Docufiction

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Moana (1925), de Robert Flaherty, peut être considéré comme la première docufiction de l’histoire du cinéma.

Un ou une[1] docufiction[2] (ou documentaire-fiction), parfois incorrectement désignée comme docudrame, est un genre cinématographique qui mélange le film documentaire [3] et la fiction.

Il s’agit d’un documentaire contenant des éléments de narration propres à la fiction. Genre cinématographique en expansion, il est adopté par un nombre croissant de cinéastes. Le terme docufiction apparaît au début du XXIe siècle[4].

Il est devenu d’usage commun en plusieurs langues et est génériquement accepté pour la classification des films dans les festivals de cinéma[5],[6],[7],[8],[9].

Docudrama[modifier | modifier le code]

Confusions récurrentes

Docudrama, un faux documentaire, au contraire de la docufiction, est une recréation[10] fictionnelle et dramatisée d’évènements factuels, en forme de documentaire, dans un temps ultérieur aux évènements "réels" qu’elle reproduit. On confond "docudrama" avec "docufiction" lorsque drame est associé à fiction, ce qui est courant en anglais. Dans ce sens, docudrama doit être entendu comme un téléfilm ou une récréation télévisuelle qui dramatise ou reproduit des évènements passés avec des acteurs, ce qui est courant aussi bien en Angleterre qu’aux États-Unis.

De même, mockumentary (étymologie: mock + documentary = documentaire moqueur) est un genre typiquement télévisuel des chaînes anglophones [11],[12]. Il se présente aussi en forme de "documentaire", comique ou satirique. Récréant des évènements "réels" dans un temps ultérieur et utilisant la narrative fictionnelle tel que le docudrama, il ne doit pas être confondu avec la docufiction non plus.

Le mot docufiction est parfois aussi utilisé pour désigner une pièce de journalisme littéraire, une non-fiction romancée (anglais : creative nonfiction). Aussi bien au cinéma qu’en télévision, docufiction est, en tout cas, un genre cinématographique en pleine expansion depuis la première décennie de ce siècle.

Origines de la docufiction[modifier | modifier le code]

Le genre implique une pratique du cinéma utilisé par des cinéastes comme Robert Flaherty, l’un des inventeurs du film documentaire, et par Jean Rouch, plus tard au XXe siècle[13],[14].

Il implique aussi le principe que fiction et documentaire sont des genres fondamentaux dans l'analyse de film, dû au statut ontologique de l’image filmée [15] en tant que photographie : le double (l’image du sujet) est quelque part la même chose en tant que représentation et réalité [16] : en tant que simulacre dans la fiction et en tant qu'image véridique dans le documentaire. Dans la fiction un acteur représente (stands for) une autre personne et les événements photographiés sont inventés ou manipulés. Étant les deux, la docufiction est un genre hybride qui suscite des problèmes éthiques concernant le vrai, puisque le réel peut être manipulé et confondu avec le fictif. [17], [18], [19], [20], [21], [22], [23], [24],[25], [26]

Dans le domaine de l’anthropologie visuelle, le rôle novateur de Jean Rouch nous permet de le considérer comme le père d’un sous-genre nommé ethnofiction[27],[28],[29],[30]. Ce terme veut dire film ethnographique avec des natives qui jouent des rôles fictionnels. Leur faire jouer un rôle sur eux-mêmes aidera à construire le réel, renforcé avec l’imaginaire. Pour la même raison, un documentaire non ethnographique touché par la fiction pourra être nommé docufiction.

L’ hybride dans la docufiction[modifier | modifier le code]

Concept[modifier | modifier le code]

Le terme docufiction, ou docu-fiction, presque toujours mentionné dans le genre masculin, désigne couramment dans la langue française des films qui recréent des situations ‘réelles’. Cette désignation est devenue populaire par l'imposition des chaînes de télévision à des fins commerciales, avec l'intention d'atteindre un large public [31],[32].

En vérité, la docufiction est un genre hybride dans lequel le documentaire et la fiction pèsent plus ou moins. Il est rare que les deux aient un poids égal. L'aiguille de la balance peut basculer plus vers un côté que vers l'autre : d'un extrême à l'autre. Ceci pose la question de l’existence de docufictions extrêmes[33],[34],[35],[36].

Jusqu'où peut aller un cinéaste sans franchir certaines limites, souvent incertaines, au-delà desquelles le documentaire se transforme en fiction ? : traversant une frontière, pénétrant dans un territoire qui ne lui appartient pas et où il sera perçu comme un intrus. Il s'avancera, dans une situation extrême, sur un territoire réel qui deviendra un lieu entièrement fictif. Il y a des endroits où nous ne savons pas où nous sommes, où nos certitudes s’évanouissent dans le néant. Là, on peut se sentir à peine un peu confus (et ça peut être amusant) ou, dans le pire des cas, désespéré (et ça peut être tragique) [37], là ou ailleurs[38],[39],[40].

Les films documentaires suscitent rarement des sentiments d'empathie chez les spectateurs car ils ne sont pas faits pour cela mais simplement pour les impressionner d'une manière différente : montrer des faits qui traitent de la conscience, aider à être plus conscient de ce qu'est le réel. Ils sont bruts par nature et ainsi ils doivent l'être : « pour atteindre le réel, il faut au préalable pouvoir faire abstraction du vécu » [41]

En plus, « Si les spectateurs hésitent à regarder des documentaires sur des problèmes sociaux "lourds", alors ces questions doivent être présentées de manière plus subtile ou plus acceptable. » [42] Thomas Larson s'y réfère en ces termes (dans la littérature, mais aussi dans le cinéma) : «Les écrivains hybrides mêlent réalité et fiction; poésie et prose; mémoire et histoire; biographie et mémoires. L'hybride porte un certain nombre de noms : récit non linéaire, composite, pastiche, montage, collage, mosaïque et bricolage; c'est une forme qui brouille un genre avec un autre; et décrit tout récit dont la structure est fragmentée, tressée, enfilée, brisée ou segmentée, c'est-à-dire étant tempérée par des ingrédients esthétiques ou éthiques, se transformant en fiction avec des effets plus ou moins graves sur les deux, leur valeur et leurs conséquences. » [43] En d'autres termes : dans des situations extrêmes, le documentaire peut dégénérer en fantaisie et la fiction en cinéma vérité corrompu (Voir Cinéma vérité)[44],[45].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'histoire du cinéma, le concept d'ethnofiction (ethnographie + fiction) dépasserait la pratique scientifique et, par analogie, donnerait lieu à une désignation plus large (docufiction: documentaire + fiction) dans laquelle l'ethnofiction serait classée comme sous-genre. La docufiction serait alors utilisée pour classer les films apparus dans plusieurs pays, directement sous l'influence de Robert Flaherty ou indirectement par une ressemblance occasionnelle, dans les deux cas sans corrélation et avec des différences significatives de forme et de contenu. D'un côté, l’hybride est devenu l'un des critères qui ont rejoint le documentaire et la fiction dans un seul concept [46]. D'un autre côté, les personnes qui jouent leurs propres rôles dans la vie réelle et en temps réel sont quelqu'un d'autre qui se donne du fondement, qui devient vraisemblable. Ces deux exigences sont étroitement associées à deux autres dans la pratique de la docufiction : 1 - éthique [47] et esthétique, i.e. fidélité au vrai et au réel [48],[49],[50] 2 - signifiants and connotations, i.e. formes d’expression qui représentent des faits de manière illustrative ou allusive, dévoilant les facettes de la vie humaine.

Docufiction extrême[modifier | modifier le code]

Nose art du Great Artiste.
La bombe atomique explosant sur Hiroshima

La modernité est, par définition, l’exigence qui a fait le film documentaire traverser une nouvelle frontière et devenir docufiction, ce qui n’a pas été sans conséquences : des récits réels qui deviennent fictifs, qui s'excèdent dans des situations extrêmes. Ça peut bien se passer ou non. Ça peut mal se passer si la réalité filmée devient une fantaisie délirante.

Pour la première fois dans l'Histoire moderne un film le montre : Les Enfants d'Hiroshima (1952). Il nous donne à voir, à l’extrême du délire, les survivants d'une tragédie colossale causée par des agents fous, une histoire de vengeance interprétée par des acteurs comme Le Grand Artiste et Le Mal Nécessaire. Les Enfants d'Hiroshima est une docufiction qui ose décrire les conséquences des premières bombes atomiques lancées sur des gens innocents, des explosions terribles qui implosent en effets cathartiques, en dévastation et souffrance, en images d’une grande beauté. Face à des tragédies comme ça, comme celles du théâtre grec, il faut qu’on se soumette à une exigence extrême : On ne doit pas faire des choses comme ça !. L'esthétique, plutôt que l'éthique, a le pouvoir d'imposer des prescriptions comme celle-ci.

Dans le même style, mais à une échelle inférieure, de nouvelles tentatives ont été faites pour provoquer des effets semblables. Des films ultérieurs déclencheraient moins de pathos, certains avec une compréhension plus aiguë des réalités modernes [51],[52] Jusqu'où peuvent-ils aller ? Jusqu'où les vanités de l'auteur blessent-elles les spectateurs? Cette mode perverse aura-t-elle un avenir ? Des films comme ceux-ci sont peu nombreux. Seront-ils beaucoup ceux qui suivent ? Seront-ils adaptés aux définitions modernes[53] ? Ou deviendront-ils postmodernes? (voir Postmodernist film)


La Vérité d'après Jules Lefebvre

Robert Flaherty illustrait les réalités qu'il filmait avec une esthétique séduisante qui touchait l'Amérique, un public naïf assoiffé de paysages séduisants. Il montrait à ces pauvres gens des natifs exotiques, de beaux et nobles sauvages de pays lointains. Il tournait des images fortes, conçues pour plaire à un large public et à des producteurs gourmands [54], [55]. Aussi séduit par de tels charmes, Jean Rouch, un scientifique avant tout le reste, est un de ceux qui a osé d'aller plus loin dans des tentatives extrêmes [56], [57].

Utilisant des lentilles 'neutres' (en perspective naïve) et un sens de la poésie très personnel il est parti filmer des Noirs dans des pays mystérieux d'Afrique avec la noble intention de découvrir qui ils sont et ce qu'ils représentent[58]. Il s'est soumis à la confrontation sur les deux fronts : réduire l'esthétique à des images sans prétention et l'éthique à des principes stricts, indispensables pour dévoiler le vrai [59]. De différents pays, il y en a qui font pareil. Pour des raisons fortes, certains osent aller au-delà des limites qu'ils devraient garder, transformant le documentaire en fiction irréductible, en fantaisie sans retour : Les Mille et Une Nuits et de l'autre côté, à son extrême, Cavalo Dinheiro, deux films portugais . D'autres aventuriers, en circonstances similaires, utilisant des astuces subtiles, mettent le pied sur la ligne rouge sans se faire brûler : Taxi Téhéran (Iran), Dérives (Portugal) [60], c'est-à-dire (autobiographies, portraits urbains, films sans argent, metafilms, du cinéma à l’extrême). Des tendances opposées auront lieu dans les temps qui nous attendent. Des réalités mutantes les feront différer[61],[62]. À nos jours ont parle déjà d'un « réalisme d’avant-garde » (Avant-Garde Realism). On nous dit : « Aujourd'hui, le réel est devenu la nouvelle avant-garde. Si l'avant-garde d'hier constituait un geste meurtrier contre le réel, l'avant-garde d'aujourd'hui ressuscite l'anarchie du réel et le triomphe du cinéma total. » [63] , [64] , [65] , [66] , [67] , [68].

Liste de docufictions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de docufictions.

Premières docufictions par pays[modifier | modifier le code]

D'autres docufictions historiques[modifier | modifier le code]

Docudrama[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Docufiction (sources)[modifier | modifier le code]

Docudrama (sources)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'usage est variable, selon si l'on considère que l'on parle d'un documentaire ou d'une fiction.
  2. Il est aussi possible de l'écrire avec un tiret (docu-fiction) voire en deux parties séparées (docu fiction)
  3. Reality and documentary – at Six Types Of Documentary, article par Girish Shambu (blog)
  4. What is docufiction? - séction II, page 37 à 75 (quatre chapitres) de la thèse du Prof. Theo Mäusli
  5. Indie Matra Bhumi (The Motherland)Festival de Cannes
  6. Brian De Palma's On His Iraq Docu-Fiction Comeback sur The Huffington PostFestival de Toronto et Festival de Venise
  7. New Film EventsLondon Short Film Festival
  8. Oscilloscope 'Howl' for Off Beat Docu-Fiction Sundance Selection sur Ion Cinema
  9. Docufiction sur plusieurs festivals
  10. Voir Docudrama: the real (his)tory Confusion of genres – Page 2 de la thèse de Çiçek Coşkun (New York University School of Education)
  11. What is mockumentary? sur Ranker
  12. A television programme or film which takes the form of a serious documentary in order to satirize its subject. – definition: The Free Dictionary and Dictionary.com
  13. Definition of documentary – New Frontiers in American documentary (American Studies at The University of Virginia)
  14. The Impulse of Documentary-Fiction – Paper, Transart Institute
  15. The Gap: Documentary Truth between Reality and Perception – article de Randolph Jordan qui souligne «l’absence croissante de diversité entre film documentaire et fiction», Hors Champ
  16. Open-ended Realities - article de Luciana Lang, Latineos
  17. Semiotics, Book Regs
  18. Semiotics for Beginners par Daniel Chandler, Aberystwyth University
  19. (NON)FICTION AND THE VIEWER: RE-INTERPRETING THE DOCUMENTARY FILM – Paper de Tammy Stone, Avila University
  20. Voir hybrid genre – page 50, thèse sur la du Prof. Theo Mäusli
  21. The appeal of hybrid documentary forms in West Africa, Project Muse
  22. Ethics and Documentary Filmmaking – Article de Marty Lucas, Center for Social Media (American University in Washington, D.C)
  23. On Ethics and Documentary: A Real and Actual Truth – Article de Garnet C. Butchart, Programme sur les études culturels, Université de Trent, Peterborough, Ontario, Canada, publié University of South Florida
  24. What to Do About Documentary Distortion? Toward a Code of Ethics – Article de Bill Nichols, Documentary.org
  25. Documentary Film Prompts-Ethics in Documentary/Fiction vs. Documentary – Paper de Ardavon Naimi, University of Texas at Dallas
  26. Ethics and Filmmaking in Developing Countries, Unite For Sight
  27. READING THE IMAGE: Visual Literacy And The Films Of Jean Rouch – article de Rayma Watkinson, Inter-disciplanary Net
  28. Jean Rouch 1917-2004, A Valediction - Article de Michael Eaton, Rouge
  29. Glossary at MAITRES_FOUS.NET
  30. Jean Rouch and the Genesis of Ethnofiction, thèse de Brian Quist, Long Island University
  31. Documentaire et jeux de fiction. Le cas du cinéma québécois – article par Mélissa Thériault
  32. Le docufiction entre création originale et documentaire – article par Lise Henric sur la Revue Française des Sciences de l'information et de la communication
  33. DE L’IMAGINAIRE AU “TOUT FICTIONNEL” – article par Marc Augé, Recherches en communication, n° 7, (1997)
  34. Le fictionnel et le fictif, essai sur le réel et le(s) monde(s) – texte par Éric Clémens sur le site de Gérard Granel
  35. Terrains battus : reconquête fictionnelle ou dommages au réel, AUTOUR DE 9/11 – article par André Habib, juin 2002
  36. Fiction du réel, réel du fictionnel : quand le design critique – article par Justine Peneau, Art et histoire de l’art. 2015
  37. ‘Based on a true story’ : the fine line between fact and fiction – article de Geoff Dyer
  38. Documentary and Fiction Breed to Create a Better Truth, article de Chuleenan Svetvilas sur Documentary IDA
  39. In and out of this world: digital video and the aesthetics of realism in the new hybrid documentary – article de Ohad Landesman
  40. Scripting the Docufiction: Combining the Narrative and Documentary Modes in a Social Issue Film – thèse de Joseph V. Brown, University of Denver, 1 janvier 2010
  41. Le Cru et le Cuit selon Claude Lévi-Strauss
  42. Page 2 in Docufiction: Combining the Narrative and Documentary Modes in a Social Issue Film, by Joseph V. Brown)
  43. The Hybrid Narrative – article par Thomas Larson
  44. « Cinéma-vérité » ou « cinéma direct » : hasard terminologique ou paradigme théorique ? – article par Séverine Graff
  45. Home Feature Articles – Jean Rouch: Cinéma-vérité, Chronicle of a Summer and The Human Pyramid, article par Barbara Bruni sur Senses of Cinema, mars 2002
  46. Exploring Objectivity in Docufiction Filmmaking through the Concept of Hybridity, Eleanorforder, 7 août, 2014
  47. Why are ethical issues central to documentary filmmaking? – premier chapitre d’une introduction au film documentaire par Bill Nichols, Indiana University Press
  48. Reality in the Age of Aesthetics – Article at Frieze, Issue 114, April 2008
  49. Documentary-for-the-Other: Relationships, Ethics and (Observational) Documentary – Article by Kate Nash, Journal of Mass Media Ethics, 26:224–239, 2011
  50. On Ethics and Documentary: A Real and Actual Truth – article par Garnet C. Butchart, Cultural Studies Program, Trent University, Peterborough, Ontario, Canada K9H 7P4]
  51. Postmodernism and film – livre de Catherine Constable. Postmodernism and Film: Rethinking Hollywood's Aesthestics. Columbia University Press, 2015. JSTOR, www.jstor.org/stable/10.7312/cons17455
  52. Docufictions: an intervew with Matin Scorsese on documentary film
  53. Postmodern Cinema – article par Dana Knight
  54. Robert Flaherty – article par en: Deane Williams, Senses of Cinema
  55. Realism, Romanticism and the Documentary Form: Robert Flaherty's Man of Aran – Chapter 4, Brian McFarlane, Ed, 24 Frames: The Cinema of Britain and Ireland, Wallflower, 2005
  56. A Tribute to Jean Rouch – article par Paul Stoller sur Rouge
  57. Jean Rouch's Ciné-Ethnography: at the conjunction of research, poetry and politics – article par Lorraine Mortimer sur Screenig the Past
  58. L'autre face du miroir :Jean Rouch et l' "autre" – article par Ricardo Costa, le 11 mars 2000
  59. "Maîtres Fous.net"
  60. Dérives (page illustrée)
  61. Cinematography: The Creative Use of Reality, Maya Deren, "Cinematography: The Creative Use of Reality" in The Avant-Garde Film: A Reader of Theory and Criticism, ed. P. Adams Sitney (New York: Anthology Film Archives, 1978), p. 60-73
  62. Reality Ink: When Nonfiction Film Meets Experimental Cinema – article par Cynthia Close, April 15, 2015
  63. Avant-Garde Realism
  64. Cinema in the Digital Age – livre de Nicholas Rombes, Columbia University
  65. Le réalisme d’avant-garde au 20e siècle dans la culture visuelle et la littérature, 1914-1968 (Nagoya, Japon) – Notes pour un colloque, information publiée le 26 janvier 2018 par l'Université de Lausanne (source : Hiromi MATSUI), le 7 avril 2018
  66. Sitting in Limbo – note de référence sur Revolvy
  67. The Realist Tendency – note sur la “tendence réaliste” au cinema d’après Siegfried Kracauer sur Film Reference
  68. Documentary Film and the Modernist Avant-Garde – essai de Bill Nichols; source : Critical Inquiry, Vol. 27, No. 4 (Summer, 2001), pp. 580-610, The University of Chicago Press
  69. Article de Cyril Cossardeaux sur Culturopoing (2010-05-16)
  70. (en) « Chicago Cinema Forum », Cine-file.info, (consulté le 29 août 2012)
  71. India: Matri Bhumi – Article de Doug Cummings, F i l m j o u r n e y (18 mars 2007)
  72. India, Matri Bhumi restoré en digital au Festival du Film de Vienna – Article sur IBN Live
  73. Voir Gente da Praia da Vieira
  74. Trás-os-Montes chez la Cinémathèque de Harvard
  75. Trás-os-Montes – Séances à la Cinémathèque française
  76. António Reis et Margarida Cordeiro sur l'Université de Californie à Los Angeles
  77. Rep Pick: Ana – Article de Aaron Cutler sur The L Magazine
  78. Ana (coréalisation avec Margarida Cordeiro)
  79. Ana sur Films sans frontières
  80. Les Cahiers du Cinéma, Les Nouvelles Littéraires
  81. Le Fabuleux gang des sept sur L’Encyclopédie canadienne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]