Villaines-sous-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villaines.

Villaines-sous-Bois
Villaines-sous-Bois
La mairie.
Blason de Villaines-sous-Bois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Sarcelles
Canton Fosses
Intercommunalité Communauté de communes Carnelle - Pays de France
Maire
Mandat
Patrice Robin
2014-2020
Code postal 95570
Code commune 95660
Démographie
Gentilé Villainoises, Villainois
Population
municipale
764 hab. (2015 en augmentation de 13,86 % par rapport à 2010)
Densité 404 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 00″ nord, 2° 22′ 00″ est
Altitude Min. 111 m
Max. 127 m
Superficie 1,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villaines-sous-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villaines-sous-Bois
Liens
Site web http://villaines-sous-bois.fr/

Villaines-sous-Bois est une commune du Val-d'Oise située en plaine de France, et à environ 25 km au nord de Paris.

Ses habitants sont les Villainois(es).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village le village est situé près de l’autoroute A16 et de la la Croix Verte, qui offre un accès rapide à Paris, Roissy et Cergy-Pontoise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe de Belloy-en-France, Villiers-le-Sec, Attainville, Maffliers et Saint-Martin-du-Tertre.

Communes limitrophes de Villaines-sous-Bois[1]
Saint-Martin-du-Tertre Belloy-en-France
Maffliers Villaines-sous-Bois[1] Villiers-le-Sec
Attainville

Transports et dépalcements[modifier | modifier le code]

Villaines-sous-Bois est desservie par la gare de Villaines, sur la ligne H du Transilien, branche Paris-NordLuzarches. La gare est desservie à raison d'un train omnibus par heure en heures creuses et par un train semi-direct à la 1/2 heure (direct de Sarcelles - Saint-Brice à Montsoult-Maffliers et omnibus ensuite) en pointe. Il faut de 33 à 36 min. de trajet à partir de la gare du Nord.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La localité était désignée Villanæ[2], Villena en 1004, Villainnes vers 1272[3], Villennes[2].

La commune est instituée par la Révolution française sous le nom de Villaine en 1793, puis de Villaines[4]. En 1922, elle est renommée Villaines-sous-Bois[5].

Le nom de Villaines provient de villana, dérivé du latin villa, la ferme. Le nom du village dénommé Villena in Parisiaco apparaît pour la première fois en 838 sur le testament d'Aldric, évêque du Mans[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'abbaye Saint-Martin de Pontoise perçoit la dîme dès le XIIIe siècle.

Sur un acte de 1294, Mathieu IV de Montmorency, chambellan de France, cède six villages dont Villaines à l’abbaye de Saint-Denis, en échange du fief de Berneval-en-Caux.

La seigneurie passe à Jean Guyard en 1476, puis à Jean de Vignolles au début du XVIe siècle, et à Guillaume de Verthamont et son épouse Denise Le Beau en 1597.

La terre est acquise en 1641 par Macé Le Boulanger, prévôt des marchands de Paris.

Outre la grande culture céréalière, le travail de la dentelle réalisé par les femmes fait vivre les villageois du XVII e au XIXe siècle.

En 1804, la commune, instituée par la Révolution française compte 145 habitants.

La construction d'édifices publics, et surtout la réalisation du chemin de fer (ligne de Montsoult - Maffliers à Luzarches) par la compagnie des chemins de fer du Nord en 1880 entraîne la modernisation du village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[6], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département du Val-d'Oise et à son arrondissement de Sarcelles, après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la deuxième circonscription du Val-d'Oise.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton d'Écouen du département de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place du Val-d'Oise, elle est rattachée en 1967 au canton de Viarmes[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Fosses.

Villaines-sous-Bois fait partie de la juridiction d’instance de Gonesse (depuis la suppression du tribunal d'instance d'Écouen en février 2008[7]), et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[8],[9].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la Communauté de communes Carnelle - Pays de France créée en 2005.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d’Oise prévoit la fusion des deux communautés de communes Pays de France et Carnelle Pays de France, soit près de 31 500 habitants répartis sur 19 communes[10]. Cette fusion est effective le (hormis pour la commune de Noisy-sur-Oise qui rejoint la communauté de communes du Haut Val-d'Oise).

Une nouvelle communauté de communes Carnelle Pays-de-France, dont la commune fait désormais partie, est ainsi créée par un arrêté préfectoral du qui prend effet le [11],[12],[Note 1].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1899 1903 Louis Bulte    
1903 1903 Louis Bouilliette    
1903 1904 Henri Bouillette    
1904 1904 Lequertier Jules    
1904 1908 Louis Bouilliette    
1908 1909 Louis Bulte    
1909 1919 Narcisse Leclere    
1919 1924 Justin Regnouard    
1924 1925 Eugène Bernet    
1925 1927 Louis Maréchal    
1927 1929 Henri Maurin    
1929 1941 Justin Regnouard    
1941 1945 Paul Jalle    
1945 1947 Henri Maurin    
1947 1953 Marcel Dandoy    
1953 1956 Roger Hiet    
1956 1959 Désiré Boyaval    
1959 1965 Camille Moureau    
1965 1989 Pierre Baspeyre    
mars 1989 2014 Louis Bourles[14]   Ingénieur
2014[15] en cours
(au 12 mai 2017)
Patrice Robin UMP-LR Vice président ( ? → 2016) puis président (2017 → ) de la CC Carnelle Pays de France

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2015, la commune comptait 764 habitants[Note 2], en augmentation de 13,86 % par rapport à 2010 (Val-d'Oise : +3,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
14414515099128120120122101
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1111031029599104979294
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
958986109111119132140163
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
184217199382475583649659668
2013 2015 - - - - - - -
703764-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire a été baptisée en 2009 Les Camélias-Yann-Arthus-Bertrand en l'honneur du photographe Yann Arthus-Bertrand[19]. A la rentrée 2011, elle comptait 93 élèves, répartis en 4 classes à deux niveaux[20].

Économie[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune est dépourvue de commerces, à l'exception d'une jardinerie. La municipalité souhaite de longue date utiliser l’ancien bâtiment de la mairie pour y installer un café-restaurant, dans lequel les habitants pourraient retrouver d’autres services[21]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-la-Nativité.

Villaines-sous-Bois ne compte qu'un seul monument historique sur son territoire :

La paroisse est attestée dès le milieu du XIIIe siècle, et de cette époque pourrait dater le clocher, sans caractère particulier.
Pendant la seconde moitié du XVIe siècle, le chœur est reconstruit dans un style hésitant entre le gothique flamboyant, pour le profil des nervures de la voûte et l'emploi de l'arc brisé, et la Renaissance, pour les clés de voûte pendantes et les chapiteaux.
Le chœur ne comporte qu'une unique travée carrée et est très basse, mais il se distingue par son architecture raffinée, insoupçonnée pour une minuscule église rurale. La nef est une simple salle rectangulaire, qui a reçu sa forme actuelle au XVIIIe siècle[23],[24].
L'église a été restaurée en 1926 et après son inscription aux monuments historiques, et se trouve aujourd'hui dans un parfait état de conservation. Malgré la petite taille du village, elle accueille des messes dominicales anticipées chaque samedi soir. Elles sont célébrées selon la forme tridentine du rite latin.

On peut également signaler :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Villaines-sous-Bois (Val-d'Oise).svg

Les armes de Villaines-sous-Bois se blasonnent ainsi : « D'azur à la fasce d'or, accompagnée en chef d'un clou de la Passion d'argent accosté de deux fleurs de lys d'or et en pointe d'une rose d'argent. »

La fasce d’or et la rose proviennent des armes des Leboulanger, seigneurs de Villaines au XVIIe siècle, depuis que Macé Leboulanger, prévôt des marchands de Paris, en fit l’acquisition en 1641 à titre d’échange contre 750 livres de rentes versés à André de Verthamont, ancien propriétaire des terres.
Le chef rappelle que le village devint propriété de l’abbaye de Saint-Denis en 1294, par acte de cession de Mathieu de Montmorency, chambellan de France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La dénomination officielle de l'intercommunalité créée en 2005 comprend un tiret entre Carnelle et Pays de France. Par contre, il n'y a pas de tiret dans le nom de l'intercommunalité créée en 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail, « Communes limitrophes de Villaines-sous-Bois » .
  2. a et b Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Page 399
  4. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Décret du 20 juin 1922 autorisant les communes de Jagny et de Villaines (Seine-et-Oise) à porter à l'avenir les noms de « Jagny-sous-Bois » et de « Villaines-sous-Bois  », Bulletin des lois de la République française, no 324,‎ , p. 1388-1389 (lire en ligne), sur Gallica.
  6. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  7. Décret du 15 février 2008 publié au Journal Officiel du 17 février 2008
  8. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  9. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  10. « Carnelle Pays de France : une nouvelle communauté de communes au  », sur http://carnelle-pays-de-france.fr (consulté le 3 août 2018).
  11. « Arrêté préfectoral du 20 décembre 2016 portant fusion des communautés de communes « Carnelle - Pays de France » et du « Pays de France » au  », Recueil des actes administratifs de l'État dans le Val-d'Oise, no 55,‎ , p. 18-25 (lire en ligne [PDF]).
  12. « CC Carnelle Pays-de-France (N° SIREN : 200073013) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL, (consulté le 1er août 2018).
  13. « Tous les Maires de Villaines-sous-bois », La municipalité, sur https://villaines-sous-bois.fr (consulté le 4 août 2018).
  14. Réélu pour le mandat 2008-2014 : Préfecture du Val-d'Oise - Liste des maires du département du Val-d'Oise, avril 2008
  15. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le 9 octobre 2015).
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  19. « Yann Arthus-Bertrand à la rencontre des enfants : Le photographe écologiste Yann Arthus-Bertrand a rendu visite hier aux élèves de l'école qui porte son nom, pour parler d'environnement », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  20. « L'école », sur https://villaines-sous-bois.fr (consulté le 4 août 2018).
  21. Thibault Chaffotte, « Villaines-sous-Bois : la municipalité veut installer un commerce », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne).
  22. Notice no PA00080230, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Mathieu Lours, « Villaines-sous-Bois - Notre-Dame de la Nativité », Églises du Val-d’Oise : Pays de France, vallée de Montmorency, Gonesse, Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France,‎ , p. 286 (ISBN 9782953155402).
  24. Pierre Autin, Daniel Baduel, Yves Breton et M. Johnson, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 982-983 (ISBN 2-84234-056-6).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éliane Beau et Jean-Pierre Beau, Histoire de Montsoult et de Maffliers : Seigneurs et barons de Maffliers - Montsoult - Béthemont ; notes historiques sur les pays voisins : Villaines et Nerville, éd. du Valhermeil, , 415 p. (ISBN 2905684666), p. 395-406

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]