Abbaye Saint-Martin de Laon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye Saint-Martin de Laon
Image illustrative de l'article Abbaye Saint-Martin de Laon
Vue de l'abbaye au XVIIe siècle
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Prémontrés
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Protection Logo monument historique Classé MH (1862, Abbatiale)[1]
 Inscrit MH (1926, Abbaye)[2]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Ville Laon
Coordonnées 49° 33′ 46″ N 3° 36′ 42″ E / 49.56284, 3.61171249° 33′ 46″ Nord 3° 36′ 42″ Est / 49.56284, 3.611712

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Abbaye Saint-Martin de Laon

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Martin de Laon

Sur le site d'une ancienne collégiale carolingienne, l'abbaye Saint-Martin de Laon[3] est fondée en 1124 par l'évêque de Laon, Barthélemy de Jur, et Norbert de Xanten qui y installa douze religieux de l'abbaye de Prémontré.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette abbaye fait partie des primarii inter pares de l'ordre des Prémontrés avec Cuizy et Florette. L'église est édifiée pour une congrégation de prémontrés dans la deuxième moitié du XIIe siècle. En premier est élevés le chœur (1160~ ensuite est couvert d'une charpente entre 1226 et 1240) puis le transept et la nef. Ensuite, vers 1190 la charpente primitive est remplacée par une voûte contrebutée par des arcs-boutants et la façade du bras sud du transept est élevée. La construction se poursuit par les tours jusqu'à la fin du XIIIe siècle ; les flèches qui les surmontaient sont descendues en 1605. La façade occidentale n'est débutée que vers 1270.

Modification des bâtiments[modifier | modifier le code]

Est aussi construit un palais abbatial et un pavillon situé dans le jardin appelé le vide-bouteilles. Ils sont construits pour Nicolas Lesaige entre 1616 et 1621. Une autre campagne de reconstruction est débutée en 1736 par les architectes Charles et Nicolas Bonhomme, la date jadis portée sur l'aile était autour de la cour de la Communauté  ; la tour nord-est de l'église est reconstruite en 1740. Mais en 1754, seule l'aile est avec son grand escalier du dortoir est achevée ; les ailes nord et ouest ainsi que les galeries du cloître sont reconstruites de 1779 à 1788.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

L'abbaye possédait le bras gauche de st-Laurent[4] depuis 1230. Rapporté de Hongrie par un moine et abrité dans une chasse fabriqué sur ordre d'Anselme évêque de Laon[5]. Cette relique acquis vite une grande renommé et attirait des pèlerins. C'est aussi en son nom que fut ouverte une foire qui attirait une foule nombreuse, elle avait lieu le 21 décembre. En 1523, par accord royal elle fut déplacée au premier lundi de janvier et durait alors six jours. Elle faisait partie des trois foire de la ville (Sainte-Face, st-Thomas et st-Laurent), ces foires ont été suspendues pendant les exactions qui se déroulèrent de 1589 à 1594 par les affidés de la Ligue. Le pèlerinage disparu sous la Révolution et les foires au cours du XIXe siècle[6].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Après la Révolution française, l'église devient paroissiale et les autres bâtiments, aménagés par l'ingénieur Duroché, accueillent l'hôtel-Dieu en 1810. En 1944, un bombardement détruit tous les bâtiments entourant la cour de la " Communauté ", les ailes ouest et nord mettant ainsi au jour les pignons médiévaux du cellier et du réfectoire [7].

Utilisation actuelle[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui l'emprise de l'abbaye accueil l'hôpital de Laon et le cloître accueil la médiathèque dans le bâtiment est. L'église est devenue paroissiale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00115719 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Notice no PA00115706 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Quelques remarques sur l'architecture de l'église Saint-Martin à Laon par Julia Fritsch, conservatrice du patrimoine, chef du service à compétence nationale par intérim du musée du Moyen Age, thermes et hôtel de Cluny, à Paris.
  4. la relique sur Calixo.]
  5. L'Eleu, Mémoires pour servir à l'histoire de Laon depuis l'an 304 jusqu'en 1732, TI, p840.
  6. Jean Marquiset in Almanach Matot-Braine de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, 56e année, 1914, Reims, p299.
  7. L'église abbatiale Saint-Martin de Laon

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]