James Weldon Johnson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
James Weldon Johnson
Image dans Infobox.
James W. Johnson, à l'âge de trente ans.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
WiscassetVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Université Columbia
Université Clark Atlanta (en)
Université Fisk
Stanton College Preparatory School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Fratrie
Conjoint
Grace Nail Johnson (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de
Mouvement
Distinctions
Florida Artists Hall of Fame (en)
Prix de la fondation William E. Harmon pour accomplissement exceptionnel parmi les Afro-Américains (en)
Médaille Spingarn ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Archives conservées par
Bibliothèque Beinecke de livres rares et manuscrits[1]
Stuart A. Rose Manuscript, Archives, and Rare Book Library (d)[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
The Autobiography of an Ex-Colored Man (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

James Weldon Johnson () est un écrivain, diplomate et poète américain. Militant du mouvement américain des droits civiques, il fut l'un des leaders de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) et l'une des principales personnalités de la Renaissance de Harlem. Il fut également le premier professeur afro-américain de l'université de New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

James Weldon Johnson naît à Jacksonville en Floride[3]. Son père, James Johnson, est maître d'hôtel et sa mère, Helen Louise Dillet, est institutrice[4] à l'école Stanton[5], un établissement scolaire ségrégué[6]. Il étudie à l'université d'Atlanta (aujourd'hui Clark Atlanta University (en)) jusqu'en 1894[7],[8].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il dirige la Stanton College Preparatory School, à Jacksonville, jusqu'en 1906. Il étudie le droit et est admis au barreau de Floride en 1898[9]. Ensuite, il s'installe à New York et est nommé consul des États-Unis au Venezuela puis au Nicaragua entre 1906 et 1913[10]. Il se fait connaître en publiant des poèmes dans le Century Magazine et The Independent. L'anthologie de poésie The Book of American Negro Poetry, qui regroupe trente-et-un poètes, est publiée en 1922.

En 1919 il participe à la National Conference on Lynching (Conférence nationale sur le lynchage) qui avait pour but de faire pression sur le Congrès pour qu'il adopte un projet de loi anti-lynchage, le Dyer Anti-Lynching Bill (en).

Johnson est secrétaire général de la NAACP de 1920 à 1931[11]. En 1920, année d'élection présidentielle, il se rend en Haïti pour étudier l'occupation du pays par les États-Unis. À son retour, il fait état de ses recherches dans une série de quatre articles intitulée Self-Determining Haiti publiés dans la revue The Nation[12].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

En 1910, il épouse Grace Nail[13].

Il meurt en 1938 à Wiscasset, lorsque sa voiture heurte un train. Ses funérailles à Harlem réunissent plusieurs milliers de personnes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Essais, anthologies, autobiographie[modifier | modifier le code]

  • The Autobiography of an Ex-Colored Man, New York, Penguin Books, 1912, rééd. 1990, 196 p. (ISBN 9780140184020, lire en ligne),
  • Self-determining Haiti (Articles publiés par The Nation), New York (réimpr. 2015) (1re éd. 1920), 48 p. (ISBN 9781515029779, lire en ligne),
  • The Book of American Negro poetry, San Diego, Harcourt Brace Jovanovich, 1922, rééd. 1983, 316 p. (ISBN 9780156135399, lire en ligne),
  • (en) The Book of Negro Spirituals, 1925
  • (en) The Second Book of Negro Spirituals, 1926
  • Native African races and culture, Charlottesville, Virginie, Johns Hopkins University, , 36 p. (OCLC 6075781, lire en ligne),
  • Black Manhattan, New York, Da Capo Press, 30 novembre 1929, rééd. 21 mars 1991, 354 p. (ISBN 9780306804311, lire en ligne),
  • Along This Way: The Autobiography of James Weldon Johnson, New York (réimpr. 14 janvier 2000, Da Capo Press) (1re éd. 1933, The Viking press), 450 p. (ISBN 9780306809293, lire en ligne),
  • Negro Americans, What Now?, New York, Viking Press / Forgotten Books, 1938, rééd 10 novembre 2018, 120 p. (ISBN 9781397189868, lire en ligne),
  • The Book Of American Negro Poetry, New York, Harcourt, Brace & World, 1959, rééd. 1983 et 2020, 316 p. (ISBN 9780156135399, lire en ligne),
  • I'll Make Me a World: James Weldon Johnson's Story of the Creation, Kansas City, Hallmark Cards, , 64 p. (ISBN 9780875293134, lire en ligne),
  • The Creation (ill. James E. Ransome), New York, Holiday House, , 40 p. (ISBN 9780823412075, lire en ligne),
  • James Weldon Johnson & Sondra Kathryn Wilson, The Selected Writings of James Weldon Johnson Volume I the New York Age Editorials, New York, Oxford University Press, USA, , 336 p. (ISBN 9780195076448),
  • Sondra Kathryn Wilson, The Selected Writings of James Weldon Johnson: Volume II: Social, Political, and Literary Essays, New York, Oxford University Press, USA, , 480 p. (ISBN 9780195076455, lire en ligne),

Chanson[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « http://hdl.handle.net/10079/fa/beinecke.jwj »
  2. « http://pid.emory.edu/ark:/25593/8zh90 »
  3. (en) « James Weldon Johnson | American writer », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  4. (en-US) « James Weldon Johnson | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  5. (en-US) Afro-American writers from the Harlem Renaissance to 1940, Detroit, Gale Research Co, , 339 p. (ISBN 9780810317291, lire en ligne), p. 168-182
  6. (en-US) « NAACP | NAACP History: James Weldon Johnson », sur NAACP (consulté le )
  7. Nicole Zand, « James Weldon Johnson et la réhabilitation du folklore nègre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en-US) « James Weldon Johnson | New Georgia Encyclopedia », sur www.georgiaencyclopedia.org (consulté le )
  9. (en-US) Malik Simba, « James Weldon Johnson (1871-1938) », sur Black Past, (consulté le )
  10. (en-US) African-American writers : a dictionary, Santa Barbara, Calififornie, ABC-CLIO, , 512 p. (ISBN 9780874369595, lire en ligne), p. 199-201
  11. (en-US) « NAACP | NAACP History: James Weldon Johnson », sur NAACP (consulté le )
  12. Lyns-Virginie Belony, « Solidarité Noire et pragmatisme: la NAACP et l’occupation américaine d’Haïti (1915-1922) », Revue Histoire, Idées, Sociétés, Université du Québec à Montréal, Éditions colloques, VIII. Colloque 2016,‎ (lire en ligne)
  13. (en-US) Philip Bader, Catherine Reef, African-American Writers, New York, Facts on File, , 343 p. (ISBN 9780816081417, lire en ligne), p. 170-172

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Ophelia Settle Egypt (ill. Moneta Barnett), James Weldon Johnson, New York, Crowell, , 56 p. (ISBN 9780690002157, lire en ligne),
  • (en-US) Robert E. Fleming, James Weldon Johnson, Boston, Twayne Publishers, , 152 p. (ISBN 9780805774917, lire en ligne),
  • (en-US) Jane Tolbert-Rouchaleau, James Weldon Johnson, New York, Chelsea House Publications, janvier 1988, rééd. 1 avril 1999, 116 p. (ISBN 9781555465964, lire en ligne),

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]