques potentiels »[32].

Trois types principaux d'accident grave sont possibles sur les centrales nucléaires :

  • le feu de sodium, dans les réacteurs refroidis au sodium liquide (ex. : Superphénix en France, fermé ou le réacteur Monju de la Centrale nucléaire de Tsuruga au Japon) ;
  • les accidents de perte de refroidissement (du réacteur ou de la piscine de stockage du combustible usé). Ils sont à cinétique plutôt lente (le combustible fond plusieurs heures après l'arrêt de la réaction nucléaire faute d'un refroidissement suffisant, par exemple, à la suite d'une panne du système de refroidissement du combustible ou d'un manque d'eau). Le déroulement peut être plus rapide voire assez brutal en cas de vidange accidentelle rapide du réacteur ou de la piscine de stockage de combustible, à la suite par exemple, d'une rupture d'intégrité des tuyauteries ou de la structure[33] ;
  • les accidents de réactivité[34], à cinétique plus rapide, où la réaction nucléaire s'emballe et conduit à une production massive d'énergie dans le cœur du réacteur. Cette énergie peut conduire à la fusion du combustible et par suite à une perte de radionucléides toxiques et radioactifs dans le circuit primaire.

Dans les deux derniers cas, en cas de mise à l'air du combustible, un scénario redouté est celui de formation massive d'hydrogène par hydrolyse de l'eau à haute température et sous l'effet des rayonnements α, β et γ (phénomène dit de « radiolyse »[35]), catalysée en condition humide par des réactions chimiques entre le métal des gaines du combustible et l'eau)[35]. Par la suite, l'enceinte du réacteur peut être endommagée par une explosion d'hydrogène, ou à cause d'une explosion vapeur due à l'interaction entre le combustible fondu et l'eau.

Sur les réacteurs les plus récents, le danger de voir un accident de réactivité conduire à une explosion du réacteur (comme à Tchernobyl), est maintenant jugé improbable ; ces réacteurs intégrant des mesures actives et passives de sécurité, des avaries techniques ne suffiraient plus à conduire à ce type d'accident, il faudrait cumuler un non-respect complet des procédures de conduite et la désactivation de nombreuses sécurités.

Une autre possibilité d'accident grave est liée au transport du combustible nucléaire neuf, usagé, retraité[36],[37],[38],[39],[40]. Il se fait par camion ou train et le simple risque d'un accident de la route ou ferroviaire ne peut pas être négligé. Des transports ont lieu aussi par bateaux, avant et après le traitement du combustible usé, lorsqu'il vient du ou retourne vers le pays d'origine des matériaux résultant des processus industriels (combustible neuf, plutonium, MOX, déchets vitrifiés...).

Les accidents nucléaires au cœur du débat[modifier | modifier le code]

Un accident nucléaire se produit lorsqu'au moins un de ces trois domaines n'est pas maîtrisé :

  • maîtrise de la réactivité : Tokai Mura, Tchernobyl
  • maîtrise du confinement : Tchernobyl, Fukushima
  • maîtrise du refroidissement : Three Mile Island, Fukushima

Les accidents les plus fréquemment mis en avant (et analysés à titre d'exemple par le physicien Jean-Louis Basdevant dans son livre "Maîtriser le nucléaire"[41] ) sont :

  • l'accident nucléaire de Three Mile Island en 1979, classé au niveau 5 sur l’échelle internationale des évènements nucléaires (INES)[42], où, en dépit de la fusion partielle du cœur du réacteur, les personnes irradiées ont (selon la Société américaine pour l’énergie nucléaire) reçu en moyenne l’équivalent d’une radio des poumons[43], grâce à l’enceinte de confinement ;
  • la catastrophe de Tchernobyl en 1986, classée au niveau 7 sur l’échelle INES, qui illustre les conséquences d’un accident majeur. Les opposants à l’énergie nucléaire mettent notamment en avant le fait que le vieillissement des installations (et le vieillissement des matériaux soumis à irradiation) conduit à une augmentation du risque d’accident grave. Les physiciens, concepteurs et exploitants de réacteurs nucléaires pointent quant à eux la conception des RBMK (notamment réacteur non-stable et absence d'enceinte de confinement [44]) qui est largement différente de celle des réacteurs occidentaux en service à l'époque REP, REB et CANDU. Cette catastrophe de grande ampleur sur un réacteur RBMK jeune au moment de l'accident (connecté au réseau en 1983) a ainsi pour causes les défauts notoires de conception, les manques de formation des opérateurs et intervenants (manque de culture de sûreté, non-respect des procédures d'exploitation et des règles élémentaires de sûreté) et des moyens insuffisants d'intervention et organisation de crise[45].
  • l'accident nucléaire de Fukushima en 2011, sur des réacteurs de type Mark 1, de conception ancienne, de General Electric[46]. Il s'agit de la deuxième catastrophe de centrale nucléaire de l'histoire classée au niveau 7, le plus élevé sur l'échelle internationale des événements nucléaires (INES), caractérisée, à la suite de la coupure de l'alimentation électrique et d'une défaillance des générateurs de secours, par la perte du système de refroidissement qui a entraîné la fusion du combustible de trois des six réacteurs de la centrale, le volume important des rejets radioactifs dans l'air et l'Océan Pacifique du à la rupture des enceintes de confinement, à l'explosion des bâtiments provoquée par l'hydrogène, à l'eau utilisée pour le refroidissement en continu des cœurs de réacteurs transformés en corium.

Il s'agit d'accidents très différents tant par leurs causes que leurs conséquences sur l'environnement et par la manière dont ils ont été gérés :

  • à TMI et à Fukushima les cœurs ont fondu, faute d'eau de refroidissement, après arrêt de la réaction nucléaire (maîtrise du refroidissement) ; la présence d'une enceinte de confinement à TMI a limité les conséquences sanitaires de cet accident.
  • de plus, à Fukushima,
    • sachant qu'historiquement les tsunamis de cette ampleur sur la côte pacifique du Japon ne sont pas rares, la protection de la centrale contre de tels tsunamis était sous-estimée[47],[48] (maîtrise du refroidissement),
    • afin de maintenir l'intégrité globale des caissons de confinement insuffisamment résistants[46], les dépressurisations volontaires de ces caissons ont eu pour conséquences des rejets conséquents (maîtrise du confinement) et les explosions des superstructures des bâtiments réacteurs dues à l'hydrogène rejeté sous les toits dans un espace confiné.
    • ensuite les refroidissements des cœurs en circuit ouvert ont entraîné d'autres rejets importants d'eau radioactive en mer (maîtrise du confinement).
  • à Tchernobyl, un emballement de la réaction nucléaire d'un réacteur instable, consécutif à un essai non maitrisé par manque de culture sûreté[49], a conduit à une explosion (maîtrise de la réactivité et du confinement). Il n'est d'ailleurs pas certain qu'une enceinte de confinement autour du réacteur de Tchernobyl aurait pu résister à la puissance de l'explosion. Il y a eu aussi fusion du cœur et formation d'un corium contenant une grande quantité de plutonium[41] ;
  • l’accident de Tokaimura en 1999 illustre les risques liés au facteur humain: manque de formation et de culture sûreté du personnel (maîtrise de la réactivité)[50],[51].

Risques liés à l’impact des installations nucléaires en fonctionnement normal[modifier | modifier le code]

Risques liés aux rejets radioactifs des installations nucléaires[modifier | modifier le code]

Les centrales nucléaires et plus généralement la plupart des installations nucléaires, réalisent en fonctionnement normal des rejets radioactifs atmosphériques et liquides dans l'environnement. Ces rejets peuvent donc entraîner une exposition radiologique de la population. En France, ils font à ce titre l'objet :

  • d'un processus d'autorisation auprès de l'ASN, au cours duquel l'impact de ces rejets sur la population est évalué ;
  • d'une comptabilisation permanente par les exploitants (avec des contrôles ponctuels réalisés par l'IRSN).

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) estime qu'en France l'exposition moyenne due aux installations nucléaires est de 0,01 mSv[52], pour une exposition totale d'environ 4,5 mSv en moyenne dont exposition naturelle : 2,9 et artificielle (médicale et autre) : 1,6[53].

Risques liés à l’extraction du minerai[modifier | modifier le code]

Les mines d’uranium françaises sont toutes fermées aujourd’hui. 76 000 tonnes d'uranium ont été extraites du sous-sol français. 17 sites de stockage contiennent les résidus de traitement des minerais d'uranium sur le territoire français[54]. Les anciens sites sont presque tous sous responsabilité d'Orano. Ces sites ont fourni 52 millions de tonnes de minerais, ont laissé environ 166 millions de tonnes de stériles radioactifs et 51 millions de tonnes de résidus de l’exploitation[55], considérés non dangereux, ont été laissés sur place[56]. De faible activité, leur important volume induirait pourtant des risques : dégagement de radon, dissémination de radium emporté par l’eau de pluie pouvant polluer l'aeu et se concentrer dans les végétaux[57]. La CRIIRAD dénonce la contamination des eaux potables et la dispersion de ferrailles contaminées par les mines exploitées, dans plusieurs régions françaises[58], et au Niger, d’où provient une partie de l’uranium utilisé en France[59].

Risques sanitaires liés à l'énergie nucléaire[modifier | modifier le code]

Selon un grand nombre d'études, les risques réels pour la santé de l'énergie nucléaire sont sans commune mesure avec les préjugés que suscite cette technologie[60]. Une étude parue dans la revue médicale The Lancet, à partir des résumés des données de communauté médicale mondiale par l'UNSCEAR et l'OMS, montre que l'énergie nucléaire a provoqué moins de décès et de blessés que chacune des autres énergies majeures, qu'elles soient fossiles comme le charbon, le pétrole et le gaz, ou renouvelable, comme l'hydroélectricité[61], logique confirmée par des calculs étendus aux autres sources renouvelables sur Forbes[62]. Ainsi, selon une autre étude du Goddard Institutede la NASA par le climatologue et lanceur d'alerte James E. Hansen, l'utilisation de cette énergie a permis d'éviter 1,84 million de décès prématurés sans compter les risques liés à l'émission de 64 milliards de tonnes d'équivalent CO2, comme un changement climatique brutal[63]

Risques liés au refroidissement des centrales[modifier | modifier le code]

Pour assurer leur refroidissement, les installations nucléaires, comme les centrales thermiques à flamme, prélèvent puis rejettent de l’eau dans les rivières ou la mer.

Selon un rapport d’EDF, « annuellement, en moyenne, le volume d’eau nécessaire au fonctionnement du circuit de refroidissement d’un réacteur est compris entre 50 millions de mètres cubes (si le refroidissement est assuré par un aéroréfrigérant) et 1 milliard de mètres cubes (si l’eau est rejetée directement dans le milieu naturel), soit respectivement un besoin de 6 à 160 litres d’eau prélevés pour produire 1 kWh ». « 98 % de l’eau prélevée est restituée à la source », mais cette eau est rejetée à une température élevée générant une pollution thermique[64].

La chaleur affecte l’écosystème des rivières et des milieux marins. La réglementation française régissant le fonctionnement des centrales impose des limites aux rejets d’eau chaude et aux rejets chimiques. Selon le Réseau Sortir du nucléaire, lors de la canicule 2003, six centrales françaises ont rencontré des problèmes pour se conformer aux limites de température, et le réseau a pu répertorier trente journées où les rejets sont sortis de la limite règlementaire, malgré les dérogations accordées cette année-là par l’Autorité de sûreté nucléaire (ces dépassements d'autorisation sont des « anomalies » de niveau 1 sur l'échelle INES, et sont en France publiés sur le site de l'ASN). Les antinucléaires critiquent vivement ces décisions, le Réseau Sortir du nucléaire accuse EDF de « sacrifier l’environnement au profit de la production nucléaire »[65].

Les canicules de 2003 et de 2006 ont suscité des problèmes pour les centrales nucléaires dus au débit insuffisant des rivières lors de l’étiage : certains réacteurs ont dû fonctionner à bas régime, d’autres être arrêtés, l’eau manquant dans les rivières ou étant trop chaude (le faible débit des rivières ne permettant pas une dilution des rejets suffisante). Les rejets d’autres centrales ont dépassé les limites habituelles des règles environnementales et nécessité une dérogation aux normes accordée par l’ASN[66]. Lors de la canicule de 2003, EDF a tenté, sans succès, de refroidir un bâtiment réacteur de Fessenheim en l’arrosant[67]. Température élevée du bâtiment qui n'était d'aucun danger pour la partie nucléaire de la centrale et qui n'était pas dû au manque d'eau durant cette période de canicule[68].

Le réchauffement climatique en cours montre la vulnérabilité des centrales actuelles à l'élévation de la température[69] que ces centrales ainsi que les nouvelles doivent donc intégrer[70],[71].

Durant les canicules de l'été 2022, EDF est contraint de baisser la puissance de certains réacteurs et de demander des dérogations temporaires aux règles d'exploitation, afin de pouvoir augmenter la limite réglementaire de la température des rejets d'eau de refroidissement[72],[73]. Cette dérogation est accordée jusqu'au 11 septembre 2022 pour cinq centrales (Golfech, Blayais, Saint-Alban, Bugey et Tricastin)[74].

Risques liés à la gestion des ressources humaines[modifier | modifier le code]

Pour des raisons de coûts, EDF fait un recours massif à la sous-traitance en cascade. Un rapport parlementaire a noté jusqu'à huit niveaux de sous-traitance[75]. Les salariés des sous-traitants sont moins bien payés que les salariés d'EDF et sont également moins bien formés. Leur suivi médical est insuffisant[76]. Un salarié précaire va parfois chercher à minimiser la valeur d'irradiation montrée par son dosimètre individuel de peur de perdre son emploi[77].

Pendant le confinement de 2020, certaines centrales ont fonctionné avec 25% de leur personnel sur place[78].

Risques liés à la prolifération nucléaire et au terrorisme[modifier | modifier le code]

Risques de détournement du nucléaire civil au profit d’un armement nucléaire[modifier | modifier le code]

Une des missions de l'AIEA, depuis 1965[79], est de « repérer le détournement des matières fissiles et garantir l'application du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires »[80]. L'AIEA et son directeur ont à ce titre reçu en 2005 le Prix Nobel de la paix pour « l’AIEA sont récompensés « pour leurs efforts, visant à empêcher que l’énergie nucléaire soit utilisée à des fins militaires » »[81]. Les accords de garanties de l'AIEA visent explicitement non seulement les « matières fissiles » mais aussi toutes les « matières nucléaires » (définies comme « toute matière brute ou tout produit fissile spécial[82] tels qu'ils sont définis à l'article XX du Statut de l'AIEA ». Les accords de garanties généralisées contiennent des possibilités dérogatoires reconnaissant aux États le droit d'affecter des matières nucléaires à des « applications militaires non interdites » basées sur les propriétés fissiles de ces matières[83]. Certains États ont demandé la levée des garanties afférentes à l'uranium naturel ou appauvri utilisé pour la production de céramiques[84] ou émaux, par exemple, ou comme catalyseur en pétrochimie, de même que les garanties concernant l'uranium appauvri utilisé comme ballast dans les aéronefs[84] ou coques ou quilles les bateaux[84] et, sur un plan militaire, dans certains projectiles perforants anti-blindages[84].

L'AIEA distingue ; 1) les matières nucléaires « directement utilisables » pour fabriquer des armes et autres dispositifs explosifs nucléaires sans retraitement ni enrichissement supplémentaire ; ce sont plutonium, excepté celui qui contient 80 % ou plus de plutonium 238, l'uranium contenant 20 % ou plus d'uranium 235, ainsi que l'uranium 233[84]. 2) les matières « utilisables indirectement » qui nécessitent d'être irradiées ou enrichies pour être utilisables dans une arme nucléaire[84]. 3) les « matières nucléaires séparées directement utilisables » qui sont des matières nucléaires d'emploi direct ayant été séparées des produits de fission, ce qui leur permet d'être utilisées pour faire des armes avec traitement bien plus léger et rapide que si ces matières étaient encore mélangées à des produits de fission hautement radioactifs[84].

  • Bien que les réacteurs civils utilisent de l’uranium faiblement enrichi à moins de 5 % en 235U, les installations de production du combustible (notamment d’enrichissement de l'uranium) pourraient en effet, avec des développements spécifiques être utilisées pour fabriquer de l’uranium propre à un usage militaire (>90 % en 235U). L'AIEA précise que « plus de 80 % des travaux de séparation nécessaires pour produire de l'uranium contenant l'isotope 235 en concentration égale ou supérieure à 90 % servent à passer du niveau observé à l'état naturel (0,71 % d'uranium 235) à un enrichissement d'environ 4 %. La taille de l'installation haut de gamme nécessaire pour atteindre des niveaux élevés en partant de 4 % est beaucoup plus petite que s'il fallait partir de l'uranium naturel »[84].
  • le plutonium produit dans les réacteurs électrogènes pourrait être utilisé dans la fabrication d’une bombe après traitement du combustible irradié. Cependant, la composition isotopique du plutonium contenu dans le combustible irradié n’est pas compatible avec une utilisation militaire et demande des traitements supplémentaires.

Le développement des explosifs atomiques a historiquement précédé le développement de l’industrie nucléaire civile, qui n’est donc pas absolument nécessaire à un programme militaire.

Certains pays hautement industrialisés disposent de programmes civils avancés et pourraient produire des ogives nucléaires en quelques mois [réf. nécessaire] ; c’est le cas notamment de l’Afrique du Sud ou du Japon. Ces pays s'inscrivent dans le système des accords garanties de l'AIEA[85], tous fondés sur le document INFCIRC/153, « Structure et contenu des accords à conclure entre l'Agence et les États dans le cadre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires »[86]. C'est-à-dire qu'ils se livrent volontairement à la surveillance de l'AIEA, selon 3 types possibles d'accord de garanties, plus ou moins exigeants par les engagements souscrits par les États, par la portée des activités et en matière d'obligations de vérification de la part des inspecteurs de l'AIEA[84]. Un protocole additionnel à l'accord (aux accords) est possible entre un État (des États) et l'Agence internationale de l'énergie atomique relatif(s) à l'application des garanties[87].

La filière nucléaire au XXIe siècle oriente le marché vers le développement des Small Modular Reactors (SMR) qui sont de petits réacteurs nucléaires. Le succès économique des SMR impliquerait une forte dispersion géographique mondiale, s’accompagnant d’un risque structurel de détournement des combustibles SMR vers des usages hostiles. Mais au plan technologique, les SMR pourront être dotés de cœurs combustibles dissuasifs anti-proliférants, soit chargés d’uranium faiblement enrichi, pour des durées de vie de quelques années (déjà irradiés donc contenant des actinides radiotoxiques rendant la manipulation dangereuse), soit, à l’opposé, chargés d’uranium très enrichi pour des durées de vie égales à celles du SMR, le cœur étant indissociable de sa structure métallique, mais contenant en fin de vie de grandes quantités de plutonium[88].

Bombe radiologique[modifier | modifier le code]

Des matières radioactives pourraient être détournées et utilisées avec des explosifs classiques pour fabriquer une bombe radiologique (« bombe sale »). En 1996, une capsule de césium associée à de la dynamite a ainsi été retrouvée dans un parc de Moscou sur les indications de rebelles islamiques de la république séparatiste de Tchétchénie[89],[90].

Le risque de détournement et trafic de matières radioactives existe tout au long du cycle du combustible nucléaire mais également dans les stocks civils comme ceux des hôpitaux, où des produits radioactifs sont utilisés à des fins de diagnostic ou de traitement, notamment en médecine nucléaire et en cancérologie (curiethérapie). Par ailleurs, des stocks de matière fissibles se déplacent (dont sur le territoire français) en camion ou en train[91]. Il y a donc un risque de vol de matières fissiles non négligeable. De nouveaux moyens de détection, plus sensibles sont en cours de perfectionnement ou miniaturisation pour la détection de matériaux fissiles dans les ports et aéroports ou aux frontières[92]. L'une des pistes explorées consiste à rechercher des traces de rayonnement gamma, et d'exciter les colis ou contenants suspects pour leur faire émettre des neutrons facilement détectables.

Attaques contre des sites nucléaires[modifier | modifier le code]

Des centrales nucléaires ou autres installations nucléaires de bases pourraient faire l’objet d’attaques terroristes. L’enceinte de confinement des réacteurs nucléaires occidentaux actuels n’est pas conçue pour résister à l’impact d’un avion commercial gros porteur[21],[22].

Une polémique oppose ainsi le Réseau Sortir du nucléaire aux entreprises nucléaires EDF et Areva, ainsi qu’aux autorités françaises, à propos du projet de nouveau réacteur nucléaire EPR. Selon l’organisation antinucléaire, un document « confidentiel défense » issu d’EDF reconnaîtrait la vulnérabilité de l’EPR face à un crash suicide, mais selon Areva et le gouvernement français, l’EPR « a été adapté à la chute éventuelle d’un avion de ligne »[93].

Sécurité du transport des matériaux radioactifs[modifier | modifier le code]

Pour alimenter les centrales en combustible neuf et pour évacuer les combustibles usagés, des convois transportent régulièrement par la route des matériaux radioactifs. Malgré les précautions prises (encadrement par des véhicules de la gendarmerie nationale, en particulier), le risque concernant la sécurité (et non la sûreté) ne serait pas négligeable, par exemple l'attaque terroriste d'un convoi, selon un documentaire diffusé en par Arte, par exemple lors d'un transfert entre Marcoule et La Hague[94].

Risques pour la démocratie[modifier | modifier le code]

En 1968, des critiques de l’industrie nucléaire mettent en avant des risques supposés pour la démocratie.

Selon le philosophe et sociologue français Jean-Pierre Le Goff dans son livre « Mai 68, l'héritage impossible » (1998) :

« Le nucléaire n’est pas seulement dangereux. La décision de son développement est un « fait accompli technocratique » qui s’est effectué sous la pression d’un « lobby » présent au sein de l’appareil d’État. Il entraîne un type de surveillance du personnel et des populations incompatibles avec les libertés démocratiques. Le journaliste Michel Bosquet (connu aussi sous le nom André Gorz) dans un article de la revue Le Sauvage « de l’électronucléaire à l’électrofascisme » dénonce un nouveau « despotisme » entraîné par le développement de l’énergie nucléaire. La société nucléaire qui se met en place n’est pas seulement, une « société policière » selon la terminologie de l’époque, elle est dirigée par « une caste de techniciens militarisés », une « chevalerie nucléaire », qui serait soustraite à la loi commune. Comprenant des dizaines de milliers de membres, cette caste « contrôlera et régira des centaines de milliers de civils », « appareil militaire, elle exercera sa domination au nom des impératifs techniques de la méga machine nucléaire ». Pour Brice Lalonde et Dominique Simonet, animateurs des amis de la Terre, le développement du nucléaire risque d’amener vers le « totalitarisme technocratique ». »[95],[96]

Selon l’écrivain autrichien Robert Jungk dans son livre "Der Atomstaat" (1977) :

le nucléaire nécessite un pouvoir politique fort et centralisé, voire policier dans les cas les plus extrêmes, pour gérer les risques importants liés à son utilisation (risques de vols de matériel radioactif, d’attentats, d’espionnage, etc.). De manière plus ou moins marquée selon les pays, les employés de ce secteur ou les figures d’opposition à cette énergie sont surveillés par les forces de sécurité déniant le droit de regard du citoyen sur les affaires de l’État[97].

Au XXème siècle, en France, des luttes citoyennes contre le développement de l'énergie nucléaire ont été couronnées de succès : Projet de centrale nucléaire de Plogoff, Arrêt du surgénérateur de Creys-Malville.

Le nucléaire civil français est une émanation directe des structures du nucléaire militaire, par l'intermédiaire du CEA, dont l'un des administrateurs à l'époque de la création de la filière EDF, Pierre Guillaumat, affirmait en 1986 : « il n'y a pas eu de bifurcation entre le civil et le militaire »[98],[99].

En France, la qualité de l’information sur les dangers du nucléaire et sur la radioprotection est essentielle afin de garantir la transparence de l’exploitation de cette énergie[100]. Depuis 1973, l’information du public est du ressort du Conseil supérieur de la sûreté et de l’information nucléaires (CSSIN), remplacé en 2008 par le Haut Comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN)[101]. Cet organisme consultatif regroupe des parlementaires, des experts, des représentants de l’industrie nucléaire et de l'administration et des représentants d’organisations syndicales et d’associations de protection de l’environnement[102], de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et des Commissions locales d’information (CLI).

Le transport du combustible nucléaire neuf ou usagé, pour chargement, stockage et/ou retraitements met en place des moyens sûreté et de sécurité nécessitant le secret(date des transports, route des convois, qualité et nature des matières, quantité, haute protection policière ou militaire, recours au secret defense), ce qui déroge à la transparence de l'information mise en avant[36].

Risques induits par une guerre[modifier | modifier le code]

La possibilité d’un conflit armé conventionnel sur un territoire ayant des réacteurs nucléaires en exploitation ou à l'arrêt doit faire l’objet d'analyses de risque[103]. Selon le journaliste du Monde Jean-Michel Bezat, « Le monde est entré dans une ère où le nucléaire civil est devenu une cible et une arme » révélant la dangerosité de l’énergie nucléaire en temps de guerre[104].

Le 7 juin 1981, la centrale de Tammouz de deux réacteurs nucléaires d'une puissance totale de 70 MW, située à une quinzaine de kilomètres à l'est de Bagdad en Irak, connue sous le nom de Osirak, conçue à destination de la recherche, a été détruite lors d'un bombardement mené par Israël avant sa mise en activité[105].

En 2022, lors de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) exprime ses inquiétudes sur la situation et appelle à « un maximum de retenue pour éviter toute action qui mettrait les sites nucléaires du pays en danger ». L'AIEA estime que cette guerre « pose des menaces graves et directes à la sécurité de ces lieux et de leur personnel », avec « le risque d'un accident ou incident nucléaire qui mettrait en danger la population de l'Ukraine, des États voisins et de la communauté internationale »[106],[107],[108]. L’armée russe s’empare de la centrale nucléaire de Zaporijjia. L'exploitation et la sûreté technique restent assurées. À la suite de l’assaut contre cette centrale, un incendie, qui s’est déclenché dans un bâtiment voisin, est maîtrisé[109],[110]. La centrale de six réacteurs fournit une grande partie de l’électricité du pays. C'est la première fois qu'un conflit militaire se déroule dans un pays doté d'un large programme nucléaire[111]. Selon le directeur de la CRIIRAD, cette situation peut mener à « un scénario absolument catastrophique » et « des réacteurs sont en train d'être mis à l'arrêt. La mise en refroidissement est lancée, cela présente des risques particuliers. Même lorsque les six réacteurs seront mis à l'arrêt, il faudra continuer à refroidir encore pendant des mois les réacteurs, leurs combustibles. C'est vital que cette fonction de refroidissement soit garantie »[112]. Un accident ou une explosion à la centrale de Zaporijjia qui comprend six réacteurs, pourrait entraîner des conséquences bien plus graves que celles de l'accident du réacteur Nº4 de Tchernobyl en 1986. À Zaporijjia, un tel accident pourrait résulter de nouvelles attaques ou d'une perte des alimentations électriques qui empêcheraient le système de refroidissement des réacteurs de fonctionner et pourraient mener à une explosion (tel que cela s'est produit à Tchernobyl)[113].

Selon les données mises à jour par l'AIEA en 2020, l'Ukraine possède 15 réacteurs opérationnels produisant 51,2 % de l'électricité du pays ; deux réacteurs sont en construction[114].

Conséquences d'un accident grave ou majeur[modifier | modifier le code]

Le risque est la fusion du cœur avec rupture de l'enceinte de confinement (que l'origine de la fusion soit un accident de refroidissement ou un accident de réactivité). La probabilité d'un tel accident est jugée faible, mais ses conséquences sont potentiellement graves.

Au-delà de la probabilité de survenance d’un accident nucléaire grave, le débat porte aussi sur ses conséquences. Elles peuvent être humaines, économiques, sociales, sanitaires, géopolitiques, écologiques. Elles sont potentiellement considérables, voire catastrophiques[115].

Conséquences acceptables ou inacceptables d'un risque majeur[modifier | modifier le code]

L'argument principal des pro-nucléaires en matière de risque majeur est que l’industrie nucléaire intègre des normes de sûreté (et de sécurité)[116] assez sévères pour rendre la probabilité de survenance d’un accident grave suffisamment faible pour que le risque soit acceptable. De plus, les progrès technologiques futurs devraient permettre de réduire encore plus le risque à l’avenir. Ils estiment que parmi tous les risques existants (dont les catastrophes naturelles), le nucléaire est un risque plutôt mineur ou acceptable. Cette vision a été amendée à la suite de la catastrophe de Fukushima. Selon Jacques Repussard, directeur de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) en 2013 « la doctrine probabiliste qui a largement prévalu à la conception initiale des réacteurs n'est plus acceptable par la société, au regard de l'ampleur des conséquences pour les populations et les territoires. De facto, elle consistait à faire l'impasse sur des risques à très faible probabilité »[117].

Les opposants au nucléaire font valoir qu'il s'agit d'un risque de trop pris par l'homme alors que selon eux d'autres solutions techniques existent. Ils estiment que la question des déchets nucléaires n'est pas réglée et présente des risques inacceptables pour les générations futures et l'environnement, et que le risque zéro d'accident majeur n'existe pas dans ce domaine. Pour eux, si la probabilité d'accident majeur semble relativement faible, elle est quasiment certaine sur une période suffisamment longue, avec - quand l'accident survient - des conséquences potentielles d'une ampleur telle qu’elles deviennent inacceptables. Or, dans le domaine du risque majeur, selon un conseiller de la CGT, « pour apprécier la gravité d’un risque, c’est la gravité potentielle des conséquences de l’accident qui doit être la référence et non pas le taux d’occurrence probable car un risque à probabilité d'occurrence faible peut être de grande ampleur par ses conséquences »[118]

L'approche financière, c'est-à-dire l'évaluation monétaire, est réductrice pour un accident majeur dont les conséquences irrémédiables rendraient invivables pour l'humanité des zones géographiques étendues pouvant comprendre des métropoles.

Conséquences Humaines[modifier | modifier le code]

Quelles sont les sources d'énergie les plus sûres et les plus propres ?


L'expérience acquise depuis plus d'un demi-siècle permet d'évaluer la probabilité d'accident mortel par kWh et de la comparer à celles des autres énergies : même en prenant en compte les évaluations les plus pessimistes sur les morts liées à Tchernobyl et Fukushima ainsi qu'aux mines d'uranium, la mortalité due à l'électricité nucléaire est de 90 décès par billion (= mille milliards) de kWh (0,1 décès aux États-Unis) contre 100 000 décès pour le charbon (10 000 décès aux États-Unis), 36 000 décès pour le pétrole, 4 000 décès pour le gaz naturel, 24 000 décès pour la biomasse, 1 400 décès pour l'hydroélectricité (mais seulement 5 décès pour l'hydroélectricité américaine), 440 décès pour le solaire photovoltaïque et 150 décès pour l'éolien (plusieurs techniciens se tuent chaque année en tombant lors de l'installation ou de la maintenance des éoliennes)[119].

Nombre hypothétique de décès mondiaux qui auraient résulté de la production d'énergie si la production d'énergie mondiale avait été satisfaite par une seule source, en 2014[120].

Le bilan humain des accidents nucléaires fait toujours débat. Par exemple, concernant la catastrophe de Tchernobyl, « le Comité scientifique des Nations unies pour l'étude des effets des rayonnements ionisants (Unscear) ne reconnaît officiellement qu’une trentaine de morts chez les opérateurs et pompiers tués par des radiations aiguës juste après l’explosion. En 2006, l’ONG Greenpeace a évalué à près de 100 000 le nombre de décès provoqués par la catastrophe »[121].

Conséquences financières[modifier | modifier le code]

Des économistes[122] font valoir que si des provisions comptables - limitées - existent pour le démantèlement et les déchets des centrales nucléaires, celles pour le risque d'accident majeur sont d'un montant notoirement insuffisant.

L'estimation financière porte sur[123]:

  • Les coûts sur site liés à, la perte du ou des réacteurs, la décontamination du site, etc. ;
  • Les coûts hors site des conséquences radiologiques directes et des mesures prises pour les réduire comprenant les interdictions alimentaires;
  • Les coûts d’image, c'est-à-dire les pertes économiques à prévoir sur la non-vente de denrées ou autres biens de consommation, sur les exportations, sur le tourisme;
  • Les coûts de la production électrique réduite à la suite des décisions d'acteurs de la société (politique, autorités, pression internationale…);
  • Les coûts liés aux modifications des conditions de vie et des facteurs socio-économiques dans les territoires contaminés, qui peuvent être fortes (zones d’exclusion) ou plus modérées (zones contaminées habitées sous condition de surveillance ou de restriction);

En 2007, l'Institut national de radioprotection et de sûreté nucléaire(IRSN) a estimé qu'un accident nucléaire de type catastrophe de Tchernobyl qui se produirait en France pourrait coûter jusqu'à 5 800 milliards d'euros[124].

En 2013, un accident majeur d'origine nucléaire similaire à la catastrophe de Fukushima au Japon pourrait coûter à la France 430 milliards d'euros selon une étude publiée en par l'IRSN qui a réactualisé son estimation[24],[125].

En 2016, le gouvernement japonais estimait le coût de la catastrophe de Fukushima à 188,5 milliards d'euros[126]. Sans prendre en considération les conséquences sanitaires au Japon et ailleurs, ni le coût de la pollution de l’air et de l’océan.

Conséquences économiques et sociales[modifier | modifier le code]

Un accident nucléaire peut perturber la vie économique et sociale, à l’échelle du pays, par l’interruption des activités humaines sur une zone contaminée. Il peut nécessiter d’adapter la vie sociale et économique et d’assurer la réhabilitation du territoire concerné si les personnes et les entreprises sont déplacées[127].

En France, les objectifs prioritaires sont de maintenir autant que faire se peut la continuité des activités économiques et sociales : le maintien des conditions de vie des personnes mises à l’abri ou déplacées, la protection des consommateurs et des professionnels vis-à-vis des denrées alimentaires ou produits manufacturés éventuellement contaminés, le maintien des activités essentielles en se fondant sur les plans de continuité d’activité et sur toutes les ressources en personnels équipés et formés disponibles, le maintien, au meilleur niveau, des activités économiques, dans le strict respect des règles de sécurité au travail, la mise à l’arrêt en toute sécurité des installations, industrielles notamment, qui pourraient se révéler dangereuses après l’évacuation de leur personnel[127]. L’État devrait donc indemniser les dommages au-delà des plafonds de responsabilité et supporter les impacts économiques et sociaux bien au-delà de ce que pourraient financer les opérateurs responsables en premier ressort et les assureurs.

Les conséquences économiques et sociales peuvent être importantes et entrainer le bouleversement de la vie de nombreuses personnes (environ 150 000 personnes autour de Fukushima au Japon, environ 270 000 autour de Tchernobyl en Ukraine l)[128].

Les conséquences économiques pour l’ensemble des activités d'un pays comprennent par exemple la perte de revenus liés au tourisme, ou à la baisse des exportations de certains produits pourtant non contaminés et les coûts liés à la production d’électricité. Les problèmes d’image se poursuivent chaque année aux dates anniversaires de l'accident, entraînant la persistance des difficultés pour les activités économiques et humaines concernées et pour les revenus des personnes qui en vivent[129].

Le chantier de la centrale de Fukushima est infiltré par les gangs nippons : un yakuza a été arrêté pour emploi illégal d’ouvriers dans les zones contaminées[130].

Quatre ans après la catastrophe, la pêche demeurait interdite dans la préfecture de Fukushima, la pollution radioactive des sédiments marins est très importante (elle atteint par endroits 5 000 becquerels par kilo (Bq/kg))[131]

En 2021, quinze États maintiennent des restrictions sur les importations de produits alimentaires de la région de Fukushima, depuis la catastrophe de 2011[132].

Conséquences de santé publique[modifier | modifier le code]

Les personnes peuvent être exposées à de forts rejets radioactifs dus à[100] :

  • une exposition externe (contamination externe ou irradiation) lorsque les produits radioactifs sont situés en dehors de l’organisme ;
  • une exposition interne (contamination interne) lorsque les produits radioactifs se déposent à l'intérieur de l'organisme (par inhalation, ingestion, blessure ou brûlure).

Dans le cas où les populations avoisinantes seraient soumises à d'importantes expositions aux radiations, la santé publique pourrait être mise en danger par contaminations externe et interne. La contamination par inhalation ou ingestion de produits contaminés est en effet durable par l'intermédiaire de la chaîne alimentaire et, en particulier, de l'eau, des sols et des cultures vivrières et élevages ou gibiers[133].

On parle d’urgence radiologique lorsqu’un évènement nucléaire risque d’entraîner « une émission de matières radioactives ou un niveau de radioactivité susceptibles de porter atteinte à la santé publique[100]

Les rejets d'éléments radioactifs nocifs pour la santé peuvent être : des gaz rares (krypton, xénon), de l’iode radioactif, du césium, du tellure ou encore du strontium. L’ingestion de comprimés d’iode stable, qui se fixe sur la glande thyroïde, permet une protection contre l’iode radioactif, qui ne peut pas se fixer sur la glande déjà saturée en iode. Les autres rayonnements ionisants nécessitent d’autres mesures de protection de la population (mise à l’abri, évacuation)[100].

Conséquences géopolitiques[modifier | modifier le code]

Lors de la catastrophe de Tchernobyl, le corium généré par la fusion du cœur s'est enfoncé dans le sol de l'installation avant de s'étaler, par chance, après la vidange de l'eau se trouvant dans les infrastructures. Selon Jean-Louis Basdevant, physicien, qui a publié un ouvrage intitulé "Maîtriser le nucléaire", interrogé par l'association antinucléaire Réseau Sortir du nucléaire:« dans ce déchet ultime, figuraient 300 kg de plutonium et Vassili Nesterenko, physicien nucléaire, déclara : "Nous avons frisé à Tchernobyl une explosion nucléaire. Si elle avait eu lieu, l’Europe serait devenue inhabitable" »[41].

L’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA), rattachée aux Nations-Unies, l'Association des autorités de sûreté nucléaire des pays d'Europe de l'Ouest (WENRA), le Groupement européen des autorités de sûreté nucléaire (ENSREG) sont des lieux d'échange d'expériences, de mutualisation de savoir et savoir-faire, d'arbitrage, de coopération internationale permettant aussi de gérer les conséquences d'un accident grave ou majeur dans l'énergie nucléaire[134],[135]. La WENRA a participé au test de résistance des centrales nucléaires après l’accident nucléaire de Fukushima en 2011 dans l’Union européenne en élaborant le concept, les spécifications techniques ainsi que la procédure pour la vérification des rapports du test de résistance[136]. L'ENSREG relève des centaines de carences de sûreté à l'échelle du continent, sans préconiser de fermeture de centrale, concluant : « En général, la situation est satisfaisante, mais nous ne devons avoir aucune complaisance ». En particulier, les stress tests européens post-Fukushima révèlent des carences de sûreté dans toutes les centrales nucléaires françaises. Par exemple, les équipements de secours en cas d'accident ne sont pas correctement protégés des éléments, à la différence des réacteurs allemands, britanniques, espagnols ou suédois. Ces problèmes avaient été relevés par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française dans son propre rapport, et EDF s'est engagé à y remédier[137]. La mise en œuvre des mesures et préconisations a pris du retard, elles ne seront complètement effectives pour l'ensemble des centrales françaises que durant la décennie 2030[138],[27].

Le projet de rejet dans le Pacifique, prévu sur 30 ans à partir de 2023, de l'eau radioactive stockée près de la centrale nucléaire sinistrée de Fukushima suscite l’indignation en Chine, en Corée du Sud et à Taïwan. La Corée du Nord et la Russie ont aussi critiqué la décision japonaise[132].

Un groupe d'experts japonais mis en place par le Premier ministre Abe publie en janvier 2020 un rapport qui évalue l'impact pour les Japonais du rejet de toute l'eau dans la mer en un an à une dose de rayonnement de 0,000 71 à 0,000 81 millisieverts, négligeable par rapport au rayonnement naturel de 2,1 millisieverts par an[139]. L'Agence internationale de l'énergie atomique approuve sa méthode de calcul des doses[140]. Un rapport officiel sud-coréen de 2020 a révélé que l'eau traitée ne présentait « aucun problème du point de vue de la science »[141].

Conséquences écologiques[modifier | modifier le code]

« Lors d’accidents nucléaires, la contamination de l’environnement touche la faune (effets similaires à l’homme), la flore, les cultures et les sols (transfert à l’homme via l’eau et l’alimentation) »[100].

L'ampleur géographique de ces conséquences, qui dépend fortement des conditions météorologiques, d'effets de cumul de plusieurs accidents, des contre-mesures mises en œuvre ou encore de l'éloignement des centres d'habitation, fait largement débat entre les acteurs du nucléaire et leurs opposants :

  • les acteurs de l'industrie nucléaire considèrent généralement que la zone significativement impactée par un accident de ce type serait probablement de l'ordre de quelques dizaines de kilomètres de rayon ;
  • les anti-nucléaires vont jusqu'à considérer que certains accidents majeurs pourraient rendre inhabitables des zones géographiques de la taille d’un pays, et que les risques de dispersion puis de reconcentration par la chaine alimentaire de radionucléides sont importants.

Les dépôts rémanents de césium 137 à l’échelle régionale/continentale sont les marqueurs géographiques des zones géographiques impactées[128].

Dans le cas de Tchernobyl, on a un évènement qui est à l’échelle continentale, on note des dépôts relativement significatifs jusqu’en Grèce au sud, en Russie à l’est, en Scandinavie au nord et au Pays de Galle à l’ouests[128].

En termes d’étendues des zones impactées par la catastrophe de Fukushima, on a au Japon un évènement d’importance régionale avec des dépôts qui s’étendent jusqu’à 250 kilomètres de la centrale accidentées[128].

Quatre ans après la catastrophe, autour de la centrale accidentée, la radioactivité des sédiments marins atteint par endroits 5 000 becquerels par kilo (Bq/kg) et des niveaux de contamination très supérieurs à la limite tolérée (100 Bq/kg) sont observés chez certains poissons[131].

La pollution radioactive de l'océan Pacifique a été estimée à 27 millions de milliards de becquerels par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) français, qui souligne que le « rejet radioactif en mer représente le plus important apport ponctuel de radionucléides artificiels pour le milieu marin jamais observé »[142].

Des opérations de décontamination dans la zone de plus forte contamination sont menées autour de la centrale accidentée. Les forêts ne sont pas décontaminées. Les opérations de décontamination générent des déchets radioactifs pour des centaines d'années et doivent être stockés. Il en est de même de l’eau de refroidissement contaminée[26](L'eau contaminée contient du césium, strontium, tritium et autres substances radioactives). À Fukushima, Il est prévu de rejeter l’eau de refroidissement contaminée dans le Pacifique en 2023, ce qui mécontente les pays voisins[132].

Sûreté nucléaire[modifier | modifier le code]

La sûreté nucléaire recouvre la prévention des accidents et la limitation de leurs conséquences. D’une manière plus générale, elle comprend l’ensemble des dispositions prises à tous les stades de la conception, de la construction, du fonctionnement et de l’arrêt définitif pour assurer la protection des travailleurs, de la population et de l’environnement contre les effets des rayonnements ionisants. Certaines notions sont soit communes aux installations industrielles à risque, comme la notion de culture de sûreté[143], soit liées à des caractéristiques particulières du fonctionnement d’un réacteur nucléaire.

La sûreté du réacteur est obtenue si l’on maîtrise parfaitement trois fonctions de sûreté : le contrôle de la réaction en chaîne, le refroidissement du combustible nucléaire et le confinement de la radioactivité.

À l’inverse, toute défaillance concernant l’une de ces trois fonctions de sûreté peut se traduire par un incident ou un accident. La recherche de la meilleure sûreté possible lors de la conception d’une centrale nucléaire a conduit à mettre au point des méthodes d’analyse et une terminologie qui guident les concepteurs dans leurs choix. On doit ainsi étudier des conditions de fonctionnement précisément définies, qui vont du fonctionnement normal aux incidents et aux accidents peu fréquents ou limitatifs, ou des agressions externes qu’elle doit pouvoir supporter, telles qu’un tremblement de terre, une inondation ou une chute d’avion. Dans le travail d’analyse, on cherche à éviter les défauts de mode commun, on applique le principe du critère de défaillance unique, ou, pour faciliter la conduite de l’installation en situation accidentelle très dégradée, on développe l’approche par états, pour citer quelques exemples propres à ce domaine[144].

De plus, le concept de défense en profondeur, dont la mise en œuvre s'est généralisée, est pour beaucoup dans les progrès enregistrés depuis plusieurs décennies sur le plan de la sûreté nucléaire.

Principes fondamentaux[modifier | modifier le code]

La sûreté nucléaire couvre l’ensemble des dispositions techniques et d’organisation prises à tous les stades de la conception, de la construction, du fonctionnement et de l’arrêt d’installations nucléaires pour en assurer un fonctionnement normal, prévenir les accidents et en éliminer les conséquences pour la santé et l’environnement. Dans le domaine nucléaire, la sûreté a toujours été une préoccupation essentielle du monde scientifique et industriel. Le nucléaire et l’aviation sont des exemples uniques de la technologie du monde occidental où la sûreté a joué un rôle prépondérant depuis le début de leur développement. Les progrès technologiques, la qualification et la formation du personnel, la dosimétrie, les mesures de prévention et gestion des accidents, et une efficacité règlementaire renforcée ont permis de réduire les risques et les probabilités d’accidents nucléaires.

Défense en profondeur[modifier | modifier le code]

Dans son principe, la défense en profondeur consiste à prévoir la mitigation d'un risque, même faible, si ses conséquences sont jugées inacceptables.

Dans l'industrie nucléaire, la défense en profondeur prévoit notamment l'application du « critère de défaillance unique ». Ce critère impose que les études de scénario accidentel prennent systématiquement en compte la défaillance du principal organe et du moyen qui aurait pu y faire face. Ainsi, tout dispositif de sécurité est redondant (au moins doublé, voire triplé…).

Lors de ses études le concepteur doit notamment faire la chasse à tous les « modes communs » envisageables (avoir deux diesels générateurs de secours, mais de même technologie, donc pouvant avoir des défauts de construction commun par exemple). Le tremblement de terre étant par définition un « mode commun » en termes de conséquence sur la centrale (il s'applique systématiquement à toute la centrale), sa prise en compte est particulièrement sensible. La défense en profondeur prévoit notamment la présence de recombineurs d'hydrogène dans le bâtiment réacteur[145], et sur les EPR, la mise en place d'un récupérateur de corium[146].

Plusieurs barrières[modifier | modifier le code]

A la suite des accidents majeurs ayant eu lieu dans le monde[147], la nouvelle génération de réacteurs nucléaires EPR prend en compte la défense en profondeur nécessaire en renforçant les barrières à la diffusion de la radioactivité en dehors des réacteurs : double enceinte de confinement, cuve de récupération de corium sous les réacteurs.

Pour l'industrialisation des EPR, une recherche d'optimisation des coûts nécessite de faire plus simple : la double enceinte de confinement a été abandonnée et il n’y a plus que trois systèmes de sauvegarde au lieu de quatre[148]. « L’ASN considère que les objectifs généraux de sûreté, le référentiel de sûreté et les principales options de conception sont globalement satisfaisants »[149].

Évaluation et suivi de la gravité des incidents ou accidents[modifier | modifier le code]

Elle se fait notamment par la dosimétrie. En 2020/2021, un drone spécialisé a été mis au point pour mieux cartographier la radioactivité et son évolution (monitoring) dans la région de Fukushima[150].

Maîtrise des fonctions de sûreté[modifier | modifier le code]

Contrôle de la réaction en chaîne[modifier | modifier le code]

Dans un réacteur nucléaire la réaction en chaîne peut être initiée et contrôlée par des opérateurs en salle de contrôle ou par des systèmes automatiques, via des protocoles et des dispositifs propres à la fission nucléaire.

La réaction en chaîne du réacteur nucléaire est pilotée et contrôlée par l'introduction ou retrait de barres de contrôle fabriquées à partir de matériaux absorbant les neutrons(suivant la conception l'arrêt d'urgence nécessite de disposer d'électricité ou est permise par la seule gravité)

Refroidissement du combustible[modifier | modifier le code]

Le refroidissement du combustible du cœur du réacteur nécessite d'évacuer efficacement la chaleur qui se dégage du combustible(circuit primaire par fluide calloporteur en général de l'eau).

Pour pouvoir évacuer la chaleur résiduelle en cas d'urgence, les centrales nucléaires conservent en permanence un système de refroidissement. Si un tel système ne fonctionnait pas, l'augmentation de la température pourrait conduire à une fusion du cœur du réacteur nucléaire.


Confinement de la réactivité[modifier | modifier le code]

Cela consiste à empêcher la dispersion de produits radioactifs : produits d’activation et produits de fission. L'activité est très faible comparée à celle des produits de fission concentrés dans les crayons combustibles. Il s'agit donc avant tout de se prémunir d'une dispersion accidentelle de ces produits de fission : c’est l’objectif de base de la sûreté. Pour cela, la méthode consiste à surveiller très étroitement les trois enveloppes successives qu’on appelle les trois barrières : la gaine du combustible, le circuit primaire et l’enceinte de confinement.

Analyse de sûreté[modifier | modifier le code]

L’analyse de sûreté a pour objectif de confirmer que les bases de conception des éléments importants pour la sûreté sont adéquates.

Réglementation et acteurs[modifier | modifier le code]

Au niveau de l’exploitant[modifier | modifier le code]

C’est l’exploitant qui est responsable de la sûreté de son installation car lui seul est à même de poser les gestes concrets qui influencent directement la sûreté. La sûreté est dès lors une priorité absolue pour les exploitants; en effet, une exploitation sûre garantit non seulement la protection du personnel, de la population et de l’environnement mais aussi le bon fonctionnement des installations à long terme.

Autorités de sûreté et les organismes agréés[modifier | modifier le code]

Ce sont généralement des organismes administratifs indépendants rattachés à un ministère du pays considéré, dont l’objectif est de veiller à ce que la population et l’environnement soient protégés d’une manière efficace contre le danger des rayonnements ionisants.

Exemples d'autorités de sûreté nucléaire de différents pays : l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) pour la Belgique, la Commission Canadienne de Sûreté Nucléaire (CCSN) pour le Canada, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) pour la France, l'Inspection Fédérale de la Sécurité Nucléaire (IFSN) pour la Suisse, etc.

Au niveau international[modifier | modifier le code]

Les différents acteurs du nucléaire se regroupent au sein d'instances internationales comme l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA/IAEA), l’Agence pour l'énergie nucléaire (AEN), l'Association nucléaire mondiale (ANM/WNA), l'Association mondiale des exploitants nucléaires (WANO). Les autorités de sûreté nucléaire ont par ailleurs des groupements spécifiques : l'Association des autorités de sûreté nucléaire des pays d’Europe de l’Ouest (WENRA), le Groupement européen des autorités de sûreté nucléaire (ENSREG) et l'Association internationale des autorités de sûreté nucléaire (INRA).

Ressources fissibles[modifier | modifier le code]

Évaluation des ressources[modifier | modifier le code]

D’après l’OCDE-AEN (livre rouge), les ressources minières en uranium répertoriées aujourd’hui dépassent un total de 17 millions de tonnes. Soit 300 ans de consommation actuelle, à des conditions d’accès toutefois très différentes. Les réserves de minerai à coût d’exploitation inférieur à 40 $ le kilogramme sont suffisantes pour 30 ans (60 ans pour moins de 80 $ le kg). Enfin, la généralisation de la technologie des réacteurs à neutrons rapides (moins consommateur d’uranium) permettrait de multiplier la durée de vie prévisionnelle des réserves par un facteur 50 (soit de 60 ans à 3 000 ans de consommation au rythme actuel)[réf. nécessaire].

Toujours d’après l’OCDE-AEN, l’exploitation des ressources non conventionnelles (phosphates, eau de mer) permettrait de multiplier les réserves par 100.

En 2003, l’extraction minière de l’uranium couvre environ la moitié des besoins de l’industrie. La fourniture d’uranium est en effet assurée pour une autre moitié par des sources secondaires : stocks d’uranium militaire surnuméraires par rapport aux besoins (États-Unis et Fédération de Russie), uranium et plutonium de retraitement[151].

D’autre part, l’apparition du concept de « développement durable » dans le débat sur l’écologie et le réchauffement climatique amène à s’interroger sur la place de la filière nucléaire. L’énergie nucléaire, bien que faiblement émettrice en gaz à effet de serre, est non renouvelable, mais l’évaluation de la durée prévisionnelle de consommation des ressources est sujette à débat car elle dépend des techniques mises en œuvre (par exemple la surgénération) mais aussi du niveau de la demande, qui pourrait changer de manière importante selon que la filière nucléaire se développe ou, au contraire, décline.

Approvisionnement et indépendance énergétique[modifier | modifier le code]

Provenance des approvisionnements[modifier | modifier le code]

L’approvisionnement en uranium provient de zones géographiques diversifiées (Canada, Afrique, Australie, Asie), politiquement plus stables que certains pays exportateurs de pétrole, comme ceux du Moyen-Orient. Selon le ministère français de l’Économie, cette stabilité constitue une garantie quant à la sécurité d’approvisionnement. En France, la dernière mine d'uranium a fermé ses portes en 2001[152], l'extraction d'uranium devenant non rentable pour cause de minerais trop pauvres[153].

Les six premiers pays producteurs sont : le Canada (30 % du total), l’Australie (21 %), le Niger (8 %), la Namibie (7,5 %), l’Ouzbékistan (6 %) et la Russie (6 %).

En 2022, pour faire fonctionner ses 56 réacteurs nucléaires français, répartis sur 18 centrales, EDF a besoin de 8 000 à 10 000 tonnes d’uranium naturel en moyenne chaque année. EDF se fournit essentiellement en combustible auprès d'Orano. Orano produit actuellement de l’uranium au Kazakhstan (pour 45 %), au Canada (pour 30 %) et au Niger (pour 25 %). Sur la période de 2005 à 2020, les 138 230 tonnes d'uranium naturel importés par la France provenaient pour 92,5 % de six pays : Kazakhstan (20,1 %), Australie (18,7 %), Niger (17,9 %), Ouzbékistan (16,1 %), Namibie (12,3 %) et Canada (7,4 %)[154].

Hors convention statistique discutable selon le journaliste Pierre Breteau, si l’on considérait comme énergie primaire le combustible nucléaire plutôt que la chaleur issue de sa réaction, la France n'atteindrait au maximum que 12 % de taux d’indépendance énergétique[154].

Stocks de combustible[modifier | modifier le code]

La très haute densité énergétique des combustibles fissibles permet d’en stocker de grandes quantités et évite donc les problèmes de flux tendus présents dans l’approvisionnement en pétrole et en gaz naturel. Ainsi, même en cas d’instabilité ou de crise politique dans les pays exportateurs de combustible fissible, le stockage permet d’éviter une pénurie pendant une, voire plusieurs années.

Selon un document de Swissnuclear, la sécurité de l’approvisionnement en combustible est élevée, puisque « chaque centrale nucléaire peut faire de manière simple de grandes réserves, correspondant à plusieurs années de production[155] » ; par ailleurs, selon le CEA, le combustible reste plusieurs années dans le cœur des réacteurs[156]. Le cycle du combustible nucléaire de son extraction à sa vitrification en déchet ultime est d'une quinzaine d'années. Un assemblage combustible étant brulé dans un réacteur pendant une période allant de trois à quatre ans.

Indépendance énergétique[modifier | modifier le code]

Le taux d’indépendance énergétique est le rapport entre la production nationale d’énergies primaires (charbon, pétrole, gaz naturel, nucléaire, hydraulique, énergies renouvelables) et les disponibilités totales en énergies primaires, une année donnée. Ce taux peut se calculer pour chacun des grands types d’énergies ou globalement toutes énergies confondues. Un taux supérieur à 100 % (cas de l’électricité en France) traduit un excédent de la production nationale par rapport à la demande intérieure et donc un solde exportateur[157].

Selon les ressources des différents pays utilisant du combustible nucléaire, les matières fissiles sont domestiques (ressources minières propres, produits du traitement du combustible usé, emploi civil des matières militaires) ou importées.

Électricité En France, bien que la totalité de l'uranium minier soit importée, l'électricité d'origine nucléaire est considérée comme une ressource du pays car environ 95 % de la valeur ajoutée est produite sur le territoire. Le coût du minerai ne représente ainsi qu'environ 5 % du coût total de la filière. Par comparaison, le gaz représente 70 % à 90 % du coût de l'électricité d'une centrale à gaz et le charbon 35 % à 45 % du coût de l'électricité d'une centrale au charbon[158]. Cette définition conduit donc à l'indépendance de la France pour la production d'électricité, ce qui n'empêche pas que la France soit importatrice nette à certaines périodes.

Total des énergies L'énergie nucléaire fournit essentiellement de l'électricité, à défaut des autres emplois (chaleur, transport…). De ce fait, l'énergie nucléaire ne participe à l'indépendance énergétique globale d'un pays qu'à hauteur de la part de l'électricité dans l'énergie. Par exemple, pour la France, l'énergie nucléaire fournit 78,46 % de la production d’électricité en 2005, soit 42 % de la production d’énergie primaire. Or, actuellement, l’électricité ne représente que 23 % de l’énergie finale consommée en France (36,4 millions de tonnes d’équivalent pétrole, tep, sur 160,6 millions en 2005) et l’énergie nucléaire, seulement 17,78 %, selon les statistiques de la Direction générale de l’énergie et des matières premières de l’Observatoire de l’énergie (28,55 millions de tep sur 160,6 millions en 2005)[159]. L’Agence internationale de l’énergie a évalué la part du nucléaire dans la production d’énergie primaire à 41,6 % pour l’année 2004[160]. De fait, la facture énergétique française (hors coût du nucléaire) a augmenté de 24 % en 2004, de 35 % en 2005 et de 19 % en 2006, soit un doublement en 3 ans[161].

Déchets radioactifs[modifier | modifier le code]

Schéma simplifié des flux de matières radioactives de la production électronucléaire.

Problématique des déchets radioactifs[modifier | modifier le code]

Les déchets radioactifs sont issus majoritairement de l’industrie électronucléaire. Comme les autres déchets industriels, les déchets radioactifs se caractérisent par un degré et une durée de nocivité. Parmi l’ensemble des déchets de la filière, la gestion des déchets à vie longue (de l’ordre du million d’années de durée de nocivité) fait particulièrement débat.

Il faut faire la distinction entre les arguments développés pour ou contre l'énergie nucléaire, et ceux développés pour ou contre les centres de stockage souterrains. Ainsi, un partisan de l'énergie nucléaire peut très bien s'opposer au centre de stockage de Gorleben (de), tandis qu'il est tout à fait possible qu'un opposant à l'utilisation de l'énergie nucléaire s'y déclare favorable[162]. Même s'il pensent que l'énergie nucléaire a plutôt été un bienfait, le problème de la gestion des déchets est un argument en défaveur du nucléaire, selon nombre de Français[163]. Les principales interrogations portent sur la quantité de ces déchets, la possibilité technique et économique de les gérer sur le très long terme et les fondements éthiques sous-jacents à une réflexion affectant plusieurs générations. Par ailleurs, les seuils de libération des métaux valorisés lors du démantèlement font l'objet d'un débat.

Selon Greenpeace, en 2022 « près d’un million de mètres cubes de déchets radioactifs provenant de la production d’électricité nucléaire d’EDF s’accumulent déjà sur le territoire français »[64]

Concernant la controverse sur les quantité de déchets, Areva annonce 96 % de recyclage du combustible. D'autres sources[Lesquelles ?] disent que ces 96 % sont envoyés pour recyclage à l'étranger, principalement à Tomsk 7, en Russie. Seulement 15 à 20 % sont retournés en France pour la fabrication d’un nouveau combustible[réf. nécessaire]. Près de 13 % des matières radioactives produites par le parc nucléaire français sont stockés sur le site de Tomsk-7 dans des containers à ciel ouvert[164],[165].

Selon les responsables des pays européens (Allemagne, Autriche, Danemark, Luxembourg et Espagne) voulant exclure l’atome de la taxonomie européenne, (définie en 2022, qui attribue le "label vert" au nucléaire sous condition)« Après plus de 60 ans d’utilisation de l’énergie nucléaire, pas un seul élément de combustible n’a été éliminé de façon permanente dans le monde »[64]

Les déchets nucléaires étant dangereux, il faut se résoudre à accepter une police nucléaire, à moins que ce ne soit le peuple lui-même qui la réclame. On peut donc parler de choix de civilisation[166]

Définitions des déchets radioactifs[modifier | modifier le code]

Définition qualitative[modifier | modifier le code]

Un déchet radioactif est une matière radioactive classifiée comme déchet. Cette classification repose sur des définitions légales. La prise en compte d’autres définitions conduit à évaluer différemment la quantité de déchets radioactifs. Par ailleurs, le mode de gestion du déchet a une influence sur la présentation des inventaires.

Selon Saida Enegstrom (SKB, Suède), « la définition des déchets nucléaires est tout autant scientifique que sociale et politique »[167].

Les résidus miniers sont des matières faiblement radioactives issues de l’extraction d’uranium, de thorium mais aussi d’autres minerais contenant une faible proportion de radioéléments. Ces résidus sont réintégrés à l’environnement sur site, en comblant les excavations par exemple. Ce sont des déchets au sens où ils n’ont pas d’emploi subséquent. En revanche, leur catégorisation en tant que déchet radioactif dépend de leur activité résiduelle qui diffère selon le traitement subi par le minerai et le taux d’extraction des matières radioactives.

Les rejets radioactifs des centrales nucléaires ou des installations du cycle du combustible sont soumis à autorisation. Ces déchets sont gérés par dilution au sein de masses de fluide importantes : atmosphère pour les rejets gazeux, océan pour les rejets liquides. Ces matières n’étant pas accumulées mais évacuées au fur et à mesure de leur production, elles n’apparaissent pas dans les inventaires de déchets à gérer.

Les déchets de moyenne activité et à vie longue (MA-VL) sont des déchets d’activation. Ils ne comportent pas ou très peu de matières fissiles, de transuraniens ou de produits de fission. La notion de déchets de haute activité et à vie longue (HA-VL) est plus controversée. La définition légale en France renvoie à des matières radioactives qui n’ont pas d’emploi subséquent, qui ne sont pas valorisables. Ainsi, selon les pays et la stratégie de cycle mise en œuvre (traitement ou stockage direct), le combustible irradié fait ou non parti de l’inventaire des déchets HA-VL.

En France, le scénario privilégié en 2006 par EDF est le traitement de l’ensemble des matières valorisables, à court terme sous la forme de MOX et d’URE, à plus long terme dans des réacteurs nucléaires avancés soumis à R&D. Dans ce cadre, l’Andra produit l’inventaire des déchets à fin 2004.

Volume de déchets radioactifs à fin 2004 en m3 équivalent conditionné (France)[168]
Type de déchet Volume
HA 1 851
MA-VL 45 518
FA-VL 47 124
FMA-VC 793 726 (dont 695 048 stockés)
TFA 144 498 (dont 16 644 stockés)
Sans catégorie 589
Total 1 033 306 (dont 711 692 stockés)

D’autres scénarios sont cependant envisagés (par exemple par les opposants à l’énergie nucléaire). Dans ces scénarios alternatifs, l’application de la définition de déchet comme matière n’ayant pas d’emploi subséquent conduit à considérer d’autres matières radioactives comme déchet.

  • Le premier scénario envisagé est un traitement partiel des combustibles irradiés, voire l’arrêt du traitement. Dans ce cadre, tout ou partie des stocks de combustible irradié devient de facto un déchet.
  • L’autre principal scénario alternatif est « l’arrêt du nucléaire ». Ce scénario admet des variantes selon les activités arrêtées : nucléaire militaire (armement et propulsion), production électronucléaire, médecine nucléaire. Par ailleurs, d’autres activités non nucléaires produisent également des déchets radioactifs. Dans ce cadre, tout ou partie des stocks de matières radioactives valorisables devient de facto un déchet.

En France, l’inventaire de l’Andra évalue ces stocks (à fin 2004).

Volume de matières radioactives valorisables à fin 2004 (France)[168]
Type de matière Volume
Stock d’uranium appauvri issu des usines d’enrichissement 240 000 t
En-cours d’hexafluorure d’uranium dans les usines d’enrichissement 3 100 t
Combustible en utilisation dans les centrales EDF (tous types), en tonnes de métal lourd 4 955 t
Combustibles usés à l’oxyde d’uranium EDF en attente de traitement, en tonnes de métal lourd 10 700 t
Uranium de traitement enrichi (URE) 200 t
Mixtes Uranium - Plutonium (MOX) 700 t
Uranium de traitement (part française EDF, AREVA, CEA) 18 000 t
Combustible du réacteur Superphénix (part française) 75 t
Combustible du réacteur EL4 de Brennilis (propriété CEA et EDF) 49 t
Plutonium non irradié, d’origine électronucléaire ou recherche (part française) 48,8 t
Combustibles de recherche du CEA civil 63 t
Combustibles de la Défense 35 t
Thorium (stocks du CEA et de RHODIA) 33 300 t
Matières en suspension (stock de RHODIA) 19 585 t

Les matières utilisées pour la fabrication des armes ou au titre de stocks stratégiques sont couvertes par le secret-défense. Elles ne sont donc pas recensées dans l’inventaire français réalisé par l’Andra.

Le débat sur ces questions de définition des déchets radioactifs renvoie ainsi au débat plus général de l’avenir de la production électronucléaire, tant en termes de maintien de l’option nucléaire qu’en termes de choix de stratégie en cas de maintien de l’option nucléaire.

Quantité de déchets[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs comptabilités des déchets radioactifs. Il y a les déchets produits à ce jour, les déchets engagés ainsi que les déchets prévisibles. Les prévisions de volumes de déchets reposent alors sur la définition de différents scénarios (durée de vie des réacteurs, taux de combustion, pertes au cours du traitement…) que les différents acteurs du débat utilisent selon leurs propres modalités.

Par ailleurs, un point particulier est souvent mis en avant au cours du débat : il s’agit de la prise en compte du conditionnement des déchets dans les volumes indiqués. On peut ainsi distinguer plusieurs volumes : le déchet en lui-même, le colis de déchet avec sa matrice, le colis de déchet conditionné et jusqu’au colis de stockage (dans ce cadre) qui comprend éventuellement un sur-conteneur. Ces différentes définitions alimentent une certaine confusion dans le débat où chacun des acteurs emploie la définition qu’il estime la plus pertinente.

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Les déchets de faible et moyenne activité ou à vie courte peuvent être stockés en surface ou à faible profondeur. Les débats relatifs à ce mode de gestion portent essentiellement sur la sûreté des centres de stockage et sur les risques de contamination de leur environnement.

Les déchets de haute activité, du fait de leur période radioactive particulièrement longue, suscitent des débats plus complexes. Les modes de gestion possibles de ces déchets sont :

  • le stockage définitif dans un milieu qui retarde le relâchement des radionucléides sur une échelle de temps compatible avec leur décroissance radioactive (en mer dans des fosses sous-marines éloignées des côtes[169] ou sous terre en couche géologique profonde),
  • l’entreposage provisoire dans un milieu se prêtant à la surveillance, dans l’attente de découvertes ou d’innovations qui permettraient un autre traitement,
  • la transmutation artificielle des isotopes à vie longue en isotopes à vie courte, afin de les rendre moins dangereux.

Selon un rapport de 2017 à l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques concernant la gestion des matières et déchets radioactifs en France par le député Christian Bataille et le sénateur Christian Namy, le stockage géologique profond est « considéré comme la solution de référence par les États confrontés au problème du stockage des déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue »[170] et une étude de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) parue en 2019 montre que, dans les pays dotés d'une industrie nucléaire, la construction d’un centre de stockage en couche géologique profonde est à l'étude ou a été décidée officiellement[171]. Les débats suscités par cette option portent sur la sûreté à long terme des sites utilisés, sur leurs retombées environnementales, actuelles ou futures, et sur leur financement.

Le choix des sites et leur mise en œuvre suscitent, dans beaucoup de pays, des oppositions locales et générales. Les oppositions locales[172],[173] procèdent de la volonté de ne pas voir s’implanter sur leur territoire une installation susceptible de porter atteinte au cadre de vie ou à la santé des habitants[174].

L’opposition générale au principe du stockage géologique est le fait d’organisations anti-nucléaires qui y voient une façon de clore le cycle du combustible nucléaire et le combattent en tant que tel, sans considération de la zone géographique concernée. Le débat prend en général deux formes. D’une part un débat d’experts, organisé par les pouvoirs publics, porte sur les hypothèses et méthodologies de modélisation en lien avec les connaissances scientifiques, ainsi que l’évaluation du coût du stockage et son financement. D’autre part un débat à destination de l’opinion, met en œuvre des arguments d’ordre symbolique et prend la forme d’une bataille d’images :

  • « À titre d’illustration, les colis de déchets correspondant à 40 ans de production des centrales actuelles pourront être entreposés dans […] l’équivalent d’un seul terrain de football »[175]
  • « Les manifestants sont arrivés sur le site derrière un canon napoléonien plus symbolique que dangereux. Car les militants sont pacifistes et aiment les symboles. Pour preuve, ces tombes construites sur le rond-point. […] Un enterrement à grand renfort de sonnerie aux morts et de minutes de silence. […] Des logos nucléaires peints à la chaux sur le bitume devant laisser une trace de leur mécontentement. »[176]

Enfin, il existe une distinction, plus ou moins marquée selon les pays et les périodes, entre les opposants au stockage géologique qui soutiennent de façon générale l’utilisation de l’énergie nucléaire (avec un mode de gestion des déchets à vie longue différent) et les opposants à l’énergie nucléaire qui s’opposent au principe du stockage géologique en tant que part du cycle du combustible nucléaire.

Transport pour stockage et/ou retraitement[modifier | modifier le code]

La question du transport, pour stockage et/ou retraitement pose des problèmes de sûreté et de sécurité vis à vis des territoires et mers traversées du fait des risques de radioactivité associés particulièrement aux déchets nucléaires[37],[38],[39],[40].

La France promeut le traitement du combustible nucléaire usé pour en faire un nouveau combustible et utilise l'usine de La Hague et l'usine de Cadarache. Peu de pays ont fait ce choix, le Royaume-Uni avec son usine de Sellafield, le Japon à Rokkasho, la Russie à Maïak, les États-Unis ont arrêté leur usine de retraitement de West Valley en 1972[177],[178]...

Le MOX est un combustible nucléaire façonné à partir de plutonium et d'uranium appauvri issus des combustibles usés. En juin 2013, un convoi de combustible nucléaire MOX parti de France est arrivé au port japonais de Takahama, près de la centrale atomique destinataire. C'était le premier arrivage au Japon de MOX depuis l'accident nucléaire de Fukushima[179].

Aspects économiques de la gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Deux sujets font débat à propos de la gestion des déchets : l’évaluation du coût de leur gestion (et sa prise en compte dans le coût de l’électricité nucléaire) et le financement pérenne de ce coût. Par ailleurs, les termes du débat sont relativement différents selon les catégories de déchet impliquées. En France, le financement de la gestion des déchets à vie longue devrait être supervisé par une commission créée à la suite de la loi du .

Autres thématiques du débat[modifier | modifier le code]

Réduction des émissions de gaz à effet de serre[modifier | modifier le code]

Le développement de l'énergie nucléaire permet de participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dès 2020, pour Brice Lalonde (candidat des écologistes à l’élection présidentielle en 1981, ministre de l’Environnement de 1988 à 1992) « la priorité désormais, c’est la lutte contre le réchauffement. (…) La lutte contre le CO2 passe avant la question nucléaire »[180].

En effet, la production électronucléaire émet, selon un rapport[181] de l’Agence pour l’énergie nucléaire de l’OCDE, très peu de gaz à effet de serre par rapport à la production d’énergie fossile, et en moyenne un peu moins que les énergies renouvelables :

  • dans le monde, l’utilisation de centrales nucléaires permet d’abaisser de plus de 8 % les émissions de gaz à effet de serre du secteur énergétique (17 % pour la seule électricité), par rapport à l’utilisation de centrales thermiques à flamme[181] ;
  • pour les seuls pays de l’OCDE, l’économie réalisée représente près de 1,2 gigatonne (milliard de tonnes) de dioxyde de carbone (CO2) ou environ 10 % des émissions totales de CO2 imputables à la consommation d’énergie (les objectifs du protocole de Kyoto sont une réduction de 0,7 gigatonnes entre 1990 et 2008-2012)[181].

Un autre calcul par extrapolation montre que remplacer toute la production actuelle d'énergie d'origine fossile par une production nucléaire dans les zones où cela serait raisonnablement envisageable permettrait une économie annuelle d’environ 6,2 gigatonnes de CO2, soit 25 à 30 % des émissions humaines de CO2 fossile[182] (la stabilisation du climat requiert, au niveau mondial, une réduction de l'ordre de 50 % des émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050[183]).

Cependant, cela représenterait un développement considérable de la filière, y compris dans de nombreux pays ne disposant pas aujourd'hui de centrales nucléaires. Le nucléaire ne peut donc être qu'un élément de la réponse au changement climatique, mais non la réponse unique.

Voici quelques opinions de personnalités concernant l'intérêt du nucléaire pour combattre le réchauffement climatique :

  • Patrick Moore considère cette source d’énergie comme la seule solution réaliste au problème du réchauffement climatique[184] ;
  • c’est également l’opinion du scientifique James Lovelock, inventeur des théories Gaïa[185] ;
  • le climatologue Tom Wigley considère que le recours aux énergies renouvelables sera insuffisant pour contrer le changement climatique[186] et que « la poursuite de l’opposition à l’énergie nucléaire menace la capacité de l’humanité à faire face au danger du changement climatique »[187] ;
  • Jean-Marc Jancovici, bien que par ailleurs défenseur du nucléaire, juge que c'est seulement avec « une très forte maîtrise de la consommation énergétique que le nucléaire est un des éléments de réponse appropriés au changement climatique »[188] en tout cas plus que certaines énergies renouvelables comme l'éolien[189] ou l'énergie marine[190] ;
  • Stephen Tindale, secrétaire général jusqu’en 2005 de Greenpeace Grande-Bretagne, a changé d’opinion à la suite de nouvelles découvertes scientifiques montrant à quel point le changement climatique provient de l’utilisation d’agents énergétiques fossiles tels que le pétrole, le gaz et le charbon[191].

Une étude de l'American Chemical Society publiée en mars 2013 estime à « 1,84 million le nombre de vies humaines sauvées par l'énergie nucléaire, et à 64 gigatonnes (Gt) la réduction des rejets en équivalent CO2 (gaz à effet de serre), du seul fait que la pollution associée aux énergies fossiles a été évitée ». De plus, en partant d'une projection des conséquences de Fukushima sur l'utilisation de l'énergie nucléaire, la même source indique « qu'au milieu de ce siècle, 0,42 à 7,04 millions de vies pourraient être sauvées et 80 à 240 Gt de rejets en équivalent CO2 qui pourraient être évités (en fonction de l'énergie de remplacement). En revanche, l'expansion à grande échelle de l'utilisation du gaz naturel n'atténuerait pas le problème du changement climatique et causerait beaucoup plus de décès que l'expansion de l'énergie nucléaire »[192].

L'Académie des sciences française publie le un avis intitulé « Fermer Fessenheim et d’autres réacteurs est un contre-sens », qui rappelle que « l’énergie nucléaire n’émet pas de CO2, […] elle est décarbonée. C’est grâce à cette énergie que la France est l’un des pays les plus vertueux en matière d’émissions de CO2 en Europe et que, par exemple, la production d’un kWh en France émet dix fois moins de CO2 qu’en Allemagne » et que « lorsque les éoliennes s’arrêtent faute de vent ou que le photovoltaïque cesse de produire, il faut les remplacer par des centrales pilotables. La France y parvient avec ses centrales nucléaires et hydroélectriques […] l'Allemagne, où ces énergies intermittentes représentent déjà 29 % de l’électricité produite, se retrouve dans l’obligation d’équilibrer l’intermittence par l’activité de centrales à gaz, charbon ou lignite ». Elle conclut : « il faut garder un nucléaire fort, sûr et bon marché,pour que la France maintienne sa position de pays parmi les moins émetteurs de CO2 […] Il faut donc très rapidement prendre la décision de construire de nouveaux réacteurs pour remplacer ceux dont l’arrêt est programmé ou qui arriveront bientôt en fin de vie »[193].

Le nucléaire est plus vertueux que la plupart des autres énergies utilisées pour produire de l'électricité au regard des émissions de gaz à effet de serre (quantifiées en équivalent CO2), même s'il ne peut être qualifié de décarboné si l'on prend en compte l'ensemble du cycle de vie du nucléaire (extraction du minerai d’uranium, transport vers les usines de transformation du minerai en combustible puis vers les centrales, traitement ou enfouissement des déchets radioactifs, construction et démantèlement des installations nucléaires en fin de vie)[194],[195].

L'exploitation des centrales n'est pas exempte d'émissions de gaz à effet de serre, même si elles sont faibles et surveillées. Les réacteurs français émettent ainsi chaque année de 1,3 à 2 tonnes d'hexafluorure de soufre (SF6), le plus puissant des gaz à effet de serre, soit entre 30 000 et 45 000 tonnes équivalent CO2, selon l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN)[196]. Cependant, « ces émissions sont faibles comparées aux 396 millions de tonnes équivalent C02 émises en 2020 en France, avant tout par les transports et le chauffage »[197].

En juin 2018, Pierre-Franck Chevet, président de l'Autorité de sûreté nucléaire française, a estimé, devant la commission d’enquête parlementaire sur le nucléaire, que « les risques liés au changement climatique global, notamment en cas de canicule et de sécheresse, [avaient] bien été envisagés ». « Les sites en bord de rivière identifiés comme les plus sensibles sont ceux de Civaux, Bugey, Saint-Alban, Cruas, Tricastin, Blayais, Golfech et Chooz », précisait-il. La commission d’enquête parlementaire a d’ailleurs expressément demandé à EDF d’apporter « preuve que les réacteurs sont en mesure de résister à tout aléa climatique combinant plusieurs facteurs (canicule, sécheresse, etc.) et affectant plusieurs centrales simultanément »[198].

Le bilan thermodynamique global de la filière nucléaire montre des limites face au défi climatique. En effet, on estimait en 2008 que durant 40 ans (de 2010 à 2050), il faudrait augmenter de 10,5 %/an la production d'énergie nucléaire ; or, dans un contexte de décarbonisation de l'énergie, une telle croissance générerait un « effet cannibale », où l'énergie nucléaire devrait être massivement consommée pour construire de futures centrales et pour produire plus de combustible nucléaire, alors que la limite de teneur en minerai pour compenser les émissions de gaz à effet de serre est significativement plus élevée que la limite purement thermodynamique fixée par les temps de retour énergétique trouvés dans la littérature[199]. De plus, le cycle nucléaire exige d'énormes capacités de refroidissement, qui, si elles n'émettent pas de CO2, sont aussi une source de vapeur d'eau[précision nécessaire] et un apport de chaleur à l'atmosphère et aux cours d'eau, comme toutes les centrales thermiques. Cet effet est faible dans les années 2000-2020, mais si le monde devait être considérablement plus alimenté par le nucléaire, il pourrait devenir significatif[199].

Coût du nucléaire[modifier | modifier le code]

Coût de l'électricité (US$/MWh) selon les sources (nucléaire, charbon ou gaz) et selon différentes études[200].
Selon le document cité, le prix de rachat de la nouvelle énergie nucléaire est plus élevé que celui des énergies renouvelables en Allemagne[201].

Pour déterminer si le nucléaire est aujourd'hui bon marché il faudrait connaître tous les coûts liés tels que les montants investis au titre de la recherche, extraction, transport et du traitement des déchets nucléaires, ainsi que les subventions de l'État visant à l'exportation de notre électricité, le coût du démantèlement nucléaire[202].

En France, entre 1946 et 1992, le nucléaire a bénéficié de plus de 90 % du financement de la recherche énergétique, selon le Réseau Sortir du nucléaire citant l'OCDE et l'ADEME[203][réf. nécessaire]. Depuis 1973, entre 350 et 400 milliards ont ainsi été investis[réf. nécessaire].

Ces chiffres sont à nuancer car le CEA, principal concerné, n'a jamais exclusivement travaillé dans le domaine de l'électronucléaire car il poursuit divers types et domaines de recherche (fondamentale, médicale, militaire…). Par ailleurs il obtient une part de son budget de fonctionnement annuel par ses propres recettes (35 % en 2006), notamment obtenues grâce à des brevets détenus.

Selon Bernard Laponche, ancien directeur de l'Agence française pour la maîtrise de l'énergie, les investissements portant sur les énergies renouvelables pourraient en pâtir[204].

Les travaux de maintenance post-Fukushima auraient fait augmenter le MWh à 54,2 euros (le coût officiel de production du MWh (ARENH) était de 42 euros au moment de l’accident de Fukushima). Le coût moyen du nucléaire en France pour les centrales déjà construites était de 49,50 euros par mégawatt-heure en 2012 et ce chiffre est en augmentation permanente[205]. La facture moyenne des Français pour l'électricité était en 2012 25 % inférieure à la moyenne européenne et presque deux fois inférieure à celle de l'Allemagne[206]. Si l'on y ajoute le coût du démantèlement, celui des assurances en cas de catastrophe et les frais de recherche, on arriverait à 75 euros le mégawattheure[207],[208].

Le coût du combustible prêt à l’utilisation ne représente que 15 %[209] environ du coût de production du parc nucléaire France, et moins de 5 %[210] du prix de vente aux particuliers[211].

Au Royaume-Uni, le contrat passé entre EDF et le gouvernement britannique pour la construction de la centrale nucléaire d’Hinkley Point C, fixe le prix d’achat de l'électricité à EDF, à 92,50 GBP2012/MWh (soit environ 105 2020/MWh) pendant trente-cinq ans assurant un taux de rentabilité prévisionnel de 9 % (7,6 % fin 2019)[212].

Le coût de l'électricité d'origine nucléaire doit être mis en relation avec celui des énergies renouvelables. Selon le directeur général de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) « Les énergies renouvelables sont aujourd’hui la source d’électricité la moins chère ». Le rapport de l’Irena, publié en 2021, détaille l'évolution du coût de l’électricité entre 2010 et 2020 : le prix du photovoltaïque a diminué de 85 % en dix ans, l’éolien terrestre de 56 % et l’éolien offshore de 48 % ; « les coûts de production d'électricité renouvelable ont fortement chuté au cours de la dernière décennie, sous l’effet de l’amélioration des technologies, des économies d'échelle, des chaînes d'approvisionnement compétitives »[213].

Selon RTE, il faut prendre en compte le coût complet des énergies renouvelables : le caractère intermittent de ces énergies, les besoins en flexibilité, à savoir des unités de stockage (électrolyseurs pour produire de l'hydrogène ou batteries) ou encore le pilotage de la demande. La forte dispersion des centres de production d'électricité photovoltaïque ou éolienne nécessite le renforcement des réseaux de transport et distribution d'électricité par la construction de lignes, de postes, de transformateurs[213].

Accident nucléaire et assurance[modifier | modifier le code]

Les accidents graves ou « majeurs » sont qualifiés - pour les cas extrêmes - de "Big Ones" par Cummins et ses collègues en 2002[214] ou de « Super-cat » (super-catastrophe) par Erwan Michel-Kerjan (Université de Pennsylvanie) et Nathalie de Marcellis-Warin (École Polytechnique de Montreal and Cirano, Canada)[215]. Ils sont dans ces derniers cas non-assurables[216],[217] ou nécessiteraient de puissants partenariats public-privés (PPP) assurantiels[215].

Le risque d'accident nucléaire majeur est en partie couvert par un système d'assurance spécialisée et hiérarchisée (Assuratome, groupement d'assureurs et réassureurs créé en 1957 pour former un fonds mondial commun de coréassurance pour le domaine du nucléaire civil et pacifique).

Les niveaux de responsabilité varient aussi beaucoup d'un pays à l'autre en Europe. Elle est ainsi de 600 M€ environ en Suisse pour un parc de 3 centrales nucléaires et de 100 M€ pour un parc de 54 réacteurs[218].

EDF serait assuré pour 91,5 millions d'euros. Ce montant "correspond aux Conventions de Paris et de Bruxelles, qui datent des années 1960 mais ont été plusieurs fois révisées. Elles prévoient trois tranches d'indemnisation: la première tranche est payable par l'exploitant (jusqu'à 91 millions d'euros), la seconde par l'État où se trouve le réacteur (110 millions d'euros supplémentaires) et la troisième conjointement par les États ayant ratifié les conventions (pour une nouvelle tranche de 144 millions d'euros), soit un total de 345 millions d'euros. Un nouveau protocole, conclu en 2004 devait porter la part de l'exploitant à 700 millions d'euros"[219], mais il n'est pas encore entré en vigueur[220].

91,5 millions d'euros sont bien loin des estimations de l’IRSN, même "corrigées" – et encore plus loin de celle des autorités suisses qui ont évalué les conséquences financières d’une catastrophe de type Tchernobyl à 4 000 milliards d’euros.

En 2012, un rapport de la Cour des Comptes française[221] notait qu'"en matière d’assurance, la filière nucléaire est dans une situation très particulière : la réalisation du risque est très peu probable mais, en cas de sinistre majeur, les conséquences peuvent être catastrophiques ; toutefois la probabilité de survenance comme la gravité des conséquences sont difficile à estimer et l’objet de nombreux débats. Néanmoins, il est certain qu’en cas d’accident notable, les plafonds de garantie actuels à la charge des exploitants en matière de responsabilité civile, fixés par des conventions internationales, seraient rapidement atteints et probablement dépassés". Ainsi, "l’État pourrait être conduit, en cas d’accident nucléaire dont la probabilité est, certes, très faible, à indemniser les dommages au-delà des plafonds de responsabilité prévus dans les textes actuellement applicables, ainsi qu’à supporter les impacts économiques non couverts par les mécanismes d’indemnisation. Cette garantie est apportée aujourd’hui de manière gratuite aux opérateurs".

« Aux États-Unis, la responsabilité civile nucléaire est fixée par le Price-Anderson Act : Les risques liés à l'exploitation d'installations nucléaire civiles sont garantis par une assurance collective plafonnée à 10 milliards de dollars. Les indemnisations au-delà de ce plafond seraient couvertes par le gouvernement fédéral[222]. »

« Au Japon, les séismes et tsunamis sont exclus de l'assurance du risque nucléaire. De plus, la loi japonaise reconnaît que l'exploitant d'une centrale ne peut être tenu pour responsable des dommages causés par une catastrophe naturelle. ». Si un accident nucléaire survenait hors de conséquences d'une catastrophe naturelle il existe des programmes d'assurance couvrant la responsabilité civile de l'exploitant nucléaire ou du transporteur nucléaire[223].

Du point de vue comptable et prospectif de la gestion du risque, un principe de base de la comptabilité générale est - par prudence économique- qu'une entité ne doit pas transférer sur le futur les incertitudes présentes susceptibles de grever son patrimoine et son résultat économique[224]. Or, l'information relative au risque nucléaire dans la comptabilité industrielle et dans celle des États (nucléarisés ou non) présente des failles car « tout risque dont la probabilité de survenance est trop incertaine n'apparaît pas dans les traitements comptables »[122] et aucun des trois modes existant de traitement comptable du risque ne sont adaptés au risque majeur : Ni la provision[225] (telle qu'actuellement conçue), ni le « passif éventuel[226] » ni-même l'assurance et le système réassuranciel partagé ne sont capables de prendre en compte toutes les dimensions des risques faibles de lourdes pertes (ou risques extrêmes, qui ne sont d'ailleurs pas couverts par les assurances)[122], notamment en raison des incertitudes quant à l'expression du risque dans l'espace et le temps[122], des plafonds de couverture et clauses d'exemptions prévus par les assurances, et de l'importance géographique et potentiellement transgénérationnelle des dommages. La provision et un système assurantiel solidaire (Assuratome) sont les solutions actuellement retenues, mais qui se sont déjà avérées insuffisantes dans le cas de Tchernoybl entre 1986 (Cf. par exemple les difficultés à financer les sarcophages 1 et 2) puis de Fukushima en 2011. La spécificité des risques nucléaires (faible probabilité de survenance d'un sinistre mais extrême gravité possible) a conduit à placer celui-ci dans un cadre spécifique, visé par diverses conventions internationales ou lois nationales. Ainsi en Europe, les conventions de Vienne, Paris ou Bruxelles, et aux États-Unis le Price-Anderson Nuclear Industries Indemnity Act, ont bâti un système juridique spécifique au nucléaire. Les principales conséquences de ces conventions sont[227] :

  • Reconnaissance de la responsabilité objective (c'est-à-dire la responsabilité même en absence de faute) d'un intervenant unique, l'exploitant nucléaire.
  • Cette responsabilité est limitée dans les montants et la durée.
  • Au-delà de ces limites, ce sont les États ou des groupements d'États qui prennent le relais, mais pour des montants là aussi plafonnés. Les limitations de responsabilité sont différentes d'un pays à l'autre.

Face à ces spécificités, les organisations anti-nucléaires pointent parfois l'insuffisance des montants garantis. Ces organisations soulignent également que le principe d'intervention des États dans le mode d'indemnisation fausse le coût réel de production de l'énergie nucléaire par rapport à une industrie classique qui aurait dû supporter l'intégralité de ses coûts d'assurance[228].

La différence entre les niveaux de couverture des exploitants de centrales et les évaluations de risque et dégâts potentiels peuvent, de l'avis de certains opposants, être assimilés à un défaut ou une exonération d'assurance et constituer un élément discriminatoire entre les différents sources d'énergies[229].

Centralisation de la production[modifier | modifier le code]

La production d’énergie nucléaire est un système centralisé, ce qui d'après les opposants au nucléaire, poserait divers problèmes :

  • cette centralisation implique le transport de l’électricité par des dizaines de milliers de kilomètres de lignes THT[230] (Très haute tension) qui sont elles-mêmes vulnérables et qui sont dénoncées comme nuisant aux paysages. Il existe 254 000 pylônes de taille comprise entre 25 et 100 mètres de hauteur.
  • les opposants au nucléaire estiment que ce système est extrêmement vulnérable face aux évènements climatiques comme ce fut le cas lors de la tempête de [231].

Cependant, la taille des sites de production des autres filières énergétiques est du même ordre de grandeur. On trouve en effet couramment des centrales au charbon de 1 200[232] à 2 000 MW[233], des centrales au gaz de 800 MW[234], et enfin des fermes éoliennes de 1 000 MW[235].

Ainsi, en 2007, les centrales les plus importantes au monde, construites ou en projet, fonctionnent au charbon : Witbank (5 400 MW)[236]), Waigaqiao (4 800 MW), Niederauszem, (3 800 MW)[237].

Systèmes nucléaires futurs[modifier | modifier le code]

Plusieurs axes majeurs visent à l'amélioration la performance du nucléaire.

Le premier concerne l'évolution des réacteurs actuels basés sur la fission, voir la classification des différentes générations de ce type de réacteurs et notamment des recherches sur la transmutation, devant permettre la construction de réacteurs dits « à neutrons rapides » ou « surgénérateurs ». Le principal avantage réside dans la diminution importante de la consommation d'uranium 235 remplacé partiellement par la consommation du plutonium produit dans les réacteurs REP et d'uranium 238, ce qui apporte un allongement considérable de la durée prévisionnelle d'exploitation des réserves d'uranium naturel. Le Japon a ouvert son premier surgénérateur commercial, fonctionnant au plutonium, en 1994[238], alors que la France a fermé le réacteur Superphénix par arrêté ministériel du . La transmutation, bien que constituant une évolution technologique importante, n'apporte néanmoins aucune révolution sur les principes mis en œuvre pour la production d'énergie, les réacteurs à neutrons rapides s'appuyant toujours sur la fission nucléaire. L'intérêt aurait cependant été d'étudier la "consommation" des déchets (produits de fission) produits par les réacteurs REP.

Le deuxième axe qui est lui toujours dans le domaine de la recherche fondamentale, envisage un changement plus radical puisqu'il concerne le passage de la fission à la fusion nucléaire[239] : au lieu de « casser » des atomes lourds en atomes plus légers, la fusion doit permettre de fusionner des atomes légers (de l'hydrogène) pour créer des atomes plus lourds (essentiellement de l'hélium), libérant au passage une énergie considérable, 3 à 4 fois plus importante que l'énergie libérée par la fission. La fusion est le mécanisme de production d'énergie utilisée par le soleil, ou au sein des bombes H. Les principaux avantages de la fusion résident dans un niveau de production d'énergie beaucoup plus élevé, mais aussi par le fait que le combustible (les atomes d'hydrogène) se trouve de manière abondante sur Terre (dans l'eau notamment).

Enfin, les pro-nucléaires avancent que la fusion devrait permettre de réduire considérablement les déchets dangereux en produisant essentiellement de l'hélium. Ce à quoi les opposants au nucléaire répondent que la fusion devrait également produire d'autres particules radioactives. Quoi qu'il en soit, la fusion nucléaire est encore très loin d'être une solution industrialisable (voir projet ITER). Les difficultés rencontrées sont principalement liées au fait que le processus de fusion, pour être initié et maintenu, nécessite des températures extrêmement élevées (de l'ordre de plusieurs dizaines de millions de degrés Celsius), ainsi que des dispositifs de confinement (notamment magnétiques) très élaborés.

Le dernier axe concerne les réacteurs nucléaires à sels fondus. La Chine travaille, aussi en partenariat avec les États-Unis, sur la mise au point d'une technologie[240], dont le coût de revient serait à titre de comparaison inférieur[241] à celui du charbon[242].

Citant Fukushima, Jacques Repussard, directeur de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) en 2013, « il faut des technologies éliminant les risques d'accident aussi grave. Cela demande peut-être de changer de paradigme, d'imaginer d'autres types de réacteurs et d'arrêter la course à la puissance »[117]. Un changement de paradigme de l'industrie nucléaire est en cours. Jusqu'alors les constructeurs promouvaient la recherche du facteur d'échelle en augmentant la puissance des réacteurs pour un gain en coûts rapporté à l'unité de puissance installée(exemple réacteur de 3eme génération "Evolutionary Power Reactor":EPR). Actuellement en complément du marché pour des réacteurs de grande puissance, la cible est de développer un nouveau marché, où les clients seraient plus nombreux et disposant d'une capacité financière moindre. Il sera basé sur une catégorie de réacteurs nucléaires à fission, de taille et puissance plus faibles que celles des réacteurs conventionnels: les petits réacteurs modulaires (PRM) d'une puissance de 10 à 300 MW[243],[244],[88]

Ils sont plus connus sous le nom de "Small Modular Reactor" (SMR)[88].

Place du nucléaire dans la politique énergétique de quelques pays[modifier | modifier le code]

Plusieurs pays, majoritairement européens, ont abandonné la production d’énergie d'origine nucléaire depuis 1987, à la suite de la catastrophe de Tchernobyl.

En 2009, l'Union Européenne et plusieurs pays européens relancent le débat sur la fermeture des vieilles centrales et la construction de nouvelles[245].

Durant l'année 2011 sept nouveaux réacteurs démarrèrent tandis que dix-neuf ont été arrêtés[246].

L'accident nucléaire de Fukushima a changé la donne pour la filière nucléaire : plusieurs pays occidentaux ont choisi de sortir du nucléaire, de ralentir leurs programmes, ou de ne pas construire de nouvelles centrales. Dans le même temps, la Chine et la Russie sont devenues les moteurs de cette industrie au niveau mondial[247]

La position « médiane » est celle du moratoire sur la construction de nouvelles centrales nucléaires. C’était par exemple le cas de la Suisse où plusieurs initiatives populaires visant à la fermeture pure et simple des centrales ont été successivement repoussées par la population. Récemment, par votation populaire, le moratoire n’a pas été prolongé.

Enfin, l’industrie nucléaire subit une reprise dans certains pays. Ainsi les États-Unis envisagent depuis 2006 de reprendre la construction de centrale, espérant sur une réduction de leur dépendance énergétique à l’égard du Moyen-Orient.

Quelques pays envisagent de construire des centrales nucléaire, comme les Émirats arabes unis, la Biélorussie ou la Turquie. En Europe, outre le Royaume-Uni avec ses nouveaux EPR, la République tchèque et la Pologne, n’ont pas encore arrêté de calendrier précis[247].

Fin 2020, 412 réacteurs étaient en activité dans trente-trois pays, contre 429 réacteurs fin 2010[247].

En octobre 2021, la Commission européenne travaille sur le classement des activités économiques en fonction de leurs émissions de CO2 et de leurs conséquences sur l’environnement. Classé « vert » en 2022, le financement du nucléaire en sera facilité[248],[249]. L’Union Européenne se divise sur le sujet. un accord a été signé pour le soutien au nucléaire par, outre la France, la Roumanie, la République tchèque, la Finlande, la Slovaquie, la Croatie, la Slovénie, la Bulgarie, la Pologne et la Hongrie. D'un autre côté, l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, le Luxembourg et le Portugal, estiment que l'énergie nucléaire était « incompatible » avec les critères de la liste des investissements considérés comme « durables » actuellement élaborée par l'Union européenne[250],[251].

Des conditions au label vert sont fixées par l'Union européenne concernant le futur de l'électricité d'origine nucléaire. Les projets de construction de nouvelles centrales nucléaires devront avoir obtenu un permis de construire avant 2045. Les travaux permettant de prolonger la durée de vie des centrales nucléaires existantes devront avoir été autorisés avant 2040[249].

Pays renonçant à la production d’énergie nucléaire[modifier | modifier le code]

Plusieurs pays, ont abandonné la production d’énergie d'origine nucléaire à la suite de la catastrophe de Tchernobyl. L’Australie, l’Autriche, le Danemark, la Grèce, l’Irlande et la Norvège, qui ne disposaient pas alors de centrales, proscrivirent tout nouveau projet de construction. La Pologne a même arrêté la construction d’une centrale.

L’Allemagne, à la suite l'accord de sortie du nucléaire signé en 2000 sous le gouvernement SPD-Verts, prévoit la fermeture des dix-sept réacteurs encore en activité d'ici à 2020[245].

À la suite de l'accident de Fukushima, la Belgique, les Pays-Bas, l’Espagne et la Suède ont décidé de ne pas construire de nouvelle centrale, mais continuent d’exploiter les centrales existantes. L’Allemagne va encore plus loin en fermant volontairement des centrales avant leur date théorique de fin d’activité, dans le cadre d’un plan de « sortie du nucléaire » qui doit s’achever vers fin 2022[252].

Allemagne[modifier | modifier le code]

En 2000, le gouvernement allemand constitué du SPD et d’Alliance '90 / les Verts' a officiellement annoncé son intention d’arrêter l’exploitation de l’énergie nucléaire[252]. Jürgen Trittin (parti écologiste), ministre de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire a conclu un accord avec les compagnies productrices d’énergie en vue de l’arrêt progressif des 19 centrales nucléaires allemandes avant 2020. En considérant qu’une centrale a une durée de vie de 32 ans, l’accord prévoit précisément combien d’énergie chaque centrale produira avant sa fermeture.

Les centrales de Stade et d’Obrigheim ont été arrêtées le et le - le début du démantèlement était programmé pour 2007.

Les militants anti-nucléaires critiquent l’accord car considèrent qu’il s’agit d’une garantie d’utilisation planifiée des centrales plutôt que d’un réel arrêt du programme. Ils avancent que l’échéance est trop lointaine et critiquent le fait que le décret ne concerne pas l’utilisation du nucléaire à des fins scientifiques (comme dans le centre de München II) ni l’enrichissement de l’uranium (l’échéance de l’usine d’enrichissement de l’uranium de Gronau a été repoussée). De plus, la production de combustible nucléaire recyclé resta autorisée jusqu’à l’été 2005.

Le gouvernement allemand a décidé que les compagnies de productions d’énergie seraient dédommagées et aucune décision n’a été prise quant au stockage final des déchets nucléaires. Les opposants au nucléaire ont déclaré qu’une imposition plus importante et une politique adaptée auraient rendu possible un arrêt plus rapide[réf. nécessaire]. La décision de fermeture progressive des centrales nucléaires a toutefois abouti, moyennant des concessions sur des thèmes tels que la protection de la population lors du transport des déchets nucléaires à travers l’Allemagne, et malgré le désaccord du ministre de l’environnement sur ce point.

Cependant, les arguments pour l’arrêt progressif de l’énergie nucléaire ont encore été discutés en raison des prix croissants des combustibles fossiles.

Le programme des énergies renouvelables prévoit une taxe de financement. Le gouvernement, déclarant la protection du climat comme un objectif principal, a le projet de réduire de 25 % les rejets de CO2 dans l’atmosphère entre 1990 et 2005. En 1998, l’utilisation de l’énergie renouvelable était de l’ordre de 284 PJ (pétajoules, 284 mille milliards de joules, 79 milliards de kWh), ce qui correspond à 5 % de la demande totale d’énergie. Le gouvernement veut atteindre les 10 % en 2010.

Les opposants à ce programme d’arrêt du nucléaire prévoient une crise de l’énergie par l’absence de sources alternatives. Ils prévoient que seul le charbon pourrait pallier cette crise au prix d’énormes émissions de CO2, ou qu’il faudra importer des centrales nucléaires françaises ou de centrales à gaz russes. De plus, des coupures de courant seraient à prévoir lors des pics de forte demande et ce, dès 2012[253] malgré la baisse de consommation envisagée.

Pendant les élections fédérales de 2002, le candidat chancelier Edmund Stoiber de la CDU/CSU a promis d’annuler, s’il était élu, l’arrêt progressif du nucléaire. En 2005, Angela Merkel (CDU) avait annoncé qu’elle renégocierait une échéance avec les compagnies de production d’énergie

La "sortie de la sortie" du nucléaire figure au programme de la coalition conservatrice qui a remporté les élections en septembre 2009. Un an plus tard, Mme Merkel décide de prolonger de douze ans en moyenne l'activité des dix-sept centrales que compte le pays[252].

En 2011 à la suite de la catastrophe de Fukushima, Mme Merkel fait volte-face et précise « plus tôt l'Allemagne sortira du nucléaire, mieux ce sera" ». Docteur en physique, ancienne ministre de l'environnement (1994-1998), Mme Merkel n'a jamais manifesté de doutes sur la sécurité des réacteurs nucléaires allemands précédemment[252].

Le 14 avril 2011, l’Allemagne annonce l’arrêt immédiat de 7 centrales nucléaires[42].

Le scénario de pénurie d'électricité en cas de sortie du nucléaire n'a pas été observé jusqu'en 2014, au contraire le bilan des importations d'électricité de l'Allemagne déduit des exportations est de plus en plus négatif[254].

En 2020, six réacteurs sont en fonctionnement, produisant 11,3 % de l'électricité[255]

Australie[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, l'énergie nucléaire est interdite en Australie suivant l'EPBC Act[256]. Pourtant, l'Australie possède parmi les plus grandes réserves d'uranium au monde. La presque totalité de l’uranium produit sur le sol australien, soit plus de 11 000 tonnes de yellowcake, est exportée principalement vers les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud et la France. Cependant, elle ne vend pas d'uranium aux pays qui n'ont pas signé le traité de non prolifération[257].En août 2019, le ministre de l’Énergie et de la réduction des émissions de CO2, Angus Taylor a lancé un débat publique sur l'énergie nucléaire[256]. Au niveau de l'État de Victoria qui a banni l'énergie nucléaire en 1983, le rapport rendu à la suite de ce débat public reste mitigé sur cette énergie en notant l'interdiction au niveau fédéral[258].

Autriche[modifier | modifier le code]

Le le parlement autrichien adopta à l’unanimité le maintien de la politique nationale anti-nucléaire. En Autriche, la production d’électricité d’origine nucléaire est anticonstitutionnelle, néanmoins 6 % de la consommation provient du nucléaire via les importations des pays frontaliers (avril 2011)[259].

Le refus du nucléaire en Autriche fait consensus de la gauche à l’extrême droite. En 2022, le pays va engager une procédure contre le « label vert » européen, contestant le classement du nucléaire comme « durable ». L'Autriche n’a jamais eu de centrale nucléaire en activité sur son territoire et produit près de 80 % de ses besoins en électricité par des sources durables, taux le plus élevé en Europe, dont 60 % d'hydroélectricité[260].

Belgique[modifier | modifier le code]

En 2020, sept réacteurs sont en fonctionnement, produisant 39,1 % de l'électricité du pays[261].

En , le groupe français Suez (entreprise) (27 GW en Europe, 5 GW en France) achète Electrabel Belgique (compagnie d’électricité), qui fait fonctionner certains réacteurs nucléaires.

La politique d’arrêt du nucléaire a été annoncée en par la coalition au pouvoir à cette époque, formée par les partis libéraux, socialistes et écologistes. Cette coalition promulgue la Loi de sortie du nucléaire le [262][réf. incomplète]. Cette loi prévoit la fermeture, si une alternative viable est possible, de chacun des sept réacteurs après 40 ans d'exploitation commerciale et interdit de construire de nouveaux réacteurs. Ces fermetures s'échelonneront entre 2015 et 2025. Toutefois, les discussions autour de l'énergie nucléaire sont relancées à partir de 2006 et, le , Paul Magnette, ministre de l'Énergie, propose de prolongaer de 10 ans les trois premières centrales nucléaires à la suite de la publication du rapport GEMIX du comité d'experts chargé de définir le futur mix énergétique[263]. En 2015, cette prolongation de 10 ans est actée[264].

Fin 2020, Engie, actionnaire à 100 % d’Electrabel, l’exploitant des sept réacteurs nucléaires belges, annonce sa décision d’arrêter tous ses projets liés à une éventuelle prolongation de certaines unités. Une décision qui pourrait signer la fin du nucléaire en Belgique[265].

Le Conseil supérieur de la santé (CSS) estime, dans un avis publié en octobre 2021, que l’énergie nucléaire, telle qu’actuellement déployée, ne répond pas, sur le plan environnemental, éthique et sanitaire, aux principes du développement durable[266]. Fin 2021, la Belgique confirme qu'elle arrêtera ses sept réacteurs nucléaires d’ici à 2025 tout en voulant garantir « la sécurité d’approvisionnement » énergétique du pays et « la maîtrise des prix » en ne fermant pas la porte au nucléaire de nouvelle génération. Le gouvernement prévoit un investissement d’environ 100 millions d’euros dans la recherche sur les les petits réacteurs modulaires (SMR)[267].

En 2022, malgré l’arrêt « définitif » des sept réacteurs nucléaires belges, annoncé en décembre 2021 pour 2025, l'utilisation de l'énergie nucléaire est prolongé de dix ans[268]. Le gestionnaire de réseau belge Elia annonce que la part du nucléaire dans le mix électrique belge a augmenté en 2021, passant de 40,3 % en 2020 avec 32,8 TWh à 52,4 % en 2021 avec 48,1 TWh ; la production d’électricité nucléaire a ainsi progressé de 47 %[269].

Irlande[modifier | modifier le code]

En Irlande une centrale nucléaire a été proposée en 1968. Elle aurait dû être construite pendant les années 1970 à Carnsore Point dans le County Wexford. Le programme, qui prévoyait aussi quatre autres réacteurs, a été abandonné après une forte opposition des associations de protection de l’environnement. L’Irlande n’a donc jamais utilisé d’énergie nucléaire.

Italie[modifier | modifier le code]

L’Italie a choisi par voie référendaire en 1986, à la suite de la catastrophe de Tchernobyl, d’arrêter définitivement ses quatre réacteurs nucléaires, le dernier réacteur a été fermé en 1990[245]. Cependant, l'Italie importe une grande partie de son électricité des pays voisins, dont la France et la Suisse, ce qui a rendu possible le gigantesque black-out qui l'a touchée le [270],[271].

Le 10 juillet 2009, le Sénat italien a approuvé une loi qui met fin à l'embargo sur l'énergie nucléaire en vigueur depuis 1987. Le gouvernement de Silvio Berlusconi a ensuite décidé en 2010 de relancer le programme nucléaire italien. Le français EDF et l'italien Enel s’étaient en particulier alliés en 2009 pour construire quatre réacteurs EPR (mise en service prévue en 2018/2019). La catastrophe de Fukushima au Japon a conduit le gouvernement italien à décréter un moratoire d’un an sur cette relance, avant que M. Berlusconi n'envisage de l'allonger à deux ans[272],[273].Dans un deuxième temps, le 19 avril, le Parlement italien inclut un amendement au décret-loi 34 dans la perspective de voter contre tout retour au nucléaire sur la péninsule, sans attendre le référendum prévu en juin sur la question[274]. L'amendement abroge le programme nucléaire lancé en 2009[42].

Les résultats du référendum, maintenu les 12 et 13 juin 2011, sont sans appel : les Italiens ont choisi massivement (à environ 95 %, avec 56 % de participation) de renoncer définitivement au nucléaire, en disant non à la loi de juillet 2009 qui visait à réintroduire le nucléaire dans la politique énergétique[275].

Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse de nombreux référendums sur ce sujet commencèrent dès 1979 par une initiative populaire de « citoyens pour la sécurité nucléaire », qui a été rejetée. En 1984, un vote pour « un futur sans nouvelle centrale nucléaire » a été rejeté à 55 %.

Le deux référendums concernaient l’énergie nucléaire. L’initiative « arrêter la construction de nouvelles centrales nucléaires » qui proposait un moratoire à propos de la construction de nouvelles centrales nucléaires a été adoptée à 54,5 %. L’initiative d’un arrêt progressif des centrales nucléaires existantes a été rejetée à 53 %. En 2000, une « taxe verte » proposée pour le développement de l’énergie solaire a été rejetée à 67 %. Le deux référendums : « Sortir du nucléaire - Pour un tournant dans le domaine de l’énergie et pour la désaffectation progressive des centrales nucléaires (Sortir du nucléaire) » proposant l’arrêt progressif de l’exploitation de la filière nucléaire, et « Moratoire-plus - Pour la prolongation du moratoire dans la construction de centrales nucléaires et la limitation du risque nucléaire (Moratoire-plus) » proposant l’extension du moratoire déjà adopté, ont tous deux été rejetés. Les résultats furent : « Sortir du nucléaire » 66,3 % non, et « Moratoire-plus » 58,4 % non.

En 2005, la Suisse exploitait cinq réacteurs nucléaires (Beznau 1 et 2, Gösgen, Leibstadt, et Mühleberg) produisant près de 40 % de son électricité. Le reste provient de l'hydraulique, soit les aménagements au fil de l'eau et les barrages d'accumulation, à parts égales. Certains barrages sont dotés de pompes (20 % de la puissance installée) qui peuvent réalimenter le stock, la nuit, en bénéficiant des prix inférieurs des marchés de l’électricité des pays frontaliers tels la France par le biais de l'énergie nucléaire et l’Allemagne par le biais de l’énergie éolienne.

En , le Conseil Fédéral a clarifié la situation en maintenant l'option nucléaire, jugée « nécessaire »[276].

Le , l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) déclare « adéquats » les trois sites proposés (Mühleberg (BE), Beznau (AG) et Gösgen (SO)) pour la construction de trois nouvelles centrales nucléaires en Suisse, le type de réacteur reste à choisir[277],[278].

À la suite de l'Accident nucléaire de Fukushima, le conseil fédéral annonce le une sortie progressive de l'énergie nucléaire programmée pour 2034[279].

Le , les électeurs ont voté contre une initiative populaire visant à interdire aux centrales suisses de fonctionner plus de 45 ans[280].

En mai 2017, 58,2 % des électeurs ont approuvé une nouvelle loi qui vise à remplacer progressivement le nucléaire par des énergies renouvelables[281].

Le la centrale de Mühleberg a été arrêté définitivement, c'est la première des centrales suisse à avoir été arrêté[280].

En 2020, 4 réacteurs sont en fonctionnement, produisant 32,9 % de l'électricité suisse[282].

Pays avec un moratoire sur la construction de nouvelles centrales[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

En Espagne un moratoire est adopté en 1983 par le gouvernement socialiste de Felipe González. La centrale de Cabrera est fermée en avril 2006[283].

Le parti socialiste de Zapatero, réélu en 2008, annonce dans son programme électoral la sortie progressive du nucléaire civil, les centrales arrivant à fin de vie utile devant être fermées dans la mesure où l'approvisionnement énergétique du pays demeurait garanti. Il devait se prononcer en juin 2009 sur la fermeture effective de la centrale de Garona, prévue pour 2011[284],[283]. La fermeture de la centrale Santa-Maria-de-Garona (près de Burgos, dans le nord de l'Espagne) est annoncée pour juillet 2013[283].

En 2018, l'énergie nucléaire était la première source d'électricité de l'Espagne. En 2019, la part du nucléaire dans la production électrique est de 22 %[285],[286].

Le gouvernement espagnol s'est engagé à fermer ses sept réacteurs nucléaires une fois que les énergies éolienne et solaire deviendraient des alternatives viables, comme dans le pays voisin, le Portugal. Dès 2027 l'Espagne devrait commencer à fermer l’ensemble de ses réacteurs afin d’atteindre en 2035 son objectif de sortie du nucléaire[286].

En 2020, sept réacteurs sont en fonctionnement, produisant 22,2 % de l'électricité espagnole[287].

Suède[modifier | modifier le code]

La politique nucléaire a connu de nombreux revirements en Suède depuis ses débuts dans les années 1970 et reste structurellement marquée par la méfiance de l’opinion publique[288].

Un référendum a suivi en 1980 l'accident nucléaire de Three Mile Island survenu aux États-Unis en 1979. Les Suédois, lors de ce référendum consultatif, ont voté pour se doter de douze réacteurs nucléaires au maximum(six étaient alors déjà en activité) avec une extinction progressive des réacteurs avec le développement de nouvelles énergies. Le parlement a fixé la date limite d’exploitation des centrales existantes à 2010[289].

Après l’accident nucléaire de 1986 en Ukraine, la question de la sûreté nucléaire a été de nouveau discutée et l’arrêt des deux réacteurs de Barseback décidé, l’un en , l’autre avant . À Barseback, le premier réacteur a été arrêté le et le second le .

L’arrêt de l’exploitation de l’énergie nucléaire a été très controversé en Suède où certains redoutaient une perte de compétitivité économique au niveau international.

En , Areva a remporté deux contrats portant sur la modernisation de la tranche 2 de la centrale d'Oskarshamn et l'extension de la durée de vie de la tranche 4 de la centrale de Ringhals[290].

En , le gouvernement de centre-droit, dirigé par le premier ministre conservateur Fredrik Reinfeldt, décida de lever le moratoire. Les dix réacteurs encore en activité assurent plus de 50 % de la production d'électricité du pays[291],[292].

En 2010, le parlement suédois a voté en faveur du remplacement des dix réacteurs nucléaires du pays lorsque ceux-ci seront arrivés au terme de leur durée d'exploitation. Répartis dans quatre centrales, ils produisent plus de 40 % de l'électricité du pays.[289]. Le remplacement d’une centrale ne devait bénéficier d’aucune aide publique, ce qui rendait l’émergence de tels projets de renouvellement quasi-impossible[288]

L'alternance de septembre 2014 et la prise de pouvoir de la coalition entre socio-démocrates et écologistes a de nouveau fait émerger l’objectif de sortie du nucléaire[288]

En 2016 le Parlement décide de supprimer certaines taxes qui pesait sur la rentabilité des centrales pour ne plus fermer de centrales nucléaires pour des raisons économiques comme cela l'a été pour Ringhals 1 et 2.[réf. souhaitée]

Le , la tranche 2 de la centrale de Ringhals est définitivement arrêtée[réf. souhaitée].

En 2021, et depuis 1999, six des douze réacteurs du pays ont été fermés. Le dernier, Ringhals 1, au sud de Göteborg, sur la côte ouest, a cessé son activité le 31 décembre 2020, douze mois exactement après son jumeau, Ringhals 2[293].

En 2020, six réacteurs sont en fonctionnement, produisant 29,8 % de l'électricité suédoise[294].

Pays construisant ou envisageant de construire de nouvelles centrales nucléaires[modifier | modifier le code]

En octobre 2018, on compte 55 réacteurs nucléaires en construction dans le monde (18 pays) et 453 réacteurs électrogènes opérationnels dans 31 pays[295].

Algérie[modifier | modifier le code]

L'Algérie possède deux réacteurs de recherche, l'un de 1, l'autre de 15 MW ; elle envisage d'acquérir la technologie du nucléaire civil. Plusieurs accords pour l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques ont été signés.

Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

L'Arabie saoudite envisage de construire 16 réacteurs nucléaires sur les 2 prochaines décénies (17 GW) pour un coût total d'environ 80 milliards de dollars, avec un début des travaux en 2019 pour les 2 premières et une 1re centrale opérationnelle pas avant 2027[296].

En 2020, l'Arabie Saoudite possède déjà une usine de Yellow Cake[297].

Argentine[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de Nestor Kirchner a pris la décision, en 2007, de relancer l'énergie nucléaire en Argentine. En 2008, la présidente Cristina Kirchner a passé un accord de coopération nucléaire avec le Brésil, en 2008, qui comprend un volet d'enrichissement d'uranium et, éventuellement, un volet militaire.

En 2020, trois réacteurs sont en fonctionnement, produisant 7,5 % de l'électricité du pays, un réacteur est en construction[298].

Angola[modifier | modifier le code]

L'Angola, qui possède des réserves d'uranium, envisage en 2007 de se doter de nucléaire civil[299].

Bangladesh[modifier | modifier le code]

Deux centrales VVER V-523 sont en construction depuis 2017[300] et leur démarrage prévu pour 2023 pour le premier et 2024 pour le second[301].

Biélorussie[modifier | modifier le code]

Deux centrales VVER V-491 sont en construction depuis 2013[302]. La première tranche de la centrale d'Ostrovets a été mise en route le 7 novembre 2020[303].

Brésil[modifier | modifier le code]

Le Brésil, qui possède d’importantes réserves de minerai d’uranium, a relancé en 2020 la construction du réacteur Angra3 dont le chantier était arrêté depuis 1985 (site d’Angra dos Reis près de Rio de Janeiro)[304], mais les activités sont réduites temporairement à la suite d’un retard de financement[305].

Ce pays envisage par ailleurs un enrichissement de l'uranium domestique. Le président Lula a signé un accord de coopération nucléaire avec l'Argentine en 2008, qui comprend éventuellement un volet militaire.

En 2020, deux réacteurs sont en fonctionnement, produisant 2,1 % de l'électricité brésilienne, un réacteur est en construction[306].

Bulgarie[modifier | modifier le code]

Deux réacteurs VVER de 1 000 MW chacun étaient en projet à Belene[307].

Le 28 mars 2012, le Premier ministre Boïko Borissov a annoncé que la Bulgarie renonçait au projet de centrale nucléaire à Béléné.

En 2017 et 2019, la centrale de Kozlodouy, la seule du pays, a vu ses 2 réacteurs autorisés à fonctionner dix ans de plus[308].

Le Premier ministre Boïko Borissov a annoncé en octobre 2020 la construction d'un réacteur américain sur le site de Kozlodouy[309].

En 2020, deux réacteurs sont en fonctionnement, produisant 40,8 % de l'électricité bulgare[310].

Conseil de Coopération du Golfe[modifier | modifier le code]

Les pays arabes du golfe Persique prévoient d'aborder en 2009 la création de leur propre nucléaire civil[311]. Le Conseil de coopération du Golfe regroupe l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït, le Qatar, Bahreïn et le Sultanat d'Oman.

Chili[modifier | modifier le code]

En 2007, la présidente chilienne, Michelle Bachelet annonce étudier la viabilité de la construction d'une centrale nucléaire, dans les dix ou quinze prochaines années, comme nouvelle source d'énergie au Chili[312].

En 2011, des accords de coopération nucléaire sont signés avec la France et les États-Unis. Ces accords sont critiqués car le Chili est une terre de séismes. La possibilité de construire un parc nucléaire est particulièrement controversée à la suite de l'accident nucléaire de Fukushima et du séisme du 27 février 2010 (un tremblement de terre de magnitude 8,8 au large de Santiago du Chili et le tsunami qui s’est ensuivi ont fait plus de 500 morts et deux millions de sinistrés)[313],[314].

Pour décarboner sa production d'électricité, au delà de l'hydroélectricité, le pays mise en priorité sur l'éolien dans le sud du pays (Patagonie) et sur le solaire dans le désert d'Atacama au nord[315].

Chine continentale[modifier | modifier le code]

La Chine doit faire face à une très forte augmentation de la demande en énergie, 23 centrales sont actuellement en construction et elle envisage la construction de 36 tranches nucléaires de 1 000 MW dans les 15 ans à venir. Cela portera à 4 % contre 2,1 % actuellement la part du nucléaire dans la consommation chinoise d’électricité. Pékin a passé des contrats de plusieurs milliards de dollars, portant sur des réacteurs de troisième génération, avec Areva d'un côté, et Westinghouse de l'autre.

Depuis 2011, la Chine a engagé presque la moitié des projets de nouvelles constructions et a un carnet de commandes bien rempli, avec notamment la promotion d’un réacteur 100 % chinois, le Hualong-1[247].

En 2020, 52 réacteurs sont en fonctionnement, produisant 4,9 % de l'électricité chinoise, 14 réacteurs sont en construction[316].

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

En 2021, la présence de tritium à des niveaux supérieurs aux normes sur le site de la centrale nucléaire de Wolseong, dans le sud-est de la Corée du Sud, ravive les débats sur la politique de sortie du nucléaire. Le gouvernement coréen s’est engagé à sortir du nucléaire d’ici à 2060. Le réacteur 1 de Wolseong, a été arrêté en 2018 alors qu’il devait fonctionner jusqu’en 2022[317].

En 2020, 24 réacteurs sont en fonctionnement, produisant 29,6 % de l'électricité du pays, quatre réacteurs sont en construction[318].

Égypte[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1960, l'Égypte a développé le centre de recherche nucléaire d'Anshas près du Caire.

En , le président Moubarak a annoncé la relance du programme nucléaire et un projet de construction de cinq centrales nucléaires civiles d'ici 2027.

Le 25 août 2010, il a confirmé que l'Égypte allait construire sa première centrale nucléaire civile à Al-Dabaa (à l'ouest d’Alexandrie). D'une puissance de 1 000 MW, son coût est évalué à 4 milliards de dollars (avec une importante part locale)[319]. Elle devrait entrer en fonction en 2019, mais l'appel d'offre mondial initialement prévu fin 2010 n'est pas encore lancé[320]. Ce projet a suscité une forte opposition locale depuis sa naissance, et une vague de violence en janvier 2012[321].

Émirats arabes unis[modifier | modifier le code]

Fin 2009, les Émirats arabes unis ont attribué la construction de leur centrale nucléaire au Coréen Kepco[322]. La construction a débuté le 18 juillet 2012[323]. Le premier réacteur est en fonctionnement depuis 2020. Lorsqu’ils seront pleinement opérationnels, les quatre réacteurs auront la capacité de produire environ 25 % des besoins du pays. Le pays réunissant sept émirats ou principautés (Abou Dhabi, Dubaï…), diposera de quatre réacteurs (5 600 MW au total) construits par un consortium associant le groupe public Emirates Nuclear Energy Corporation et le sud-coréen Korea Electric Power Corporation[324].

En 2020, deux réacteurs sont en fonctionnement aux Émirats arabes unis, produisant 1,1 % de l'électricité du pays, deux réacteurs sont en construction[325].

Estonie[modifier | modifier le code]

En 2021, le gouvernement estonien crée un groupe de travail chargé d’examiner l’opportunité pour le pays de se doter d’une centrale nucléaire. Les conclusions de ce groupe de travail sont attendues pour le début de l’automne 2022[326].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Un chantier de centrale en construction a été abandonné en 1981 sur le site nucléaire de Phipps Bend.

Les États-Unis envisagent de relancer la construction de réacteurs, arrêtée après l’accident de Three Mile Island (1979)[327].

Entre 2010 et 2019, une seule centrale nucléaire a ouvert dans le pays. Au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, le développement de la filière est revenu dans le débat public[327]

Westinghouse a développé un réacteur de 3e génération américain « AP1000 ». Deux réacteurs AP1000 devraient être mis en service au sein de la centrale de Vogtle dans l’État de Géorgie avant 2022 après une explosion de ses coûts, la faillite de son concepteur Westinghouse et de nombreux litiges[328].

En 2020, 93 réacteurs en fonctionnement, 2 sont en construction depuis 2013 (VOGTLE 3 et 4)[329].

Finlande[modifier | modifier le code]

La Finlande est en train de construire à Olkiluoto un EPR pour les besoins des industriels électro-intensifs (papetiers notamment)[330].

La construction de deux nouveaux réacteurs nucléaires (type de réacteur non encore choisi) dont un sur le site de Loviisa, a été décidée par le Parlement finlandais (mise en service prévue vers 2020)[331].

En 2003, Areva a proposé son réacteur de troisième génération EPR conçu avec l’allemand Siemens pour 3,3 milliards d'euros ; la construction devait durer quatre ans (2005-2009). En 2021, la dérive des coûts entraîne dix milliards d’euros à la charge du consortium Areva-Siemens[332].

Le chantier finlandais d'Olkiluoto accuse plus de douze ans de retard, et ne sera pas mis en service avant 2022[333].

En 2020, quatre réacteurs sont en fonctionnement, produisant 33,9 % de l'électricité finlandaise, un réacteur est en construction[334].

France[modifier | modifier le code]

En France, le baromètre d’opinion sur l’énergie réalisé par le CREDOC (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) pour le compte de l’Observatoire de l’énergie[335] vise à examiner régulièrement l'évolution des opinions sur les thématiques liées à l'énergie. Il prend la forme d'une enquête auprès d'un échantillon représentatif de 2 005 personnes âgées de 18 ans et plus, sélectionnées selon la méthode des quotas. Les principaux résultats obtenus en sont[336] :

  • « Le choix du nucléaire au service de l'électricité reste soutenu par une majorité relative de Français mais l'engouement des années 2003-2005 se restreint.
  • La production et le stockage des déchets radioactifs est l'inconvénient majeur du nucléaire et redevient central.
  • Une large majorité de Français souhaitent la poursuite de l'exportation d'électricité produite à partir du nucléaire, y compris chez ceux qui critiquent l'utilisation du nucléaire.
  • Les craintes sur les augmentations de prix concernent toutes les énergies sauf l'électricité. »

L'Eurobaromètre (sondage de grande ampleur réalisé par la Commission européenne) de janvier 2006 montre que, pour réduire la dépendance énergétique, seuls 8 % des Français souhaitent des investissements dans le nucléaire (pour l'ensemble de l'Union européenne, le chiffre est de 12 %)[337].

Selon un sondage réalisé en juillet 2006 par BVA pour le compte de « Agir pour l'environnement » auprès de 1 000 personnes, 81 % des personnes interrogées pensent que le nucléaire est une technologie à risque et 31 % pensent que face aux enjeux énergétiques, il faut développer l’énergie nucléaire, (50 % en ce qui concerne les cadres supérieurs et 20 % chez les autres employés)[338].

La loi no 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique[339] vise 10 % d’énergie renouvelable à horizon 2010, multipliée par la définition des zones de développement de l’éolien (ZDE) remplaçant le thermique classique, et impose aussi le maintien du nucléaire en 2020 par l’EPR (European Pressurized Reactor) avec un réacteur à Flamanville prévu pour 2012 et un second réacteur à Penly à horizon 2017 (l'EPR de Flamanville est toujours en construction en 2021, et aucune autre construction n'a été encore décidée).

Un rapport sur la possibilité de traitement des déchets radioactifs a été commandé par le gouvernement français : il s’agit de la loi Bataille du . Ce rapport a été rendu en 2006 et a donné lieu à la loi du qui organise la poursuite de la recherche pour la gestion des déchets HAVL.

En juin 2011, un sondage Ifop indique que 77 % des Français souhaitent une sortie du nucléaire rapide ou progressive (arrêt des réacteurs nucléaires) sur les 25 à 30 années à venir[340].

En avril 2016, un sondage IFOP indique que 47 % des personnes interrogées sont favorables à l’arrêt du nucléaire et que 53 % sont favorables à la poursuite du fonctionnement des centrales nucléaires[341].

En 2019, la filière nucléaire qui emploie 220 000 personnes, est défendu par les entreprises et les syndicats du secteur dont l’avenir est incertain[342].

En décembre 2019, EDF et Veolia annoncent la création d’une coentreprise, Graphitech. Cette entreprise sera en charge de démanteler les six plus vieux réacteurs nucléaires français de la filière française UNGG » (uranium naturel graphite gaz) abandonnée en 1969. Le démantèlement commencera par la centrale nucléaire de Chinon arrêtée en 1985[343].

Après Fessenheim en juin 2020[344], l’arrêt de douze réacteurs REP de 2e génération est prévu d’ici à 2035 par la Programmation pluriannuelle de l'énergie afin de ramener de 75 à 50 % la part d’électricité d’origine nucléaire. EDF les a identifiés : Le Blayais, Bugey, Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines et Tricastin[345].

Dans une lettre envoyée au président d’Électricité de France (EDF) en septembre 2019, Jean-Bernard Lévy, la ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, et le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, donnent une feuille de route précise à EDF pour la construction de six réacteurs EPR durant les quinze prochaines années[346].

En décembre 2020, le site de Penly est retenu et proposé par la direction d'EDF pour accueillir deux nouveaux réacteurs de type EPR[347] en cas de décision favorable par l'État de poursuivre le programme EPR.

Le , l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) envisage la poursuite de l’activité des 32 réacteurs de 900 mégawatts (MW) français pour une période supplémentaire de dix ans. Cette prolongation au-delà des quarante ans de fonctionnement retenue lors de leur conception sera autorisée au cas par cas sous condition de mise à niveau de la sûreté des réacteurs comme pour les précédentes prolongations[348]. En effet, tous les dix ans, chaque réacteur est soumis à une remise à niveau et à une inspection (visite décennale) avant toute décision de l’ASN sur une éventuelle prolongation de l'exploitation de dix ans. Selon Le Monde, la situation économique d'EDF est dépendante du résultat de ces procédures et cela pourrait la pousser à minimiser les incidents en contradiction avec la politique de transparence nécessaire à la sûreté des installations. Ce risque, identifié par Le Monde, fait suite aux affirmations d’un lanceur d'alerte concernant la minimisation d’incidents survenus sur le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire du Tricastin (déclaration et classement des incidents : inondation partielle de locaux, dépassement de la puissance nominale au delà de la tolérance de temps…)[349].

En mars 2021, un sondage Odoxa-Aviva pour Challenges et BFM Business donne 59% des français favorables au nucléaire[350].

En octobre 2021, un sondage Ifop pour le JDD donne la majorité des français favorables à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires mais divise la population : 51 % des Français sont favorables à la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, tandis que 49 % y sont défavorables[351].

En octobre 2021, le gestionnaire national du Réseau de transport d’électricité (RTE) publie une vaste étude visant à définir l’avenir du système électrique français, en présentant six scénarios visant à obtenir la neutralité carbone du mix énergétique pour 2050 avec le nucléaire et les énergies renouvelables[352]. « Ces diverses modélisations vont d’une option 100 % d’énergie renouvelable à une option 50% de nucléaire. Les trois premiers scénarios misent sur l’implantation des énergies renouvelables et un démantèlement progressif des centrales nucléaires. Les trois derniers scénarios envisagent une implantation des énergies renouvelables à un rythme moins soutenu, ce qui implique la création de nouveaux EPR »[353],[354],[355]. L’étude de RTE raisonne à partir des modèles du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), c’est-à-dire en tenant compte des effets du réchauffement de la planète[356],[195].

Dans son rapport, RTE évoque trois trajectoires principales de consommation : une de « sobriété » (moins de déplacements individuels au profit des mobilités douces et des transports en commun, moindre consommation de biens manufacturés, économie du partage, baisse de la température de consigne de chauffage, recours à davantage de télétravail, sobriété numérique, etc), à 555 TWh en 2050, une de « réindustrialisation profonde » (avec investissements dans les secteurs technologiques de pointe) à 752 TWh en 2050, et une trajectoire médiane qui sert de « référence » (inspirée par la Stratégie nationale bas carbone, révisée en 2020 par le gouvernement) à 645 TWh en 2050. Les six scénarios présentés par RTE en octobre sont basés sur cette seule trajectoire « référence »[213].

L'exécutif français met en avant ses arguments en faveur du nucléaire afin d'obtenir le "label vert" de la Commission Européenne lié à la taxonomie mise en place qui permettra les investissements futurs malgré la question des déchets nucléaires : une énergie bon marché, zéro carbone et stable[248].

Selon un sondage par Elabe publié le 4 novembre 2021, 52 % des personnes interrogées jugent que la France devrait tout à la fois développer les énergies renouvelables et construire de nouvelles centrales nucléaires pour remplacer les anciennes et rénover les existantes ; 10 % voudraient donner l'exclusivité au nucléaire et stopper le développement du solaire ou de l'éolien ; 37 % sont partisans d'une sortie progressive du nucléaire[357].

Le 10 février 2022, Emmanuel Macron annonce la construction de six réacteurs nucléaires de type EPR 2 avant 2050, pour une mise en service du premier vers 2035. Il envisage, en outre, la perspective de huit EPR 2 supplémentaires, un projet qui doit faire l’objet d’études[358]. Selon le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy: « EDF n’a pas les moyens de construire seul six EPR » et il ouvre la porte à un co-financement privé. Le coût estimé pour cette première tranche de six réacteurs nucléaires EPR2 est de 51,7 milliards d'euros[359],[360].

Selon le sociologue Michel Wieviorka, « la question du nucléaire civil mérite toujours débat »[361]. La rédaction du journal Le Monde appelle aussi à un débat à l'occasion de l'élection présidentielle française de 2022. Selon elle, avant de décider, « les Français méritent un débat public sérieux et transparent, qui s’appuie sur des chiffres et des arguments de qualité »[362],[363].

Dans la campagne pour l'élection présidentielle de 2022, les principaux candidats se positionnent : les candidats de droite et d'extrême droite (LR, RN, reconquête…) sont pour la relance du nucléaire, les candidats de gauche (écologistes, insoumis, PS…) , sauf celui du PC, souhaitent une sortie du nucléaire[364],[365],[366].

En 2020, 56 réacteurs sont en fonctionnement, produisant 70,6 % de l'électricité française, et un réacteur est en construction[367].

Ghana[modifier | modifier le code]

Le Ghana prévoit de démarrer la construction de sa première centrale nucléaire en 2023 avec l’objectif de la mettre en service pour 2029[368],[369].

Inde[modifier | modifier le code]

En 2006, 3 % de l’électricité (soit 0,6 % de l’énergie) de l’Inde était d’origine nucléaire. La politique actuelle vise à porter ce taux à 25 % (soit 5 % de l’énergie) pour 2050. Le 18 décembre, l’Inde et les États-Unis ont signé un accord pour un partenariat sur la technologie nucléaire.

En 2020, 23 réacteurs sont en fonctionnement, produisant 3,3 % de l'électricité indienne, six réacteurs sont en construction[370].

En 2021, EDF a remis au groupe nucléaire public indien « l’offre technico-commerciale engageante française en vue de la construction de six réacteurs EPR sur le site de Jaitapur ». Avec une capacité totale de presque 10 gigawatts (GW), cette centrale nucléaire est censée approvisionner en électricité 70 millions de foyers. Cette construction potentielle est un chantier controversé et évoqué depuis plus d’une décennie[371].

Indonésie[modifier | modifier le code]

Le gouvernement a annoncé en 2006 son intention de démarrer la construction de son premier réacteur en 2010, pour fonctionnement en 2017, et espère disposer de 4 000 MWe en 2025[372].

Iran[modifier | modifier le code]

L'Iran a fait connaître son intention extrêmement controversée de se doter d'énergie nucléaire[373].

Le réacteur nucléaire de Bouchehr est opérationnel depuis début septembre 2011 (date de mise en service commercial : septembre 2013)[374].

La centrale de Bouchehr, la seule centrale nucléaire d'Iran, est doté d’un réacteur de 1 000 MW. Elle a été construite par la Russie et a officiellement été livrée en septembre 2013. Bouchehr est un port du Golfe Persique , plus proche des capitales de plusieurs monarchies de la péninsule Arabique que de Téhéran, raison pour laquelle la centrale, construite dans une zone sujette à de fréquents tremblements de terre, inquiète les États voisins[375].

La République islamique souhaite bâtir vingt centrales nucléaires à terme, afin de diversifier ses ressources énergétiques pour être moins dépendante des énergies fossiles pour sa consommation intérieure[375].

Japon[modifier | modifier le code]

En 2018, le Japon compte 42 réacteurs opérationnels et trois en construction[376].

Le Japon possédait 54 réacteurs opérationnels avant la catastrophe de Fukushima dont les réacteurs 1 à 4 ont depuis été officiellement déclassés. Un peu plus d'un an après cette catastrophe, tous les réacteurs du pays avaient été arrêtés[377]. Le mouvement antinucléaire au Japon s'est amplifié lorsque le gouvernement Japonais a voulu redémarrer les premiers réacteurs. En octobre 2012, 48 réacteurs étaient à l'arrêt et deux en fonctionnement. Le 15 septembre 2013, les deux derniers réacteurs avaient été mis à l'arrêt[378].

En 2020, au Japon, un réacteur nucléaire endommagé par le tsunami de 2011 est autorisé à redémarrer. 16 réacteurs de neuf centrales nucléaires du pays respectent actuellement les nouvelles normes de sécurité établies après la catastrophe de 2011. Parmi ceux ci, deux avaient été endommagés en 2011, dont le numéro 2 de la centrale d’Onagawa. En revanche, les réacteurs des deux centrales nucléaires de Fukushima Daiichi et Fukushima Daini, les plus touchées par le séisme et le tsunami, doivent être démantelés au terme de travaux sur plusieurs décennies[379].

En 2020, 33 réacteurs sont en état de fonctionner mais la plupart sont à l'arrêt, produisant encore 5,1 % de l'électricité japonaise[380].

Maroc[modifier | modifier le code]

À la suite d'un accord passé en juillet 2010, il se pourrait que le Maroc démarre, vers 2022-24, sa première centrale nucléaire mais l'appel d'offre, annoncé pour 2012, n'a pas eu lieu ; de plus, une mise en cause de l'option nucléaire et les suites de l'évènement de Fukushima ont engendré un débat et le premier collectif anti-nucléaire d'Afrique du Nord: Maroc Solaire, Maroc sans nucléaire[381].

Namibie[modifier | modifier le code]

La Namibie a annoncé son intérêt pour le nucléaire civil, avec le soutien de la Russie[382].

Nigeria[modifier | modifier le code]

Le Nigeria a annoncé en qu'il souhaite se doter de 40 000 MWe d'ici à 2015, dont une part importante devait être nucléaire[383].

Mi-2018, le Nigeria lance son programme de construction de 23 petits réacteurs StarCore HTGR, réacteur modulaire canadien de faible puissance (20 à 100 MWe) développé initialement pour fournir de l’électricité aux sites éloignés[384] et proposé pour équiper certains pays émergents[réf. nécessaire].

Pakistan[modifier | modifier le code]

En 2020, cinq réacteurs sont en fonctionnement, produisant 7,1 % de l'électricité, un réacteur est en construction[385].

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

En 1994, le parlement, après un débat sur le traitement du combustible usé et le stockage des déchets nucléaires, décide de ne plus utiliser l’énergie nucléaire. Le réacteur de Dodewaard est arrêté en 1997 et l’arrêt de celui de Borssele est fixé à 2003, puis repoussé à 2013, avant que la décision ne soit annulée en 2005. En 2021, le réacteur est toujours en fonctionnement, produisant 3,3 % de l'électricité néerlandaise[386]. Ce changement de politique est une conséquence de la publication du rapport de l’Alliance Démocratique Chrétienne sur l’énergie soutenable. L’accord de gouvernement présenté le 15 décembre 2021 par la coalition soutenant le nouveau gouvernement de Mark Rutte prévoit la création de deux nouvelles centrales nucléaires et la prolongation d’activité de la centrale de Borssele[387].

Les Pays-Bas ont mis en service un entreposage de longue durée pour les déchets à vie longue.

Pologne[modifier | modifier le code]

En octobre 2020, la Pologne envisage toujours de se doter de centrales nucléaires. Le gouvernement polonais a annoncé, qu’il allouerait 33 milliards d’euros à la construction de six réacteurs. Le premier chantier serait lancé en 2026, pour une mise en service en 2033[388].

Roumanie[modifier | modifier le code]

La Roumanie a inauguré, en , le second réacteur nucléaire du pays dans la centrale de Cernavodă, 10 ans après le lancement du premier. En 2014, la Roumanie prévoit de produire 2/3 de son électricité à partir de l'eau. L'énergie nucléaire devrait contribuer à 17 ou 18 % de la production électrique du pays. Le second réacteur de Cernavodă a été construit par Énergie atomique du Canada limitée, et le groupe Ansaldo - Italie. 2 autres réacteurs devraient suivre[389].

En 2020, deux réacteurs sont en fonctionnement, produisant 19,9 % de l'électricité roumaine[390].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le , le gouvernement britannique a annoncé la relance du Programme nucléaire du Royaume-Uni, en donnant son autorisation pour le lancement de la construction de nouvelles centrales[391] ; la part de production d'électricité d'origine nucléaire devant également augmenter[392].

Les industriels chargés de construire les nouvelles centrales ne recevront aucune aide de l'État. Celui-ci s'engage juste à faciliter la délivrance de permis de construire, pénalisée par de longues enquêtes publiques. Le coût du démantèlement des centrales et de l'élimination des déchets devra aussi être entièrement assuré par le secteur privé[245].

Après l'accident nucléaire de Fukushima, les Allemands EON et RWE se sont retirés de leur coentreprise « Horizon Nuclear Power » mise en place pour le développement de centrales nucléaires sur les sites d'Oldbury et de Wylfa. En novembre 2012, Hitachi a racheté cette coentreprise avec l'objectif affiché de construire quatre à six centrales nucléaires[393].

EDF Energy est présente sur ce créneau avec quatre réacteurs EPR : deux sont en construction sur le site nucléaire d'Hinkley Point et deux autres sont en projet sur le site nucléaire de Sizewell[394].

En 2020, 13 réacteurs sont en fonctionnement, produisant 14,5 % de l'électricité, deux réacteurs sont en construction[395].

En 2021, EDF annonce un surcoût de 560 millions d'euros pour la centrale nucléaire Hinkley Point C, portant son coût total à plus de 25 milliards d’euros ; la livraison de la première tranche est prévue en 2026[396].

Le Royaume-Uni a fait du développement de l’atome l’une des priorités de sa stratégie énergétique, mais beaucoup de ses réacteurs sont en fin de vie. En 2022, le gouvernement donne son accord au projet de centrale Sizewell C. Le coût de la centrale est évalué à 20 milliards de livres (23,4 milliards d’euros) pour deux réacteurs EPR d’une puissance totale de 3,2 GW, dont EDF détenait initialement 80 %, aux côtés du chinois CGN qui détenait le reste[397]. Les négociations en cours prévoient un portage du projet à 20 % par EDF et à 20 % par le gouvernement britannique, qui poursuit en parallèle la recherche de co-investisseurs privés avec la banque Barclays afin de compléter le financement. D'ici 2050, le Royaume-Uni prévoit de construire jusqu'à huit nouveaux réacteurs et de porter la part de l'atome dans la consommation électrique britannique de 15 % à 25 %[398].

Russie[modifier | modifier le code]

La Russie prévoit d’augmenter le nombre de réacteurs en opération. Les vieux réacteurs seront conservés et remis en état, y compris les réacteurs de grande puissance à tubes de force (RBMK) similaires aux réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

Dans le cadre de son objectif de neutralité carbone pour 2060, la Russie vise 45 % d'électricité d'origine nucléaire d'ici 2050 et de 70 à 80 % d'ici 2100[399].

Partie de sa stratégie d’expansion de son industrie nucléaire, la Russie met en œuvre des centrales flottantes dédiées à alimenter les régions enclavées en Arctique et en Extrême-Orient[399].

En 2020, la Russie possède 38 réacteurs opérationnels produisant 20,6 % de l'électricité du pays, trois réacteurs sont en construction[400].

Slovaquie[modifier | modifier le code]

La Slovaquie envisage de réutiliser le site de son ancien réacteur V1, arrêté fin , à Bohunice, pour y construire une nouvelle centrale ;

Centrale nucléaire de Mochovce : La puissance des réacteurs 1 et 2 a été augmentée de 880 à 975 MW, et les réacteurs 3 et 4 dont la construction est en cours, doivent entrer en service respectivement en 2021 et 2023[401].

Il est aussi envisagé de construire une nouvelle centrale sur le site de Kecerovce, à l'est de la Slovaquie[402].

Slovénie[modifier | modifier le code]

Le 22 août 2019, à l’occasion d’une visite de la centrale de Krško, le premier ministre slovène, Marjan Sarec, s'est dit favorable à un projet de construction d'un deuxième réacteur nucléaire, pour répondre aux besoins énergétiques croissants du pays et réduire sa dépendance aux énergies fossiles. Quant à l'actuel réacteur nucléaire, il a reçu l'autorisation de fonctionner jusqu'en 2043[403].

République tchèque[modifier | modifier le code]

Le ministère tchèque de l'Environnement a annoncé le 18 janvier 2013 avoir donné son feu vert au projet de construction de deux nouvelles tranches nucléaires sur le site de Temelin[404],[405]. Le projet de construction des réacteurs 3 & 4 de Temelin est annulé en 2014[406].

En 2019, le début de la construction du nouveau réacteur de la centrale nucléaire de Dukovany est programmé pour 2030[407].

En 2020, la République Tchèque possède 6 réacteurs opérationnels produisant 37,3 % de l'électricité du pays ; aucun réacteur n'est en construction[408].

Taïwan[modifier | modifier le code]

En 2018, quatre réacteurs opérationnels sont situés sur l’île de Taïwan[409].

La construction de 2 nouveaux réacteurs y est en stand-by depuis 2014[410].

Le référendum de novembre 2018 a décidé l'abrogation de la loi sur la sortie du nucléaire et donc la relance des travaux précédemment en stand-by[411].

Thaïlande[modifier | modifier le code]

La compagnie nationale d'électricité en Thaïlande (EGAT) a annoncé en son intention d'investir six milliards de dollars pour construire d'ici 2020 la première centrale nucléaire civile du royaume[412].

Turquie[modifier | modifier le code]

Le parlement de Turquie a approuvé une loi autorisant la construction de réacteurs nucléaires sur son sol[413]. La Turquie possède deux réacteurs de recherche, l'un de 5 MW et l'autre de 250 kW[414]. Elle envisage de construire 3 centrales nucléaires d'ici 5 ans[415].

En 2018 une centrale nucléaire VVER V-509 est en construction depuis avril (AKKUYU-1 à Mersin).

En 2020, la Turquie n'a aucun réacteur encore opérationnels, trois réacteurs sont en construction[416].

Ukraine[modifier | modifier le code]

La filière nucléaire en Ukraine a été développée sous l’impulsion de l’Union Soviétique dès le début des années 1970. On peut distinguer deux périodes majeurs : avant la Catastrophe nucléaire de Tchernobyl, puis après la chute de l’URSS[417]. Le 2 août 1990, le soviet Suprême d’Ukraine adopte un moratoire sur la construction de nouvelles centrales en Ukraine[417]. Le 21 octobre 1993, le moratoire est supprimé, permettant la reprise des travaux sur les réacteurs en cours de construction[417].

Le parc nucléaire ukrainien fait face à des défis majeurs que sont le vieillissement des centrales, l’absence de lieu de stockage des déchets nucléaires ainsi que la dépendance à la Russie concernant l’importation de combustible nucléaire[417].

La Rada ukrainienne a adopté, en 2006, la « Stratégie énergétique de l’Ukraine à l’horizon 2030 », donnant une part importante à la filière nucléaire. La stratégie mise à jour en 2015 s’étend dorénavant jusqu’en 2035[417].

L'Ukraine remplace progressivement, depuis 2014, les combustibles nucléaires livrés par le monopole russe TVEL par des combustibles nucléaires américains livrés par Westinghouse : en 2018, six des quinze réacteurs ukrainiens utilisent en partie du combustible américain, dont un a été chargé entièrement avec ce combustible en [418].

En novembre 2021, Energoatom signe avec Westinghouse deux accords sur la mise en œuvre de projets pour la construction de deux nouvelles unités de puissance à la centrale nucléaire de Khmelnitsky utilisant la technologie AP1000[419].

En 2020, l'Ukraine possède 15 réacteurs opérationnels produisant 51,2 % de l'électricité du pays, deux réacteurs sont en construction[420].

Yémen[modifier | modifier le code]

Le Yémen envisage de se doter d'énergie nucléaire[421].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Perrine Mouterde, « Sobriété, efficacité et renouvelables : le scénario de négaWatt pour atteindre la neutralité carbone », sur Le Monde, (consulté le ).
  2. Gary Dagorn, « Le 100 % d’électricité renouvelable, un objectif ambitieux mais réalisable », sur Le Monde, (consulté le ).
  3. Robin Prudent, Clément Parrot, « Peut-on être écologiste et défendre le nucléaire ? On a tenté de trancher le débat en répondant à cinq questions », sur France Info, (consulté le ).
  4. « Arrêt de la centrale de Fessenheim : happening pro-nucléaire devant les locaux de Greenpeace », sur Le Monde, (consulté le ).
  5. L’éco-modernisme, une troisième voie pour l’énergie du futur ?, Société française d'énergie nucléaire, 22 mai 2017.
  6. « hctisn », sur hctisn.fr.
  7. « opecst », sur senat.fr.
  8. Bernard LAPONCHE, energie.lexpansion.com (consulté en mai 2016).
  9. Accord entre l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique et l’Organisation Mondiale de la Santé
  10. Anniversaire de Tchernobyl : une arme dans la guerre du lobbying sur le nucléaire, EurActiv, 26 avril 2006.
  11. Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage et Daniel Hémery, Les servitudes de la puissance, Flammarion, coll. nouvelle bibliothèque scientifique, 1986, p. 282.
  12. Jean-Claude Debeir, Jean-Paul Deléage et Daniel Hémery, Les servitudes de la puissance, Flammarion, coll. nouvelle bibliothèque scientifique, 1986, p. 284
  13. Jacques Ellul, Le Bluff technologique (1988), éd. Hachette, coll. Pluriel, 2004, p. 199.
  14. Synthèse du rapport Perplex - Site de l’IRSN [PDF].
  15. Hubert Reeves avec Frédéric Lenoir, Mal de Terre? Sciences, Points, Seuil, 2003, 2005.
  16. IRSN, « Appréciation du risque sismique pour la centrale nucléaire de Fessenheim : l'IRSN rend publique son analyse du rapport du bureau d'études RESONANCE », sur irsn.fr, (consulté le ) p. 11.
  17. « Il y 40 ans, l’accident nucléaire de Three Mile Island », Sud Ouest, (consulté le )
  18. Franck Guarnieri, Julien Cambon, Ivan Boissières, « De l'erreur humaine à la défaillance organisationnelle : essai de mise en perspective historique », sur researchgate.net, (consulté le )
  19. Guillaume Blavette et Bernard Laponche, « Le nucléaire français de plus en plus sujet aux erreurs humaines », sur reporterre.net, (consulté le )
  20. « Nucléaire : Sacrifier la sûreté au profit de la rentabilité d’une industrie aux abois: décryptage du rapport Roussely », sur greenpeace.fr, (consulté le )
  21. a et b Christophe Olry Futura, « Terrorisme : le réacteur EPR vulnérable à la chute d'un avion de ligne ? », sur futura-sciences.com (consulté le )
  22. a et b Eric Guéret, « Sécurité nucléaire : le grand mensonge », sur arte.tv, (consulté le )
  23. Pierre Le Hir entretien avec Le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, Pierre-Franck Chevet, « Trente ans après Tchernobyl, « un accident nucléaire majeur ne peut être exclu nulle part » », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  24. a et b « Un accident nucléaire du type de Fukushima coûterait à la France 430 milliards d'euros », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  25. plusieurs associations parlent de la centrale de Fessenheim qui est aussi une des plus vieilles de France.
  26. a et b Perrine Mouterde et Nabil Wakim, « Nucléaire : « L’expérience de Fukushima a conduit de nombreux pays à rehausser les exigences de sûreté » », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  27. a et b Perrine Mouterde, « En France, la totalité des mesures post-Fukushima ne seront pas mises en œuvre avant 2035 », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  28. Rapport du Sénat, Conclusion du rapport sur le contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires, assemblee-nationale.fr, avril 2000
  29. T. Albiol ; Major achievements after 4,5 years of Sarnet Severe accident research network of excellence, Progress in Nuclear Energy Volume 52, Issue 1, January 2010, Pages 2-10 ; doi:10.1016/j.pnucene.2009.07.011 (Résumé)).
  30. Commission pour l'Analyse des modes de production de l'électricité et le redéploiement des énergies - Commission Ampère, 2000, Rapport final, SPF Économie, Bruxelles, 2000, page E-96
  31. (en) The future of nuclear power - an interdisciplinary MIT study - Beckjord Eric S. et al., Massachusetts Institute of Technology, 2003, page 51, note 9.
  32. P. Wiroth, Rapport de l'inspecteur général d'EDF pour la sûreté nucléaire, Inspection générale de la sûreté nucléaire, 2006.
  33. Kei Kobayashi, Aseismic evaluation for aging degradation of nuclear power plant components ; Nuclear Engineering and Design Volume 214, Issues 1-2, May 2002, Pages 57-71 doi:10.1016/S0029-5493(02)00015-8 (Résumé, en anglais).
  34. Les leçons de Tchernobyl - IRSN.
  35. a et b Radiolytic Water Splitting : Demonstration at the Pm3-a Reactor 2005-11-01.
  36. a et b « Le transport des matières nucléaires, critiqué par les écologistes, relève du "secret défense " », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  37. a et b « Un wagon de déchets nucléaires a déraillé à Drancy, sans fuite radioactive », sur LeMonde.fr avec AFP, 24 décembre 2013} (consulté le ).
  38. a et b « La justice interdit à Greenpeace de s’approcher des convois de déchets nucléaires », sur LeMonde.fr, 19 juillet 2019} (consulté le ).
  39. a et b « Chargé de 1,5 tonne de plutonium L'" Akatsuki-Maru " est en route pour le Japon », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  40. a et b « 331 kg de plutonium bientôt acheminés du Japon vers les Etats-Unis », sur LeMonde.fr avec AFP et AP, (consulté le ).
  41. a b et c « Jean-Louis Basdevant : "Nos réacteurs sont dangereux" », sur sortirdunucleaire.org, (consulté le ).
  42. a b et c « La politique du nucléaire civil : chronologie », sur vie-publique.fr, (consulté le ).
  43. Samuel Walker, Three Mile Island: A Nuclear Crisis in Historical Perspective (Berkeley: University of California Press, 2004), p. 231.
  44. « Défauts de conception (RBMK) », sur laradioactivité.com (consulté le )
  45. Les leçons de Tchernobyl - dossier IRSN.
  46. a et b « Le danger nucléaire à Fukushima connu depuis 1972 », sur 7sur7.be, .
  47. Le risque de tsunami a été sous-estimé - rapport AIEA.
  48. Fukushima : l'AIEA tire les leçons de la catastrophe pour améliorer la sûreté nucléaire - Service d'info des Nations Unies.
  49. "… In summary The Chernobyl accident was the product of a lack of "safety culture"…".
  50. Tokaï-Mura, le point sur l'accident de septembre 1999 - dossier IRSN.
  51. Tokaimura Criticality Accident - dossier World Nuclear Association.
  52. L’Institut a évalué l’exposition due aux installations nucléaires, en particulier les centrales nucléaires. En fonctionnement normal, chaque installation est autorisée à rejeter des substances radioactives dans l’environnement dans des limites préalablement fixées par les pouvoirs publics. Les études montrent que l’exposition liée à ces rejets au voisinage des installations est très faible, à savoir 0,01 mSv/an. Moyennée sur l’ensemble de la population, cette exposition est négligeable (Site de l'IRSN).
  53. « En France métropolitaine, une personne reçoit en moyenne 4,5 millisieverts par an (mSv/an). Près des deux tiers de l’exposition sont liés à des sources naturelles et plus d’un tiers aux examens médicaux dont bénéficie la population française. Il existe néanmoins des différences importantes d’un individu à l’autre. (…) La radioactivité naturelle représente les 2/3 de l’exposition moyenne en France métropolitaine avec une dose efficace de 2,9 mSv/an, contre 1,6 mSv/an pour la radioactivité artificielle. C’est néanmoins une source d’origine artificielle, en l’occurrence les examens de diagnostic médical (médecine nucléaire, scannographie, radiographie), qui contribue le plus fortement à l’exposition moyenne des individus. En divisant par la population la dose annuelle associée au nombre total d’actes réalisés, la dose théorique est de 1,6 mSv par an, soit 35 % de l’exposition moyenne d’une personne en France » (Site de l'IRSN).
  54. « Les anciens sites miniers d'uranium de France ont leur carte durable », Usine Nouvelle, (consulté le ).
  55. « Remise du rapport sur les recommandations pour la gestion des anciens sites miniers d’uranium en France par le Groupe d’expertise pluraliste (GEP) sur les mines d’uranium du Limousin », sur Autorité de sûreté nucléaire, (consulté le ).
  56. Baptiste Gaborit, « « L’Uranium de la colère » sur France 5 : Du Niger jusqu’à Narbonne, la pollution nucléaire sévit », sur Radio Classique, (consulté le ).
  57. Sites miniers d’uranium de SOMAIR et COMINAK (Niger) : Bilan de la mission sur site en mai 2004, appréciation de l’impact radiologique, et avis sur le réseau de surveillance de l’environnement, IRSN, , 40, 71 (lire en ligne [PDF]), p. 53.
  58. Uranium, le scandale de la France contaminée », reportage, Pièces à Conviction, France 3, no 72.
  59. Antoine Glaser et Stephen Smith, Sarko en Afrique[réf. incomplète].
  60. Que choisir, no 440, septembre 2006.
  61. Anil Markandya, Paul Wilkinson, Electricity generation and Health, The Lancet, no 370, 2007, p. 979–90.
  62. How Deadly Is Your Kilowatt? We Rank The Killer Energy Sources, Forbes, .
  63. Pushker A. Kharecha et James E. Hansen, Prevented Mortality and Greenhouse Gas Emissions from Historical and Projected Nuclear Power, Environmental Science & Technology, 2013, 47, 9, p. 4889-4895.
  64. a b et c Gaëlle Fleitour, « Le nucléaire est-il une énergie verte ? Un débat en 4 questions », sur Ouest France, (consulté le ).
  65. Canicule 2006 : les sueurs froides du nucléaire, Réseau Sortir du nucléaire.
  66. Impact de la sécheresse sur le fonctionnement des centrales nucléaires : l’ASN rappelle le dispositif mis en place, note, ASN, 18 mai 2011.
  67. Coup de chaud sur les centrales - Nouvel Observateur du 25/05/2011.
  68. « Polémique autour de l'aspersion de la centrale de Fessenheim », sur Le Monde, (consulté le )
  69. Stéphane Foucart, « Nucléaire : « Le réchauffement climatique met en évidence la vulnérabilité des centrales à l’élévation des températures » », sur Le Monde, .
  70. attention au changement climatique pour les nouveaux réacteurs, challenges, 7 décembre 2021
  71. Adapter les centrales nucléaires au changement climatique, sfen, 28 septembre 2021
  72. « Canicule : une dérogation temporaire aux règles environnementales pour une quatrième centrale nucléaire », sur connaissancedesenergies.org avec AFP, (consulté le )
  73. Marjorie Cessac, « EDF contraint de réduire sa production d’électricité en raison de la chaleur », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  74. Delphine-Marion Boulle, Chaleur et sécheresse : une dérogation de rejets pour cinq centrales nucléaires jusqu'au 11 septembre prochain, sur france bleu, 6 août 2022
  75. « La CGT pose la question de la sous-traitance », sur France 3 Normandie, (consulté le )
  76. Émilie Massemin, « Le nucléaire français critiqué par des parlementaires », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie, (consulté le )
  77. Nolwenn Weiler, « Les droits bafoués des sous-traitants du nucléaire », sur Bastamag.net, (consulté le ).
  78. Olivier Soria, « Nucléaire : pendant le confinement, un recours massif et illégal à la sous-traitance », sur The Conversation, (consulté le )
  79. INFCIRC/66/Rev.2 : Le Système de garanties de l'Agence (créé en 1965, provisoirement étendu en 1966 puis 1968). Document consultable sur le site Internet de l'AIEA
  80. []Définition de l'AIEA dans l'encyclopédie Larousse.
  81. Édition no 2126 du 10/10/2005 Le Nobel de la paix à l’AIEA et à El Baradei, L'Économiste, no 2126 du 10/10/2005
  82. Les noyaux de nucléides « fissionables » fissionnent quand ils sont frappés par des neutrons rapides à énergie cinétique significative. Ceux des nucléides « fissiles » peuvent aussi fissionner quand ils sont frappés par des neutrons lents ou rapides, à faible énergie cinétique, dont par des neutrons n'ayant presque pas d'énergie cinétique. Ces nucléides « fissiles » sont donc tous « fissionables », alors que seule une part des nucléides « fissionables » sont aussi « fissiles ». L'uranium 233, l'uranium 235, le plutonium 239 et le plutonium 241 sont « fissiles » ; mais l'uranium 238, le plutonium 238, 240 et 242, le neptunium 237, l'américium 241 et 242(m) sont « fissionables » sans être « fissiles ». Tous ces produits sont concernés par les accords de l'AIEA (Article XX du Statut de l'AIEA).
  83. Les conditions de ces exemptions pour usage de matières nucléaires dans des activités militaires non interdites sont énoncées au paragraphe 14 du document INFCIRC/153.
  84. a b c d e f g h et i Thomas E. SHEA (haut fonctionnaire au Cabinet du Directeur général adjoint du Département des garanties de l'AIEA), Concordance entre les exigences du système des garanties de l'AIEA et celles d'un traité qui interdirait la production des matières fissiles pour la fabrication d'armes et autres dispositifs explosifs nucléaires, UNIDIR, consulté 2011/05/01.
  85. Concernant les accords de garanties, voir les rapports annuels de l'AIEA, et le site Internet de l'Agence.
  86. Document consultable sur lel site Internet de l'AIEA.
  87. Modèle : document INFCIRC/540, disponible sur le site de l'AIEA.
  88. a b et c « Énergie nucléaire : « SMR » (petits réacteurs modulaires) », sur ConnaissanceDesEnergies.org, (consulté le )
  89. Rapport du Sénat français sur la prolifération nucléaire
  90. Rapport sur le terrorisme nucléaire au gouvernement canadien.
  91. L'uranium vient par exemple du Niger, doit être transféré du port aux unités de préparation puis à la centrale (les centrales nucléaires sont réparties sur tout le territoire français) puis vers des centres de traitement ou l'usine de retraitement des déchets située à la Hague. L'usine produisant le MOX est en Provence mais les réacteurs MOX sont dispersés en France. Des déplacements de matières fissiles sont donc fréquents, en camion ou en train.
  92. Popkin, Gabriel (2015) Gamma-ray method flags up nuclear stashes Physicists investigating technique to enhance detection of uranium and plutonium in cargo. 11 avril 2015
  93. EPR : polémique sur un scénario terroriste - Le Figaro, 15 octobre 2007.
  94. « Cherbourg. Sécurité des sites nucléaires : une enquête explosive sur Arte », sur tendanceouest, .
  95. articles repris dans Mai 68 : l’héritage impossible 1998, réédition en 2002, Jean-Pierre Le Goff, La Découverte, (ISBN 2-7071-3654-9)
  96. mai 68 l’héritage impossible, books.google.fr, consulté le 27 novembre 2021
  97. « Le nucléaire, danger pour la démocratie ? », sur participation-citoyenne.eu Observatoire européen de la Participation citoyenne, (consulté le ).
  98. Ce nucléaire qu'on nous cache, dissident-media.org, consulté le 10 août 2021
  99. 28 avril 1950 – Éviction de Joliot-Curie, dissident-media.org, consulté le 10 août 2021.
  100. a b c d et e « Nucléaire civil : quels dangers ? Définition, explication des risques », sur connaissancedesenergies.org, (consulté le )
  101. Archives du CSSIN - 01 avril 2011 site de l’ASN.
  102. En particulier d’associations antinucléaires telles le Forum Plutonium, l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest ou le Groupement des scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire.
  103. Pierre Jacquiot, « Le nucléaire civil impliquerait des risques très accrus en temps de guerre », Le Monde, (consulté le ).
  104. Jean-Michel Bezat, « Le monde est entré dans une ère où le nucléaire civil est devenu une cible et une arme », Le Monde, (consulté le ).
  105. Michel Bôle-Richard, « Israël : reportage inédit sur le raid d'Osirak à la télévision », Le Monde, (consulté le ).
  106. « Guerre en Ukraine : doit-on craindre la prise de la centrale de Tchernobyl par les Russes ? », sur La Dépêche avec AFP, (consulté le )
  107. « Guerre en Ukraine : pourquoi les Russes ont pris le contrôle de la centrale de Tchernobyl ? », La Dépêche, (consulté le )
  108. « Ukraine: l'AIEA appelle Moscou à "cesser les actions" contre les sites nucléaires », sur ConnaissanceDesEnergies.org avec AFP, (consulté le )
  109. « Guerre en Ukraine, en direct : l’armée russe s’est emparée de la centrale de Zaporijia, annonce l’agence nucléaire », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  110. « Guerre en Ukraine : la plus grande centrale nucléaire d’Europe occupée par l’armée russe après avoir été bombardée », sur Le Monde avec AFP, (consulté le ).
  111. « Ukraine : ce que l'on sait des frappes russes qui ont visé la plus grande centrale nucléaire d'Europe », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  112. « Ukraine : l'attaque russe sur la centrale nucléaire de Zaporijjia est "extrêmement grave, invraisemblable", réagit le directeur du laboratoire de la Criirad », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  113. « Ukraine : le contrôle militaire russe des centrales nucléaires ukrainiennes suscite de graves inquiétudes (AIEA) », (consulté le ).
  114. « Parc nucléaire de l'Ukraine : nombre de réacteurs, puissance installée et production », sur connaissancedesenergies.org, (consulté le ).
  115. Beck U. (2001). La société du risque : sur la voie d'une autre modernité. Ed. Flammarion.
  116. Codes et normes de l'industrie nucléaire française - Autorité de sûreté nucléaire
  117. a et b Pierre Le Hir s'entretient avec Jacques Repussard, « Nucléaire : "Fukushima nous oblige à imaginer l'inimaginable et à nous y préparer" », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  118. Moulin J. (2003). Le risque, le salarié et l’entreprise : contribution syndicale à la prévention des risques industriels et technologiques majeurs. Février 2002, 366 p. (Lien vers l'ouvrage)
  119. (en) James Conca, How Deadly Is Your Kilowatt? We Rank The Killer Energy Sources, Forbes, 10 juin 2012.
  120. Hypothetical number of deaths from energy production ourworldindata, consulté le 3 septembre 2020
  121. « L’Ukraine commémore les 35 ans de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl », Le Monde avec AFP, (consulté le )
  122. a b c et d Emmanuelle Plot & Olivier Vidal, La traduction comptable des risques extrêmes, Revue Française de Comptabilité (2009) 52-55, PDF, 21 p.
  123. « Travaux de l’IRSN sur le coût économique des accidents nucléaires entraînant des rejets radioactifs dans l’environnement », sur irsn.fr, (consulté le )
  124. « IRSN_Etude-2007-Cout-Accident » [PDF], sur IRSN,
  125. « coût accident nucleaire mise au point », sur r, .
  126. « Fukushima le coût de la catastrophe doublerait », Le Figaro, .
  127. a et b « Accident nucléaire majeur sgdn Plan National de Réponse » [PDF], sur reporterre.net, (consulté le ).
  128. a b c et d « Impact environnemental d’un accident nucléaire : comparaison entre Tchernobyl et Fukushima », sur irsn.fr (consulté le )
  129. « Le coût économique pour deux scénarios d’accident », sur irsn.fr (consulté le ).
  130. Philippe Mesmer, « La pègre japonaise fait son miel de l’après-Fukushima », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  131. a et b « Quatre ans après Fukushima, le Japon lutte encore contre ses conséquences », sur LeMonde.fr avec AFP et Reuters, (consulté le ).
  132. a b et c Philippe Mesmer, « Fukushima : le projet de déversement en mer de l’eau contaminée provoque la colère des voisins du Japon », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  133. « Le risque nucléaire » [PDF], sur haut-rhin.gouv.fr,
  134. « Fukushima-Daiichi : le risque de tsunami sous-estimé selon l'AEIA - Sciences et Avenir », sur sciencesetavenir.fr, (consulté le )
  135. « Les objectifs de sûreté de WENRA concernant les nouvelles centrales nucléaires », sur asn.fr, (consulté le )
  136. « WENRA : 15 ans de coopération pour la sécurité des centrales nucléaires en Europe », sur ensi.ch, (consulté le )
  137. « Nucléaire: les 19 centrales françaises épinglées par l'UE », sur LeFigaro.fr, (consulté le )
  138. Olivier Chicheportiche, « 10 ans après Fukushima, qu'est-ce qui a changé dans le nucléaire français », sur bfmtv.com, (consulté le )
  139. « The subcommittee on handling of the ALPS treated water report », Ministry of Economy, Trade and Industry, (consulté le ), p. 33-34.
  140. « IAEA follow-up review of progress made on management of ALPS treated water and the report of the subcommittee on handling of ALPS treated water at TEPCO's Fukushima Daiichi nuclear power station », International Atomic Energy Agency, (consulté le ), p. 8.
  141. 후쿠시마 원전 오염수 관련 현황 [Impact of the Contaminated Water at Fukushima Nuclear Power Plant], 15 October 2020, South Korean government taskforce led by Ministry of Oceans and Fisheries and the Nuclear Safety and Security Commission.
  142. Pierre Le Hir, « De Fukushima aux côtes nord-américaines, une radioactivité très diluée », sur Le Monde, (consulté le ).
  143. Nucléaire: la culture sûreté, lesechos, 29 mai 1995
  144. Rapport d'étape de la mission parlementaire sur la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir - B.- Une anticipation plus poussée des situations possibles, Sénat, 30 juin 2011.
  145. Mieux prévenir le risque d’explosion d’hydrogène, irsn, mars 2016, consulté le 2 avril 2022
  146. La défense en profondeur, irsn, consulté le 2 avril 2022
  147. Pierre Le Hir, « A la recherche des cœurs perdus des réacteurs nucléaires de Fukushima », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  148. Jean-Claude Bourbon, « La discrète offensive de l’industrie nucléaire », sur la-croix.com, (consulté le )
  149. « L’ASN rend son avis sur les options de sûreté du projet de réacteur EPR Nouveau Modèle et de son évolution EPR 2 », Autorité de sûreté nucléaire, 18 juillet 2019.
  150. (en) « Now Available: New Drone Technology for Radiological Monitoring in Emergency Situations », sur iaea.org, (consulté le ).
  151. Ressources, production et demande de l’uranium : Un bilan de quarante ans - Rétrospective du Livre rouge ; Éditions OCDE ; 2007.
  152. « Les sites miniers d'uraniums », sur irsn.fr, (consulté le )
  153. « Enfin une carte des mines d'uranium en France », sur futura-sciences.com (consulté le )
  154. a et b Pierre Breteau, « L’indépendance énergétique de la France grâce au nucléaire : un tour de passe-passe statistique », sur Les Décodeurs, Le Monde, (consulté le )
  155. Documentation forum de l'énergie suisse - page 69 [PDF]
  156. Le cycle du combustible nucléaire - CEA, 2002, page 3 [PDF].
  157. Définition selon l’INSEE.
  158. Rapport de l'Agence pour l'énergie nucléaire [PDF], pages 12 et 13.
  159. mars 2007 val.xls [PDF].
  160. (en) Share of Total Primary Energy Supply* in 2005 - IEA [PDF].
  161. Communiqué de presse.
  162. (de) Strahlendes Erbe, Kerngedanken zur Endlagerung (fr: Héritage irradiant : idées clés pour le stockage définitif) de Jan Gottwald et Paul Schoeps. Édité en 2003 par Akademikerverlag GmbH & Co KG. (ISBN 978-3-8417-7086-8) :
    Kerngedanken est ici un jeu de mots : cela veut dire idées clés tout comme idées nucléaires.
  163. « L’IRSN prend le pouls des Français sur le nucléaire », sur connaissancedesenergies.org, .
  164. « Nos déchets nucléaires sont cachés en Sibérie », sur Libération, .
  165. « Dans la ville interdite de Tomsk-7 », sur Robin des bois, .
  166. L'énergie nucléaire et les autres sources d'énergie de Geneviève et Raymond GUGLIELMO, éditions HATIER 1978 (ISBN 2-218-04535-4)
  167. Nucléaire : énergie d’avenir ou fausse solution ? - Compte rendu de la rencontre du 6 mai 2003 à Rennes organisée dans le cadre du débat public sur la gestion des déchets radioactifs ; Deuxième table ronde : Quelles solutions pour les déchets nucléaires ? [PDF].
  168. a et b Rapport de synthèse relatif à l’inventaire réalisé par l’Andra [PDF].
  169. Pratiquée dans les années 1960 et 1970, l’immersion de déchets radioactifs a été suspendue par les États membres de l’AIEA en 1983, avant d’être officiellement interdite en 1993 par la Convention sur la prévention de la pollution des mers résultant de l'immersion de déchets.
  170. Évaluation du Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs 2016-2018, chapitre IV-A, « Le consensus international sur le stockage géologique », 9 mars 2017.
  171. Étude de l’IRSN sur les alternatives au stockage géologique des déchets HA-VL et MA-VL, 2019, pages 8-10.
  172. Article de L’Humanité de novembre 2000, préparation de la loi Bataille.
  173. « La contestation locale est née de la recherche ou de la mise en route de laboratoires géologiques souterrains. Cette contestation a été souvent qualifiée de NIMBY (not in my backyard). Les vignerons du Gard ou les éleveurs de poulets de Bresse illustrent à merveille cette lutte pour la protection de leur image. Alors que de potentiels sites de stockage étaient à l’étude près de leurs terroirs, ils avaient organisé une résistance farouche pour éviter cette intrusion du nucléaire dans leur environnement » (article de la Gazette de la société et des techniques [PDF]).
  174. Cette tendance est notamment illustrée par les résultats d'un sondage réalisé par Ifop pour Les Verts en  : « L’opposition massive à une telle initiative (la présence d’un centre d’enfouissement des déchets nucléaires dans leur commune ou dans une commune proche) traduit la forte prégnance du précepte not in my backyard qui traverse l’ensemble des catégories de la population » (Sondage Ifop - Les Verts • 23 septembre 2005).
  175. Dossier d’initialisation du débat sur la gestion des déchets HA-VL / MA-VL[réf. nécessaire].
  176. Journal de la Haute-Marne, 31 juillet 2006.
  177. Hervé Kempf, « La France importe du plutonium anglais en toute discrétion », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  178. « Du plutonium américain prêt à être recyclé à la Hague », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  179. « Retour au Japon d'une cargaison de MOX », sur LeMonde.fr avec AFP et AP, (consulté le ).
  180. Peut-on être écologiste et pro-nucléaire ?, goodplanet, 25 mai 2020
  181. a b et c L’Énergie nucléaire et le protocole de Kyoto ; OCDE/AEN ; NDD ; Paris.
  182. Faut-il remplacer les centrales nucléaires par des centrales à gaz ?, par Jean-Marc Jancovici.
  183. (en) den Elzen Michel, Meinshausen Malte, 2006, Multi-gas emissions pathways for meeting the EU °C climate target, in Avoiding dangerous climate change (Edited by Schellnhuber et al.), Cambridge University Press, Cambridge, 2006
  184. (en) Going Nuclear A Green Makes the Case.
  185. Préface de Le Nucléaire, avenir de l'écologie ? , de Bruno Comby.
  186. (en) John Tierney, « Are Carbon Cuts Just a Fantasy? », The New York Times, (consulté le ).
  187. (en) « Top climate change scientists issue open letter to policy influencers », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  188. [1].
  189. [2]
  190. [3].
  191. [4].
  192. Pushker A. Kharecha et James E Hansen, Prevented mortality and greenhouse gas emissions from historical and projected nuclear power, Environ. Sci. Technol., 15 mars 2013.
  193. Fermer Fessenheim et d’autres réacteurs est un contre-sens, Académie des sciences, 7 juillet 2020.
  194. Anne Brigaudeau, « Climat : faut-il sortir du nucléaire pour sauver la planète ? Sept arguments pour comprendre le débat », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  195. a et b Victor Vasseur, « Le Giec table-t-il vraiment sur une augmentation du nucléaire pour lutter contre le changement climatique ? », sur France Inter, (consulté le ).
  196. « Gaz à effet de serre: le nucléaire français peut mieux faire », sur lnc.nc, les nouvelles calédoniennes, (consulté le )
  197. Gaz à effet de serre: le nucléaire français peut mieux faire, sur lExpress.fr avec AFP , 2 juin 2020
  198. Nabil Wakim, « Les centrales nucléaires peuvent-elles survivre au changement climatique ? », sur Le Monde, (consulté le ).
  199. a et b (en) Joshua M. Pearce, « Thermodynamic limitations to nuclear energy deployment as a greenhouse gas mitigation technology », International Journal of Nuclear Governance, Economy and Ecology, vol. 2, no 1,‎ , p. 113 (ISSN 1742-4186 et 1742-4194, DOI 10.1504/ijngee.2008.017358, lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  200. Sources : The Cost of Generating Electricity, Royal Academy of Engineering, London, United Kingdom 2004. University of Chicago The Economic Future of Nuclear Power, Chicago, United States 2004 Levelized Unit Electricity Cost Comparison of Alternate Technologies for Baseload Generation in Ontario, Canadian Energy Research Institute, Calgary, Canada 2004 The Energy Challenge, United Kingdom Department of Trade and Industry, London, United Kingdom 2006 Energy Sources, Production Costs and Performance of Technologies for Power Generation, Heating and Transport, European Commission, COM(2008)744, Brussels, Belgium 2008 House of the Lords, The Economics of Renewable Energy, 4th Report of Session 2007-08, Vol. I: Report, Select Committee on Economic Affairs, London, United Kingdom 2008 MIT, Update on the Cost of Nuclear Power, Cambridge, United States 2009
  201. Source en français : https://tn.boell.org/sites/default/files/uploads/2017/08/german-energy-transition_info-graphics_fr.pdf
  202. Non trouvée le 10 aout 2021, lepost.fr
  203. http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&sousmenu=brochures&soussousmenu=aberration&page=comment
  204. « Tous les prétextes ont été bons pour limiter le développement des énergies renouvelables. Et il est clair que le lobby électronucléaire a été et reste extrêmement actif dans ce domaine. Le drame est qu'il est totalement soutenu par l'appareil d'État», cité par le journal Le Monde. 5 avril 2011
  205. « L'électricité nucléaire, ruineuse ou bon marché ? Le débat fait rage », sur Le Point, (consulté le ).
  206. « La facture d'électricité des Français augmenterait de 50% d'ici à 2020 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  207. [5]
  208. « La facture d'électricité des Français augmenterait de 50% d'ici à 2020 », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  209. 15 %
  210. 5 %.
  211. « Parc nucléaire français : le véritable coût de production », sur Contrepoints, (consulté le ).
  212. Le projet d'Hinkley Point est-il toujours rentable pour EDF ? Sharon Wajsbrot, Les Échos, 25 septembre 2019
  213. a b et c Rédaction France Inter, « Le nucléaire "beaucoup plus cher" que le renouvelable : Yannick Jadot dit-il vrai ? », sur FranceInter.fr, (consulté le )
  214. Cummins, J.D., Doherty, N. et Lo, A. (2002), "Can insurers pay for the Big One? Measuring the capacity of the insurance market to respond to catastrophic losses", Journal of banking and finance, vol. 26(2), mars, p. 557-583.
  215. a et b Michel-Kerjan, Erwann and de Marcellis-Warin, Nathalie (2006) Public-Private Programs for Covering Extreme Events : The Impact of Information Distribution on Risk-Sharing ; Asia-Pacific Journal of Risk and Insurance: Vol. 1: Iss. 2, Article 2. DOI: 10.2202/2153-3792.1008 (Résumé)
  216. Catastrophe Risks: Part I and Part II.” Journal of Risk and Insurance. Vol. 40. p. 231-243. (Part I.) Vol. 40. p. 339-355. (Part II.).
  217. Stone, James. 1973. “A Theory of Capacity and the Insurance of Catastrophe Risks: Part I and Part II.” Journal of Risk and Insurance. Vol. 40. p. 231-243. (Part I.) Vol. 40. p. 339-355. (Part II.).
  218. L'assurance du risque nucléaire [PDF]
  219. « Accident nucléaire : Quel coût ? Quelles assurances ? - Énergie Nucléaire - L'EXPANSION - LA CHAINE ENERGIE », sur LExpansion.com, (consulté le )
  220. « Nuclear Energy Agency (NEA) - 1963 Brussels Supplementary Convention on Nuclear Third Party Liability Status of ratifications or accessions (français) », sur oecd-nea.org (consulté le )
  221. Cour des comptes, Les coûts de la filière électronucléaire, Paris, , 430 p. (lire en ligne [PDF]), p. 287.
  222. Bertrand Barr, « Accident nucleaire quel coût quelles assurances », sur lexpansion.com,
  223. « L'accident nucléaire au Japon est-il assuré ? », sur La Tribune, (consulté le )
  224. Bernard Colasse, Comptabilité Générale PCG, 1999, article 120-3 (lien vers l'ouvrage)
  225. Colasse en 2001 définit « les provisions pour risques et charges » comme « des prélèvements sur les bénéfices destinés à couvrir des risques et charges nettement précisés quant à leur objet, que des événements survenus ou en cours rendent probables ». « Si l'événement est certain, et que son échéance et son montant sont fixés de façon précise, alors l’entité enregistre une dette et non une provision » ajoutent des chercheurs comme E. Plot & O. Vidal, (La traduction comptable des risques extrêmes, PDF, 21 p.)
  226. Un passif éventuel est « soit une obligation potentielle de l'entité à l'égard d'un tiers résultant d'événements dont l'existence ne sera confirmée que par la survenance, ou non, d'un ou plusieurs événements futurs incertains qui ne sont pas totalement sous le contrôle de l'entité ; soit une obligation de l'entité à l'égard d'un tiers dont il n'est pas probable ou certain qu'elle provoquera une sortie de ressources sans contrepartie au moins équivalente attendue de celui-ci". » (Source : Comité de la réglementation comptable (CRC) ; Règlement no 2000-06 du 7 décembre 2000 relatif aux passifs, du CRC, qui reprend l'essentiel de la norme IAS 37, ; voir art 212-3 et 212-4 page 2/9 de la version Word).
  227. L'assurance du risque nucléaire [PDF] et Le risque nucléaire après Tchernobyl [PDF].
  228. Tribune du Réseau Sortir du nucléaire.
  229. Le nucléaire "roule" sans assurance.
  230. Le seul réseau RTE comptait 21 012 km de circuits aériens de 400 kV fin 2006.
  231. Le bilan des tempêtes de décembre 1999 [PDF], RTE, 5 décembre 2000.
  232. (en) The Growing Trend Against Coal-Fired Power Plants
  233. Centrale de West Burton
  234. Centrale de la SNET à Lacq [PDF].
  235. (en) The World’s largest wind farm receives UK government backing.
  236. Centrale de Witbank [PDF]
  237. (de) 20 plus grandes centrales au charbon allemandes.
  238. « titre inconnu »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), .
  239. L’Heure du Monde, 2021.
  240. The U.S. is helping China build a novel, superior nuclear reactor", Fortune, 2 février 2015.
  241. Fission Liquide, fissionliquide.fr consulté le 10 aout 2021
  242. Le solaire photovoltaïque coûtera moins de 5 centimes le kWh dans 16 ans, techniques-ingenieur.fr.
  243. Émilie Massemin, « Le petit réacteur atomique SMR fait rêver les nucléaristes », sur reporterre.net, (consulté le ).
  244. Patrick Criqui, « Les petits réacteurs nucléaires sont un atout pour la France », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  245. a b c et d « L'Europe sort de l'hiver nucléaire », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  246. (en)World Atomic Output Falls by Record in Fukushima’s Aftermath, Bloomberg Businessweek du 6 juillet 2012.
  247. a b c et d Eric Dedier, Romain Imbach, Marianne Pasquier et Nabil Wakim., « La carte du nucléaire dans le monde après Fukushima », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  248. a et b Virginie Malingre, « La Commission européenne va devoir décider si le nucléaire est une énergie « verte » », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  249. a et b « Cinq pays europeens denoncent le classement par l'UE du nucleaire comme investissement vert », sur Le Monde avec AFP, (consulté le ).
  250. « Dix membres de l’UE plaident en faveur du nucléaire », sur ForumNucléaire.be, (consulté le ).
  251. « Cinq pays europeens denoncent le classement par l'UE du nucleaire comme investissement vert », sur francetvinfo.fr avec AFP, (consulté le ).
  252. a b c et d Frédéric Lemaître, « La conversion d'Angela Merkel en faveur d'une sortie du nucléaire », sur LeMonde.fr, .
  253. 2008/03/27 > BE Allemagne 378> Pénuries d'électricité en Allemagne à craindre dès 2012
  254. (de) Auswertungstabellen.
  255. Allemagne, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  256. a et b « L’Australie se penche sur l’atome | toutes les infos par la Revue Générale Nucléaire », sur sfen.org (consulté le )
  257. L'Australie ne vendra pas d'uranium à l'Inde - AFP, 08/09/2008.
  258. « Australian state completes report on nuclear prohibition : Nuclear Policies », sur world-nuclear-news.org (consulté le )
  259. Le nucléaire en Autriche : un (nouveau) survol - avril 2011.
  260. Jean-Baptiste Chastand, « La croisade anti-nucléaire d’une Autriche isolée au sein de l’UE », sur Le Monde, (consulté le ).
  261. Belgique, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  262. Moniteur belge, 28 février 2003.
  263. Quel mix énergétique idéal pour la Belgique aux horizons 2020 et 2030 ? [PDF] (version actualisée en 2012), GEMIX, 2009, sur le site du Service public fédéral Économie.
  264. « C'est fait: nos plus vieux réacteurs nucléaires repartent pour 10 ans, mais qu’y a gagné Electrabel ? », sur rtl.be, 3. août 2016 (consulté le ).
  265. Jean-Pierre Stroobants, « Engie acte la sortie de la Belgique du nucléaire », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  266. Adeline Louvigny, « "Les réacteurs nucléaires ne constituent pas une solution aux choix à réaliser par la Belgique", selon le Conseil supérieur de la Santé », sur rtbf.be avec agences, (consulté le ).
  267. « La Belgique arrêtera ses sept réacteurs nucléaires d’ici à 2025 », Le Monde avec AFP, (consulté le ).
  268. Jean-Pierre Stroobants, « En Belgique, le nucléaire prolongé de dix ans », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  269. « Le nucléaire représente 52% de l’électricité produite en Belgique, le renouvelable en légère baisse par rapport à 2020 », sur rtbf.be, (consulté le ).
  270. Italie - Panne en cascade du réseau électrique, RFI.
  271. Un an après le black-out en Italie, l'OFEN dresse le bilan, Office fédéral de l'énergie (Suisse), 23 septembre 2004.
  272. « Italie : moratoire d’un an sur le programme nucléaire civil », sur armees.com, (consulté le ).
  273. « L'Italie décrète un moratoire de 12 mois dans son plan de retour au nucléaire », sur lalsace.fr, (consulté le ).
  274. Le Matin, L'Italie veut mettre fin à son programme nucléaire - 19 avril 2011.
  275. L'Expansion: les Italiens disent définitivement non au nucléaire, en ligne le 14 juin 2011.
  276. Le gouvernement suisse continue à miser sur le nucléaire.
  277. Nouvelles centrales nucléaires : selon l'IFSN les trois sites proposés seraient adéquats (info www.admin.ch) « Copie archivée » (version du 7 septembre 2014 sur l'Internet Archive).
  278. « La guerre du nucléaire est relancée », Le Temps, .
  279. La Suisse sortira du nucléaire en 2034, la Tribune de Genève, consulté le 25 mai 2011
  280. a et b « La première centrale nucléaire suisse définitivement arrêtée », sur L'Express, (consulté le ).
  281. « Les Suisses approuvent l’abandon progressif du nucléaire », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  282. Suisse, base de données PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  283. a b et c Jean-Jacques Bozonnet, « José Luis Zapatero évite de trancher sur la fermeture d'une centrale nucléaire », sur LeM onde, (consulté le ).
  284. Zapatero affirma que procurará cumplir su compromiso de cerrar la central nuclear de Garoña en 2011, La Vanguardia, 9 juin 2009.
  285. « Le nucléaire, première source de production électrique de l’Espagne », Revue Générale Nucléaire, SFEN (consulté le ).
  286. a et b Robert F. Ichord, Jr ., « L'avenir de l'énergie nucléaire en Europe », sur Le Grand Continent, (consulté le ).
  287. Espagne, base de données PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  288. a b et c « La transition énergétique en Suède : un aperçu du modèle scandinave », Les cahiers de Global Chance, Global Chance, no 36,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  289. a et b Olivier Truc, « La Suède fait volte-face en choisissant de renouveler son parc nucléaire », sur Le Monde, (consulté le ).
  290. Areva va moderniser les centrales nucléaires suédoises.
  291. On ne renonce finalement pas au nucléaire, RFI, 5 février 2009.
  292. La Suède lève son moratoire sur la construction de centrales nucléaires, Le Monde, 6 février 2009.
  293. Anne-Françoise Hivert, « En Suède, un coup de froid relance le débat sur le nucléaire », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  294. Suède, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  295. (en) Under Construction Reactors, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021)..
  296. « L'Arabie saoudite accélère dans le nucléaire civil », sur Les Echos, (consulté le )
  297. « Avec l’aide de la Chine, l’Arabie saoudite avance sur le chemin du nucléaire », sur L'Opinion, (consulté le )
  298. Argentina, sur iaea.org, IAEA PRIS consulté le 17 novembre 2021
  299. (en) Angola takes first steps towards nuclear power.
  300. Bangladesh, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  301. (en) « Construction Progresses on Bangladesh's First Nuclear Power Plant », sur iaea.org, (consulté le )
  302. Belarus, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  303. « Biélorussie: démarrage de la centrale nucléaire d’Ostrovets, craintes en Lituanie », sur RFI, (consulté le )
  304. Brésil : relance du programme électronucléaire, France TV la 1re, 6 février 2020
  305. Brésil : AREVA réduit temporairement ses activités sur le projet Angra 3, Framatome, consulté le 27 décembre 2020
  306. Brésil, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  307. Bulgarie : La centrale nucléaire de Belene cherche un investisseur (25/03/2010).
  308. « Nucléaire: la Bulgarie prolonge l'exploitation de la centrale de Kozlodoui », sur ouest-france.fr,
  309. (en) « Bulgaria to consider U.S. technology for new Kozloduy nuclear reactor », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  310. « Bulgaria », base de données PRIS, Agence internationale de l'énergie atomique (consulté le 17 novembre 2021).
  311. Les pays arabes du golfe Persique se lanceront dans le nucléaire civil en 2009
  312. Au Chili, la présidente Michelle Bachelet amorce un tournant vers le nucléaire, Le Monde, 9 mars 2007 (consulté le 22 novembre 2021).
  313. Christine Legrand et Christine Legrand, « Terre de séismes, le Chili s'interroge sur son parc nucléaire », sur LeMonde.fr, (consulté le ).
  314. Gil Mihaely, « Red Hot Chili nucléaire », sur Causeur.fr, (consulté le ).
  315. « Le Chili, nouvel eldorado des énergies renouvelables », sur ConnaissanceDesEnergies.org, (consulté le ).
  316. Chine, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  317. Philippe Mesmer, « Du tritium à un niveau élevé dans une centrale relance le débat sur le nucléaire en Corée du Sud », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  318. Korea, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  319. dossier: Nucléaire-Égypte "Un choix qui s’impose" Al-Ahram (novembre 2010).
  320. Égypte Al-Dabaa : Un projet ambitieux, Al-Ahram (septembre 2010).
  321. http://businesstodayegypt.com/news/display/article/artId:320/Another-Hurdle-at-El-Dabaa/secId:5.
  322. KEPCO wins UAE civil nuclear bid 04/01/2010
  323. AIEA / PRIS / BARAKAH 1 Under Construction.
  324. « Les Emirats arabes unis démarrent la première centrale nucléaire du monde arabe », Le Monde, AFP, (consulté le ).
  325. Émirats arabes unis, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  326. Enerpresse, 15 avril 2021.
  327. a et b Stéphanie Le Bars, « Un lieu dans l’actu : Three Mile Island », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  328. « Le renouveau du secteur nucléaire aux États-Unis », sur connaissancedesenergies.org et Ifri, (consulté le )
  329. United States of America, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  330. (en) Finland's energy policy.
  331. Finnish industry: constantly adapting to a changing world, Finland Promotion Board, ministère des Affaires étrangères finlandais, 2018 : « Finland needs a lot of electricity, for its forest industry and for homes during the fairly long winter. Finland’s energy production is divided as follows: 24% oil, 21% wood fuel, 16% nuclear power, 14% coal and 11% natural gas. Peat, hydropower and wind power are negligible by comparison, as are electricity imports. One half of all the energy consumed in Finland goes to industry, one quarter to heating buildings and one fifth to transport. (…) Currently, the Franco-German consortium formed by Areva and Siemens is building Finland’s fifth nuclear power plant at Olkiluoto on the western coast. A sixth and even a seventh nuclear power plant have been mooted by the established energy company Teollisuuden Voima and by the upstart Fennovoima. »
  332. Jean-Michel Bezat, « Nucléaire : l’Etat français aide Areva à solder le passif de l’EPR finlandais », Le Monde, (consulté le ).
  333. Nabil Wakim, « Nucléaire : les nouvelles dérives de l’EPR en Finlande pourraient coûter cher à l’Etat français », sur Le Monde, (consulté le ).
  334. Finlande, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  335. l'Observatoire de l'énergie dépend du ministère de l’Énergie[réf. nécessaire].
  336. Baromètre de l'énergie janvier 2006.
  337. Attitudes au sujet de l’énergie [PDF], Eurobaromètre, sondage pour la Commission européenne, janvier 2006.
  338. Stéphen KErckhove, Sondage nucleaire, sondage par BVA, Agir pour l’environnement, juillet 2006.
  339. [6]
  340. Rapport Fukushima : les Français et le nucléaire, Le JDD, juin 2011.
  341. Exclusif - Un Français sondé sur deux d’accord pour sortir du nucléaire : (…) sondage réalisé par l’IFOP (…) Le principal enseignement en est que 47 % des personnes interrogées sont favorables à l’arrêt des centrales nucléaires, contre 53 % favorables à la poursuite de leur fonctionnement, Reporterre, 23 avril 2016.
  342. Louisa Benchabane, « Les doutes et les fragilités du secteur nucléaire français », Le Monde, (consulté le )
  343. Jean-Michel Bezat, « EDF et Veolia vont démanteler les six plus vieux réacteurs nucléaires français », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  344. « La centrale nucléaire de Fessenheim à l’arrêt, point de départ d’un démantèlement inédit sur quinze ans », sur Le Monde avec AFP, (consulté le )
  345. Jean-Michel Bezat, « La centrale nucléaire de Fessenheim, laboratoire contesté du démantèlement du parc d’EDF », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  346. Nabil Wakim, « La piste de six nouveaux EPR : « Il est troublant que la feuille de route envoyée au PDG d’EDF n’étudie qu’un seul scénario » », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  347. « Nucléaire : EDF choisit le site de Penly pour construire deux EPR », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  348. Perrine Mouterde, « Les plus anciens réacteurs nucléaires prolongés de dix ans », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  349. Clément Baudet, Adèle Ponticelli, Perrine Mouterde, Stéphane Mandard, « Nucléaire : les révélations d’un lanceur d’alerte sur la centrale du Tricastin » [audio], sur LeMonde.fr pour "l'Heure du Monde", (consulté le )
  350. « Pourquoi les Français redeviennent pro-nucléaires », sur Challenges, (consulté le )
  351. Le JDD, « SONDAGE. Les Français se divisent sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires », sur lejdd.fr (consulté le )
  352. Perrine Mouterde et Adrien Pécou, « Electricité : entre le nucléaire et les énergies renouvelables, six scénarios pour 2050 », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  353. Victor Vasseur, « Nouvelles centrales nucléaires, éolien : le rapport de RTE dessine nos "futurs énergétiques" », sur FranceInter.fr, (consulté le )
  354. Xavier Piechaczyk, président du directoire de RTE, « Quel mix énergétique en 2050 ? », sur FranceInter.fr pour l'émission Le Téléphone sonne entretien avec Fabienne Sintès, (consulté le )
  355. « Transition énergétique et neutralité carbone : les scénarios de RTE », sur vie-publique.fr, (consulté le )
  356. Perrine Mouterde et Adrien Pécout, « Entre ordinateurs, ingénieurs et citoyens, les équipes de RTE ont réalisé un travail d’ampleur inédit », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  357. SONDAGE EXCLUSIF - Une majorité de Français reconnaît les mérites du nucléaire, Les Échos, 4 novembre 2021.
  358. « Que sont les EPR 2, ces nouveaux réacteurs nucléaires annoncés par Emmanuel Macron ? », sur LeMonde.fr avec AFP, (consulté le ).
  359. Guillaume Guichard, Ivan Letessier, « Jean-Bernard Lévy: «EDF n’a pas les moyens de construire seul six EPR» », sur LeFigaro.fr, (consulté le ).
  360. « p8 », Le Canard Enchaîné,‎
  361. Michel Wieviorka, « Pour un débat de fond sur l’énergie nucléaire », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  362. « Nucléaire : débattre et informer, avant de décider », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  363. « Nucleaire: cout, sécurité déchets, avons nous toutes les clés pour debattre ? », sur Le Monde, (consulté le )
  364. « L’énergie de Yannick Jadot est deux fois moins chère que l’énergie d’Emmanuel Macron », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  365. « Nucléaire : les candidats de droite pour, ceux de gauche contre, sauf Roussel », sur LeMonde.fr,
  366. Luc Chemla, « Nucléaire : que proposent précisément les différents candidats à la présidentielle ? », sur FranceInter.fr, (consulté le )
  367. France, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  368. Gwladys Johnson Akinocho, agenceecofin.com, 05 juillet 2018.
  369. Énergie: le Ghana se lance dans le nucléaire, Modeste Dossou, beninwebtv.com, 15 juillet 2019.
  370. India, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  371. « EDF franchit une étape cruciale pour un gigantesque projet de centrale nucléaire en Inde », sur LeMonde.fr avec AFP, (consulté le )
  372. (en) Indonesia to develop nuclear power plant by 2017.
  373. L'Iran produira son électronucléaire dans cinq ans.
  374. BUSHEHR-1, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  375. a et b « Iran : reprise des activités de la centrale nucléaire de Bouchehr, après deux semaines d’arrêt », sur LeMonde.fr avec AFP, (consulté le )
  376. Japan, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  377. JAPON. Le dernier réacteur nucléaire s'arrête ; mis en ligne le 5/05/2012.
  378. Les 50 réacteurs nucléaires japonais à l'arrêt.
  379. « Au Japon, un réacteur nucléaire endommagé par le tsunami de 2011 autorisé à redémarrer », sur LeMonde.fr avec AFP, (consulté le )
  380. Japon, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  381. http://www.lobservateur.info/Societe/le-nucleaire-au-maroc-un-debat-energique.php Le Nouvel Obs : le nucléaire au Maroc un débat énergétique ; mis en ligne le 19/07/2011.
  382. Une centrale nucléaire en Namibie, la Russie favorable.
  383. (en) Nigeria plans to build nuclear power plants to meet energy needs by 2015.
  384. Canadian design review for StarCore HTGR, world-nuclear-news.org, 08 novembre 2016 .
  385. Pakistan, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  386. Pays-Bas, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  387. Enfin un accord de coalition aux Pays-bas, neuf mois après les élections, Euronews, 15 décembre 2021.
  388. Jean-Michel Bezat, « Lesté d’une dette de 42 milliards, EDF n’a pas les moyens de ses ambitions nucléaires » », sur LeMonde.fr, (consulté le )
  389. Mise en route d'un 2e réacteur nucléaire en Roumanie.
  390. Romania, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  391. Areva salue la relance du nucléaire outre-manche, Le Figaro, 10 janvier 2008 : « Le Royaume-Uni a fait volte-face sur sa politique énergétique. Le gouvernement britannique a donné ce jeudi son accord pour la construction de nouvelles centrales sur son sol. »
  392. Le Royaume-Uni va accroître la part de son nucléaire, Enerzine.com, 6 mars 2008.
  393. Japan's Hitachi buys UK's Horizon nuclear project, Reuters, 30 octobre 2012 : « Japanese industrial electronics maker Hitachi is taking over Britain's Horizon nuclear project to build four to six new nuclear power stations, the UK's Department of Energy and Climate Change (DECC) said on Tuesday ».
  394. Le nouveau projet nucléaire d’EDF au Royaume-Uni face à d’importantes difficultés, sur LeMonde.fr , 26 juin 2020
  395. Royaume-Uni, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  396. Eric Albert, « Nucléaire : EDF annonce un retard et un surcoût sur son EPR anglais d’Hinkley Point C », Le Monde, (consulté le ).
  397. « Royaume-Uni : Sizewell C, le projet de centrale nucléaire porté par EDF, approuvé par Londres », Le Monde avec AFP, (consulté le ).
  398. Londres valide sa commande de deux nouveaux EPR à EDF, Les Échos, 20 juillet 2022.
  399. a et b Teva Meyer, « Carte. L’industrie nucléaire civile : l’autre énergie de la puissance russe. », sur diploweb.com, (consulté le )
  400. Russian Federation, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  401. Mochovce nuclear power plant, seas, consulté le 27 décembre 2020
  402. La Slovaquie prévoit une nouvelle centrale nucléaire.
  403. « La Slovénie favorable à un deuxième réacteur nucléaire | toutes les infos par la Revue Générale Nucléaire | SFEN », sur www.sfen.org (consulté le )
  404. Nucléaire tchèque: aval du ministère de l'Environnement à l'extension de Temelin - Dépêche AFP 18/01/2013.
  405. Nucléaire tchèque : aval du ministère de l'Environnement à l'extension de Temelin Romandie 18/01/2013.
  406. CEZ cancels Temelin 3&4 project, Nuclear Engineering International, 11 avril 2014
  407. « République tchèque - Extension de la centrale nucléaire de Dukovany en République tchèque prévue aux alentours de 2030 », sur businessfrance.fr (consulté le )
  408. sur iaea.org, AIEA / PRIS / Country details / République Tchèque le 21 novembre 2021.
  409. Taiwan, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  410. Taiwanese to have say on nuclear phase-out policy: "Construction of two units at Lungmen began in 1999, but the project has been beset with political, legal and regulatory delays. The completed unit 1 was mothballed in July 2015, while construction of unit 2 was suspended in April 2014." - World Nuclear News - 24 octobre 2018.
  411. (en) Résultats du référendum, Central Election Commission, 25 novembre 2018.
  412. La Thaïlande investira six milliards de dollars dans une centrale nucléaire.
  413. (en) Turkey Approves Building Nuclear Plants.
  414. (en) CNS - Turkey Weapons of Mass Destruction Profile.
  415. Nicole Bricq: «Nos entreprises seront présentes dans la boucle nucléaire turque» 20minutes 18/01/2013.
  416. Turquie, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  417. a b c d et e « L’énergie nucléaire en Ukraine », sur ua.ambafrance.org, (consulté le ).
  418. Ukraine : un premier réacteur nucléaire passe au combustible américain, La Croix, 19 juillet 2018.
  419. Westinghouse et Energoatom ont signé deux accords sur le démarrage de projets pour la construction de deux unités de puissance au KhNPP, Interfax, 22 novembre 2021.
  420. Ukraine, PRIS, IAEA (consulté le 17 novembre 2021).
  421. (en) Nuclear energy in Yemen:A conceivable dream?, Yemen Times.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Le nucléaire

Les alternatives

Les organismes

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Émissions de Radio[modifier | modifier le code]

Audio[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • Ghislaine Buffard, « Nucléaire : une solution pour la planète ? », sur Arte.tv France, (consulté le ) enquête sur les enjeux écologiques et économiques de l’énergie nucléaire, comprenant le démantèlement des centrales, le retraitement des combustibles et le stockage des déchets contaminés.

Liens externes[modifier | modifier le code]