Affaire Ahmaud Arbery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Affaire Ahmaud Arbery
Titre Affaire Ahmaud Arbery
Fait reproché Homicide
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Brunswick
Nature de l'arme arme à feu
Type d'arme Fusil
Date
Nombre de victimes 1
Jugement
Statut en cours

L'affaire Ahmaud Arbery est une affaire judiciaire issue de la mort par balle de Ahmaud Arbery, un Afro-Américain de 25 ans, non armé, dans la journée du à Brunswick, en Géorgie[1]. Les auteurs des coups de feu sont un policier blanc à la retraite de 64 ans nommé Gregory McMichael, son fils Travis âgé de 34 ans au moment des faits, et un voisin. Ils sont jugés coupables du meurtre en novembre 2021, et devraient comparaitre pour crime raciste au niveau fédéral en février 2022.

Description des faits[modifier | modifier le code]

Ahmaud Arbery est un jeune afro-américain de 25 ans vivant à Brunswick, en Géorgie. Le alors qu'il se trouve dans le lotissement de Satilla Shores, une camionnette conduite par Gregory McMichael, 64 ans, un policier à la retraite, et de son fils Travis, 34 ans s'arrête à son niveau. Un peu en recul dans un second véhicule, William "Roddie" Bryan, un voisin des McMichael, filme la scène dans une vidéo de 36 secondes. Tout se déroule alors très rapidement : le père est assis dans son véhicule, le fils va à la rencontre d’Arbery et une dispute éclate entre les trois hommes. Travis McMichael et Arbery se disputent le fusil que tient le premier, et trois coups de feu partent. Ahmaud Arbery, cherche ensuite à s'éloigner mais s'effondre après quelques pas. L'autopsie détectera trois impacts de balles de fusil sur le corps du jeune homme.

La vidéo se retrouve rapidement entre les mains des autorités qui convoquent les deux suspects Gregory et Travis McMichael. Ils expliquent avoir pris leur victime pour un cambrioleur qui aurait sévi depuis plusieurs semaines dans le voisinage. En voyant Ahmaud Arbery s’approcher d’une maison en construction, ils pensent qu’il représente alors un danger et se mettent à le poursuivre. Arrivés à son niveau, une dispute éclate alors et ils prennent la décision de tirer sur Ahmaud Arbery. À l'issue de ces auditions, le procureur George Barnhill fait un communiqué concluant que ces explications étaient probantes et qu’elles ne justifiaient pas l'arrestation des deux hommes. Ces derniers avaient eu « une raison solide » de penser qu'Arbery était le cambrioleur qui sévissait dans le voisinage et d'intervenir comme la loi géorgienne le permet[Note 1],[2].

Le , soit soixante-quatorze jours après l'homicide de Ahmaud Arbery, la vidéo est rendue publique via le site internet d'une radio locale, WGIG (en), puis mise à disposition sur les plateformes YouTube et Twitter par la famille de Arbery ; les médias s'emparent alors de l'affaire. Quelques heures après, la justice géorgienne convoque un grand jury pour analyser si des charges doivent être retenues contre les deux hommes[3] puis le Georgia Bureau of Investigation (en) (GBI, antenne du FBI pour l'état de Géorgie) se saisit de l'affaire. Après 36 h, il décide d’interpeller Gregory et Travis McMichael le .

Le GBI précise que son enquête ne portera que sur le meurtre et pas sur les raisons du délai pour interpeller les deux hommes.

Protagonistes de l'affaire[modifier | modifier le code]

Ahmaud Arbery[modifier | modifier le code]

Ahmaud Arbery est la victime de l'affaire. Arbery est né le et est afro-américain. Il étudia au Brunswick High School (en).

Au lycée, il fut condamné à 5 ans de liberté surveillée, dans le contexte d'une première condamnation, pour port d'arme sur le campus, et plusieurs accusation d'obstruction à agent de police[4].

En 2018, il fut condamné pour violation de liberté conditionnelle, après avoir été jugé coupable de vol à la tire[4].

Gregory McMichael[modifier | modifier le code]

Gregory McMichael est l'un des présumés meurtrier de l'affaire. C'est un ancien policier de 64 ans lors des faits qui a travaillé dans la police du comté de Glynn (GCPD) de 1982 à 1989, puis comme enquêteur pour le procureur de district de Brunswick de 1995 à sa retraite en . Il est interpellé le , 74 jours après les événements.

Travis McMichael[modifier | modifier le code]

Travis McMichael est l'un des présumés meurtrier de l'affaire. Il est le fils de Gregory McMichael. Il est interpellé le , 74 jours après les événements.

George Barnhill[modifier | modifier le code]

Procureur du comté de Waycross, il est le deuxième procureur nommé pour gérer ce meurtre après le dessaisissement de Jackie Johnson pour conflit d'intérêt. Il se rend alors compte à son tour d’un possible conflit d'intérêt dû au fait que son fils avait travaillé avec Gregory McMichael sur une précédente affaire impliquant Ahmaud Arbery[2],[5] et demande à son tour à être dessaisi de l'affaire, le . Le procureur général de Géorgie lui reproche d'avoir tardé à déclarer son conflit d'intérêt, et de n'avoir pas signalé qu'il s'était impliqué dans l'affaire avant d'être nommé en remplacement de Jackie Johnson (il aurait déclaré au GCPD « qu’il ne voyait aucun motif pour l’arrestation de l’une quelconque des personnes impliquées dans la mort de M. Arbery » le lendemain du meurtre)[réf. nécessaire].

Jackie Johnson[modifier | modifier le code]

Vice-procureure du comté de Brunswick, elle informe le d'un possible conflit d'intérêt le procureur général de Géorgie Christopher M. Carr (en), à qui il revient de la remplacer dans ce cas de figure[réf. nécessaire].

Tom Durden[modifier | modifier le code]

Procureur du district judiciaire d'Atlantic de Waycross, il est le troisième procureur nommé dans cette affaire, le . Il est chargé de l'affaire lorsque la vidéo de la fusillade est rendue publique (à partir du ). Il accepte alors la proposition, faite sur Twitter le , du gouverneur de Géorgie Brian Kemp de saisir le GBI (antenne géorgienne du FBI) qui procède à l'arrestation des McMichael le . Le même jour, Durden déclare à la presse qu'il présentera l'affaire au premier grand jury qui se tiendra dans le comté de Glynn (jurys fermés pour cause de confinement lié à la pandémie de Covid-19) avant de demander, à son tour à être remplacé par un procureur avec de plus grands moyens étant donné « l'amplitude qu'a pris l'affaire »[6].

Joyette Holmes[modifier | modifier le code]

Procureur du district du comté de Cobb, elle est la quatrième procureure nommée dans cette affaire, le . Il s'agit d'une femme noire, à la tête d'un district judiciaire situé de l'autre côté de l'état de Géorgie à Marietta (alors que les trois premiers procureurs étaient de districts voisins, sur la côte atlantique).

Réactions publiques et politiques[modifier | modifier le code]

Le président des États-Unis Donald Trump réagit en disant que « ces images étaient très dérangeantes ».

Le candidat démocrate à l'élection présidentielle américaine de 2020 Joe Biden dit que « Ahmaud Arbery a été abattu de sang froid. Sa famille mérite justice, et ils le méritent maintenant. »

Jugement[modifier | modifier le code]

Début , l'annonce de la composition du jury fait polémique, parce que celui-ci est composé de onze Blancs et d’un seul Afro-Américain, les autres ayant été écartés[7]. Le verdict rendu fin est la culpabilité de Travis McMichael, l’auteur des coups de feu mortels, son père, Gregory McMichael, et leur voisin, William Bryan[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La loi géorgienne permet à chaque citoyen d'interpeller quiconque enfreint la loi de l'état sans attendre les forces de l'ordre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grégory Philipps, « États-Unis : Ahmaud Arbery, tué de sang-froid, pendant un footing », sur France Inter,
  2. a et b Clémentine Rebillat, « Meurtre d’Ahmaud Arbery : pourquoi a-t-il fallu deux mois pour arrêter les suspects? », sur parismatch.com, .
  3. (en) Richard Fausset, « Ahmaud Arbery’s Killing Will Go to Grand Jury as Graphic Video Emerges », sur nytimes.com,
  4. a et b (en) Christian Boone, « EXCLUSIVE: Father of Brunswick shooter previously investigated victim », sur ajc (consulté le )
  5. AFP, « Ahmaud Arbery, jeune homme noir abattu en pleine rue : un meurtrier au profil troublant », sur nouvelobs.com,
  6. (en) Russ Bynum (AP), « Georgia slaying gets 3rd prosecutor », sur Northwest Arkansas Democrat Gazette, (consulté le ).
  7. AFP, « Mort d’Ahmaud Arbery : le jury composé de onze Blancs et d’un seul Afro-Américain fait polémique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  8. « Au procès du meurtre d’Ahmaud Arbery, un joggeur noir tué aux Etats-Unis, trois hommes blancs reconnus coupables », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]