Civil Rights Act de 1964

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lyndon Baines Johnson signant le Civil Rights Act le 2 juillet 1964. Martin Luther King se trouve derrière lui.

Aux États-Unis le Civil Rights Act (plusieurs lois américaines portent ce nom) du 2 juillet 1964, signé par le président des États-Unis, Lyndon Baines Johnson, a déclaré illégale la discrimination reposant sur la race, la couleur, la religion, le sexe, ou l’origine nationale. Il était conçu au départ pour protéger les droits des Afro-américains. À la suite d'un amendement déposé par Howard W. Smith, la protection fut élargie à tous, hommes et femmes. Cette loi contribua à réformer la société américaine dans la mesure où elle interdisait la discrimination dans les bâtiments publics, dans l’administration et les emplois.

Les lois Jim Crow des États du Sud furent abolies et la ségrégation raciale fut abolie dans les écoles et ailleurs. Si au départ les mesures d’application laissaient à désirer elles sont devenues par la suite plus efficaces et ont permis le développement de la politique d’« affirmative action » (traduite en français par le terme de « discrimination positive »).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]