Al Sharpton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Al Sharpton
Al Sharpton January 2015.jpg
Al Sharpton, en 2015.
Biographie
Naissance
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Brooklyn College
Samuel J. Tilden High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Parti politique
Prononciation

Al Sharpton est un pasteur évangélique baptiste, un militant des droits civiques et un homme politique américain né le à Brooklyn (New York).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sharpton est né le à Brooklyn (New York)[1]. À 9 ans, il fait partie de la tournée de la chanteuse de gospel Mahalia Jackson[1]. Il est ordonné pasteur pentecôtiste par F. D. Washington de l’Église de Dieu en Christ à l'âge de 10 ans[2].

En 1969, il devient directeur de la section jeunesse de la Southern Christian Leadership Conference de Breadbasket à New York, dirigée par Jesse Jackson[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

De 1973 et 1980, il est manager du chanteur James Brown[4].

Le , alors qu'il se prépare pour une manifestation pour les droits civiques à Bensonhurst, Brooklyn, Sharpton est poignardé grièvement dans la cour d'une école[5].

En 1994, à l'âge de 40 ans, il est baptisé à l’église Bethany Baptist Church de Brooklyn par le pasteur baptiste et militant des droits civiques William Augustus Jones Jr., puis devient pasteur baptiste[2].

Il est candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle américaine de 2004[6]. Il a terminé derrière John Kerry, John Edwards et Howard Dean.

Al Sharpton est désigné pour faire l'éloge funèbre de Michael Jackson, le , au Staples Center de Los Angeles[7].

Le 28 septembre 2009, il est invité spécial à l'émission télévisée de catch professionnel WWE Raw[8].

Le 4 juin 2020, il prononce un éloge funèbre durant une cérémonie en mémoire de George Floyd à la North Central University de Minneapolis, alors que le pays est traversé par une vague de colère majeure et dans un climat de tension[9]. Le 9 juin 2020, il prononce un deuxième éloge funèbre aux obsèques de George Floyd, à l'église The Fountain of Praise de Houston, au cours d'une cérémonie fortement politisée[10].

Droits civiques[modifier | modifier le code]

C'est un militant politique, notamment en faveur des droits civiques aux États-Unis[11].

Critiques[modifier | modifier le code]

Durant les émeutes de Crown Height en 1991, dans l'arrondissement de Brooklyn, à New York, lors d’un éloge funèbre pour un jeune afro-américain, Sharpton a qualifié les Juifs de « diamantaires » et a déploré le caractère « d'apartheid » des ambulances privées hassidiques, parce que celles-ci n’auraient pas transporté le jeune afro-américain jusqu’à un hôpital[12]. Ces propos ont été considérés comme ayant exacerbé les tensions communautaires[13]. À l’occasion du 20e anniversaire de l’évènement en 2011, dans un article du New York Daily News, il reconnait avoir manqué de sagesse et admet qu'il ne tiendrait pas les mêmes propos si c’était à refaire[14].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Nathan Aaseng, African-American Religious Leaders: A-Z of African Americans, USA, Infobase Publishing, , p. 196.
  2. a et b (en) Charisse Jones, « Sharpton Is Rebaptized As Baptist in Brooklyn », New York Times,‎ (lire en ligne).
  3. Scott Sherman, He Has a Dream, thenation.com, USA, 30 mars 2001
  4. Jessie Carney Smith, Encyclopedia of African American Popular Culture [4 volumes], ABC-CLIO, USA, 2010, p. 1268
  5. Robert D. McFadden, Sharpton Is Stabbed at Bensonhurst Protest, nytimes.com, USA, 13 janvier 1991
  6. Bruce A. Glasrud, Cary D. Wintz, African Americans and the Presidency: The Road to the White House, Routledge, USA, 2009, p. 108
  7. Alessandra Stanley, l Funeral of a Superstar as a Media Moment, nytimes.com, USA, 7 juillet 2009
  8. Mushnick, Phil, « WWE preys with Rev. Al », New York Post,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2013)
  9. « Emouvante cérémonie à la mémoire de George Floyd à Minneapolis », sur rts.ch, (consulté le 5 juin 2020).
  10. « Les obsèques de George Floyd, transformées en tribune politique », sur liberation.fr, (consulté le 10 juin 2020).
  11. Bernard K. Duffy, Richard W. Leeman, American Voices: An Encyclopedia of Contemporary Orators, Greenwood Publishing Group, USA, 2005, p. 414
  12. Alexis Okeowo, Crown Heights, Twenty Years After the Riots, newyorker.com, USA, 19 août 2011
  13. Adam Dickter, Sharpton Reflects On Crown Heights Mistakes, timesofisrael.com, Israël, 21 août 2011
  14. Al Sharpton, What Crown Heights taught me: Al Sharpton reflects on race, rhetoric and rage that split the city, nydailynews.com, USA, 21 août 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :