Mort de Breonna Taylor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Breonna Taylor, une Afro-américaine de 26 ans, est tuée par balle par des agents de la police de Louisville dans le Kentucky dans la nuit du au .

Selon l’avocat de la famille, la victime de 26 ans a reçu huit balles dans le corps alors qu’elle dormait. D’après les accusations du chef de la police par interim Robert Schroeder, qui a émis une lettre à l'attention de l’agent Brett Hankison, il aurait tiré « à l’aveugle » à au moins 10 reprises dans le domicile de la victime après que son compagnon a ouvert le feu sur la police. Breonna Taylor, une infirmière, se trouvait chez elle avec son compagnon, lorsque les trois policiers ont, sans prévenir, enfoncé sa porte, selon l'avocat de la famille. Les agents, munis d'un mandat de perquisition, agissaient dans le cadre d'un avis de recherche portant principalement sur deux hommes, Jamarcus Glover[1] et Adrian Walker, suspectés de vendre de la drogue par le biais de l'appartement de Breonna Taylor. En outre, une voiture enregistrée au nom de Breonna Taylor avait été aperçue à plusieurs reprises devant le domicile de Jamarcus Glover, et les noms de l'infirmière et de son compagnon faisaient également partie de l'avis de recherche. La police affirme elle que les policiers ont frappé à la porte puis, sans réponse, l’ont enfoncée. Le compagnon de la victime, Kenneth Walker[2], a aussitôt ouvert le feu avec un pistolet détenu légalement : un policier est blessé par balle à la jambe, et les autres policiers ripostent avant d’interpeller le tireur. Ce dernier, inculpé pour tentative de meurtre sur un policier, sera relaxé le 22 mai 2020. Il affirmait que les policiers ne s’étaient pas identifiés et qu’il pensait qu’il s’agissait de cambrioleurs. Les policiers n’ont pas utilisé de caméra car la ville de Louisville ne les en avait pas équipés. Plusieurs personnalités réclament depuis l’inculpation des trois policiers présents (dont celui blessé par balles par Kenneth Walker, le premier à avoir ouvert le feu). La ville a désormais interdit à la police les effractions sans frapper à la porte et tous les agents se sont vu équipés de caméras sur leurs uniformes[3].

Une enquête du FBI est en cours, aucun élément ne permettant pour l’instant d’infirmer ou de confirmer les versions de chacun. L’officier Brett Hankison ne fait plus partie de la police, il a été licencié par la ville. La mort de Taylor a été reprise comme un cas de violence policière dans le cadre plus large des manifestations Black Lives Matter[4]. La ville de Louisville trouvé en septembre un accord avec la famille de la défunte pour mettre fin au procès civil contre du dédommagement de 12 millions de dollars[5].

Congédié de la police en juin, l’un des trois agents mis en cause, Brett Hankison, est poursuivi pour mise en danger de la vie d’autrui pour avoir tiré dix balles dont plusieurs ont terminé leur course dans l’appartement voisin de celui de Breonna Taylor, « mettant trois personnes [présentes] dans cet appartement en danger grave de blessures physiques ou de mort » selon selon le procureur de l’État du Kentucky Daniel Cameron. Toutefois, les trois policiers sont mis hors de cause pour la mort de Breonna Taylor car « ils ont tiré en état de légitime défense ». L’avocat de la famille de la jeune femme dénonce une décision « scandaleuse et insultante ». La NAACP y voit « un déni grossier de justice » et l'ACLU « un maintien de l’ordre et un système de justice criminelle pourris jusqu’à l’os »[6]. La ligue féminine américaine de basket-ball, la WNBA, qui avait dédié sa saison à Breonna Taylor[7] réagit par un communiqué : « La WNBA a dédié sa saison 2020 au combat contre le racisme systémique et les brutalités policières, en se focalisant sur les victimes féminines. La décision décevante d'aujourd'hui dans le cas de Breonna Taylor nous montre que nous devons poursuivre le combat »[5],[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Avec qui elle avait eu une relation sentimentale, deux ans auparavant.
  2. Sans lien de parenté avec son homonyme Adrian Walker.
  3. « Tout savoir sur l'affaire Breonna Taylor », sur CNEWS (consulté le 27 juin 2020)
  4. La Rédaction, « Le policier impliqué dans la mort de Breonna Taylor officiellement renvoyé », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2020).
  5. a et b Leah, « Mort de Breonna Taylor : la NBA et la WNBA « découragées » après les charges retenues contre un seul policier », sur basketusa.com, (consulté le 25 septembre 2020).
  6. Cyril Julien et Camille Camdessus, « Mort de Breonna Taylor: un policier inculpé, mais pas pour homicide », sur ledevoir.com, (consulté le 25 septembre 2020).
  7. (en) Leah Asmelash, « WNBA dedicates season to Breonna Taylor and Say Her Name campaign », sur cnn.com, (consulté le 25 septembre 2020).
  8. (en) « WNBA Statement On Breonna Taylor Case », sur wnba.com, (consulté le 25 septembre 2020).