Marie Charles Duval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maurice (Marie Charles) Duval
Marie Charles Duval

Naissance
Bayonne
Décès
16e arrondissement de Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie, Aéronautique
Grade général de brigade
Conflits Première Guerre mondiale
Autres fonctions Directeur de l'Aéronautique au ministère de la Guerre

Marie Victor Charles Maurice Duval[1] (1869-1958) est un général français dont le nom est associé à la Première Guerre mondiale et aux plus hautes instances de l'aéronautique française. Son prénom d'usage est Maurice.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le à Bayonne, il est le fils du général Duval – de Tulle – et de Madame, née de Leigonye. Il fréquente le collège de Jésuites de Reims, puis, bachelier ès-lettres et ès-sciences, il est diplômé d'études supérieures d'histoire et de géographie. Sur le plan militaire, il se forme à Saint-Cyr et à l'École supérieure de guerre.

Capitaine et breveté d'état-major en 1902, il est chef de bataillon lorsque la guerre éclate. Il passe colonel en , titularisé en . Pendant l'offensive de Champagne en 1915 il est grièvement blessé. La même année il est l'objet d'une citation et promu Officier de la Légion d'honneur.

Avec le grade de colonel il commande une brigade d'infanterie et dirige successivement l'état-major de différentes armées (VIe Armée, Ire Armée), puis du Groupe d'armées du Centre du général Fayolle.

Le il est nommé général de brigade et chargé, comme aide-major général, de l'aéronautique, puis des opérations au Grand quartier général (CQG). En , il met sur pied la première division aérienne au monde (600 avions de chasse et de bombardement)[2]. Il soutient notamment Louis Breguet et, faisant du Breguet XIV son « cheval de bataille », l'appareil est commandé en masse[3]. Grâce au soutien du président du Conseil Clemenceau et de son ancien camarade à Saint-Cyr le général Mordacq, Duval eût tout le soutien politique et militaire pour mener à bien la création de l'aéronautique au cours de la guerre.

À la Conférence de paix il préside la Commission consultative de l'aéronautique.

Déjà Directeur de l'aéronautique depuis , il est chargé, par un décret du , d'« assurer la direction de l'organe de coordination générale de l'aéronautique ». Il devient ainsi le chef suprême de tout ce qui concerne l'aéronautique française.

Lorsqu'il est admis à la retraite, il se consacre à l'écriture. Entre les deux guerres mondiales il collabore à plusieurs grands journaux. Notamment, il écrit dans l'illustration du un article intitulé "la guerre motorisée" qui décrit sa vision de l'impact du moteur et de la chenille sur les différentes composantes d'une guerre : en reconnaissance, durant l'attaque, la manœuvre, et en ce qui concerne le ravitaillement. Dans la partie sur la manœuvre, il met en évidence l'idée d'un "corps de manœuvre mécanique", alliant puissance et rapidité, qui est appuyé par une infanterie sur motocyclette et une puissante aviation. C'est un changement par rapport à la doctrine classique qui voit dans les chars un appui à l'infanterie et non l'inverse. La même idée conduira à la blitzkrieg un an plus tard.

Dans la société civile, il a occupé plusieurs fonctions, telles que président du Conseil d'administration du Figaro, président de la Société des moteurs Salmson ou président de la Compagnie franco-roumaine de navigation aérienne[4].

Famille[modifier | modifier le code]

Le général Duval a épousé Mademoiselle Teisserenc. Ils ont eu quatre enfants : Robert Duval (mort au champ d'honneur), Marie-Thérèse Duval (épouse Hugonneau Beaufet), Germaine Duval (épouse Mathieu) et Henri Duval.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il est titulaire de nombreuses distinctions civiles et militaires, françaises et étrangères, dont : Officier de la Légion d'honneur, Commandeur de l'Ordre du Bain de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges, Grand-officier de la Couronne d'Italie, de l'Aigle blanc de Serbie, Grand collier de la Tour et de l'Épée...

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Les leçons de la guerre d'Espagne (préface du Général Weygand), Plon, 1938, 247 p
  • Les Espagnols et la guerre d'Espagne, Plon, 1939, 237 p.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Appelé usuellement « Maurice Duval »
  2. Chronologie aéronautique
  3. Vers les sommets, p. 4
  4. « Une compagnie franco-roumaine dans la généalogie d'Air France », sur www.roumanie.com, (consulté le 9 juin 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le général Duval. Directeur de l'Aéronautique au ministère de la Guerre », in Le Pays de France, no 244, , p. 3 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • « Duval, Marie Victor Charles Maurice », in Qui êtes-vous? Annuaire des contemporains. notices biographiques, C. Delagrave, 1924?, p. 266 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marie-Odile Mergnac, « Les Duval dans l'histoire », in Les noms de famille en France : histoires et anecdotes, Archives & culture, 2000, p. 148
  • Jean Vanwelkenhuyzen, Le gâchis des années 1930, Éditions Racine, Bruxelles, 2007, p. 251 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]