Louis Bréhier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bréhier.
Louis Bréhier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ReimsVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Maîtres
Distinctions
Liste détaillée
Officier de la Légion d'honneur
Commandeur de l'ordre de Saint-Sava (d)
Commandeur de l'ordre de la Couronne de Roumanie (d)
Croix de guerre 1939-1945
Docteur honoris causa de l'université nationale et capodistrienne d'AthènesVoir et modifier les données sur Wikidata

Louis Bréhier, né le 5 août 1868 à Brest et mort le 13 octobre 1951 à Reims[1], est un historien français[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis Bréhier était fils de professeur. Après des études dans les lycées de Cahors et Poitiers où il devint bachelier, il arrive à Paris et s'intéresse au grec, suit les enseignements de Charles Diehl à la Sorbonne, est nommé docteur ès lettres, et devient professeur d'histoire dans différents lycées dont Reims et Saint-Quentin. Écrivain d'art, il publia sa thèse puis plusieurs ouvrages importants sur l'histoire de l'art byzantin. Il est l'auteur en 1916 d'un ouvrage assez complet sur la cathédrale de Reims. Il voyagea beaucoup dans le monde pour visiter des sites archéologiques.

Louis Bréhier est le frère du philosophe Émile Bréhier (1876-1952).

Louis Bréhier épouse Marthe Marguerite Émilie Lefebvre (1874-1944). À sa mort, il s'installa définitivement à Reims où il composa son ouvrage capital Le monde byzantin. Il repose à Jonchery-sur-Vesle et son épouse à Chamalières (Puy-de-Dôme).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • De Græcorum judiciorum origine (1899)
  • Le Schisme oriental du XIe siècle (1899)
  • La Querelle des images (1904)
  • L'Église et l'Orient au Moyen Âge : les croisades (1907)
  • Le travail historique (1908)
  • L'Auvergne (1912)
  • La Cathédrale de Reims. Une œuvre française (1916)
  • L'art chrétien, son développement iconographique des origines à nos jours (1918)
  • Les églises romanes
  • L'homme dans la sculpture romane
  • Études archéologiques : Le sarcophage des Carmes-Déchaux ; Les anciens inventaires de la cathédrale : Le Bible historiée de Clermont
  • Les survivances du rite impérial romain : à propos des rites shintoïstes (1920)
  • L'Art byzantin (1924)
  • Histoire anonyme de la première croisade, éditée et traduite par Louis Bréhier (1924)
  • L'Art en France des invasions barbares à l'époque romane (1930)
  • Le Monde byzantin, 1947-1950 (3 Volumes) Volume 32 de la Serie L'évolution de l'humanité éditions Albin Michel, réédition 1969.
    • Volume 1 : Vie et mort de Byzance
    • Volume 2 : Les institutions de l'Empire byzantin
    • Volume 3 : La civilisation byzantine

Il a aussi écrit de nombreux articles publiés dans des revues d'archéologie ou d'art.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. au 27, rue Ruinart-de-Brimont
  2. Serge Soupel, « Louis Bréhier », Bïzà Neirà, no 153,‎ , p. 3-10 (ISSN 0398-9453)

Liens externes[modifier | modifier le code]