Dynastie amorienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La dynastie amorienne ou dynastie des Amoriens est la dynastie qui règne sur Constantinople et sur l'Empire byzantin de 820 à 867.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pièce de monnaie représentant Michel II, fondateur de la dynastie amorienne (à gauche) et Théophile, empereur (à droite)

Elle est fondée par Michel l'Amorien (ainsi nommé car il était originaire d'Amorium, en Phrygie), qui devient basileus de Byzance sous le nom de Michel II le Bègue.

Le règne des amoriens est caractérisé par la lutte des images : après la restauration de l'iconoclasme, par Léon V l'Arménien et poursuivie par Michel II et son fils Théophile, elle voit le rétablissement du culte des images par l'impératrice Théodora, veuve de Théophile et régente sous le règne de son fils Michel III.

La dynastie amorienne s'achève de façon sanglante avec l'assassinat de Michel III par son chambellan Basile le Macédonien, proclamé coempereur et successeur de Michel III.

Par le mariage de Michel II l'Amorien avec Euphrosyne, fille de Constantin VI et de Marie d'Amnia dite Marie d'Arménie, la dynastie amorienne est vue comme la continuation indirecte de la dynastie isaurienne; pour cette raison, elle est parfois appelée dynastie isaurienne-amorienne ou seconde dynastie isaurienne.

Il existe également la possibilité que la dynastie macédonienne soit en réalité la poursuite de la dynastie amorienne. En effet l'identité du père de Léon VI est le sujet de nombreuses discussions d'érudits et n'a pas été formellement tranchée. Pour les historiographes officiels de la dynastie macédonienne, Léon VI est le fils de son prédécesseur Basile Ier et de sa seconde épouse Eudocie Ingérina.

La majorité des chroniqueurs contemporains racontent cependant une histoire différente. L'empereur Michel III avait été contraint par sa mère d'épouser Eudocie Dékapolitissa, qu'il détestait, et avait pour maîtresse Eudocie Ingérina. Pour légitimer les enfants qu'il aurait avec sa maîtresse, il maria celle-ci à Basile, son favori. Léon VI et son frère Étienne seraient ainsi nés de Michel III et d'Eudocie Ingérina.

Ainsi la dynastie amorienne pourrait s'être poursuivie jusqu'en 1056 à la mort de l'impératrice Zoé, dernière de sa famille. Selon Sa'id Ibn al-Batriq (Eutychius d'Alexandrie) (937/940), Le cordon de pierres précieuses, II, 67 :

« Après la mort de Théophile fils de Michel, roi des Rums, régna son fils Michel, fils de Théophile fils de Michel. Il avait un général nommé Basile à qui il avait donné le premier rang. Un jour, le roi Michel sortit pour faire une promenade dans l'île qui est en face de Constantinople... Le général Basile l'attaqua et le tua... dans l'île et s'empara du pouvoir. Basile n'était pas de la famille royale, il était d'origine slave. On lui dit «Pourquoi as-tu trouvé licite de tuer le roi?» - «Michel, répondit-il, aimait une femme qu'il m'a ordonné d'épouser, mais sans l'approcher, de façon qu'elle ne fut ma femme que de nom et que lui cohabitât avec elle. C'est parce qu'il craignait que sa femme légitime ne vint a apprendre cela et qu'il ne lui était pas permis d'épouser une autre femme que son épouse. J'ai accepté, puis j'ai regretté et j'ai craint Dieu. Alors, j'ai considéré qu'il m'était permis de tuer le roi.». Basile resta roi des Rums. »

Toujours est-il que la jeunesse de Léon et Alexandre (son frère) est troublée par les sentiments d'antipathie et de dégoût que leur père officiel éprouve à son égard. Cela pourrait contribuer à accréditer le fait que Basile Ier ne soit pas leur père biologique.

Représentants[modifier | modifier le code]

La dynastie amorienne est représentée par :

Généalogie[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Isauriens
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Constantin VI
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Thekla
 
Michel II
 
Euphrosyne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bardas
 
Théodora
 
Théophile
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
cinq filles
 
Constantin
 
Michel III
 
Eudoxie
 
 

Sur les autres projets Wikimedia :