Jean-Marie Degoutte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Degoutte.
Jean-Marie Degoutte
Jean Marie Degoutte.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
CharnayVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Jean Marie Joseph DegoutteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Éléonore Peguet (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflit
Commandements
Distinction
Prononciation
Tombe du Général Degoutte, Saint-Martin, Miribel, Ain (1).JPG
Vue de la sépulture.

Jean-Marie Joseph Degoutte (1866-1938) est un général français dont le nom est associé à la Première Guerre mondiale et à la construction de la Ligne Maginot alpine.

Carrière[modifier | modifier le code]

D'origine paysanne, il est né le à Charnay (Rhône).

Soldat au 30e régiment d'artillerie, il entre à Saint-Cyr le . Il en sort classé 9e en 1890. Il sert quatre ans dans les Zouaves en Tunisie puis, par la suite, prend part à l'aventure coloniale comme à Madagascar en 1895 ou en Tunisie l'année suivante. En 1896 on le nomme capitaine au 142e RI. Il est stagiaire à l'École supérieure de guerre en 1899, participe à la campagne de Chine puis termine sa scolarité en 1901.

De retour en France, il est nommé lieutenant-colonel le et commande le 163e RI. Il fait alors partie de l'état-major du commandant des troupes débarquées à Casablanca. À son retour en France, il suit des cours au Centre des hautes études militaires. À l'occasion de ses différents voyages, il a toujours appris les langues locales avec le souci de collecter un renseignement de qualité.

Nommé colonel le il est placé à la tête de l'état-major du 4e corps d'armée jusqu'au puis passe à celui de la IVe armée, alors commandée par le général Gouraud.

Il est fait Officier de la Légion d'honneur le du fait de ses actes de bravoure, notamment pendant les attaques de septembre 1915 en Champagne.

Il passe général de brigade le , puis, au mois d'août de la même année, il commande la Division marocaine. A la tête de cette unité d'élite, il s’illustre pendant la bataille des monts de Champagne en avril 1917 puis lors de la seconde bataille de Verdun en août.

Le il est promu Commandeur de la Légion d'honneur.

Il est nommé général de division le , il prend le commandement du 21e Corps avec lequel il se distingue pendant l’offensive de la Malmaison.

En mai 1918, son CA s’oppose avec succès à l’avance allemande sur l’Aisne. En juin, Degoutte, est nommé commandant de la VIe armée, avec laquelle il enraye l’attaque allemande sur la Marne avant de passer victorieusement à l’offensive aux côtés des forces du général Mangin.

En septembre 1918, le général Degoutte devient le major-général du Groupe d’Armées des Flandres, placé sous le haut commandement du Roi Albert. Ensemble, ils conduisent une offensive dans les Flandres qui repousse les Allemands et se poursuit en octobre, libérant le littoral belge. L’armistice est signé le 11 novembre ; Degoutte reprend le commandement de la VI° Armée. Les troupes françaises vont ensuite occuper la rive gauche du Rhin.

Le 29 décembre 1918, il est promu au rang de Grand-Officier de la Légion d’honneur[1].

Lorsque l'armistice est signé, il est chargé de rédiger les clauses militaires du Traité de Versailles.

En octobre 1919, il commande l'armée du Rhin et en janvier 1920 il entre au Conseil supérieur de la guerre. Il est décoré de la DSM[2]

Extrait du Rhin Illustré n¨56 du Samedi 20 mai 1920; Le Maréchal Pétain en visite à la Garnison de Mayence

En 1923 il procède à l'occupation de la Ruhr jusqu'à l'évacuation totale en 1925, avant que le général Guillaumat ne le remplace. Considéré comme l'un des pères de la ligne Maginot, il prend en 1925 le commandement de l'armée des Alpes et consacre ses dernières années à la fortification de la frontière franco-italienne[3].

La Grand-croix de la Légion d'honneur lui est décernée en 1923 et la Médaille militaire en 1928. Il était également titulaire de la Croix de Guerre 1914-1918 avec 7 citations (6 palmes et 1 étoile vermeil).

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Rue du Général Degoutte à Miribel.

Il épouse Éléonore Peguet (de Miribel), le [4]. Il possédait une maison à Miribel et il est inhumé le dans le caveau des Peguet-Charvet au cimetière Saint-Martin[4]. Une rue porte son nom à Miribel.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • L'occupation de la Ruhr, Imprimerie de l'Armée du Rhin, Dusseldorf, 1924

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dossier de Légion d'honneur du général Degoutte.
  2. Home of heroes en anglais.
  3. Dictionnaire de la Grande Guerre, Dir. François Cochet et Rémy Porte, Ed. R. Laffont, 2008
  4. a et b Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil, , 207 p. (ISBN 2-907656-27-9), p. 69-70.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le général Degoutte », in Le Pays de France, no 188, 23 mai 1918, p. 3 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacques Bariéty (préf. Jacques Droz), Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale: 10 novembre 1918-10 janvier 1925 : de l'exécution à la négociation, Paris, Pedone, coll. « Publications de la Sorbonne / international » (no 8), , 797 p. (OCLC 974056381). (texte remanié d'une thèse soutenue à l'université de Paris 1 en 1975)
  • Stanislas Jeannesson, Poincaré, la France et la Ruhr, 1922-1924 : histoire d'une occupation, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Les mondes germaniques », , 432 p. (ISBN 978-2-868-20689-3), p. 36.

Liens externes[modifier | modifier le code]