Émeutes de Kenosha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Émeutes de Kenosha
Description de cette image, également commentée ci-après
Un concessionnaire automobile de Kenosha, incendié durant les émeutes le 24 août[1]
Informations
Date -
Localisation Kenosha, Wisconsin, Drapeau des États-Unis États-Unis
Caractéristiques
Revendications Justice pour Jacob Blake
Antiracisme
Opposition aux Violences policières
Types de manifestations Manifestations
Incendies volontaires
Pillages
Vandalisme
Bilan humain
Morts 2
Blessés Un civil hospitalisé après des coups de feu, un policier hospitalisé, un pompier hospitalisé[6]
Arrestations Plus de 280[2],[3],[4],[5]

Les émeutes de Kenosha ont lieu en réaction à des tirs d'un policier blanc Rusten Sheskey sur Jacob Blake, un Afro-américain de 29 ans, lors de son arrestation pour suspicion de violence domestique le à Kenosha, dans le Wisconsin. Blake, qui a reçu plusieurs balles dans le dos, est grièvement blessé et paralysé, et cet événement, filmé, provoque dans les heures et jours qui suivent d'importantes émeutes, pillages, incendies et des tirs d'arme à feu d'un adolescent, Kyle Rittenhouse, contre des manifestants faisant deux morts et un blessé grave. Des manifestations pacifiques ont également lieu. Un couvre-feu est mis en place à Kenosha dès le , puis dans d'autres villes de la région les jours suivants, et l'état d'urgence est décrété dans l'État du Wisconsin par son gouverneur le .

En pleine campagne présidentielle et dans le contexte de protestations très étendues consécutives à la mort de George Floyd à la suite de son arrestation fin , ces émeutes ont un retentissement national et international, avec des manifestations dans plusieurs autres villes américaines et le boycott par des joueurs de plusieurs compétitions sportives professionnelles aux États-Unis devant se dérouler dans les jours suivants.

Le policier qui a tiré sur Jacob Blake n'est pas poursuivi par la justice américaine. L'adolescent qui a tué deux manifestants et en a blessé un autre à l’arme automatique est acquitté après avoir plaidé la légitime défense.

Arrestation et tirs sur Jacob Blake[modifier | modifier le code]

Lieu de l'arrestation et des tirs
Le lieu de l'arrestation et des tirs sur Jacob Blake, 2805 40th St (Kenosha)

Le , la police répond à un appel d'urgence en fin d'après-midi d'une femme qui se serait plainte que son copain était présent alors qu'il n'était pas censé l'être, qu'il lui aurait pris ses clés et refuserait de les lui rendre[7],[8],[9]. Jacob Blake était sous mandat d'arrêt depuis le pour agression sexuelle au troisième degré, intrusion criminelle et conduite désordonnée, tous les faits étant liés à une dispute conjugale du [10]. L'existence d'un mandat d'arrêt est signalé par la centrale d'appel d'urgence aux policiers, qui se rendent chez Jacob Blake[11],[12]. Selon un témoin, Jacob Blake aurait arrêté sa voiture près de « six ou sept femmes se criant dessus sur le trottoir » et ne leur aurait rien dit[13]. L'avocat de Jacob Blake Benjamin Crump affirme qu'il « tentait de calmer une dispute entre deux personnes lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux »[8], et qu'il aurait ensuite essayé d'entrer dans sa voiture pour voir comment se portaient ses trois fils[14],[9],[15].

Les policiers tentent de le maîtriser pour l'arrêter, utilisant un taser[8],[16]. Un témoin affirme que Blake se bat avec un des policiers[9]. Un témoin qui a filmé l'incident affirme avoir entendu la police crier « lâchez le couteau », ajoutant « je n'ai pas vu d'armes dans ses mains, il n'était pas violent »[17]. Blake a admis plus tard qu'il avait bel et bien un couteau en sa possession[18],[19].

Après une première lutte, Jacob Blake réussit à partir et marche vers le côté conducteur de sa voiture, suivi de deux policiers qui avaient sorti leur pistolets. L'officier le plus proche tente de l'attraper, et quand Jacob Blake ouvre la porte et se penche vers l'intérieur, l'attrape et lui tire au moins sept coups dans le dos[20],[21]. L'officier déclarera qu'une femme avait crié « il a mon fils, il a mes clefs » et qu'il pensait que Blake essayait d'enlever un de ses enfants[22],[23]. Blake est ensuite transporté par hélicoptère à l'hôpital Froedtert (en) dans la ville voisine de Milwaukee[24],[9]. Selon son avocat Benjamin Crump, Blake a été touché par quatre des sept balles[25]. Le procureur général du Wisconsin Josh Kaul (en) affirme lors d'une conférence de presse du que Jacob Blake a admis qu'il avait un couteau et que les enquêteurs en ont retrouvé un sur le plancher du véhicule au niveau du siège conducteur[26],[8], sans trouver d'autres armes[27]. Les policiers impliqués dans l'intervention sont mis en congé et l'enquête est transférée au Département de la justice du Wisconsin[24],[28]. Le lendemain de l'évènement, le frère de Jacob Blake annonce que ce dernier est sorti du bloc opératoire et qu'il a été transféré aux soins intensifs[24]. Le , son père annonce qu'il est paralysé du bas du corps et que les médecins ne savent pas si cette paralysie sera définitive[29],[9]. Le , son père le visite à l'hôpital et note qu'il est menotté à son lit[30].

Le , le procureur général de Kenosha, Michael Graveley, annonce que le policier qui a tiré à sept reprises dans le dos de Jacob Blake n'est pas pénalisable ; ni lui ni Jacob Blake ne seront poursuivis[31].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Jour 1 : 23 août[modifier | modifier le code]

La nouvelle de l'évènement se répand rapidement après la diffusion sur internet de vidéos de passants, et des centaines de personnes se réunissent dans les rues de Kenosha, en particulier sur les lieux de la fusillade, où des policiers sont insultés et des heurts éclatent[32],[28],[33]. Les émeutiers cassent également des vitres et démarrent des incendies, notamment d'un concessionnaire de voitures d'occasion[33],[34],[35]. Ce dernier affirme que 50 voitures ont été brûlées, causant 1.5 millions de dégâts. Certains magasins sont pillés, comme une bijouterie[36].

Un couvre-feu est décrété pour 22h15, et la plupart des émeutiers se dispersent après l'usage de gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc par la police[28],[24].

Des appels à protester à travers le pays circulent également sur internet, avec le mot-dièse #JusticeForJacobBlake (« Justice pour Jacob Blake »).

Jour 2 : 24 août[modifier | modifier le code]

Mesures de police[modifier | modifier le code]

Le gouverneur du Wisconsin Tony Evers (démocrate) mobilise 125 membres de la garde nationale du Wisconsin pour protéger les pompiers et l'infrastructure critique à Kenosha[37],[38]. L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) s'oppose fortement à la décision[39].

Le comté de Kenosha annonce un couvre-feu débutant à 20h[40] et le train régional Metra suspend son service au Nord de la station de Waukegan pour la nuit[41], tandis que les sorties d'autoroutes pour le comté des Interstate 41 et 94 sont fermées[42].

Des plaques de bois protectrices sont posées sur presque tous les bâtiments dans un rayon de plusieurs centaines de mètre autour du lieu de la fusillade[36].

Événements du jour[modifier | modifier le code]

Ruines du bâtiment de la division correctionnelle communautaire brûlé le 24 août 2020[43]

Dans la soirée, un millier de personnes se réunissent devant le tribunal de Kenosha, où le rassemblement tourne à l'émeute, avec notamment une camionnette incendiée devant le tribunal[28]. Les émeutiers cassent une porte en essayant de pénétrer dans le Bâtiment de la Sûreté Publique, avant d'être repoussé par du spray au poivre[44]. Du gaz lacrymogène est à nouveau utilisé, à partir de 20h30, pour tenter de disperser les foules qui brisent le couvre-feu et se sont réunies près du tribunal, tandis que des émeutiers lancent des feux d'artifice sur la police[45]. Un camion ramasseur d'ordures est mis à feu[46] un concessionnaire automobile est pillé et un magasin de meubles est incendié[47], alors que des hommes armés semblent garder une station d'essence au centre-ville[48]. Un homme de 70 ans qui tentait de protéger un magasin de matelas est attaqué par des émeutiers dans un incident filmé et se serait fait briser la mâchoire[49]. Un policier est blessé par un tir de mortier, et les services d'urgence reçoivent divers appels pour des blessures graves et blessures non mortelles de balles de fusil[50].

De multiples luminaires urbains sont renversés et vers une heure du matin de multiples commerces du centre-ville sont en feu[47]. Parmi les bâtiments notables incendiés se trouvent notamment un bâtiment de liberté sur parole communautaire du Département pénitentiaire du Wisconsin[51] et la loge de la Fraternité Danoise de la ville[52]. Les autres bâtiments comprennent des appartements résidentiels et de multiples maisons individuelles[53],[54]. Les pompiers travaillent jusque dans la matinée, alors que les propriétaires de commerces viennent constater les dégâts[55],[56]. Les autorités affirment avoir combattu 37 incendies, dont un qui a presque détruit plusieurs blocs[50].

Jour 3 : 25 août[modifier | modifier le code]

Mesures de police et progression de l'enquête judiciaire[modifier | modifier le code]

Le conseil du comté de Kenosha rédige une lettre au gouverneur demandant le déploiement de 2 000 gardes nationaux supplémentaires[57]. Le shérif du comté David Beth affirme que l'essentiel des dégâts sont le fait d'individus sans intention de manifester et venant d'en-dehors du comté[58].

Le gouverneur déclare l'état d'urgence et augmente la mobilisation des troupes de garde nationale de 125 à 250 membres. Mark Meadows, chef de cabinet de la Maison-Blanche, affirme que le gouverneur a refusé une aide fédérale sous la forme de gardes nationaux supplémentaires, et des appels à l'aide du député du district Bryan Steil (républicain) et du sénateur du Wisconsin Ron Johnson (républicain)[59].

Les autorités du Wisconsin publient des informations sur le policier auteur des tirs sur Jacob Blake, Rusten Sheskey, et affirme que l'identité des autres policiers impliqués sera bientôt révélée.

Événements du jour[modifier | modifier le code]

A Kenosha même, le couvre-feu est déclaré. Malgré cela, 200 émeutiers se réunissent dans le centre-ville, où des échauffourées éclatent avec la police[60]. Certains essaient à travers la nuit de briser une clôture érigée par les forces de l'ordre pour protéger le tribunal, sans succès[61],[62]. Un nombre significatif de civils armés[63], parfois décrits comme des miliciens, sont également dans les rues[64]. La police affirme que de tels groupes n'ont pas été invités et n'aident pas[65]. Le chef de la police affirme que des personnes ont reçu des tirs lors d'une dispute[66]. Une vidéo montre un jeune homme, Kyle Rittenhouse, tirant sur un autre homme qui l'avait poursuivi sur un parking et avait jeté quelque chose sur lui[67]. Le tireur est ensuite filmé alors qu'il est poursuivi dans la rue par plusieurs hommes avant de tomber. On le voit ensuite ouvrir le feu sur ceux qui le poursuivent[68],[69],[63],[70]. Le tireur est ensuite vu en train de passer devant des polices avec son fusil semi-automatique, alors que des membres du public crient à la police de l'arrêter[65],[71],[72]. Lors de la fusillade, deux personnes sont tuées et une est gravement blessée, mais sa vie ne serait pas en danger[27],[73]. Le shérif de Kenosha affirme le lendemain qu'une des victimes a été touchée à la tête et l'autre à la poitrine[74].

Kyle Rittenhouse plaide la légitime défense et est acquitté en novembre 2021[75].

La rue de Kenosha où Anthony Huber est décédé lors de la fusillade du 25 août 2020: 60th et Sheridan

Jour 4 : 26 août[modifier | modifier le code]

Mesures de police et progression de l'enquête judiciaire[modifier | modifier le code]

Le président des États-Unis Donald Trump annonce dans l'après-midi que le gouverneur a accepté une assistance fédérale. Ce dernier publie un communiqué autorisant 500 membres de la garde nationale du Wisconsin à « soutenir les forces de l'ordre »[59].

Le conseil du comté de Kenosha rédige une seconde lettre au gouverneur demandant le déploiement de 1 500 gardes nationaux supplémentaires, affirmant que le comté, les commerces et les maisons sont « attaqués » et que les forces de l'ordre locales ont besoin de plus de soutien pour ramener de la « civilité » dans la communauté[57].

Un adolescent de 17 ans est arrêté chez lui à Antioch dans l'Etat d'Illinois, une banlieue très proche de Kenosha, et est poursuivi pour homicide intentionnel au premier degré, en lien avec la fusillade qui a mené à la mort de deux personnes et l'hospitalisation en état grave d'une autre. Le FBI apporte son assistance dans la procédure[74]. Son identité est largement diffusée dans la presse, et des images de lui nettoyant un bâtiment tagué le jour précédant la fusillade refont surface[76]. Il aurait fait partie d'une milice locale [77],[78].

Événements du jour[modifier | modifier le code]

Malgré le couvre-feu de 19h, un rassemblement a de nouveau lieu la nuit. Peu avant le couvre-feu, des dizaines de personnes se rassemblent au parc du centre civique, où une minute de silence est tenue pour les trois personnes victimes de tirs le soir précédent. Des orateurs affirment que les évènements des nuits précédentes et les personnes qui brisent le couvre-feu ne font pas partie de leur quête de justice. La foule se disperse, et un groupe défile à travers les rues[79]. Assemblés autour du tribunal du comté, des émeutiers essaient à nouveau de faire tomber les barricades autour du bâtiment[80].

Jour 4 : 27 août[modifier | modifier le code]

Le gouverneur Tony Evers visite Kenosha et constate les dégâts matériels. Des effectifs supplémentaires de la garde nationale formés au contrôle de la foule sont attendus, des États d'Alabama, du Michigan et de l'Arizona, dans un contexte où l'arrivée des groupes supplémentaires de miliciens armées est attendue. À propos de ces derniers, le gouverneur affirme qu'il aimerait « désinviter ces gens qui se baladent avec leurs fusils sans raison apparente »[81] et les qualifie de « menaces pour la liberté d'expression »[82].

Jour 5 : 28 août[modifier | modifier le code]

Mesures de police[modifier | modifier le code]

Au , l'Etat avait déployé près de 1000 membres de la garde nationale et plus de 200 agents fédéraux

Des véhicules de la Garde Nationale garés au Wisconsin Fairgrounds à West Allis, à une soixantaine de kilomètres de Kenosha.

[83]. Les gardes nationales du Michigan (en), de l'Arizona (en) et de l'Alabama (en) ont toutes envoyé des troupes en soutien[84].

Des fonctionnaires fédéraux arrivent à Kenosha pour aider les autorités de la ville à enquêter sur les incendies volontaires de plus de 20 commerces et de 12 véhicules gouvernementaux[85].

Des habitants peignent un immeuble barricadé à Kenosha, le 28 août 2020

1er septembre[modifier | modifier le code]

Le président Donald Trump se rend à Kenosha contre les vœux du gouverneur du Wisconsin Tony Evers, qui juge cette visite inopportune dans le contexte des tensions dans la ville[86]. Il ne s'oppose toutefois pas publiquement à la visite du candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden, bien qu'il affirme lui avoir demandé de ne pas venir[87]. Le président rencontre des habitants de la ville ainsi que ses sympathisants, puis assimile les actes de vandalisme et de jets de brique contre des policiers durant les manifestations à Kenosha à du « terrorisme intérieur »[86],[88]. Des partisans du mouvement Black Lives Matter manifestent contre sa venue et échangent des invectives avec ses sympathisants[86].

Émeutes et manifestations dans d'autres villes[modifier | modifier le code]

24 août[modifier | modifier le code]

À Madison, peu après minuit le soir du , le capitole de l'État du Wisconsin à signale des incendies de benne à ordures et un magasin d'alcool pillés lors d'émeutes dans cette ville[89]. Six arrestations sont effectuées, dont un suspect avec une arme de poing[90]. Le soir du , 40 commerces sont endommagées au cours de pillages. Les émeutiers auraient utilisé des cocktails Molotov sans toutefois brûler de bâtiment[91].

À Minneapolis, une manifestation de 100 personnes a lieu au centre-ville pour protester contre les tirs sur Jacob Blake, brûlant un drapeau américain[28]. Après la dispersion du groupe de manifestants principal, certains manifestants brisent des vitres et tentent de rentrer dans une prison, qui est endommagée, menant à l'arrestation de 11 personnes[92] À New York, 200 personnes manifestent[92],[93].

À Los Angeles, autour de 200 personnes défilent dans les rues et se réunissent devant le siège de la police. Des policiers en tenue anti-émeute sont présents au rassemblement, et certains manifestants déplacent une barricade métallique. La police déclare le rassemblement illégal autour de 23 heures, et commence à repousser la foule de son siège après minuit. Des témoignages rapportent des tirs de munitions non létales de la police. Le lendemain, la police déclare qu'il n'y a eu aucune arrestation, et qu'elle examinait s'il y avait eu des blessures[94],[95].

25 août[modifier | modifier le code]

À Madison, 4000 personnes manifestent[96]. À Minneapolis, une nouvelle manifestation a lieu dans la ville[96]. À New York, quelques centaines de personnes manifestent sur le Pont de Brooklyn en criant le nom de Jacob Blake[96]. À Seattle (Washington) des bâtiments sont incendiés[97]. À Portland (Oregon), deux bâtiments proches de l'association des policiers de la ville sont incendiés[97]. À Atlanta (Géorgie), une manifestation a lieu au centre-ville, où ont lieu des destructions. 8 personnes sont arrêtées[5]. À Philadelphie (Pennsylvanie), une manifestation a lieu, sans incident[98].

26 août[modifier | modifier le code]

Le maire d'Antioch, ville voisine de Kenosha dans l'Illinois, décrète un couvre-feu d'urgence sans limite, à la suite de messages sur les réseaux sociaux indiquant la préparation d'une incitation aux troubles dans la ville. Ces évènements ont lieu après la fusillade du soir précédent à Kenosha lors de laquelle deux personnes meurent, et qui est suivie de l'arrestation d'un adolescent d'Antioch[99],[100].

En Californie, autour de 300 personnes manifestent à Los Angeles, et des heurts éclatent avec la police[101],[94].

28 août[modifier | modifier le code]

À San Jose, des centaines de personnes défilent dans les rues et la maison du maire est vandalisée, devant une centaine de personnes selon ce dernier, et un autre cas de vandalisme est signalé à l'hôtel de ville[102].

À Oakland, 250 personnes manifestent et bloquent plusieurs intersections au centre-ville. Une douzaine de personnes sont arrêtées pour divers crimes dont l'attaque d'un policier et l'émission de laser sur la police et des journalistes[4].

À San Diego, des manifestants se réunissent devant le siège de la police municipale et défilent dans les rues où plusieurs personnes sont arrêtées. La police affirme qu'une personne a diffusé un spray chimique irritant contre la police, que quelqu'un a frappé un policier et que deux autres ont tenté d'intervenir lors de son arrestation. Sept personnes sont arrêtées, dont deux pour avoir émis un laser sur les policiers et un hélicoptère de police[3].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Économiques[modifier | modifier le code]

Le , l'Alliance commerciale de Kenosha affirme que 100 commerces ont été endommagés, dont 40 détruits, et que les dommages pourraient se monter à 50 millions de dollars, en comptant également les dégâts aux bâtiments publics[103]. Les montants des dommages sur les équipements publics tels que les camions ramasseurs d'ordures, les luminaires urbains et les panneaux de signalisation est estimé à près de 2 millions au [104].

Le , le maire de Kenosha John Antaramian annonce que la ville demandera une aide de 30 millions de l'État pour des reconstructions[104].

Politiques[modifier | modifier le code]

Le lendemain de l'évènement, le gouverneur du Wisconsin, le démocrate Tony Evers, signe un arrêté exécutif organisant une session spéciale du parlement de l'État le pour voter une loi qui interdirait les mandats d'arrêts « no knock » (sans frapper à la porte) et les prises d'étranglement, et mettrait en place une formation pour les policiers à la désescalade des situations conflictuelles[105].

Selon le New York Times, qui a interrogé des personnes résidentes et originaires de Kenosha, les émeutes pourraient encourager les électeurs indécis à voter en faveur des Républicains et du président Donald Trump lors des élections législatives et présidentielle de 2020, en raison d'une crainte dans l'incapacité des Démocrates à contenir la crise. Par ailleurs, certains Démocrates qui hésiteraient à condamner les pillages et les incendies parce qu'ils comprendraient la rage dont ces actes seraient issus, s'inquièteraient du risque que les évènements de leur ville aident à une réélection de Donald Trump[106].

Fin , une pétition en faveur d'un référendum révocatoire du gouverneur Tony Evers est lancée, citant sa gestion de la crise à Kenosha, et des pétitions similaires émergent pour le lieutenant-gouverneur Mandela Barnes (en) et le procureur général Josh Kaul (en), également démocrates[107],[108].

Prises de position et réponse politique[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Le soir de l'évènement, le gouverneur du Wisconsin, le Démocrate Tony Evers publie un communiqué promettant de demander une action aux « élus de notre État qui ont échoué à reconnaître le racisme dans notre État et notre pays pendant bien trop longtemps ». Au sujet de l'arrestation de Jacob Blake, il affirme : « bien que nous n'ayons pas encore tous les détails, nous savons avec certitude qu'il n'est pas le premier homme ou la première personne noire à avoir s'être fait tirer dessus, été blessé ou tué sans merci aux mains d'individus des forces de l'ordre de notre État ou notre pays »[24].

Le même jour, le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden publie un communiqué affirmant que le pays « se réveille à nouveau en deuil et en colère qu'un Américain noir de plus a été victime d'une force excessive »[105] et qu'il est « à un point d'inflexion. Nous devons démanteler le racisme systémique. C'est une tâche urgente que nous avons devons nous. »[24].

Le , affirmant que le gouverneur a refusé une aide fédérale pour lutter contre la violence, le chef de cabinet de la Maison-Blanche Mark Meadows affirme que de nombreux gouverneurs démocrates « ignorent le problème » de la violence de meute dans les grandes villes, et que dans les districts démocratiques, certains procureurs ne poursuivent pas avec fermeté les cas d'émeute, ce qui aiderait des émeutiers à commettre à nouveau des crimes dès le lendemain[59].

Lors de la conférence nationale républicaine, la prière d'ouverture appelle à la guérison pour Jacob Blake et sa famille, et pour ceux qui s'exposent à des dangers en servant[59].

Le , « après que le gouverneur Evers ait enfin accepté une aide fédérale du président Trump pour aider les forces de l'ordre à Kenosha » à la suite de « trois nuits d'émeutes incontrôlables et de morts tragiques », des parlementaires de Kenosha, Racine et Madison publient un communiqué déplorant la lenteur du gouverneur à aider les autorités locales face aux émeutes, affirmant que la sécurité des citoyens doit toujours venir avant la politique[59].

Le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden affirme avoir parlé avec la mère, le père et la sœur de Jacob Blake, et dit que la violence doit s'arrêter[59].

Le , lors d'une conférence de presse, le gouverneur Tony Evers et le lieutenant-gouverneur Mandela Barnes (en), également démocrate, révèlent qu'ils ont parlé avec la famille de Jacob Blake. Le lieutenant gouverneur qualifie le tireur adolescent d' « agitateur extérieur, quelqu'un venu de l'Illinois avec un fusil »[81].

Le , le porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme, interrogé au sujet de l'évènement lors d'un point de presse, affirme que la force utilisée lors de l'arrestation semble excessive et qu'il est « fort possible » qu'elle soit « de nature discriminatoire ». Selon lui, « Cet épisode vraiment tragique réaffirme la nécessité d'une action urgente pour éradiquer les liens entre le racisme structurel et le maintien de l'ordre ». Au sujet de la fusillade qui a coûté la vie à deux personnes et gravement blessé une troisième lors des émeutes, il affirme que c'était « un autre exemple - malheureusement - de l'insuffisance et du laxisme des mesures de contrôle des armes à feu aux États-Unis  » et qu'il « devrait être inconcevable qu'un jeune de 17 ans se balade avec un fusil automatique et qui puisse tirer sur des gens de cette manière dans une situation aussi tendue »[109].

Le , le président Donald Trump annonce une visite de Kenosha le , afin d'observer les dégâts causés par les émeutes et rencontrer les forces de l'ordre[110].

Société civile[modifier | modifier le code]

L’affaire Jacob Blake déclenche un mouvement de boycott historique dans le monde du sport[111]. Le 26 août, les joueurs des Bucks de Milwaukee boycottent un match de playoff en ne se présentant pas sur le parquet pour la rencontre.[112] Les joueurs entendent protester contre les violences policières, après des tirs policiers sur Jacob Blake. Les autres matchs prévus sont également reportés. Après plusieurs réunions avec les dirigeants de la NBA, la question de l'annulation des playoffs fut évoquée notamment par les franchises de Los Angeles (Lakers et Clippers) [113] mais les joueurs accepteront de reprendre la compétition à partir du 29 août[114].

La joueuse de tennis Naomi Osaka refuse de disputer la demi-finale du tournoi de Cincinnnati, dont les organisateurs reportent d’un jour tous les matches prévus jeudi. Des matches de football et de base-ball ont également été reportés en raison d’un boycott des joueurs[111].

Les joueuses de basket-ball WNBA des Mystics de Washington sont ainsi entrées sur le parquet avec chacune un tee-shirt siglé d’une lettre permettant de composer le nom et le prénom de Jacob Blake. Les joueuses ainsi que toutes les personnes présentes pour ce match contre le Dream d'Atlanta ont ensuite mis un genou à terre afin d'exprimer leur solidarité avec le mouvement "Black Lives Matter" [115],[116],.

D'autres boycotts ont lieu au sein d'autres ligues professionnelles, notamment en NHL, MLB et MLS [réf. nécessaire].

Conséquences judiciaires[modifier | modifier le code]

Selon une annonce faite le , le policier qui a tiré sur Jacob Blake ne sera pas poursuivi par la justice du Wisconsin. Le procureur local, Michael Graveley, estime que l’auteur des tirs était en état de légitime défense parce que Jacob Blake « avait résisté avec un couteau » à son interpellation.[117].

Le ministère de la justice américain annonce le qu’il n’y aurait pas de poursuites fédérales contre le policier Rusten Sheskey qui grièvement blessé l’Afro-Américain Jacob Blake : « Le ministère a pris cette décision parce que les preuves obtenues ne sont pas suffisantes pour prouver que l’agent a fait un usage excessif de la force »[117].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Kenosha dealership owner says more than 50 cars were torched, civil unrest caused more than $1.5 million in damage », sur KSDK-TV, (consulté le )
  2. (en-US) « Sheriff: 252 arrests in Kenosha unrest; 132 don't live in the county », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  3. a et b (en) Mark Saunders, « Multiple people arrested during protest in downtown San Diego over shooting of Jacob Blake », sur ABC10News San Diego, (consulté le )
  4. a et b (en) Bay City News, « More than a dozen arrested in Oakland protests, police say », sur ABC7 San Francisco, (consulté le )
  5. a et b (en) WSBTV.com News Staff, « Atlanta protests over Jacob Blake take destructive turn in downtown; 8 arrested », sur WSB-TV Atlanta, Cox Media Group (consulté le )
  6. (en) Stephen Groves et Scott Bauer, « 17-year-old arrested after 2 killed during unrest in Kenosha », sur AP News, Associated Press, (consulté le )
  7. (en-US) Katie DeLong, « DOJ identifies officer who shot Jacob Blake as Rusten Sheskey; says Blake had knife », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  8. a b c et d (en) Jordan Freiman et Justin Carissimo, « Police in Wisconsin Shoot Black Man in Back Multiple Times, Sparking Protests », CBS News,‎ (lire en ligne)
  9. a b c d et e « Ce que l'on sait de l'affaire Jacob Blake, cet Afro-Américain grièvement blessé par la police, qui relance le mouvement de colère aux Etats-Unis », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  10. (en-US) Daniel Funke, « PolitiFact - Jacob Blake is not a ‘child rapist’ », sur Politifact, (consulté le )
  11. (en-US) Meg Jones and Joe Taschler, « Jacob Blake was shot less than 3 minutes after Wisconsin police arrived at the scene, according to dispatch audio », sur USA Today, (consulté le )
  12. (en-US) Robert Chappell, « Kenosha police opened fire less than 5 minutes after being called: scanner audio », sur Madison365, (consulté le )
  13. « Kenosha, Wisconsin Shooting: Police Shoot Black Man From Behind; Protests Erupt With State Of Emergency Declared », ABC7,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. (en) Alta Spells, « Wisconsin police shoot Black man as children watch from a car, attorney says », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. (en-US) Amy Goodman et Denis Moynihan, « The Police Shooting of Jacob Blake », sur Democracy Now! (consulté le )
  16. (en) Emma Bowman, « Wisconsin Police Shooting Leaves Black Man In 'Serious Condition' », NPR,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. (en) Jacob Pramuk, « Joe Biden Says Kenosha Cops must be held accountable’ for shooting Black man Jacob Blake in the back », CNBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. https://www.cnn.com/2021/01/14/us/jacob-blake-gma-interview/index.html
  19. https://www.nationalreview.com/news/jacob-blake-himself-blows-up-unarmed-media-narrative/
  20. (en) Jaclyn Peiser, « After video shows Wisconsin police shooting a Black man multiple times, National Guard is called to Kenosha », sur Washington Post
  21. (en) Terry Flores, « WATCH NOW: State DOJ Will Probe Officer-Involved Shooting; Man In Serious Condition », en:Kenosha News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. Scott Glover, « Attorney: This is why Kenosha officer shot Jacob Blake », sur CNN (consulté le )
  23. (en) Associated Press in Kenosha Wisconsin, « Kenosha officer claims he thought Jacob Blake was trying to abduct child », sur the Guardian, (consulté le )
  24. a b c d e et f (en) Maddie Burakoff, « Kenosha Shooting And Protests: Here’s What We Know », sur SpectrumNews1.com, (consulté le ) : « Wisconsin Gov. Tony Evers released a statement Sunday night pledging to demand action from “elected officials in our state who have failed to recognize the racism in our state and our country for far too long.” “While we do not have all of the details yet, what we know for certain is that he is not the langue=en »
  25. (en) « Jacob Blake’s mother calls for calm on third day of protests over police shooting that left him paralysed », sur SBS News
  26. CBS, « DOJ: Kenosha Officer Rusten Sheskey fired weapon into Jacob Blake's back 7 times », WDJT Milwaukee,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. a et b (en) Mike Householder et Scott Bauer, Associated Press, « 17-year-old arrested after 2 killed during unrest in Kenosha », sur Standard Speaker, (consulté le )
  28. a b c d et e « Aux États-Unis, la colère grandit après une nouvelle bavure de la police dans le Wisconsin », sur france24.com, (consulté le )
  29. (en) « 2 Dead, 1 Injured in Overnight Protests in Wisconsin Over Jacob Blake Shooting », sur SpectrumNews1.com, (consulté le )
  30. (en-US) Nicole Chavez, Christina Maxouris et Eric Levenson, « Jacob Blake is handcuffed to his hospital bed, family says », sur CNN, (consulté le )
  31. « Pas de poursuite contre le policier ayant tiré à sept reprises dans le dos de Jacob Blake », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. Agence France-Presse, « La police abat un homme noir non armé de plusieurs balles dans le dos, de nouvelles émeutes éclatent », 7sur7,‎ (lire en ligne)
  33. a et b (en) Mike Johnson, « WATCH NOW: Crowd turned violent overnight », sur en:Kenosha News, (consulté le )
  34. (en-US) Sophie Carson and Meg Jones, « Kenosha businesses damaged and vehicles burned after police officer shoots Jacob Blake in the back », Milwaukee Journal Sentinel, (consulté le )
  35. (en-US) Associated Press, « Protesters, police clash a second night in Kenosha, Wis., after shooting of Black man », Los Angeles Times, (consulté le )
  36. a et b (en-US) Madeline Anderson, « Kenosha dealership owner says violent protests caused $1.5M in damage; 50+ cars torched », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  37. « National Guard called to Kenosha, Wis., after police shoot Black man » [archive du ], sur Los Angeles Times, (consulté le )
  38. (en) Jaclyn Peiser, Mark Berman, Mark Guarino, Paulina Firozi et Griff Witte, « After video shows Wisconsin police shooting a Black man multiple times, National Guard is called to Kenosha », The Washington Post,‎ (lire en ligne) :

    « Wisconsin Gov. Tony Evers (D) on Monday signed an executive order calling the state’s legislature into a special session for Aug. 31 to pass legislation that would ban no-knock warrants and chokeholds while requiring de-escalation training for officers. “While we do not have all of the details yet, what we know for certain is that he is not the langue=en »

  39. « Curfew in effect as 125 National Guard troops station in Kenosha » [archive du ], sur WISN, (consulté le )
  40. « Curfew issued for Monday evening in Kenosha, goes into effect at 8 p.m. » [archive du ], sur TMJ4, (consulté le )
  41. « Metra Suspends Some Train Lines Through Kenosha Monday Night Due to ‘Civil Unrest' » [archive du ] (consulté le )
  42. « Curfew in effect as 125 National Guard troops station in Kenosha » [archive du ], sur WISN, (consulté le )
  43. Christine Flores, « Department of Corrections building burned to the ground in Kenosha unrest », CBS 58,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. « Clashes after Wisconsin police shoot black man » [archive du ], sur www.bbc.com, (consulté le )
  45. « Kenosha protesters, police clash again after Black man shot » [archive du ], sur AP NEWS, (consulté le )
  46. « https://apnews.com/0cbc14762c89304f9f052fd33a1f4445A »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  47. a et b (en) Louis Casiano, « Kenosha protesters, police clash in second night of unrest, 'massive fires' reported » [archive du ], sur Fox News, (consulté le )
  48. (en) Jaclyn Peiser et Mark Guarino, « Police use tear gas as Jacob Blake protests in Kenosha devolve into looting, fires » [archive du ], sur Washington Post (consulté le )
  49. (en-US) Aaron Maybin, « 'Broke his jaw:' Man in his 70s attacked while trying to protect burning Kenosha mattress store », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  50. a et b (en-US) « Officials responded to 37 fires in Kenosha on 2nd night of protests, 1 'nearly leveled several city blocks' », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  51. « Kenosha police shooting updates: Fires blazing in several Kenosha locations, protests continue in Madison » [archive du ], sur Milwaukee Journal Sentinel (consulté le )
  52. « WATCH NOW: Rioters setting fires in Kenosha, including to Danish Brotherhood Lodge | Local News » [archive du ], kenoshanews.com, (consulté le )
  53. Flores, Christine. "Department of Corrections building burned to the ground in Kenosha unrest « https://web.archive.org/web/20200826063703/https://cbs58.com/news/department-of-corrections-building-destroyed-in-kenosha-unrest »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ", CBS 58. August 25, 2020. Retrieved August 25, 2020.
  54. "Officials responded to 37 fires in Kenosha on 2nd night of protests, 1 'nearly leveled several city blocks' « https://web.archive.org/web/20200827042605/https://www.fox6now.com/news/officials-responded-to-37-fires-in-kenosha-on-2nd-night-of-protests-1-nearly-leveled-several-city-blocks »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ", WITI. August 25, 2020. Retrieved August 25, 2020.
  55. (en) « IN PHOTOS: Uptown Kenosha after the riots: Fires, damage cleanup », sur Kenosha News (consulté le )
  56. (en) Jessica D'Onofrio, Cate Cauguiran, John Garcia, Liz Nagy et Diane Pathieu, « Jacob Blake Shooting: Kenosha unrest leaves 3 shot, 2 fatally » [archive du ], sur ABC7 Chicago, (consulté le )
  57. a et b (en) Associated Press, « 2 people shot to death during protest over Kenosha shooting » [archive du ], sur POLITICO (consulté le )
  58. « Wisconsin police shooting of Jacob Blake: Live updates from Kenosha » [archive du ], Jsonline.com, (consulté le )
  59. a b c d e et f (en-US) Jason Calvi, « Pres. Trump: Gov. Evers 'agreed to accept federal assistance,' up to 2K National Guard coming to Kenosha », sur FOX News, (consulté le )
  60. « Un adolescent arrêté après la fusillade meurtrière à Kenosha dans le Wisconsin », sur france24.com, (consulté le )
  61. « WATCH NOW: Third night of protests rages downtown Kenosha | News » [archive du ], kenoshanews.com, (consulté le )
  62. « 3 Shot, 2 Fatally, In Kenosha, Wis., As Protests Continue Over Police Shooting | 90.1 FM WABE », Wabe.org (consulté le )
  63. a et b « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  64. « Biden reveals he spoke to Jacob Blake's family as police say they don't want militias on the street - follow live » [archive du ], sur The Independent, (consulté le )
  65. a et b « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  66. (en) Kari Paul (now), Joan E. Greve Adam Gabbatt et Martin Belam (earlier), « Kenosha: teen arrested over killings at protests as NBA playoff games postponed – live » [archive du ], sur www.theguardian.com, (consulté le )
  67. (en) Patrick Marley and Sarah Volpenhein, « 2 shot dead and 1 injured in Kenosha during protests; police looking for man armed with a long gun » [archive du ], sur USA TODAY (consulté le )
  68. A.Vahramian, A.Monange, L.Setyon, A.Croin, « VIDEO. Wisconsin : un adolescent de 17 ans arrêté après la fusillade meurtrière pendant une manifestation dans le Wisconsin », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  69. (en) Danielle Wallace, « Kenosha violence: Suspect, 17, arrested in deadly shooting amid Jacob Blake unrest, Illinois police say » [archive du ], sur Fox News, (consulté le )
  70. « Manifestations après l’interpellation de Jacob Blake : deux morts, un jeune suprémaciste inculpé, Trump annonce des renforts », sur lemonde.fr, (consulté le )
  71. « Kenosha Shooting: Video Shows Suspected Gunman Kyle Rittenhouse Being Allowed To Leave Scene » [archive du ], (consulté le )
  72. (en) Stacy St Clair, Christy Gutowski, Robert McCoppin, Angie Leventis Lourgos, « What we know so far about Kyle Rittenhouse, accused vigilante in Kenosha shooting » [archive du ], sur chicagotribune.com (consulté le )
  73. Agence France-Presse, « Affaire Jacob Blake: deux personnes tuées par balles lors des manifestations à Kenosha », Le Soir, (consulté le )
  74. a et b (en) Mike Householder et Scott Bauer, Associated Press, « 17-year-old in custody, accused of shooting 3 people, killing 2 during Kenosha protest », sur ABC30 Fresno, (consulté le )
  75. « L’acquittement de Kyle Rittenhouse divise les Etats-Unis », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  76. (en-US) « Suspected teen gunman Kyle Rittenhouse spotted cleaning Kenosha graffiti before shooting », New York Post, (consulté le )
  77. (en-US) Jorge Fitz-Gibbon, « Alleged Kenosha shooter part of group that sought to be deputized », New York Post, (consulté le )
  78. Agence France Presse, Reuters et France24, « Un adolescent arrêté après la fusillade meurtrière à Kenosha dans le Wisconsin », sur France 24, (consulté le )
  79. (en-US) Bill Miston, « Demonstrations continue for 4th straight night following Kenosha police shooting », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  80. (en) « 2 Dead, 1 Injured in Overnight Protests in Wisconsin Over Jacob Blake Shooting », sur SpectrumNews1.com, (consulté le )
  81. a et b (en-US) Bret Lemoine, « Protesters gather for 5th night in Kenosha, Gov. Evers calls for additional Nat'l Guardsmen », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  82. (en-US) Madeline Anderson, « Gov. Evers visits Kenosha, community continues cleanup efforts: 'We'll rise up' », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  83. Steven Nelson, « Trump says the National Guard has ended violence in Kenosha », New York Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  84. (en) Darcie Moran, « Michigan National Guard on its way to troubled Kenosha, Wisconsin », Detroit Free Press,‎ (lire en ligne, consulté le )
  85. (en-US) « ATF’s National Response Team arrives in Kenosha to assist investigating arson cases », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  86. a b et c « Etats-Unis : en visite à Kenosha, Donald Trump assimile les manifestations violentes à du "terrorisme intérieur" », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  87. (en) Noel King, « 'We Aren't Giving Up': Wisconsin Governor Fights To Combat Police Violence », sur NPR, (consulté le )
  88. (en-GB) « Jacob Blake: Trump visits Kenosha to back police after shooting », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  89. (en) « Kenosha police shooting updates: Fires blazing in several Kenosha locations, protests continue in Madison », Milwaukee Journal Sentinel,‎ (lire en ligne)
  90. (en) « Kenosha Live Updates: Latest Protests in Wisconsin Tuesday », Spectrumnews1.com, (consulté le )
  91. (en-US) « Kenosha updates: 2 shot and killed, 1 injured; police looking for man armed with a long gun », sur Milwaukee Journal Sentinel (consulté le )
  92. a et b (en) Paul Walsh, « 11 protesting Kenosha police shooting arrested after jail damaged in Minneapolis », Star Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le )
  93. (en) « Large Protest Held In Manhattan Following Weekend Police Shooting Of Jacob Blake In Wisconsin », sur CBS New York, (consulté le )
  94. a et b (en) Leila Miller, « Protesters march in downtown L.A. over Jacob Blake shooting », sur Los Angeles Times, Los Angeles Times (consulté le )
  95. (en-US) Leila Miller et Luke Money, « Hundreds of protesters take to streets of downtown L.A. to decry police shootings », Los Angeles Times, (consulté le )
  96. a b et c « Ce que l'on sait de l'affaire Jacob Blake, cet Afro-Américain grièvement blessé par la police, qui relance le mouvement de colère aux Etats-Unis », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  97. a et b « Ce que l'on sait de l'affaire Jacob Blake, cet Afro-Américain grièvement blessé par la police, qui relance le mouvement de colère aux Etats-Unis », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  98. (en) Bob Brooks, « Protest held in Philadelphia for Jacob Blake who was shot by police in Wisconsin », sur 6abc Action News, (consulté le )
  99. (en-US) « Antioch, Illinois mayor issues curfew 'until further notice' after arrest in fatal Kenosha shooting », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  100. (en) Chris Hush, « Antioch Residents Fear Protests After 17-Year-Old Arrested In Connection To Deadly Kenosha Shooting », sur NBC Chicago, (consulté le )
  101. (en) Leila Miller et Luke Money, « Hundreds of protesters take to streets of downtown L.A. to decry police shootings », sur Los Angeles Times, Los Angeles Times (consulté le )
  102. (en) Amanda del Castillo, « San Jose mayor's home vandalized as hundreds protest downtown against police brutality, Jacob Blake shooting », sur ABC7News, (consulté le )
  103. (en) Alexis McAdams, « Kenosha unrest damages more than 100 buildings, at least 40 destroyed, alliance says », sur ABC7 Chicago, (consulté le )
  104. a et b (en) Terry Flores, « Damage to city garbage trucks, other equipment destroyed in riots climbs to nearly $2 million », sur Chippewa Herald, (consulté le )
  105. a et b (en) Jaclyn Peiser, Mark Berman, Mark Guarino, Paulina Firozi et Griff Witte, « After video shows Wisconsin police shooting a Black man multiple times, National Guard is called to Kenosha », The Washington Post,‎ (lire en ligne) :

    « Wisconsin Gov. Tony Evers (D) on Monday signed an executive order calling the state’s legislature into a special session for Aug. 31 to pass legislation that would ban no-knock warrants and chokeholds while requiring de-escalation training for officers.

    (...)

    Democratic presidential nominee Joe Biden said in a statement Monday that the country “wakes up yet again with grief and outrage that yet another Black American is a victim of excessive force.” »

  106. (en-US) Sabrina Tavernise et Ellen Almer Durston, « How Chaos in Kenosha Is Already Swaying Some Voters in Wisconsin », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  107. (en) Griselda Perez et Kevin Schwaller, « Everything You Need to Know About the Recall Evers Petition in Wisconsin », sur spectrumnews1.com, (consulté le )
  108. (en-US) Katie DeLong, « Group unhappy with Gov. Evers' handling of Kenosha unrest launches effort to recall him and Lt. Gov. Barnes », sur FOX 6 Now Milwaukee, (consulté le )
  109. (en) Agence France-Presse, « L’affaire Jacob Blake rappelle “l’urgence” d’éradiquer le racisme au sein de la police », 7sur7,‎ (lire en ligne)
  110. (en) Elliot Hughs, « Trump plans visit to Kenosha on Tuesday after Jacob Blake shooting, unrest », Milwaukee Journal Sentinel,‎ (lire en ligne, consulté le )
  111. a et b « Zone rouge, ouragan, boycott historique et démission : les infos à retenir ce jeudi midi », Le Parisien, (consulté le )
  112. « En soutien à Jacob Blake, les Milwaukee Bucks boycottent un match de NBA », sur huffingtonpost.fr, (consulté le )
  113. S. Co avec AFP, « Affaire Jacob Blake : les Lakers et les Clippers ont voté pour l’arrêt de la saison NBA », Le Parisien, (consulté le )
  114. « Aux États-Unis, la colère grandit après une nouvelle bavure de la police dans le Wisconsin », sur france24.com, (consulté le )
  115. « AFFAIRE JACOB BLAKE: SEPT BALLES DANS LE DOS, LE GESTE FORT DES JOUEUSES DE LA WNBA », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté le )
  116. (en) Serena Sonoma, « WNBA Players Made a Powerful Statement In Honor of Jacob Blake », sur them.us, (consulté le )
  117. a et b Agence France Presse, « La justice américaine renonce à poursuivre le policier qui avait tiré sur Jacob Blake », sur lemonde.fr, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]