Théodose III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Théodose.
Théodose III
Empereur byzantin
Image illustrative de l'article Théodose III
Pièce à l'effigie de Théodose III.
Règne
-
Période Usurpateur
Précédé par Anastase II
Suivi de Léon III
Biographie
Descendance Théodose
Liste des empereurs byzantins

Théodose III (en grec : Θεοδόσιος Γ΄) est empereur byzantin de 715 au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Au printemps 715, l'empereur Anastase II apprend qu'une flotte arabe a débarqué près de Phoenix, en Lycie, pour couper du bois destiné à construire des navires : les musulmans préparent une grande attaque sur Constantinople. L'empereur organise une expédition sous le commandement du logothète général, Jean le Diacre. Mais alors que l'armée byzantine est rassemblée à Rhodes, les soldats du thème de l'Opsikion se mutinent et tuent Jean le Diacre : peut-être cette mutinerie a-t-elle un rapport avec le fait qu'en juin 713, Anastase II, au moment de sa prise de pouvoir, avait fait aveugler Georges Bouraphos, comte de l'Opsikion, auteur de l'attentat contre son prédécesseur Philippicos. Après avoir dissous l'expédition, les mutins reviennent vers le nord et débarquent à Adramyttion. Ils proclament empereur le percepteur d'impôts de l'endroit, Théodose. Selon le chroniqueur Théophane, ce dernier essaie de se défiler et s'enfuit dans les forêts entourant la ville, mais il est rattrapé (mai 715).

À l'annonce de cette usurpation, Anastase II, confiant la capitale à des officiers fidèles, prend la tête de troupes et se rend à Nicée pour affronter les mutins. Mais la plus grande partie du thème de l'Opsikion se rallie à la rébellion, et Théodose et ses hommes s'installent à Chrysopolis pour mener des attaques contre la capitale. Vers le mois d'août, les rebelles, passés en Thrace, réussissent à entrer dans Constantinople grâce à des complicités. Les officiers auxquels Anastase avait confié la ville sont capturés, et des pillages ont lieu. Anastase II reste à Nicée jusqu'au mois de novembre ; à la suite d'une médiation du patriarche Germain Ier, il accepte alors d'abdiquer et de se retirer dans un monastère à Thessalonique. Mais plusieurs hauts responsables, notamment Léon, stratège des Anatoliques, et Artavasde, stratège des Arméniaques, refusent de reconnaître Théodose, et l'empire se retrouve divisé.

On sait peu de choses du court règne de Théodose. Il est confronté aux préparatifs de la grande attaque des Arabes sur Constantinople : en 716, deux grandes armées commandées par le prince Maslama ben Abd al-Malik traversent l'Asie Mineure, tandis qu'une immense flotte se constitue en Cilicie. La principale mesure prise par Théodose est apparemment la conclusion d'un traité avec Kormesius, lieutenant (et futur successeur) du khan bulgare Tervel : une frontière est définie sur des bases très avantageuses pour les Bulgares, un tribut fixé, des fugitifs rendus aux Bulgares, et des accords commerciaux signés. Ce traité va permettre un soutien bulgare déterminant pendant le grand siège de Constantinople.

Mais dès juillet 716, Léon l'Isaurien, stratège des Anatoliques, s'est proclamé empereur avec le soutien d'Artavasde. Début 717, contournant l'armée arabe de Maslama qui hiverne sur le territoire du thème des Thracésiens, il se dirige vers Constantinople, et à Nicomédie capture plusieurs proches de Théodose, dont son fils. Arrivé à Chrysopolis, il engage des pourparlers avec Théodose, et celui-ci accepte d'abdiquer et de lui céder la place le 25 mars. Théodose et son fils, aux termes de l'accord conclu, entrent alors dans le clergé.

Hypothèse[modifier | modifier le code]

Le chroniqueur Théophane indique[1] que le métropolite Théodose d'Éphèse, qui joua un rôle prépondérant dans le concile de Hiéreia en 754, était le fils de l'empereur Tibère III Apsimar. L'historien Graham V. Sumner[2] a supposé que ce personnage n'était autre que l'empereur Théodose III lui-même, entré donc dans les ordres, et devenu métropolite d'Éphèse vers 729. Cyril Mango et Roger Scott[3] considèrent cette identification comme chronologiquement improbable. Selon la Vie d'Étienne le Jeune (§42 sqq.), le métropolite Théodose d'Éphèse était toujours en vie et actif en 763. On pourrait supposer aussi qu'il s'agissait du fils de Théodose III, tonsuré en même temps que lui, mais il faudrait alors que Théophane ait commis une erreur (« fils » au lieu de « petit-fils » de Tibère Apsimar ?).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Théophane le Confesseur, Chronographie, éd. De Boor, p. 427.
  2. (en) Graham V. Sumner, « Philippicus, Anastasius II and Theodosius III », dans Greek, Roman and Byzantine Studies, 17, 1976, p. 287-294.
  3. (en) Cyril Mango et Roger Scott, The chronicle of Theophanes Confessor : Byzantine and Near Eastern history, AD 284-813, Clarendon Press, 1997.