Péninsule de Gallipoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

40° 22′ 02″ N 26° 27′ 18″ E / 40.36722, 26.455

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gallipoli et Chersonèse.
La Chersonèse de Thrace au IVe siècle av. J.-C.
Carte de la péninsule de Gallipoli

La péninsule de Gallipoli, également connue sous son nom antique de Chersonèse de Thrace (Χερσoνησoς Θραικια), est une péninsule située en Turquie, dépendant de la Thrace. Elle constitue la rive nord des Dardanelles (l'ancien Hellespont). Sa rive nord est baignée par la mer Égée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant l'Antiquité, la péninsule était connue sous le nom de Chersonèse de Thrace où se situait notamment les villes antiques de Cardia et de Sestos. Miltiade l'Ancien, exilé volontairement à l’avènement de Pisistrate, y fonda une colonie athénienne.

L'auteur classique Euripide considère s'y trouver le palais du roi thrace Polymnestor, grand ami de la maison de Troie et chez qui le roi de Troie, Priam, prudemment et secrètement envoie son dernier fils Polydore, assez jeune pour ne pas prendre part à la guerre de Troie. Pour Euripide, alors que la fortune délaisse les Troyens, Polymnestor tue son protégé pour s'emparer de l'or que Priam avait confier à son fils pour qu'il ne manque de rien. Après la défaite des Troyens, sa mère Hécube, devenue esclave après avoir été reine, est conduite sur les rivages de la région avec d'autres captives par les Grecs repartant chez eux depuis les côtes troyennes ravagées. De mauvaises conditions de navigation les fait accoster ici quelque temps. Alors qu'Hécube cherche un peu d'eau pour laver le corps de sa fille Polyxène juste sacrifiée ici par les Grecs à la mémoire de leur héros Achille, elle découvre la corps de son fils Polydore (qu'elle croyait encore être l'espoir de la famille étant le seul qui ne perdit pas la vie sous les coups des Grecs coalisés) gisant sur le sable et manifestement lacéré par des coups de lance. Avec le concours du chef grec Agamemnon, elle et d'autres troyennes prennent vengeance du roi Polymnestor en le rendant aveugle et en tuant ses fils. Sous le joug d'un oracle de Dionysos, Polymnestor la menace dans un futur proche de se jeter dans la mer ou depuis un mât, et que la postérité la connaîtra sous le nom de chienne au regard enflammé, tandis qu'il prévoit un destin funeste pour Agamemnon[1].
Il existe un lieu en Chersonèse de Thrace, appelé Cynocème, ou littéralement « tombe de la chienne »[2].

C'est sur cette péninsule qu'eut lieu la célèbre bataille de Gallipoli durant la Première Guerre mondiale.

Camp militaire russe[modifier | modifier le code]

Parade au camp de Gallipoli en 1921

En 1920-1921 une partie de l'armée russe du Général Wrangel, évacuée de Crimée, s'établit sur la péninsule de Gallipoli. Le camp militaire de Gallipoli devint un des centres militaires de l'émigration blanche. Beaucoup de réfugiés partirent par la suite pour d'autres pays d’accueil, en particulier la Serbie. Le monument commémoratif érigé en 1921 sur place par les forces russes, détruit par un tremblement de terre en 1949, a été reconstruit et inauguré en mai 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Euripide, Hécube [détail des éditions] [lire en ligne]
  2. Strabon localise le Cynocème (Κυνὸς σῆμά) sur la côte opposée à celle de la Troade, en face de l'embouchure du fleuve de troade Rhodius se déversant dans les eaux de l'Hellespont entre la ville d'Abydos et de Dardanus, espacées de 70 stades (environ 15 km) l'une de l'autre. Le tombeau se trouverait près de la ville antique de Madytos, aujourd'hui la ville turque de Eceabat.
    -Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne] (XIII, 1.28)
    -(en) Carte