We Can Work It Out

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

We Can Work It Out est une chanson des Beatles parue en single en 1965, écrite par Paul McCartney et John Lennon. Elle constitue un exemple remarquable de la collaboration entre les deux auteurs principaux du groupe, Paul amenant l'idée principale, et John y ajoutant le pont, musique et paroles, créant un contraste entre l'optimisme de l'un et le côté plus sombre de l'autre.

We Can Work It Out est publiée en single comme « double face A », couplée avec Day Tripper le 3 décembre 1965, jour où sort également l'album Rubber Soul. Le single devient disque d'or américain le 6 janvier 1966. Il se hisse à la première place du hit-parade américain le 8 janvier durant trois semaines non consécutives — The Sound of Silence de Simon et Garfunkel est n°1 la semaine du 22 janvier[1]. Il figure aussi en tête des charts britanniques à partir du 16 décembre 1965, et pour cinq semaines consécutives.

Genèse[modifier | modifier le code]

We Can Work It Out (« On peut arranger ça ») est un texte de Paul McCartney adressé à sa petite amie, Jane Asher, au moment où sa carrière d'actrice décolle et où, en octobre 1965, elle doit donc s'éloigner de Londres pour suivre sa compagnie théâtrale[2]. Grosso modo, chaque couplet de la chanson présente les deux points de vue, celui de Paul et celui qu'il attribue à Jane. Bien sûr, il considère qu'il a raison, et que Jane a tort, ce qui donne par exemple : « Réfléchis à ce que tu dis, quand tu te trompes, tu penses quand même que tout va bien » ; « Réfléchis à ce que je dis, on peut arranger ça et en finir, ou se dire bonne nuit ».

C'est au milieu de ces disputes qu'intervient John Lennon, impatient, avec le pont : « La vie est trop courte pour se chamailler comme ça » (« Life is very short, and there's no time for fussing and fighting, my friend »). Lennon explique en 1980 que sa contribution aux chansons de son partenaire consistait souvent à contrebalancer l'aspect trop optimiste de Paul[3]. C'est donc bien ce pont qui caractérise la complémentarité de Lennon et McCartney : « Je lui ai amené la chanson pour qu'on la finisse et nous avons écrit le pont ensemble »[4], explique Paul. Le pont se poursuit avec une nouvelle demande à Jane de considérer les choses de la bonne façon. Le tempo de valse en Si mineur du pont viendrait d'une suggestion de George Harrison[4]. Dans le dernier couplet, Paul prétend que le temps dira s'il a raison ou tort, tandis que du point de vue de Jane, il y a des chances qu'ils se séparent très bientôt.

Par la suite, de nombreuses autres chansons de McCartney sont destinées à Jane Asher, comme I'm Looking Through You, For No One et Here, There and Everywhere. Dans ces textes, il exprime aussi sa conception d'une relation amoureuse, où le même thème de l'indépendance de l'autre est abordé.

Enregistrement[modifier | modifier le code]

La chanson est enregistrée aux studios Abbey Road en deux séances, les 20 et 29 octobre, pendant les sessions de l'album Rubber Soul et quelques jours après Day Tripper. Mettre ce titre en boîte prend environ onze heures aux Beatles, ce qui sera très nettement, à ce stade de leur carrière, celui sur lequel ils auront passé le plus de temps[5]. Paul chante les couplets, et John le rejoint pour une harmonie typique de leur complémentarité vocale, sur le pont de la chanson.

Parution et réception[modifier | modifier le code]

Quand arrive la discussion destinée à décider quel titre sera sur la face A du single, John Lennon s'emporte, et exige que ce soit Day Tripper, alors que la majorité du groupe pense que We Can Work It Out est une chanson plus commerciale[4]. En fin de compte, le single est publié comme « double face A », une première dans la carrière des Beatles (et dans l'histoire du disque), qui ouvrira la porte pour plusieurs autres 45 tours à venir. Ce « format » supprime la hiérarchie qui existe habituellement entre la face A et la face B.

Il apparaîtra cependant, au niveau des diffusions à l'antenne et des points de vente, que We Can Work It Out est la plus populaire des deux chansons[réf. nécessaire], atteignant simultanément la première place des hit-parades anglais et américain. Le single en lui-même connaît fin 1965 la plus rapide vente depuis Can't Buy Me Love. Une vidéo promotionnelle est tournée pour cette chanson.

Comme Day Tripper, We Can Work It Out figure sur l'« album rouge » publié en 1973 (The Beatles 1962-1966), sur le Past Masters originalement sorti en 1988 et sur la compilation 1 en 2000, où figurent les 27 chansons qui ont atteint la première place des charts britanniques ou américains.

Reprises[modifier | modifier le code]

big time rush pour big time movie Elle a également été reprise par Chaka Khan, Steel Pulse, etc.

Richard Anthony en a fait une adaptation française en 1965 sous le titre Tout peut s'arranger.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hot 100 number-one hits of 1966 (USA)
  2. (fr) Steve Turner, L’Intégrale Beatles: les secrets de toutes leurs chansons [« A Hard Day’s Write »], Hors Collection,‎ 1999 (ISBN 2-258-06585-2), p. 87
  3. l'interview de John Lennon à Playboy, 1980
  4. a, b et c Barry Miles, Paul McCartney Many Years From Now, les Beatles, les sixties et moi, Flammarion, 2004
  5. Mark Lewisohn, The Complete Beatles Recording Sessions, Hamlyn, 1988