Shirley Chisholm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Shirley Chisholm
Illustration.
Shirley Chisholm en 1972.
Fonctions
Représentante des États-Unis

(14 ans)
Élection
Réélection




Circonscription 12e district de New York
Prédécesseur Edna F. Kelly
Successeur Major R. Owens
Biographie
Nom de naissance Shirley Anita St. Hill
Date de naissance
Lieu de naissance New York (États-Unis)
Date de décès (à 80 ans)
Lieu de décès Ormond Beach (États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate
Diplômée de Brooklyn College
Université Columbia
Profession Enseignante

Shirley Chisholm, née Shirley Anita St. Hill le à Brooklyn (New York) et morte le à Ormond Beach (Floride), est une femme politique américaine. Première femme afro-américaine membre du Congrès, elle est candidate à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 1972.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Shirley Anita St. Hill naît le , à Brooklyn, un arrondissement de New York, aux États-Unis. Elle est la fille de Charles St.Hill, un syndicaliste, et de Ruby St. Hill, une couturière originaire de la Barbade. Durant les années 1930, la famille Hill est installée dans le quartier de Bedford-Stuyvesant, un « ghetto noir »[1], habité essentiellement par des populations immigrées venues du Sud des États-Unis et d'Europe[2].

Elle fait ses études à la Girls' High School (en), dans le quartier de Bedford-Stuyvesant, puis au Brooklyn College, où elle obtient un baccalauréat universitaire (licence) en 1946[2]. Elle obtient en 1952 un master de pédagogie à l'institut de formation des enseignants de l'université Columbia[2]. Durant ses études universitaires, elle rejoint la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP)[3],[4],[5] et se spécialise dans l'éducation des jeunes enfants et la protection de l'enfance[6],[7].

Parcours[modifier | modifier le code]

En 1964, après une carrière d'enseignante en école maternelle puis comme consultante en éducation au sein de l'administration municipale de New York[8], elle devient membre de l'Assemblée de l'État de New York[2]. Durant son mandat (1964-1968), elle plaide pour faire avancer la cause des pauvres, des femmes et des jeunes défavorisés, met en avant l'éducation et contribue à quinze propositions de loi, dont huit sont adoptées[2]. Elle s'oppose notamment à l'utilisation de Literacy test (en) (« test de littératie ») uniquement en anglais, soulignant que la ville de New York est peuplée de personnes de différentes nationalités et qu'une moins bonne maîtrise de l'anglais que de sa langue maternelle n'est pas une preuve d'illétrisme[9],[10],[13].

En , elle annonce sa candidature au siège de représentant du 12e district de l'État de New York (Brooklyn)[14]. Au mois de novembre de la même année, elle est élue avec 66 % des voix, sous l’étiquette du Parti démocrate, en battant son adversaire républicain, James Farmer, leader du Congress of Racial Equality (CORE)[1],[2]. Première femme afro-américaine à entrer à la Chambre des représentants[2],[15], elle y siège durant sept mandats, de 1969 à 1983[16].

Elle se porte candidate à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 1972[17]. Elle est alors la première candidate noire à l'investiture d'un grand parti pour la présidence des États-Unis et la première femme à se présenter à l'investiture du Parti démocrate[18]. Elle obtient 152 voix lors de la convention et est largement battue par George McGovern[19]. Shirley Chisholm, femme, noire et à la gauche du Parti démocrate, savait que sa nomination était impossible mais avait décidé de lutter contre le statu quo[20]. Elle reçoit le plus de soutiens dans l'Ohio, avec 23 délégués[18].

En 1983, après la fin de son septième mandat de représentante, Shirley Chisholm est nommée professeure au Mount Holyoke College, titulaire de la chaire Purington[21].

Elle est nommée ambassadrice des États-Unis à la Jamaïque en 1993, durant la présidence de Bill Clinton, mais son état de santé ne lui permet pas de prendre ses fonctions[22].

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Shirley Chisholm épouse en 1949 Conrad Q. Chisholm. Le couple divorce en 1977[23] et elle se remarie la même année avec Arthur Hardwick Jr., qu'elle a connu quand ils siégeaient tous les deux à l'Assemblée de l'État de New York[24],[25],[26].

Shirley Chisholm prend sa retraite en Floride, à Palm Coast[27].

Elle meurt le dans sa résidence d'Ormond Beach, à l’âge de 80 ans, après plusieurs accidents vasculaires cérébraux[28],[29],[30]. Shirley Chisholm est inhumée au Forest Lawn Cemetery (Buffalo) (en)[31].

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

En 1986, elle apparaît dans le film documentaire Women – for America, for the World, récompensé par un Oscar.

Elle est interprétée par Uzo Aduba dans la série Mrs. America, qui retrace le combat dans les années 1970 autour de l'Equal Rights Amendment (ERA). Le troisième épisode lui est consacré et porte sur la convention démocrate pour l'élection présidentielle de 1972[38].

Elle est connue pour sa remarque « If they don't give you a seat at the table, bring a folding chair » (en français : « S’ils ne vous donnent pas de siège à table, apportez une chaise pliante »)[27],[39].

Archives[modifier | modifier le code]

Les archives de Shirley Chisholm sont déposées et consultables à la bibliothèque de l'université Rutgers dans le New Jersey[40],[41] et à la bibliothèque du Brooklyn College de New York[42].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Unbought And Unbossed, Boston, Houghton Mifflin, [43].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) Robert C. Smith, « Shirley Chisholm », dans Encyclopedia of African American politics, Facts On File, , 418 p. (ISBN 9780816044757, OCLC 50091638, lire en ligne), p. 64-65.
  2. a b c d e f et g (en) John Hartwell Moore (dir.) et Barbara A. Moss, Encyclopedia of Race and Racism : Volume 3, s-z, Farmington Hills, Gale, , 501 p. (ISBN 9780028660233 et 0028660234, OCLC 774970521), p. 311-312.
  3. (en) « Shirley Chisholm | American politician and activist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 14 août 2020).
  4. (en) « Shirley Chisholm », sur encyclopedia.com (consulté le 6 juillet 2019).
  5. (en) Debra Michals, « Shirley Chisholm », sur National Women's History Museum, (consulté le 14 août 2020).
  6. (en) « Shirley Anita St. Hill Chisholm », sur c250.columbia.edu (consulté le 14 août 2020).
  7. (en) « Shirley Chisholm-African American Poltical Leaders », sur myblackhistory.net (consulté le 14 août 2020).
  8. (en) Walter Ray Watson, « A Look Back On Shirley Chisholm's Historic 1968 House Victory », sur NPR.org, National Public Radio, (consulté le 26 septembre 2020).
  9. (en) Veronica Chambers (ill. Rachelle Baker), Shirley Chisholm is a verb, New York, Dial Books for Young Readers, , 40 p. (ISBN 9780593111086, OCLC 1130358890), p. 7.
  10. (en) « Literacy Vote Test Is Made », The Daily Messenger, United Press International,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2020).
  11. (en) Jeff Wallenfeldt, « Voting Rights Act », Encyclopædia Britannica (consulté le 26 septembre 2020).
  12. (en-US) Ballotpedia, « Literacy as a requirement for voting » (consulté le 27 septembre 2020).
  13. Entré en vigueur le et conçu pour garantir aux Afro-Américains l'exercice du droit de vote inscrit dans la Constitution des États-Unis, le Voting Rights Act proscrit les tests de littératie[11],[12].
  14. (en) Richard L. Madden, « Mrs. Chisholm Defeats Farmer, Is First Negro Woman in House », The New York Times,‎ , p. 1, 25 (lire en ligne [PDF]).
  15. (en) « Shirley Chisholm: Sisterhood Is Complicated », portrait publié dans JSTOR Daily, JSTOR, (consulté le 26 septembre 2020).
  16. (en) « Shirley Chisholm, pionnière de la politique américaine », sur iipdigital.usembassy.gov, (consulté le 16 février 2012).
  17. (en) « Shirley Chisholm (1924-2005) », sur BlackPast, (consulté le 6 juillet 2019).
  18. a et b (en) Jo Freeman, « Shirley Chisholm's 1972 Presidential Campaign » (version du 11 novembre 2014 sur l'Internet Archive), sur uic.edu, .
  19. (en) « Shirley Chisholm », sur Biography (consulté le 6 juillet 2019).
  20. (en) S. Chisholm, « I ran for the Presidency, despite hopeless odds, to demonstrate the sheer will and refusal to accept the statu quo », sur now.org, The Good Fight, .
  21. (en) « Shirley Chisholm », History, (consulté le 27 septembre 2019).
  22. (en) Jone Johnson Lewis, « Biography of Shirley Chisholm, First Black Woman in Congress », sur About.com, (consulté le 26 septembre 2019).
  23. (en) « Shirley Chisholm », sur National Women's History Museum (consulté le 6 juillet 2019).
  24. (en) AP, « Shirley Chisholm, first black woman elected to Congress, dies », USA Today,‎ (lire en ligne).
  25. (en-US) « Arthur Hardwick, Jr. », sur Uncrowned Queens Institute for Research & Education on Women (consulté le 16 août 2020).
  26. (en) « "When morality comes up against profit, it is seldom profit that loses." », sur math.buffalo.edu (consulté le 16 août 2020).
  27. a et b (en) Rajini Vaidyanathan, « Before Hillary Clinton, there was Shirley Chisholm », sur BBC News, (consulté le 14 août 2020).
  28. Reuters, « Mort de Shirley Chisholm », Le Devoir, (consulté le 27 septembre 2020).
  29. (en-US) James Barron, « Shirley Chisholm, 'Unbossed'Pioneer in Congress, Is Dead at 80 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2020).
  30. (en-US) John Turber, « From the Archives: Shirley Chisholm, 80; Ran for President, Served 13 Years in Congress », sur Los Angeles Times, (consulté le 22 septembre 2020).
  31. (en-US) « Chisholm To Be Buried at Buffalo's Forest Lawn Cemetery », sur news.wbfo.org (consulté le 14 août 2020).
  32. (en) « Past Commencement Speakers and Honorary Degree Recipients » [archive du ], Aquinas College (Michigan) (consulté le 28 mars 2014).
  33. (en) « Smith College — Honorary Degrees », sur smith.edu (consulté le 14 août 2020).
  34. (en-US) « Chisholm, Shirley », sur National Women’s Hall of Fame (consulté le 22 septembre 2020).
  35. (en) « Stetson University Commencement Program », sur Stetson University, .
  36. (en) « Obama honoring Spielberg, Streisand and more with medal of freedom », sur aol.com, (consulté le 20 juillet 2020).
  37. Nicolas Basse, « Le Web se mobilise pour mettre une femme sur les billets de 20 dollars », Madame Figaro, (consulté le 27 septembre 2020).
  38. (en-US) Meredith Blake, « Fact-checking 'Mrs. America': Shirley Chisholm », sur latimes.com, (consulté le 27 septembre 2020).
  39. (en) Glynda Carr, « Unbought and Unbossed, Shirley Chisholm Stands as a Timely Lesson on Claiming a Seat at the Table », sur huffpost.com, (consulté le 14 août 2020).
  40. (en-US) « Inventory to the Shirley Chisholm Papers », sur scc.rutgers.edu (consulté le 22 septembre 2020).
  41. (en-US) « Shirley Chisholm papers - The Civil Rights History Project: Survey of Collections and Repositories (The American Folklife Center, Library of Congress) », sur loc.gov (consulté le 22 septembre 2020).
  42. (en-US) « The Shirley Chisholm 72 collection », sur City University of New York.
  43. [autobiographie] (en) Unbought And Unbossed, Boston, Houghton Mifflin, , 200 p. (ISBN 9780395109328, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Catherine Scheader, Shirley Chisholm, Teacher And Congresswoman, Hillsdale, New Jersey, Enslow Publishers, , 140 p. (ISBN 9780894902857, lire en ligne).
  • (en) Jill S. Pollack, Shirley Chisholm, New York, Franklin Watts, , 72 p. (ISBN 9780531201688, lire en ligne).
  • (en) Garnet Nelson Jackson, Shirley Chisholm, Congresswoman, Cleveland, Ohio, Modern Curriculum Press, , 42 p. (ISBN 9780813652412, lire en ligne).
  • (en) Lucia Raatma, Shirley Chisholm, New York, Cavendish Square Publishing, , 104 p. (ISBN 9780761449539, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]