Attentat de l'église baptiste de la 16e rue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marche du Congress of Racial Equality en mémoire des victimes le 22 septembre 1963.

L’attentat de l'église baptiste de la 16e rue est un attentat à motivation raciste qui a visé l'église baptiste de la 16e rue, une église fréquentée par des Afro-Américains, le à Birmingham en Alabama.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'attentat a tué quatre jeunes filles (Addie Mae Collins, Carole Robertson, Cynthia Wesley et Denise McNair) et en a blessé vingt-deux autres[1].

Commis par quatre membres du Ku Klux KlanThomas Edwin Blanton, Jr. (en), Herman Frank Cash (en), Robert Edward Chambliss (en) et Bobby Frank Cherry (en) —, l'attentat s'est effectué par la dépose devant l'entrée de l'église d'une bombe à retardement composée de bâtons de dynamite.

Les auteurs sont confondus par le Federal Bureau of Investigation (FBI) en 1965 mais ce n'est qu'en 1977 qu'a lieu la condamnation de Chambliss ; Blanton et Cherry sont condamnés au début des années 2000 tandis que Cash est mort non jugé en 1994.

Cet attentat marque un tournant dans le mouvement afro-américain des droits civiques et contribue à faire passer le Civil Rights Act de 1964.

Postérité[modifier | modifier le code]

Médaille d'or du Congrès pour les victimes de l'attentat.

Depuis 2013, une sculpture intitulée Four Spirits est consacrée en mémoire des quatre principales victimes dans le parc Kelly Ingram (en) de Birmingham.

En 2013, la Médaille d'or du Congrès a été remise à titre posthume aux quatre jeunes filles tuées dans l'attentat.

L'attentat est visible dans le film Selma (2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Claude Sitton, « Birmingham Bomb Kills 4 Negro Girls In Church; Riots Flare; 2 Boys Slain », The New York Times,‎ (lire en ligne).