Gordien Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gordien Ier
Empereur romain
Image illustrative de l’article Gordien Ier
Profil de Gordien Ier sur un sesterce.
Règne
(~1 mois)[1]
Période « Anarchie militaire »
Précédé par Maximin Ier le Thrace
Co-empereur Gordien II
Suivi de Maxime Pupien et Balbin
Biographie
Nom de naissance Marcus Antonius Gordianus
Naissance v. 158 - Phrygie (?)
Décès (à 80 ans)
Carthage (Afrique)
Épouse Fabia Orestilla
Descendance (1) Gordien II
(2) Antonia Gordiana
Empereur romain

Gordien Ier (en latin : Imperator Caesar Marcus Antonius Gordianus Sempronianus Romanus Africanus Augustus) (v. 158 - 238) est un éphémère empereur romain ayant régné quelques semaines au début de l'année 238. Il exerce les fonctions de proconsul de la province d'Afrique. Proclamé empereur romain au début de 238, lors de la réaction sénatoriale contre Maximin le Thrace, il disparaît dans les combats de la guerre civile après un mois de pouvoir. Son règne est essentiellement connu par l'Histoire d'Hérodien et par les monnayages des cités et provinces l'ayant reconnu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Buste de Gordien Ier

Marcus Antonius Gordianus est issu d'une famille aisée, peut-être originaire d'Anatolie, fils d'un Marcus Antonius, tribun de la plèbe et préteur désigné, et de sa femme Sempronia Romana. Il accompagne Caracalla en Orient. Il est légat en Bretagne inférieure en 216, puis consul suffect vers 220/222. Il a la responsabilité de plusieurs gouvernements provinciaux durant le règne d'Alexandre Sévère. À l'âge de 80 ans, il atteint le sommet d'une carrière sénatoriale : il est nommé en juillet 237 proconsul de la province romaine d'Afrique proconsulaire[2].

Au début de 238, les propriétaires de la cité de Thysdrus, exaspérés des exactions engendrées par les exigences fiscales de Maximin le Thrace tuent le procurateur de leur cité et désignent Gordien comme empereur, malgré ses réticences. La date précise de proclamation est controversée : au début de janvier d'après des travaux récents[3] ou le [4]. Immédiatement, du fait de son âge, il s'adjoint son fils Gordien II et informe le Sénat romain, qui les reconnaît sans hésitation[N 1].

Cependant en Numidie, province voisine de la Proconsulaire, le légat Capellianus resté fidèle à Maximin mobilise la troisième légion Auguste et affronte l'armée des Gordiens, levée à la hâte et dirigée par son fils Gordien II, qui périt au combat. À la nouvelle de cette mort et cette défaite, Gordien Ier se suicide après un mois de règne[5].

Les sénateurs Maxime Pupien et Balbin se voient conférer par le Sénat le titre d'empereur () mais c'est le petit-fils maternel de Gordien Ier, neveu maternel de Gordien II, Gordien III, nommé en avril César par le Sénat sous la pression populaire, qui est finalement confirmé seul empereur, après l'assassinat de Pupien et Balbin par la garde prétorienne le .

Noms successifs[modifier | modifier le code]

  • Naît, Marcus Antonius Gordianus
  • Vers 158, Marcus Antonius Gordianus Romanus Africanus
  • 238, accède à l'Empire : Imperator Caesar Marcus Antonius Gordianus Sempronianus Romanus Africanus

Sources antiques[modifier | modifier le code]

Hérodien est la principale source antique qui chronique les événements. L'Histoire Auguste y consacre une partie détaillée dans les Vies concernées mais reprend quasiment le récit d'Hérodien[6]. La numismatique et l'épigraphie sont également exploitables.

  • Hérodien, traduction de Denis Roques, Histoire des empereurs romains de Marc-Aurèle à Gordien III, Les Belles Lettres, Collection la Roue à livres, Paris, 1990, (ISBN 2251339035)

Auteurs modernes[modifier | modifier le code]

  • Tadeusz Kotula, L'insurrection des Gordiens et l'Afrique romaine, Eos, 51, 1959/1960, p 197-211
  • Michael Rostovtzeff, Histoire économique et sociale de l'Empire romain. Analyse longuement l'épisode et y voit une révolte sociale.
  • Xavier Loriot et Daniel Nony, La crise de l'empire romain, 235–285, Paris, Armand Colin, , 304 p. (ISBN 2-200-21677-7), p. 65-80.
  • Arbia Hilali, La Crise de 238 en Afrique et ses Impacts sur l'Empire Romain, publié dans Crises and the Roman Empire: Proceedings of the Seventh Workshop of the International Network Impact of Empire (Nijmegen, June 20-24, 2006)
  • Karen Haegemans, Imperial authority and dissent : the Roman Empire in AD 235-238, Leuven ; Walpole, MA : Peeters, coll. « Studia Hellenistica », (ISBN 9789042921511)
  • Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, Seuil, 1974, (ISBN 2020026775)
  • François Zosso et Christian Zingg, Les Empereurs romains, édition Errance, 1995, (ISBN 2877722260)
  • Loriot Xavier. Un militaire de Gordien II découvert près de Césarée de Palestine et l'extension aux provinces de l'insurrection de 238 après J.-C.. In: Revue des Études Anciennes. Tome 80, 1978, n°1-2. pp. 72-84.
  • Christian Settipani, Continuité gentilice et Continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines à l'époque impériale, Linacre College, Oxford University, coll. « Prosopographica & Genealogica », , 597 p. (ISBN 1-900934-02-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En avril ou en mai, selon Paul Petit, 1974, p. 446

Références[modifier | modifier le code]

  1. Loriot et Nony 1997, p. 9
  2. Roques, 1990, p.275, note 40.
  3. Loriot et Nony 1997, p. 31
  4. Zosso et Zingg, 1995
  5. Hérodien, VII, 9
  6. Histoire auguste : les empereurs romains des IIe et IIIe siècles / traduction du latin par André [et Jacqueline] Chastagnol, Bouquins, 1994

Bases de donnée bibliographiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :