Harriet Beecher Stowe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beecher et Stowe.
Harriet Beecher Stowe
Description de cette image, également commentée ci-après

Harriet Beecher Stowe.

Nom de naissance Elizabeth Harriet Beecher Stowe
Naissance
Litchfield (Connecticut, Drapeau des États-Unis États-Unis)
Décès (à 85 ans)
Hartford (Connecticut, Drapeau des États-Unis États-Unis)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Anglais américain
Genres

Œuvres principales

La Case de l'oncle Tom
Dred, histoire du grand marais maudit

Elizabeth Harriet (ou Henriette) Beecher Stowe, née le à Litchfield et décédée le à Hartford, est une femme de lettres américaine, abolitionniste. Son roman d'inspiration chrétienne, humaniste et "féministe", La Case de l'oncle Tom (1852), vendu à des millions d'exemplaires et reçu comme un électrochoc pour la conscience publique américaine, dénonçait le commerce et l'institution de l'esclavage au moment où les tensions légales et sociales entre esclavagistes et abolitionnistes devenaient de plus en plus tendues. Elizabeth Harriet Beecher Stowe a écrit plus de vingt livres, dont des romans, trois mémoires de voyage et des collections d'articles et de lettres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait par David d'Angers

Issue d'un milieu puritain, septième de onze enfants[1], elle reçoit de son père, le pasteur calviniste (protestant) Lyman Beecher, une éducation stricte et rigoureuse. Sa mère meurt quand elle a cinq ans. L'un de ses frères est le pasteur Henry Ward Beecher, resté célèbre pour les bibles de Beecher. En 1832, son père fonde un séminaire dans l'Ohio. C'est l'occasion pour Elizabeth de se lancer dans l'écriture avec les Scènes et types descendant des pèlerins.

Plus tard, elle épouse un pasteur avec qui elle partage un engagement contre l'esclavagisme. Leurs opinions abolitionnistes ouvertement déclarées font qu'ils doivent quitter la ville de Cincinnati pour se réfugier à Brunswick dans le Maine. C'est dans cet esprit qu'elle écrit La Case de l'oncle Tom (Uncle Tom's Cabin), qui connaît un succès immense et immédiat, et qui porte un coup terrible à la cause de l'esclavage (1852).

Elle avait auparavant publié quelques contes ou nouvelles. Forte de ce succès, elle tente de publier une suite en 1856, Dred, histoire du grand marais maudit. Mais le titre ne rencontre pas la même ferveur populaire que La Case de L'oncle Tom qui restera son ouvrage incontournable, et qui connut un immense succès en Amérique et en Europe et fut traduit dans de nombreuses langues.

Œuvre publiée en France[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive. La première date est celle de la première parution en France)

  • 1853 : La Clef de la "Case de l'oncle Tom", contenant les faits et les documents originaux sur lesquels le roman est fondé, avec les pièces justificatives (A Key to "Uncle Tom's cabin", presenting the original facts and documents upon which the story is founded... by Harriett Beecher Stowe, par Mrs. Harriet Beecher Stowe ; traduit par Old Nick et Adolphe Joanne ; Paris : Bureaux du Magasin pittoresque, 399 p. (notice BnF no FRBNF31411663)
  • 1854 : Soucis de la terre, préparation pour le ciel ; Toulouse : Société des livres religieux, 16 p. (notice BnF no FRBNF31411672)
  • 1856 : Dred : histoire du grand marais maudit (Dred : a tale of the great dismal swamp, 1857) ; Paris : Librairie centrale des publications illustrées,348-368 p. (notice BnF no FRBNF35793114)
  • 1862 : La Vie intérieure, ou Expérience du chrétien primitif ; Toulouse : Société des livres religieux, 28 p. (notice BnF no FRBNF31411679)
  • 1862 : La Perle de l'île d'Orr (The Pearl of Orr's Island : a story of the coast of Maine ; 1862), traduction et notice par Cucheval Clarigny, Paris : Dentu, 301 p. (notice BnF no FRBNF31411570)

Hommage[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

  • « Les larmes les plus amères que l'on verse sur les tombes viennent des mots que l'on n'a pas dits, des choses que l'on n'a pas faites - The bitterest tears shed over graves are for words left unsaid and deeds left undone. (Little Foxes, 1866) »[3],[4]
  • « Traitez les gens comme des cochons et vous obtiendrez un travail de cochons. Traitez les gens comme des hommes et vous obtiendrez un travail d'hommes - Treat 'em like dogs, and you'll have dogs' works and dogs' actions. Treat 'em like men, and you'll have men's works. (La Case de l'oncle Tom, 1852) »[5]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque nationale de France (pour la liste des œuvres)
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joan Hedrick : Harriet Beecher Stowe: a Life. Oxford University Press (1994), page 6, (ISBN 0-19-506639-1) [1]
  2. Notice n°: FRBNF31411605 de la Bibliothèque nationale de France
  3. [2]
  4. Wikiquotes
  5. [3]