Harry Belafonte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Harry Belafonte
Harry Belafonte 2011 Shankbone.JPG
Harry Belafonte en 2011.
Fonction
Ambassadeur de bonne volonté de l'Unicef
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (92 ans)
HarlemVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Harold George Bellanfanti, Jr.Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Harold George Belafonte Jr.
Pseudonyme
Harry BelafonteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfants
David Belafonte (d)
Gina Belafonte (d)
Shari BelafonteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
Mayoral Advisory Commission on City Art, Monuments, and Markers (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Label
Genre artistique
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Jean Hersholt Humanitarian Award
Emmy Award
NAACP Image Award – Chairman's Award (en)
Prix Kennedy
National Medal of Arts
Tony Award du meilleur acteur dans un second rôle dans une comédie musicale ()
Theatre World Award ()
Paul Robeson Award (en) ()
Prix Letelier-Moffitt des droits de l'homme (en) ()
Marian Anderson Award (en) ()
Grammy du couronnement d'une carrière ()
Légende vivante de la Bibliothèque du Congrès (en) ()
Médaille Spingarn ()
Prix Ambassadeur de la conscience ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Discographie
Discographie de Harry Belafonte (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Harry Belafonte, né Harold George Belafonte Jr. ou Harold George Bellanfanti Jr, le à Harlem dans la ville de New York, est un chanteur, acteur et militant des droits civiques américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Harry Belafonte est le fils d'Harold George Belaffanti Sr.[1], un Martiniquais et de Melvine (Love) Belaffanti, une Jamaïcaine[2],[3],[4] émigrés aux États-Unis, à Harlem, quartier noir de New York, où il passe sa prime jeunesse et sa scolarité. Il suit sa mère lorsque celle-ci retourne vivre en Jamaïque de 1935 à 1940. Il baigne dans le folklore caribéen, véritable mélange culturel, où il puisera souvent l'inspiration exotique originale caractérisant sa carrière artistique.

Il quitte l'école secondaire pour s'engager dans la marine américaine en 1944[5]. Une fois libéré de ses obligations militaires, il retourne à New York où il exerce divers petits boulots (dont portier adjoint dans un magasin de vêtements). Mais c’est seulement en pénétrant le monde du spectacle, lorsqu’on lui offre deux places pour le American Negro Theater (en)[6] où se jouait Home is the Hunter[7], qu’il découvre sa vocation de comédien.

Harry Belafonte chantant (1954), photographié par Carl Van Vechten.

Il intègre un cours d’art dramatique, le Dramatic Workshop (en)[8], que dirige Erwin Piscator[9], un réalisateur allemand qui a fui l’Allemagne nazie. Il y fait ses classes en compagnie notamment de Marlon Brando, Rod Steiger, Bea Arthur, Elaine Stritch et Tony Curtis, s’ancrant définitivement dans le monde artistique[10],[11].

Carrière artistique[modifier | modifier le code]

Monte Kay (en), directeur artistique du Royal Roost (de) sur Broadway[12],[13], ayant souvent apprécié ses talents de chanteur, l’engage dans son club de jazz comme chanteur intermittent[14]. Le public lui manifeste un intérêt bienveillant, même s'il était plus familier avec les formations habituelles comme les combos de Charlie Parker, Miles Davis, Max Roach, Tommy Potter, Tadd Dameron, etc.

Une succession de prestations dans divers night clubs le mène à Broadway où sa première comédie musicale John Murray Anderson's Almanac (en) fait sensation et, pour cette première prestation sur Broadway, le jeune chanteur obtient un Tony Award et un Theatre World Award pour sa performance[15].

Quelques mois plus tard, il signe pour ce qui devait être un long et fructueux contrat avec la RCA Victor. En 1955, son troisième album, Calypso, est le premier album à atteindre le million d'exemplaires vendus[16]. Il gagne le surnom de « King of Calypso » (« Roi du Calypso »)[17].

Dans sa carrière cinématographique, on peut remarquer des films dont le fond traduit parfois ses préoccupations concernant l'égalité entre tous les êtres humains, comme dans Bright Road, Le Coup de l'escalier ou plus récemment White Man's Burden[18].

En 1988, ses chansons Banana Boat Song ainsi que Jump in the Line sont utilisées dans le film Beetlejuice de Tim Burton[19],[20],[21].

Depuis 1985[22], on entend des versions toujours renouvelées de sa chanson Try to Remember dans la publicité des cafés Carte Noire. En 2009, sa chanson Jump in the line est reprise pour la publicité de la marque Axe[23].

Engagement[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière artistique, Harry Belafonte consacre sa vie à plusieurs causes humanitaires et pacifiques. En 1961, le Président J.F. Kennedy le nomme consultant culturel dans le Corps de la paix[7],[24],[25]. Il est le premier membre du show-business à exercer cette fonction, et s'y dévoue durant cinq ans.

Mais c'est dans la lutte pour l'égalité des droits civiques aux États-Unis qu'il s'investit le plus énergiquement. Sa quête fervente et tenace pour une justice égalitaire et équitable ne le décourage jamais. Au début des années 1950, il fait la connaissance du jeune docteur Martin Luther King Jr.[26], lors du passage historique de celui-ci à New York. Dès ce jour, jusqu'à l'assassinat du leader noir, Harry et Martin développèrent une fidèle et profonde amitié, qui resta l'une des plus précieuses expériences de la vie de Harry Belafonte.

En 1985, profondément touché et perturbé par la guerre et la famine qui touchent une partie de l'Afrique[27], et influencé par le travail accompli par Mohammed Amin et Bob Geldof, il contribue à lancer la campagne caritative We Are the World[28]. À la fin de l'enregistrement de la chanson, les interprètes lui rendent hommage en improvisant Banana Boat song[29].

En 1987, il accepte le poste d'Ambassadeur de bonne volonté de l'Unicef[30]. Il est le second américain après Danny Kaye à se consacrer à la charge de secourir la détresse des enfants du monde, y entraînant d'autres personnalités du spectacle.

En 1990, il est l'un des organisateurs du meeting que tient Nelson Mandela au Yankee Stadium lors de sa visite aux États-Unis [31],[32].

Dans les années 2000, il poursuit son engagement dans toutes les causes consacrées aux droits de l'homme, focalisant son action en particulier sur les États-Unis et l'Afrique du Sud[33].

En 2013, son engagement en tant que militant des droits de l'homme lui vaut de recevoir le Prix Ambassadeur de la conscience par Amnesty International, prix qu'il partage avec Malala Yousafzai[34], l'adolescente pakistanaise qui milite pour le droit à l'éducation des filles en Afghanistan. Il a déclaré à cette occasion : « Je me sens particulièrement honoré de recevoir ce prix parce que j'ai la chance de le partager avec Malala Yousafzai, une véritable héroïne de notre temps ».

Il apporte son soutien à Bernie Sanders dans le cadre des primaires présidentielles du Parti démocrate américain de 2016[35],[36],[37].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le il épouse Marguerite Byrd, le couple donne naissance à deux enfants Adrienne et Shari, ils divorcent en 1957[38],[39].

Le il épouse en secondes noces Julie Robinson, ils ont deux enfants David et Gina, le couple divorce en 2004[3],[39].

En 2008 il épouse en troisièmes noces la photographe Pamela Frank[40],[5],[41],[42].

Comédies musicales (sélection)[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Comme compositeur[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions (sélection)[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Harlem library renamed after Harry Belafonte », sur Caribbean Life (consulté le 22 novembre 2019)
  2. (en) « Harry Belafonte | Biography & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 22 novembre 2019)
  3. a et b (en-US) « Harry Belafonte | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com, (consulté le 22 novembre 2019)
  4. (en-US) Brent Campbell, « Harry Belafonte (1927- ) • BlackPast », sur BlackPast, (consulté le 22 novembre 2019)
  5. a et b (en-US) « Harry Belafonte », sur Biography (consulté le 22 novembre 2019)
  6. (en) « Harry Belafonte's Biography », sur The HistoryMakers (consulté le 22 novembre 2019)
  7. a et b (en-US) Robert F. Kennedy Human Rights, « Harry Belafonte », sur Robert F. Kennedy Human Rights (consulté le 23 novembre 2019)
  8. (en-US) « The New School Archives : Digital Collections : Clippings Scrapbook : Dramatic Workshop and Studio Theatre Scrapbook IV, Part 4 [NS030105_DW_0404] », sur digitalarchives.library.newschool.edu (consulté le 22 novembre 2019)
  9. (en) « Erwin Piscator | German dramatist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 23 novembre 2019)
  10. (en-US) « HARRY BELAFONTE - FOUNDER », sur sankofa.org (consulté le 22 novembre 2019)
  11. (en-US) John Leland, « Harry Belafonte Knows a Thing or Two About New York », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  12. « Harry Belafonte: 1949 - JazzWax », sur www.jazzwax.com (consulté le 23 novembre 2019)
  13. (en-US) Ap, « Monte Kay Dies at 63; Founder of Nightclubs », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  14. (en-US) « How the American Negro Theatre Shaped the Career of the Iconic Harry Belafonte », sur The New York Public Library (consulté le 23 novembre 2019)
  15. (en-US) « John Murray Anderson's Almanac Broadway @ Imperial Theatre - Tickets and Discounts », sur Playbill (consulté le 23 novembre 2019)
  16. (en-GB) Martin Chilton, « Harry Belafonte interview: what counts is your legacy », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 22 novembre 2019)
  17. (en) Eleanor Cunningham, « Harry Belafonte: The King Of Calypso », sur Culture Trip (consulté le 23 novembre 2019)
  18. (en-US) Bill Kohlhaase, « Belafonte: A Man of Action : The singer-actor doesn't hesitate to get involved, and he brings his multicultural thinking to his music with his group, Djoliba, in Costa Mesa this evening. », sur Los Angeles Times, (consulté le 23 novembre 2019)
  19. 7zic, « Musique du film Beetlejuice Day O de Harry Belafonte », sur 7zic, (consulté le 23 novembre 2019)
  20. (en) « Why The Day-O Scene In Beetlejuice Was Difficult To Shoot », sur CINEMABLEND, (consulté le 23 novembre 2019)
  21. (en-US) Dennis MCLellan, « Making His Voice Heard », sur Los Angeles Times, (consulté le 23 novembre 2019)
  22. https://www.cartenoire.fr/notre-marque/la-saga-publicitaire/carte-noire-en-images.php
  23. (en) « Harry Belafonte - Jump in the Line (Axe) Lyrics », sur musiXmatch (consulté le 23 novembre 2019)
  24. (en-US) Christina Lessa, « HARRY BELAFONTE » FLATT », sur FLATT (consulté le 23 novembre 2019)
  25. (en-GB) Steve Howell, « 'I chose to be a civil rights warrior' », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  26. (en-US) « Belafonte, Harold George, Jr. », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, (consulté le 22 novembre 2019)
  27. (en-US) Special to People’s World, « This week in history: Singer/activist Harry Belafonte thriving at 90 », sur People's World, (consulté le 22 novembre 2019)
  28. (en-US) Stacey Anderson et Stacey Anderson, « Harry Belafonte Still Fighting for 'Oppression to Stop' », sur Rolling Stone, (consulté le 22 novembre 2019)
  29. (en-US) « Singers Pay Tribute to Harry Belafonte With a Chorus of ‘Day-O’ During the ‘We Are the World’ Rehearsal », sur Laughing Squid, (consulté le 22 novembre 2019)
  30. (en-US) « Goodwill Ambassador », sur UNICEF (consulté le 23 novembre 2019)
  31. (en-US) John Kifner, « The Mandela Visit; Mandela Takes His Message To Rally in Yankee Stadium », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  32. (en-US) John Kifner, « The Mandela Visit; Mandela Gets an Emotional New York City Welcome », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  33. (en-US) Tamara Best, « Harry Belafonte: ‘Movements Don’t Die’ », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  34. a et b (en-US) « Amnesty International Announces 2013 Ambassador of Conscience Awards; Malala Yousafzai and Harry Belafonte Are Named Recipients », sur Amnesty International USA (consulté le 22 novembre 2019)
  35. (en-US) « Harry Belafonte Endorses Bernie Sanders: "He Represents Opportunity" », sur The Hollywood Reporter (consulté le 23 novembre 2019)
  36. (en) Cynthia Littleton et Cynthia Littleton, « Harry Belafonte Endorses Bernie Sanders for President », sur Variety, (consulté le 23 novembre 2019)
  37. (en-US) Kasie Hunt et Leigh Ann Caldwell, « Singer Harry Belafonte Endorses Bernie Sanders », sur NBC News, (consulté le 23 novembre 2019)
  38. (en-US) Henry Louis Gates, Jr., « BELAFONTE'S BALANCING ACT », The New Yorker,‎ (ISSN 0028-792X, lire en ligne, consulté le 22 novembre 2019)
  39. a et b (en-US) « Harry Belafonte Facts », sur biography.yourdictionary.com (consulté le 22 novembre 2019)
  40. (en-US) « Harry Belafonte Bio, Wives, Children, Net Worth, Humanitarian Work – NewSwirl » (consulté le 23 novembre 2019)
  41. (en) James Mottram, « Interview: Harry Belafonte, singer », sur www.scotsman.com, (consulté le 23 novembre 2019)
  42. (en-GB) Tom Shone, « Hay Festival 2012: Harry Belafonte – rascal with a heart of gold », Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 23 novembre 2019)
  43. (en-US) « John Murray Anderson's Almanac », sur IBDB
  44. (en-US) « 3 for Tonight », sur IBDB
  45. (en-US) « Moonbirds », sur IBDB
  46. (en-US) « Belafonte at the Palace », sur IBDB
  47. (en-US) « Asinamali! », sur IBDB
  48. (en-US) « Harry Belafonte Tony Awards Info », sur www.broadwayworld.com (consulté le 22 novembre 2019)
  49. (en-US) « Theatre World Awards - Theatre World Awards », sur www.theatreworldawards.org (consulté le 23 novembre 2019)
  50. (en-US) « Harry Belafonte », sur Television Academy (consulté le 22 novembre 2019)
  51. (en-US) Jerry Mitchell, « History: Belafonte wins Emmy », sur The Clarion Ledger (consulté le 22 novembre 2019)
  52. a b c et d (en-US) « Harry Belafonte », sur GRAMMY.com, (consulté le 22 novembre 2019)
  53. « Harry Belafonte | Hollywood Walk of Fame », sur www.walkoffame.com (consulté le 23 novembre 2019)
  54. (en-US) « Harry Belafonte », sur latimes.com (consulté le 23 novembre 2019)
  55. (en-US) « Paul Robeson Award (NOT PAGE) », sur actorsequityfdn (consulté le 22 novembre 2019)
  56. (en-US) « archives.nypl.org -- Search results », sur archives.nypl.org (consulté le 22 novembre 2019)
  57. (en-US) « Kennedy Center Announces '89 Awards », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 novembre 2019)
  58. (en-US) « Harry Belafonte », sur NEA, (consulté le 22 novembre 2019)
  59. (en-US) « NAACP | Spingarn Medal Winners: 1915 to Today », sur NAACP (consulté le 22 novembre 2019)
  60. (en) Harry Belafonte, « Harry Belafonte NAACP Award Speech », sur www.sandersinstitute.com (consulté le 22 novembre 2019)
  61. « Harry Belafonte Activity Highlights | UNICEF People », sur UNICEF (consulté le 23 novembre 2019)
  62. (en-US) « Harry Belafonte », sur Oscars.org | Academy of Motion Picture Arts and Sciences, (consulté le 22 novembre 2019)
  63. (en-US) « Harry Belafonte - Jean Hersholt Humanitarian Award Acceptance Address », sur americanrhetoric.com (consulté le 22 novembre 2019)
  64. (en-US) Pride News, « Harry Belafonte Jr. Receives Jamaica's Fourth Highest Honour », sur Pride News, (consulté le 22 novembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :