Mary McLeod Bethune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mary McLeod Bethune
Mary McLeod Bethune (1949).jpg
Mary McLeod Bethune en 1949.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
Daytona BeachVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Mary McLeodVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Mary McLeod Bethune Council House National Historic Site (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Barber–Scotia College (en)
Institut Biblique Moody (en)
Université Johnson-C.-SmithVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de
National Association of Colored Women, National Association for the Advancement of Colored People, National Urban League
Distinctions
Médaille Spingarn ()
National Women's Hall of Fame ()
Florida Women's Hall of Fame (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Mary Jane McLeod Bethune () est une enseignante américaine, philanthrope et militante pour les droits civiques des Afro-Américains et une personnalité politique. Elle a notamment créé une école pour étudiants afro-américains à Daytona Beach en Floride qui est devenue aujourd'hui l'université de Bethune-Cookman. Elle a été conseillère du président Franklin D. Roosevelt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mary McLeod Bethune en 1943 avec ses étudiants de l'université qui porte désormais son nom.

Née à Mayesville dans l'État de la Caroline du Sud est la fille d'anciens esclaves, Samuel McLeod et Patsy McIntosh, affranchis à suite de la guerre de sécession et devenus fermiers. Mary McLeod Bethune souhaite faire des études après avoir travaillé durant son enfance dans les champs de coton. Avec l'aide de bienfaiteurs, Mary McLeod Bethune va à l'université en espérant devenir missionnaire en Afrique[1],[2],[3],[4].

Elle fonde une école pour jeunes filles noires à Daytona Beach, qui fusionne avec un institut pour garçons noirs et devient la Bethune Cookman School. Mary McLeod Bethune a travaillé très dur pour assurer le financement de son école, qu'elle utilise comme vitrine pour des touristes ou des donateurs, pour montrer ce que les afro-Américains éduqués sont capables d'accomplir. Elle est présidente de l'Université de 1923 jusqu'à 1942 et de 1946 jusqu'à 1947, l'une des rares femmes dans le monde qui a évolué en tant que présidente d'université à son époque[1],[5],[2].

Mary McLeod Bethune est très active dans des clubs de femmes, et devient leader au niveau national. Elle milite pour l'élection de Franklin D. Roosevelt en 1932, et devient membre du Black Cabinet (en) (cabinet noir) du gouvernement, en partageant les préoccupations de la population afro-américaine avec l'administration Roosevelt, tout en diffusant le message des Afro-Américains, qui étaient traditionnellement des électeurs républicains. En 1935, elle fonde le National Council of Negro Women (en). En 1936, Mary McLeod Bethune est nommé à tête du Bureau des affaires des minorités au sein de la National Youth Administration[6],[2],[7],[4].

Mary McLeod Bethune a été vice présidente de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) et de la National Urban League[7].

Après sa mort, le chroniqueur Louis E. Martin a dit : « Elle a donné la foi et l'espérance, comme si elles étaient des médicaments et elle une sorte de médecin ».

Sa maison à Daytona Beach est devenue un site national historique aux États-Unis, sa maison à Washington à Logan Circle est préservée par le service des parcs nationaux, et une sculpture d'elle est située au Lincoln Park, à Washington (district de Columbia).

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Mary McLeod Bethune, « The Association for the Study of Negro Life and History: Its Contribution to Our Modern Life », The Journal of Negro History, Vol. 20, No. 4,‎ , p. 406-410 (5 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Mary McLeod Bethune, « Clarifying Our Vision with the Facts », The Journal of Negro History, Vol. 23, No. 1,‎ , p. 10-15 (6 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Mary McLeod Bethune, « Clarifying Our Vision with the Facts (suite) », Negro History Bulletin, Vol. 1, No. 5,‎ , p. 8-9 (2 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Mary McLeod Bethune, « The Adaptation of the History of the Negro to the Capacity of the Child », The Journal of Negro History, Vol. 24, No. 1,‎ , p. 9-13 (5 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Mary McLeod Bethune, « The Negro in Retrospect and Prospect », The Journal of Negro History, Vol. 35, No. 1,‎ , p. 9-19 (11 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Mary McLeod Bethune, « True Leadership is Timeless », Negro History Bulletin, Vol. 13, No. 8,‎ , p. 173 (1 page) (lire en ligne Inscription nécessaire)
  • (en-US) Mary McLeod Bethune, « The Torch Is Ours », The Journal of Negro History, Vol. 36, No. 1,‎ , p. 9-11 (3 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Mary McLeod Bethune, « The Sacrifices and Achievements of African-American Women », The Journal of Blacks in Higher Education, No. 32,‎ été 2001 (posthume), p. 35 (1 page) (lire en ligne Inscription nécessaire),

Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) William M. Brewer, « Mary McLeod Bethune », Negro History Bulletin, Vol. 19, No. 2,‎ , p. 48, 36 (2 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire)
  2. a b et c (en-US) Suzanne Michele Bourgoin (dir.), Encyclopedia Of World Biography, vol. 2 : Bardeen-Briand, Detroit, Michigan, Gale Research, , 282 p. (ISBN 9780787622213, lire en ligne), p. 241-242
  3. (en-US) John A. Garraty & Mark C. Carnes (dir.), American National Biography, vol. 2 : Baker - Blatch, New York, Oxford University Press, USA, , 959 p. (ISBN 9780195127812, lire en ligne), p. 703-704
  4. a et b (en-US) James J. Podesta, « Bethune, Mary McLeod 1875–1955 », sur Encyclopedia. com
  5. (en-US) Audrey Thomas McCluskey, « Ringing up a School: Mary Mcleod Bethune's Impact on Daytona », The Florida Historical Quarterly, Vol. 73, No. 2,‎ , p. 200-217 (18 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire)
  6. a et b (fr) Stéphanie Le Bars, « A Washington, l’hommage inédit à l’Afro-Américaine Mary McLeod Bethune », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le )
  7. a et b (en-US) John A. Garraty (dir.), The Story of America, vol. 2, Austin, Texas, Holt, Rinehart, and Winston, , 759 p. (ISBN 9780030729010, lire en ligne), p. 383
  8. (en-US) « Mary McLeod Bethune », sur National Women's Hall of Fame
  9. Le film est accessible online sous hébergement Vimeo.
  10. (en-US) « The Sunflower Quilting Bee at Arles », sur Philadelphia Museum of Art

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notices dans des encyclopédies et manuels de références[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Barbara Sicherman, Harriette Walker & Carol Hurd Green (dir.), Notable American Women : Notable American Women, vol. 4 : The Modern Period, Cambridge, Massachusetts, Belknap Press of Harvard University Press, , 773 p. (ISBN 9780674627338, lire en ligne), p. 76-80,
  • (en-US) Moira Davison Reynolds (dir.), Women Champions Of Human Rights : Eleven U. S. Leaders Of The Twentieth Century, Jefferson, Caroline du Nord, McFarland & Company, , 161 p. (ISBN 9780899506142, lire en ligne), p. 40-53,
  • (en-US) Barbara C. Bigelow (dir.), Contemporary Black Biography, vol. 4, Detroit et Londres, Gale Research, , 319 p. (ISBN 9780810385566, lire en ligne), p. 17-21,
  • (en-US) Gayle J. Hardy, American Women Civil Rights Activists : Biobibliographies of 68 Leaders, 1825-1992, Jefferson, Caroline du Nord, McFarland & Company, , 483 p. (ISBN 9780899507736, lire en ligne), p. 43-55,
  • (en-US) African American Biography, Detroit, Michigan, U X L, , 225 p. (ISBN 9780810392342, lire en ligne), p. 63-65,
  • (en-US) Shelley Fisher Fishkin & David Bradley (dir.), Encyclopaedia of Civil Rights in America, vol. 1, Armonk, état de New York, Sharpe Reference, , 363 p. (ISBN 9780765680006, lire en ligne), p. 96-97,
  • (en-US) Suzanne Michele Bourgoin (dir.), Encyclopedia Of World Biography, vol. 2 : Bardeen-Briand, Detroit, Michigan, Gale Research, , 282 p. (ISBN 9780787622213, lire en ligne), p. 241-242. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
  • (en-US) John A. Garraty & Mark C. Carnes (dir.), American National Biography, vol. 2 : Baker - Blatch, New York, Oxford University Press, USA, , 959 p. (ISBN 9780195127812, lire en ligne), p. 703-704. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
  • (en-US) Anne Commire (dir.), Women in World History : A Biographical Encyclopedia, vol. 2 : Ba-Brec, Waterford, Connecticut, Yorkin Publications, , 920 p. (ISBN 9780787640613, lire en ligne), p. 527-532,
  • (en-US) R. Kent Rasmussen (dir.), The African American Encyclopedia, vol. 1 : Aar-Bla, New York, Cavendish Square Publishing, , 292 p. (ISBN 9780761472094, lire en ligne), p. 240-241,
  • (en-US) Helen Rappaport (dir.), Encyclopedia Of Women Social Reformers, vol. 1, Santa Barbara, Californie, ABC-CLIO, , 413 p. (ISBN 9781576071014, lire en ligne), p. 75-76,
  • (en-US) Donna Langston, A to Z of American Women Leaders and Activists, New York, Facts on File, , 291 p. (ISBN 9780816044689, lire en ligne), p. 24-23,
  • (en-US) Joanne L. Godwin (dir.), Encyclopedia of Women in American History, vol. 3 : Suffrage, world war, and modern times, 1900-present, Armonk, état de New York, Sharpe Reference, , 262 p. (ISBN 9780765680389, lire en ligne), p. 56-57,
  • (en-US) Colin A. Palmer (dir.), Encyclopedia Of African American Culture And History : The Black Experience In The Americas, vol. 1 : A-B, Detroit, Michigan, MacMillan Reference Books, , 397 p. (ISBN 9780028658162, lire en ligne), p. 236-238,
  • (en-US) Lynne E. Ford (dir.), Encyclopedia of Women and American Politics, New York, Facts on File, , 639 p. (ISBN 9780816054916, lire en ligne), p. 54-57,
  • (en-US) Paul Finkelman (dir.), Encyclopedia of African American History, 1896 to the Present : From the Age of Segregation to the Twenty-First Century, vol. 1 : A-C, New York, Oxford University Press, USA, , 533 p. (ISBN 9780195167795, lire en ligne), p. 173-176,
  • (en-US) Henry Louis Gates & Evelyn Brooks Higginbotham (dir.), African American National Biography, vol. 1 : Aaron - Blake, "Blind" Arthur, New York, Oxford University Press, USA, , 577 p. (ISBN 9780199990368, lire en ligne), p. 521-522,

Essais et biographies[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Emma Gelders Sterne, Mary McLeod Bethune, New York, Alfred Knopf (réimpr. 2020) (1re éd. 1957), 296 p. (ISBN 9780394813974, lire en ligne),
  • (en-US) Rackham Holt, Mary McLeod Bethune : A Biography, Garden City, état de New york, Doubleday, , 340 p. (OCLC 558579299, lire en ligne),
  • (en-US) Olive Woolley Burt, Mary Mc Leod Bethune : Girl Devoted To Her People, Indianapolis, Indiana, Bobbs-Merrill, , 208 p. (ISBN 9780672512360, lire en ligne),
  • (en-US) Malu Halasa (préf. Coretta Scott King), Mary McLeod Bethune, New York, Chelsea House Publications, , 120 p. (ISBN 9781555465742, lire en ligne),
  • (en-US) Rinna Evelyn Wolfe, Mary McLeod Bethune, New York, Franklin Watts, , 72 p. (ISBN 9780531201039, lire en ligne),
  • (en-US) Bernice Anderson Poole, Mary McLeod Bethune, Los Angeles, Melrose Square Publishing Company, , 194 p. (ISBN 9780870677830, lire en ligne),
  • (en-US) Susan Evento, Mary McLeod Bethune, New York, Children's Press, coll. « Rookie Biography », , 40 p. (ISBN 9780516258300, lire en ligne),
  • (en-US) Andrea Broadwater, Mary Mc Leod Bethune : Educator And Activist, Berkeley Heights, New Jersey, Enslow Publishers, , 120 p. (ISBN 9780766017719, lire en ligne),
  • (en-US) Joyce A. Hanson, Mary McLeod Bethune and Black Women's Political Activism, Columbia, Missouri, University of Missouri Press, , 272 p. (ISBN 9780826214515, lire en ligne),
  • (en-US) Sandy Donovan, Mary McLeod Bethune, Chicago, Illinois, Raintree, , 72 p. (ISBN 9781410900395, lire en ligne),

Articles[modifier | modifier le code]

Les articles de JSTOR, sont librement accessibles à la lecture en ligne jusqu'à la concurrence de 99 articles par mois.

  • (en-US) « Mary McLeod Bethune », The Journal of Negro History, Vol. 40, No. 4,‎ , p. 393-395 (3 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) William M. Brewer, « Mary McLeod Bethune », Negro History Bulletin, Vol. 19, No. 2,‎ , p. 48, 36 (2 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
  • (en-US) B. Joyce Ross, « Mary McLeod Bethune and the National Youth Administration: A Case Study of Power Relationships in the Black Cabinet of Franklin D. Roosevelt », The Journal of Negro History, Vol. 60, No. 1,‎ , p. 1-28 (29 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Dolores C. Leffall & Janet L. Sims, « Mary McLeod Bethune-The Educator; Also Including a Selected Annotated Bibliography », The Journal of Negro Education, Vol. 45, No. 3,‎ , p. 342-359 (18 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Eloise McKinney Johnson, « Langston Hughes and Mary McLeod Bethune », The Langston Hughes Review, Vol. 2, No. 1,‎ , p. 1-12 (12 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) « Remembering Mary McLeod Bethune », Negro History Bulletin, Vol. 47, No. 4,‎ , p. 17 (1 page) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Audrey Thomas McCluskey, « Multiple Consciousness in the Leadership of Mary McLeod Bethune », NWSA Journal, Vol. 6, No. 1,‎ , p. 69-81 (13 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Audrey Thomas McCluskey, « Ringing up a School: Mary Mcleod Bethune's Impact on Daytona », The Florida Historical Quarterly, Vol. 73, No. 2,‎ , p. 200-217 (18 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
  • (en-US) « Mary McLeod Bethune: "She Is a Nigger, Ain't She?" », The Journal of Blacks in Higher Education, No. 9,‎ , p. 27 (1 page) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Subira Kifano, « Afrocentric Education in Supplementary Schools: Paradigm and Practice at the Mary McLeod Bethune Institute », The Journal of Negro Education, Vol. 65, No. 2,‎ , p. 209-218 (10 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Elaine M. Smith, « Mary McLeod Bethune's "Last Will and Testament": A Legacy for Race Vindication », The Journal of Negro History, Vol. 81, No. 1/4,‎ automne / hiver 1996, p. 105-122 (18 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Christopher E. Linsin, « Something More than a Creed: Mary McLeod Bethune's Aim of Integrated Autonomy as Director of Negro Affairs », The Florida Historical Quarterly, Vol. 76, No. 1,‎ , p. 20-41 (22 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) « Mary McLeod Bethune », The Journal of Blacks in Higher Education, No. 29,‎ , p. 125 (1 page) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Moses Massenburg, « Documenting the Contributions Made by Black Women to Carter G. Woodson's Early Black History Movement: Mary McLeod Bethune and Zora Neale Hurston », Black History Bulletin, Vol. 81, No. 1,‎ , p. 28-34 (7 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Shelia Y. Flemming & Elaine M. Smith, « Mary McLeod Bethune: Born for Greatness: Introduction to Special Volume », Phylon (1960-), Vol. 59, No. 2,‎ , p. 5-20 (16 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Elaine M. Smith, « Mary McLeod Bethune: In the Leadership Orbit of Men », Phylon (1960-), Vol. 59, No. 2,‎ , p. 55-76 (22 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Sheila Y. Flemming, « The Ethical Ambition of Dr. Mary McLeod Bethune: A Ubiquitous Leadership Model », Phylon (1960-), Vol. 59, No. 2,‎ , p. 21-54 (34 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),
  • (en-US) Ashley Robertson Preston, « Looking Beyond the United States: Mary McLeod Bethune's Relationships with Afro-Cubans », Phylon (1960-), Vol. 59, No. 2,‎ , p. 77-88 (12 pages) (lire en ligne Inscription nécessaire),

Sur les autres projets Wikimedia :

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]