Grec médiéval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grec médiéval (en grec : Μεσαιωνική Ελληνική) est un terme linguistique qui décrit la troisième période de l'histoire de la langue grecque.

Définition[modifier | modifier le code]

Ses limites conventionnelles vont du transfert de la capitale de l'Empire romain de Rome à Constantinople en 330 à la chute de Constantinople en 1453. Ce laps de temps correspond à l'Empire byzantin et c'est pourquoi l'on emploie aussi le terme de « grec byzantin ».

Variantes[modifier | modifier le code]

On en connaît trois variantes, issues de la koinè (Κοινή)[1] :

  • la variante savante et « atticisante » (employée par les lettrés, elle est à l'origine du grec puriste Καθαρεύουσα) ;
  • la variante religieuse (Ακολουθιακή Ελληνική ou « grecque liturgique », surtout chantée, est encore employée en diverses occasions dans la liturgie orthodoxe grecque) ;
  • les variantes démotiques (Μεσαιωνικές δημοτικές ou « médiévales populaires ») sont les parlers suivants :
  1. Έλλαδική (« helladique », en Grèce, autour de la mer Égée et à Constantinople, à l'origine du grec moderne) ;
  2. Κατωιταλιώτικη (italique, en Calabre et Sicile, peut-être à l'origine du griko) ;
  3. Ποντική (« pontique », autour de la Mer Noire, avec des traits archaïques ioniens, à l'origine du dialecte pontique moderne) ;
  4. Νοτική (« du sud », en Cyrénaïque et Égypte, disparu) ;
  5. Ανατολική (« oriental », en Asie Mineure intérieure, Anatolie et au proche-orient, dont la turcisation est à l'origine du cappadocien).

En outre, le yévanique, à l'important lexique hébraïque, était parlé par les Romaniotes (juifs grecs)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Francis T. Gignac, The Koine is the direct ancestor of medieval and Modern Greek, Oxford University Press, .
  2. Jewish Languages Research Website art. « Judeo-Greek » : [1]

Articles connexes[modifier | modifier le code]