Emmett Till

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emmett Till
Image dans Infobox.
Emmett Till: How She Sent Him and How She Got Him Back (en), peinture de Lisa Whittington, 2012.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 14 ans)
MoneyVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Burr Oak Cemetery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Louis Till (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère

Emmett Louis « Bobo » Till, né le 25 juillet 1941 à Chicago dans l'Illinois et mort le 28 août 1955 à Money dans le Mississippi, est un adolescent afro-américain qui est lynché[1] et torturé à mort dans la région du delta du Mississippi aux États-Unis. Son meurtre est l'un des principaux événements tragiques qui ont jalonné le mouvement américain des droits civiques.

Les principaux suspects du crime, Roy Bryant et son demi-frère J.W. Milam, sont acquittés. Ils avouent plus tard être les coupables de l'assassinat de l'adolescent.

Les événements[modifier | modifier le code]

Dernière maison d'Emmett Till, à Chicago.

Natif de Chicago, Emmett Till[2] est le fils de Mamie Elizabeth Till Mobley et de Louis Till (en)[3]. Sa mère l'a, en grande partie, élevé seule depuis son divorce avec Louis en 1942. Le père d'Emmett est incorporé dans l'armée des États-Unis en 1943 pendant la Seconde Guerre mondiale.

Emmett est envoyé fin août 1955 chez son grand-oncle Moïse Wright, qui vivait à Money dans le Mississippi. Avant son voyage dans le delta, la mère d'Emmett l'avait averti de faire « attention à ses manières » avec les personnes blanches. Elle dit à son garçon qu'il ne fallait pas déranger les Blancs dans cette région.

La mère d'Emmett avait bien compris que les relations interraciales étaient très différentes dans le Mississippi et à Chicago. Dans le Mississippi, plus de 500 Afro-Américains avaient été lynchés depuis 1882 et les meurtres à motivation raciale n'étaient pas rares, particulièrement dans le delta où se rendait Emmett. Les tensions raciales étaient également exacerbées depuis 1954, après la décision de la Cour suprême des États-Unis de mettre un terme à la ségrégation dans les écoles publiques.

Till arrive le 21 août et, le 24 août, il rejoint d'autres adolescents, des enfants de métayers qui avaient récolté du coton toute la journée. Ils se rendent ensemble à l'épicerie Bryant pour acheter quelques boissons. Le magasin appartenait à Roy et Carolyn Bryant, un couple de Blancs[4]. Carolyn était seule dans le magasin ce jour-là car Roy était en voyage d'affaires.

Selon le cousin d'Emmett, Simon Wright[5], présent avec lui, Emmett aurait sifflé Carolyn Bryant avant de sortir du magasin[6]. Cela effraye les autres garçons. Emmett voulait montrer qu'il venait du nord et que donc il pouvait faire des choses interdites dans le Sud[7].

Carolyn Bryant avance plusieurs versions : Emmett l'aurait sifflée, lui aurait parlé vulgairement. Plus tard, elle affirme qu'E. Till l'aurait saisie par la taille et lui aurait demandé rendez-vous. Elle rapporte également que le jeune homme aurait dit « Tu n'as pas à avoir peur de moi, chérie, j'ai déjà été avec des femmes blanches avant » et prononcé des termes « qu'on ne saurait diffuser par écrit ». Till souffrait d'un léger bégaiement et certaines personnes estiment que Carolyn Bryant pourrait avoir mal interprété ce que Till lui avait dit. D'autres indiquent qu'il pourrait avoir présenté un léger retard mental et n'importe quel comportement inattendu de sa part pourrait avoir été facilement mal interprété. Plusieurs adolescents noirs, tous de moins de 16 ans, rapportent qu'ils étaient avec Till dans le magasin et, selon un article paru dans un journal, qu'ils l'auraient forcé à sortir du magasin pour avoir été « chahuté ».

Carolyn Bryant est suffisamment effrayée pour courir chercher un pistolet dans une voiture, ce qui fait fuir les adolescents immédiatement[8]. Avant que Roy Bryant, âgé de 29 ans, revienne à Money de son voyage de trois jours, tout le comté de Tallahatchie était au courant de l'incident. Les rumeurs circulent très vite, on avance même qu'Emmett entretenait une liaison avec Carolyn.

Roy rentre après plusieurs jours et est informé de l'incident et de ces rumeurs[8]. Bryant et son demi-frère J. W. Milam (40 ans) décident alors de se retrouver le dimanche aux alentours de 2 heures du matin pour « donner une leçon à ce garçon ».

Le meurtre[modifier | modifier le code]

Le 28 août à environ 2 h 30, Roy Bryant et son demi-frère, J.W. Milam, enlèvent Emmett Till dans la maison de son oncle[9]. Il est conduit dans le hangar d'une plantation, dans le comté voisin de Sunflower où il est battu, notamment frappé à coups de crosse de revolver. Il est ensuite conduit à la rivière Tallahatchie, près de Glendora, une petite ville du comté, forcé de se mettre nu et abattu d'une balle dans la tête. Un ventilateur de machine à trier le coton lui est attaché autour du cou avec du fil barbelé et son corps est jeté dans la rivière [10]. Certains croient que les parents d'E. Till le cachaient pour sa sécurité ou qu'il avait été renvoyé en lieu sûr à Chicago. Mais des témoins indiquent au shérif que Mme Bryant avait identifié Emmett Till comme « celui » qui l'avait importunée.

R. Bryant et J.W Milam affirment qu'ils avaient découvert plus tard que Till n'était pas la personne qui avait prétendument insulté Mme Bryant et jurent au shérif qu'ils l'avaient libéré. En 1956, après leur acquittement, ils reconnaissent, dans Look Magazine[11],[12], être les meurtriers de l'adolescent : ils étaient certains de leur impunité, car selon le Double Jeopardy Act « nul ne pouvait être jugé deux fois pour le même délit ». Ils expliquent qu'ils ne voulaient pas tuer le gamin, mais seulement l'impressionner. Quand ils ont cru qu'il n'était pas du tout impressionné et les narguait, ils ont accentué les coups.

Les funérailles[modifier | modifier le code]

Après qu'un conseiller mortuaire de Tutwiler eut travaillé toute la nuit pour préparer le corps au mieux, Mamie Till rapporte le corps de son fils à Chicago[13]. Les représentants des pompes funèbres de Chicago affirment avoir signé un accord afin que le cercueil soit cloué et reste fermé. Quand la mère de Till demande sa réouverture afin de pouvoir voir son fils, l'entrepreneur de pompes funèbres refuse, prétextant cet accord. Mme Till doit alors enlever elle-même les clous. Elle laissa ensuite le cercueil ouvert durant l'enterrement afin que les personnes présentes voient comment Emmett avait été défiguré. Les photographies du cadavre mutilé circulent dans le pays, provoquant un immense émoi dans la population. Quelques rapports indiquent que 50 000 personnes ont vu le corps[8].

Le 6 septembre, Emmett Till est enterré dans le cimetière de Burr Oak à Alsip, dans l'Illinois. Le même jour, R. Bryant et J.W Milam sont acquittés dans le Mississippi, par un grand jury.

Les enquêtes et les rebondissements[modifier | modifier le code]

Le procès[modifier | modifier le code]

Une enquête sans précédent comprenant une coopération entre la police locale, la NAACP et les journalistes locaux est rapidement menée. Le 19 septembre, le procès commence. Le 23 septembre le jury, composé de douze hommes blancs, acquitte les deux accusés. Les délibérations durent à peine 67 minutes. Un juré affirme qu'ils avaient même dû faire une « pause boisson » pour dépasser une heure de délibération. Cet acquittement précipité provoque un tollé aux États-Unis et en Europe, tant et si bien qu'il influence l'essor du mouvement des droits civiques américains[14].

Ne semblant pas vouloir trouver un coupable, le shérif du Mississippi Clarence Strider, qui mène en grande partie l'enquête, devient le symbole de l'attitude sudiste dans cette affaire.

Après le procès[modifier | modifier le code]

Dans un article paru en 1956 dans le magazine Look pour lequel J.W. Milam et son demi-frère ont été payés, ils admettent avoir tué Emmett sans craindre de poursuites[15], grâce au Double Jeopardy Act, loi américaine qui empêche un accusé d'être jugé deux fois pour le même crime. J.W Milam indique qu'au début leur intention était d'effrayer Till en le frappant avec le pistolet puis de menacer de le jeter d'une falaise. Milam affirme qu'indépendamment de ce qu'ils lui avaient fait subir, Emmett n'avait pas semblé avoir peur, comme s'il croyait que les deux hommes ne le tueraient pas, et qu'il avait une attitude très distante, insolente et provocatrice envers eux et par rapport à ce qu'il avait fait. Ainsi, les deux frères se sont sentis obligés de faire un exemple avec le jeune garçon. Un an plus tard, le même magazine rapporte que, dès lors, J.W Milam et R. Bryant avaient été boycottés par leur clientèle noire et qu'ils avaient dû fermer leur magasin.

J.W Milam est mort du cancer en 1980 et R. Bryant en 1990. Mamie Till Mobley meurt à l'âge de 81 ans, le , l'année où son autobiographie est éditée.

La mort du jeune homme, le procès et l'acquittement des prévenus, dénoncés par les médias nationaux, a un effet que personne n'aurait pu imaginer, sur la promotion de la lutte pour les droits civiques. L'« affaire Emmett Till » devient même l'un des facteurs principaux qui déclenchèrent le Mouvement pour les droits civiques (Civil Rights Movement) des Afro-Américains aux États-Unis.

La contre-enquête[modifier | modifier le code]

En 1996, Keith Beauchamp ayant repris l'enquête, pour un projet de film, découvrit que quatorze individus auraient été impliqués dans le meurtre d'Emmett Till. Il a rencontré des témoins oculaires qui ne s'étaient jamais exprimés publiquement. Il décide donc de réaliser un documentaire et passe les neuf années suivantes à créer The Untold Story of Emmett Louis Till. Ce documentaire amène la justice américaine à accepter les appels, provenant du NAACP et d'autres groupes, à la réouverture du dossier.

Le 10 mai 2004, le ministère de la Justice des États-Unis annonce qu'il rouvre l'affaire pour déterminer si d'autres personnes que J.W Milam et R. Bryant étaient impliquées. Bien que le budget accordé à cette nouvelle enquête soit très limité, l'affaire pouvait être traduite devant la Cour d'État[16].

Aucune autopsie n'ayant été effectuée sur le corps en 1955, celui-ci est exhumé le 31 mai 2005 du cimetière de banlieue de Chicago où il avait été enterré. Bien que les suspects aient affirmé au procès que le corps repêché dans la rivière n'était pas celui d'Emmett, les vérifications ADN confirment l'identité du cadavre le 26 août 2005[17].

Parmi les accusés possibles en cas de réouverture du dossier, sont cités Carolyn Donham, ex-épouse de Roy Bryant, et Henry Lee Loggins, ancien ouvrier de plantation.

Dans son récit Écrire pour sauver une vie, l'écrivain américain John Edgar Wideman enquête sur Louis Till le père d'Emmett Till. En effet, la divulgation de son dossier militaire aux jurés aurait pu les influencer négativement, le soldat Louis Till ayant été exécuté le 2 juillet 1945 (et inhumé au cimetière américain de Seringes-et-Nesles) pour des allégations de viol et meurtre commis en Italie[18].

Confession de Carolyn Bryant[modifier | modifier le code]

En 2017, dans son livre The Blood of Emmett Till, l'historien Timothy Tyson (en)[19],[20], apporte de nouvelles informations qui conduisent à la réouverture de l’enquête par les autorités fédérales[21]. En effet, Carolyn Bryant confesse à l’auteur avoir menti lors du témoignage initial[22]. Cette révélation a été publiée en janvier 2017[23]. Comme le rapportent les médias américains, le 12 juillet 2018, et notamment le Washington Post [24].

Cette femme blanche avait accusé le jeune garçon de l’avoir attrapée par la taille et de lui avoir fait des avances explicites alors qu'elle se trouvait avec lui dans une épicerie de Money. Elle avait ensuite répété ces accusations devant un jury.

Dans le livre, plus de six décennies après les faits, elle explique qu’Emmett Till ne lui a pas fait d’avances, contredisant son témoignage initial. « Cette partie n’est pas vraie », déclare-t-elle à propos du geste et des propos qu'elle avait longtemps décrits. « Rien de ce qu’a fait ce garçon ne pourra jamais justifier ce qui lui est arrivé », a-t-elle ajouté. Après la sortie du livre, la question de la culpabilité de Carolyn Donham, aujourd’hui octogénaire, s’est posée.

Postérité[modifier | modifier le code]

Aimé Césaire consacre un poème à la mémoire d’Emmett Till dans son recueil Ferrements publié en 1960. Le poète sénégalais David Diop consacre aussi un poème à Emmett Till dans son recueil Coups de pilon publié par Présence Africaine. En 1962, Bob Dylan signe une chanson appelée The Death of Emmett Till[25], reprise, en 1963, par Joan Baez. En 2005 Marilyn Nelson publie A Wreath for Emmett Till, une couronne pour Emmett Till qui est un ensemble de 15 sonnets illustrés par Philippe Lardy. Graphia, Houghton Mifflin Harcourt, Boston-New York, (ISBN 978-0-618-39752-5). Le roman d’Alban Lefranc, Le ring invisible, fiction biographique de Mohamed Ali, décrit Emmet Till comme personnage essentiel dans l’histoire du boxeur. Richard Powers consacre une grande partie du chapitre 10 de son livre Le Temps où nous chantions (10/18), à l’histoire d’Emmet Till.

Le personnage de Tom Robinson dans le livre Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, publié en 1960, et dans son adaptation au cinéma Du silence et des ombres de 1962, est en partie inspiré par l’histoire d’E. Till.

Cette affaire est également invoquée dans plusieurs chansons américaines. Le rappeur Kanye West cite Emmet Till dans sa chanson Through the Wire. En 2011, Emmylou Harris publie la chanson My Name Is Emmett Till dans son album Hard Bargain, et en 2015 l’américaine Melody Gardot chante Preacherman[26].

En août 2005, une portion de l’autoroute 49 située dans la région du meurtre est renommée en mémoire d’Emmett Till. En février 2005, l’école élémentaire de Chicago où Till avait été élève est renommée en sa mémoire.

L'histoire d'Emmett Till est également évoquée dans le roman d'Angie Thomas, The Hate U Give (La Haine qu'on donne)[27].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Anglophones[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Olive Arnold Adams, Time bomb : Mississippi exposed and the full story of Emmett Till, Mississippi Regional Council of Negro Leadership, , 36 p. (OCLC 22027246, lire en ligne),
  • (en-US) Stephen J. Whitfield, A Death in the Delta: The Story of Emmett Till, Johns Hopkins University Press, 1988, rééd. 1 novembre 1991, 212 p. (ISBN 978-0801843266, lire en ligne),
  • (en-US) Mamie Till-Mobley & Christopher Benson, Death of Innocence: The Story of the Hate Crime That Changed America, Random House, 2003, rééd. 7 décembre 2011, 344 p. (ISBN 978-1400061174, lire en ligne),
  • (en-US) Marilyn Nelson (ill. Philippe Lardy), A Wreath for Emmett Till, Houghton Mifflin / Books for Young Readers, , 48 p. (ISBN 978-0618397525, lire en ligne),
  • (en-US) David Aretha, The Murder of Emmett Till, Morgan Reynolds Publishing, 15 novembre 2007, rééd. 14 janvier 2008, 168 p. (ISBN 978-1599350578, lire en ligne),
  • (en-US) Simeon Wright, Simeon's Story: An Eyewitness Account of the Kidnapping of Emmett Till, Lawrence Hill Books, , 168 p. (ISBN 978-1556527838, lire en ligne),
  • (en-US) John Edgar Wideman, The Louis Till File: Writing to Save a Life, Scribner, , 224 p. (ISBN 978-1501147289),
  • (en-US) Timothy B. Tyson, The Blood of Emmett Till, Simon & Schuster, , 304 p. (ISBN 978-1-4767-1485-1, lire en ligne)

Francophones[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

Anglophones[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Anne Sarah Rubin, « Reflections on the Death of Emmett Till », Southern Cultures, Vol. 2, No. 1,‎ , p. 45-66 (22 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Clenora Hudson-Weems, « Resurrecting Emmett Till: The Catalyst of the Modern Civil Rights Movement », Journal of Black Studies, Vol. 29, No. 2,‎ , p. 179-188 (10 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Christopher Metress, « "No Justice, No Peace": The Figure of Emmett Till in African American Literature », MELUS, Vol. 28, No. 1,‎ , p. 87-103 (17 pages) (lire en ligne Accès payant),
  • (en-US) John Edgar Wideman, « Looking at Emmett Till », Creative Nonfiction, No. 19,‎ , p. 49-66 (18 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Christine Harold & Kevin Michael DeLuca, « Behold the Corpse: Violent Images and the Case of Emmett Till », Rhetoric and Public Affairs, Vol. 8, No. 2,‎ , p. 263-286 (24 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Davis W. Houck, « Killing Emmett », Rhetoric and Public Affairs, Vol. 8, No. 2,‎ , p. 225-262 (38 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Hugh Stephen Whitaker, « A Case Study in Southern Justice: The Murder and Trial of Emmett Till », Rhetoric and Public Affairs, Vol. 8, No. 2,‎ , p. 189-224 (36 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Rebecca Mark, « Mourning Emmett: "One Long Expansive Moment" », The Southern Literary Journal, Vol. 40, No. 2,‎ , p. 121-137 (17 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Valerie Smith, « Emmett Till's Ring », Women's Studies Quarterly, Vol. 36, No. 1/2,‎ printemps - été 2008, p. 151-161 (11 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) James Braxton Peterson, « The Revenge of Emmett Till: Impudent Aesthetics and the Swagger Narratives of Hip-Hop Culture », African American Review, Vol. 45, No. 4,‎ , p. 617-631 (15 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Shawn Michelle Smith, « The Afterimages of Emmett Till », American Art, Vol. 29, No. 1,‎ , p. 22-27 (6 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Matthew Wills, « How Local Newspapers Helped Emmett Till’s Murderers Go Free », Jstor Daily,‎ (lire en ligne),

Francophones[modifier | modifier le code]

  • (fr) Earl Lewis (trad. Sophie Dulucq), « La constitution des Américains africains comme minorité », Annales, 52-3,‎ , p. 569-592 (23 pages) (lire en ligne),
  • (fr) Philipe Coste, « A la mémoire d'Emmett Till, 14 ans », L'Express,‎ (lire en ligne),
  • (fr) Maïté Koda, « Assassinat d'Emmett Till aux USA: la femme à l'origine de l'expédition punitive admet avoir menti », France Info,‎ (lire en ligne),
  • (fr) Clémentine Rebillat, « Le terrible mensonge qui a provoqué la mort d’Emmett Till, tué parce que noir », Paris Match,‎ (lire en ligne),

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • Keith Beauchamp, The Untold Story of Emmett Louis Till, 2004, documentaire

Références[modifier | modifier le code]

  1. Paris Match, « 65 ans après le meurtre d’Emmett Till, les lynchages deviennent officiellement des crimes haineux », sur parismatch.com (consulté le )
  2. (en) « Emmett Till | Biography, Murder, Funeral, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  3. (en-US) « Emmett Till | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com, (consulté le )
  4. (en-US) Stephen J. Whitfield, Brandeis University, « Emmett Till », sur Mississippi Encyclopedia (consulté le )
  5. (en-US) « The Murder of Emmett Till | Articles and Essays | Civil Rights History Project | Digital Collections | Library of Congress », sur Library of Congress, Washington, D.C. 20540 USA (consulté le )
  6. (en-US) « Till, Emmett Louis », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, (consulté le )
  7. CBS This Morning, « Emmett Till's cousin responds to Carolyn Bryant recanting story », (consulté le )
  8. a b et c « À la mémoire d'Emmett Till, 14 ans », lexpress.fr, (consulté le ).
  9. (en-US) History com Editors, « Emmett Till », sur HISTORY (consulté le )
  10. (en) Carol E. Henderson, America and the Black Body : Identity Politics in Print and Visual Culture, Fairleigh Dickinson Univ Press, , 294 p. (ISBN 978-0-8386-4132-3 et 0-8386-4132-6, lire en ligne), p. 226.
  11. (en-US) « Emmett Till's Death Inspired a Movement », sur National Museum of African American History and Culture, (consulté le )
  12. (en-US) « On Jan 24, 1804: Killers of Emmett Till Confess in Look Magazine », sur calendar.eji.org (consulté le )
  13. DeNeen L. Brown, « Emmett Till’s mother opened his casket and sparked the civil rights movement », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  14. (en) « Emmett Till », FBI Records, (consulté le ).
  15. (en) Mississippi Madness: The Story of Emmett Till, crimelibrary.com, (consulté le ).
  16. (en) « Justice at last ? », The Guardian, (consulté le ).
  17. (en) « Report: DNA confirms body is Emmett Till's », usatoday.com, (consulté le ).
  18. Nathalie Crom, « Récit Écrire pour sauver une vie. Le Dossier Louis Till », telerama.fr, (consulté le )
  19. (en-US) Jason Parham, « Emmett Till’s Murder: What Really Happened That Day in the Store? », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  20. (en-US) Sheila Weller, « How Author Timothy Tyson Found the Woman at the Center of the Emmett Till Case », sur Vanity Fair, (consulté le )
  21. (en-US) Richard Pérez-Peña, « Woman Linked to 1955 Emmett Till Murder Tells Historian Her Claims Were False », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  22. (en-US) « Emmett Till », sur Biography (consulté le )
  23. (en) « Woman at center of Emmett Till case tells author she fabricated testimony », The guardian, (consulté le ).
  24. (en-US) Kristine Phillips, Wesley Lowery & Devlin Barrett, « New details in book about Emmett Till’s death prompted officials to reopen investigation », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  25. (en) « The Death Of Emmett Till », bobdylan.com, (consulté le ).
  26. http://www.huffingtonpost.com/mike-ragogna/reality-check-a-quick-cha_b_7059434.html
  27. Angie Thomas (trad. Nathalie Bru), La haine qu'on donne [« The Hate you Give »], Nathan, , 494 p. (ISBN 9782092589274)

Liens externes[modifier | modifier le code]