Attentat de l'église baptiste de la 16e rue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Attentat de l'église baptiste de la 16e rue
Image illustrative de l’article Attentat de l'église baptiste de la 16e rue
L'église baptiste de la 16e rue en 2005.

Cible Église baptiste de la 16e rue (Afro-Américains)
Coordonnées 33° 31′ 00″ nord, 86° 48′ 54″ ouest
Morts 4
Blessés 22
Auteurs Membres du Ku Klux Klan (extrême droite)

L'attentat de l'église baptiste de la 16e rue est un attentat terroriste à motivation raciste commis par des membres du Ku Klux Klan qui a visé l'église baptiste de la 16e rue, une église fréquentée par des Afro-Américains, le à Birmingham en Alabama.

Histoire[modifier | modifier le code]

Marche du Congress of Racial Equality en mémoire des victimes le 22 septembre 1963.

Le contexte[modifier | modifier le code]

Birmingham était un lieu de tension raciale et un des hauts lieux du mouvement américain des droits civiques. Les revendications des Afro-Américains sont en butte à George Wallace, le gouverneur de l'Alabama, partisan farouche de la ségrégation[1], qui s'oppose à déségrégation des écoles publiques malgré l'arrêt Brown v. Board of Education de la Cour suprême rendu le 17 mai 1954. En janvier 1963, lors de son investiture au poste de gouverneur, George Wallace déclare « Je trace la ligne dans la poussière et jette le gant aux pieds de la tyrannie, et je dis ségrégation maintenant, ségrégation demain, ségrégation pour toujours. »[2]. Par ailleurs, George Wallace a le soutien du commissaire chargé de la sécurité publique Eugene “Bull” Connor connu pour son racisme et comme partisan lui aussi de la ségrégation[3]. Birmingham est également le lieu d'une section très active de l'organisation terroriste le Ku Klux Klan, auteur de différents attentats qui font surnommer Birmingham Bombingham (en)[4] qui a été le théâtre entre 1947 et 1965 d'une cinquantaine d'attentats à la bombe[5],[6].

La population afro-américaine était victime d'entraves multiples à l'emploi et à l'inscription sur les listes électorales, la résistance à ces dénis à ces droits constitutionnels est animée par le révérend Fred Shuttlesworth où il a fondé l,Alabama Christian Movement for Human Rights[7]. Victime de plusieurs attentats commis par les terroristes du Klan, il fait appel à Martin Luther King[8],[9]. C'est ainsi qu'en 1963, est lancée la Campagne de Birmingham organisée par la Southern Christian Leadership Conference (SCLC), le Congress on Racial Equality (CORE)et l,Alabama Christian Movement for Human Rights (en) menée par Martin Luther King, James Bevel, Ralph David Abernathy, John Lewis et d'autres[10],[11],[12].

La Campagne de Birmingham[modifier | modifier le code]

Durant le mois d'avril 1963, les premiers sit-in ont lieu, malgré une décision judiciaire qui les interdit, ce qui entraîne l'arrestation de Martin Luther King et de Raplh Abernathy à la suite d'une manifestation pacifique le . En prison, , Martin Luther King écrit la Lettre de la prison de Birmingham[13], où il fait l'apologie de l'action non violente pour faire aboutir les revendications des Afro-Américains[14],[15].

À la suite de cette lettre ouverte, du 2 au plus de 1 000 jeunes élèves défilent, ces manifestations sont passées dans l'histoire sous le nom de Birmingham Children's Crusade (en), plusieurs enfants sont matraqués et emprisonnés. Le des représentants des organisations blanches et afro-américaines de Birmingham se mettent d'accord sur un plan de déségrégation, en réaction, le Ku klux Klan fait éclater une bombe au domicile A. D. King (en), le frère de Martin Luther King qui habite Birmingham. L'émotion soulevée par la répression de la Campagne de la Birmingham et l'entêtement du gouverneur George Wallace amènent le président John Fitzgerald Kennedy à prononcer un discours à la télévision le où il appelle les membres du Congrès à faire passer une loi garantissant l'exercice des droits civiques pour tous quelle que soit sa couleur de peau. Le , en rétorsion aux diverses avancées de la déségrégation notamment dans les établissements scolaires, quatre terroristes membres du Klan déposent une bombe à retardement dans l'escalier de l'église baptiste de la 16e rue, qui mène à salle de catéchisme, elle éclate à 10 h 22[16],[17],[18],[19],[20],[21],[22],[23].

L'attentat et ses suites[modifier | modifier le code]

L'attentat a tué quatre jeunes filles (Addie Mae Collins, Carole Robertson, Cynthia Wesley et Denise McNair) et en a blessé vingt-deux autres[22],[24],[25],[4],[26],[27],[28],[29].

Commis par quatre membres de l'organisation terroriste le Ku Klux KlanThomas Edwin Blanton, Jr. (en), Herman Frank Cash (en), Robert Edward Chambliss (en) et Bobby Frank Cherry (en) —, l'attentat s'est effectué par la dépose devant l'entrée de l'église d'une bombe à retardement composée de bâtons de dynamite.

Les auteurs sont confondus par le Federal Bureau of Investigation (FBI) en 1965 mais ce n'est qu'en 1977 qu'a lieu la condamnation de Chambliss[30], Blanton[31] et Cherry[32], ils sont condamnés au début des années 2000[33],[34],[35] tandis que Cash est mort non jugé en 1994.

Cet attentat marque un tournant dans le mouvement américain des droits civiques et contribue à l'adoption et à la promulgation du Civil Rights Act de 1964[6].

Postérité[modifier | modifier le code]

Médaille d'or du Congrès pour les victimes de l'attentat.

En réaction à l'attentat, Nina Simone écrit l'une de ses plus célèbres chansons engagées, Mississippi Goddam.

En 1997, le réalisateur Spike Lee tourne un documentaire 4 Little Girls qui retrace la chronologie de l'attentat, émaillée d'images d'époque et d'interviews des familles des victimes et des témoins encore survivant[36],[37].

Depuis 2013, une sculpture intitulée Four Spirits est consacrée en mémoire des quatre principales victimes dans le parc Kelly Ingram (en) de Birmingham[38].

En 2013, la Médaille d'or du Congrès a été remise à titre posthume par le président Barack Obama aux quatre jeunes filles tuées dans l'attentat[39],[40].

L'attentat est visible dans le film Selma (2014) et est évoqué dans le film Miss Daisy et son chauffeur.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essai[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Martin Luther King Jr., Why We Can't Wait, Signet, 1 juillet 1964, rééd. 1 janvier 2000, 159 p. (ISBN 9780451527530, lire en ligne),
  • (en-US) Stephen Currie, The Birmingham Church Bombing, Lucent Books, , 112 p. (ISBN 9781590188422, lire en ligne),
  • (en-US) Carole Boston Weatherford, Birmingham, 1963, WordSong, , 48 p. (ISBN 9781590784402, lire en ligne),
  • (en-US) Robert H. Mayer, When the Children Marched: The Birmingham Civil Rights Movement, Enslow Publishers, , 184 p. (ISBN 9780766029309, lire en ligne),
  • (en-US) Shelley Tougas, Birmingham 1963: How a Photograph Rallied Civil Rights Support, Compass Point Books, 1 février 2010, rééd. 2011, 72 p. (ISBN 9780756543983, lire en ligne),
  • (en-US) Carolyn Maull McKinstry & Denise George, While the World Watched, Tyndale House Publishers, 2011, rééd. 1 septembre 2013, 336 p. (ISBN 9781414336374, lire en ligne),

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en-US) « Six Dead After Church Bombing », The Washington Post,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Howell Raines, « The Birmingham Bombing », The New York Times,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Kevin Sack, « 2 Charged in 1963 Church Blast That Killed 4 Birmingham Girls », The New York Times,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Kevin Sack, « As Church Bombing Trial Begins in Birmingham, the City's Past Is Very Much Presen », The New York Times,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Rick Bragg, « 38 Years Later, Last of Suspects Is Convicted in Church Bombing », The New York Times,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Michelle O'Donnell, « Bobby Frank Cherry, 74, Klansman in Bombing, Dies », The New York Times,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) « Man convicted of Birmingham church bombing denied parole », The Los Angeles Times,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Olivia Waxman, « 16th Street Baptist Church Bombing Survivors Recall a Day That Changed the Fight for Civil Rights », Time,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Jeremy gray, « 16th Street Baptist Church bombing: Photos of the tragedy », Alabama.com,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Karyn Miller, Medzon Robin Young & Ciku Theuri, « 4 Little Girls Died In The 16th Street Baptist Church Bombing In 1963. A 5th Survived », Wbur,‎ (lire en ligne),

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « George Wallace | Biography, Facts, & 1968 Presidential Candidacy », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 25 juillet 2020)
  2. (en-US) « Digital History », sur www.digitalhistory.uh.edu (consulté le 25 juillet 2020)
  3. (en-US) « Connor, Theophilus Eugene "Bull" », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, Stanford University, (consulté le 25 juillet 2020)
  4. a et b (en-US) History com Editors, « Birmingham Church Bombing », sur HISTORY (consulté le 3 juillet 2020)
  5. (en-US) Jeremy Gray, « Bombingham: Racist bombings captured in chilling photos », sur al, (consulté le 25 juillet 2020)
  6. a et b (en-US) « Birmingham Protests | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 25 juillet 2020)
  7. (en-US) « Reverend Fred Shuttlesworth's Biography », sur The HistoryMakers (consulté le 25 juillet 2020)
  8. (en-US) « Shuttlesworth, Fred Lee », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, Stanford University, (consulté le 25 juillet 2020)
  9. (en-US) MADEO, « Dec. 25, 1956 | KKK Bombs Alabama Home of Civil Rights Leader Rev. Fred Shuttlesworth », sur calendar.eji.org (consulté le 25 juillet 2020)
  10. (en-US) Lauren E. Farley, « Alabama Christian Movement for Human Rights (ACMHR) • », sur Black Past, (consulté le 25 juillet 2020)
  11. (en-US) « Birmingham Campaign », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, Stanford University, (consulté le 25 juillet 2020)
  12. (en-US) « Birmingham Campaign of 1963 », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le 25 juillet 2020)
  13. (en-US) « "Letter from Birmingham Jail" », sur The Martin Luther King, Jr., Research and Education Institute, Stanford University, (consulté le 25 juillet 2020)
  14. (en) « Martin Luther King, Jr. - The letter from the Birmingham jail », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 25 juillet 2020)
  15. (en-US) Martin Luther King Jr., Why We Can't Wait, Signet, 1 juillet 1964, rééd. 1 janvier 2000, 159 p. (ISBN 9780451527530), p. 76-95
  16. (en-US) Kim Gilmore, « The Birmingham Children's Crusade of 1963 », sur Biography (consulté le 25 juillet 2020)
  17. (en-US) « The Children’s Crusade (Birmingham, AL) », sur Civil Rights Teaching (consulté le 25 juillet 2020)
  18. (en-US) Robert H. Mayer, When the Children Marched: The Birmingham Civil Rights Movement, Enslow Publishers, , 184 p. (ISBN 9780766029309, lire en ligne), p. 59-108
  19. (en-US) « John F. Kennedy's Address on Civil Rights | American Experience | PBS », sur www.pbs.org (consulté le 25 juillet 2020)
  20. (en-US) Jonathan Rieder, « The Day President Kennedy Embraced Civil Rights—and the Story Behind It », sur The Atlantic, (consulté le 25 juillet 2020)
  21. (en-US) « Televised Address to the Nation on Civil Rights | JFK Library », sur www.jfklibrary.org (consulté le 25 juillet 2020)
  22. a et b (en) « 16th Street Baptist Church bombing | History & Four Girls », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 3 juillet 2020)
  23. (en-US) Shelley Douglas, Birmingham 1963 : how a photograph rallied civil rights support, Compass Point Books, 1 février 2010, rééd. 1 décembre 2010, 67 p. (ISBN 9780756543983, lire en ligne), p. 56-59
  24. (en-US) « Sixteenth Street Baptist Church », sur Encyclopedia of Alabama (consulté le 3 juillet 2020)
  25. (en-US) « Birmingham Baptist Church Bombing | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 3 juillet 2020)
  26. (en-US) « Baptist Street Church Bombing », sur Federal Bureau of Investigation (consulté le 3 juillet 2020)
  27. (en-US) Robert Longley, « 16th Street Baptist Church Bombing: History and Legacy », sur ThoughtCo (consulté le 3 juillet 2020)
  28. (en-US) Nick Manos, « Birmingham 16th Street Baptist Church Bombing (1963) • », (consulté le 3 juillet 2020)
  29. (en-US) « 16th Street Baptist Church Bombing (1963) (U.S. National Park Service) », sur www.nps.gov (consulté le 3 juillet 2020)
  30. (en-US) Becky Little, « How Doug Jones Brought KKK Church Bombers to Justice », sur HISTORY (consulté le 3 juillet 2020)
  31. (en-US) Neil Genzlinger, « Thomas Blanton, Who Bombed a Birmingham Church, Dies at 82 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020)
  32. (en-US) Michelle O'Donnell, « Bobby Frank Cherry, 74, Klansman in Bombing, Dies », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020)
  33. (en-US) Kevin Sack, « As Church Bombing Trial Begins in Birmingham, the City's Past Is Very Much Present », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020)
  34. (en-US) Kevin Sack, « 2 Charged in 1963 Church Blast That Killed 4 Birmingham Girls », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020)
  35. (en-US) Rick Bragg, « 38 Years Later, Last of Suspects Is Convicted in Church Bombing », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020)
  36. (en) « 4 Little Girls | film by Lee [1997] », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 3 juillet 2020)
  37. (en) Roger Ebert, « 4 Little Girls movie review & film summary (1997) | Roger Ebert », sur https://www.rogerebert.com/ (consulté le 3 juillet 2020)
  38. (en-US) Alan Collins, « 'Four Spirits' sculpture unveiled to the public », sur https://www.wbrc.com (consulté le 25 juillet 2020)
  39. (en-US) Mary Orndorff Troyan, « Girls killed in 1963 bombing given congressional medal », sur USA TODAY (consulté le 25 juillet 2020)
  40. (en-US) Bill Chapell, « 'Four Little Girls' Awarded Congressional Gold Medal », sur NPR.org, (consulté le 25 juillet 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]