The Funk Brothers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

The Funk Brothers est le nom d'un groupe de musiciens studio de Detroit (Michigan) qui a participé à l'enregistrement de la plupart des albums du label Motown entre 1959 et 1972, date à laquelle la Motown s'est établie à Los Angeles (Californie). Les Funk Brothers apparaissent sur de nombreux hits Motown, comme "My Girl", "I Heard It Through the Grapevine", "Baby Love", "Signed, Sealed, Delivered I'm Yours", "Papa Was a Rollin' Stone", "The Tears of a Clown", and "(Love is Like a) Heat Wave".

En 2002, le documentaire de Paul Justman 'Standing in the shadows of Motown' retrace l'épopée du groupe, d'après le livre éponyme d'Allan Slutsky. Dès le début, le film annonce la couleur : "les Funk Brothers ont joué sur plus de hits n°1 que les Beatles, Elvis, les Rolling Stones et les Beach Boys réunis"...

Histoire[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]

La toute première formation regroupait son leader Joe Hunter, Earl van Dycke (piano), James Jamerson (basse), William Benny Benjamin et Richard Pistol Allen (batterie), Robert White, Eddie Willis et Joe Messina (guitare), Jack Ashford et Eddie "Bongo" Brown (percussions), Jack Brokensha (vibes, marimba). Hunter quitte le groupe en 1964 ; il est remplacé aux claviers par Johnny Griffith et à la tête de la formation par Van Dyke. C'est à cette époque qu'un troisième batteur rejoint le groupe, Uriel Jones.

En 1967, les guitaristes Dennis Coffey and Melvin "Wah-Wah Watson" Ragin (l'initiateur de la pédale wah-wah qui marquera les productions de soul psychédélique de la Motown) rejoignent le groupe. Benny Benjamin s'éteint l'année suivante, et Bob Babbitt commence à remplacer James Jamerson sur plusieurs enregistrements. Les Funk Brothers sont pour la plupart noirs-américains ; Messina, Brokensha, Babbitt, et Coffey, eux, sont blancs.

Ce que les Funk Brothers nous ont légué[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la sortie du documentaire, les membres du groupe n'étaient pas très connus, y compris malgré leur participation aux grands hits Motown. En réalité, les musiciens studio de la Motown n'ont pas été reconnus avant le "What's Going On" de Marvin Gaye en 1971, bien que Earl van Dycke ait déjà enregistré plusieurs titres et LP's. Les Funk Brothers avaient en fait déjà été mis en avant aux côtés de Van Dycke en tant que "Earl Van Duke & the Soul Brothers", car le directeur de la Motown de l'époque, Berry Gordy Jr, jugeait le mot "funk" péjoratif.

Le groupe s'est montré très innovant au cours des enregistrements. Par exemple, la plupart des performances se déroulaient avec deux batteurs (jouant la même chose ou se répartissant les morceaux) - "I Heard It Through the Grapevine", de Marvin Gaye, a été enregistré avec trois batteurs. Bon nombre de titres font appel à des instruments - percussions notamment - inhabituels en soul music. Van Dycke n'hésite pas à jouer du piano sur un jouet pour "It's Growing" des Temptations ; des chaînes à neige ont été utilisées en tant que percussions sur "Nowhere To Run" de Martha & the Vandellas ; un oscillateur sur mesure a été fabriqué pour créer les sons accompagnant Diana Ross & the Supremes sur "Reflections" ; un démonte-pneu a été sollicité sur "Dancing In the Streets" de Martha & the Vandellas.

La fin[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1960, moins d'un enregistrement sur cinq sollicitait les musiciens du label basés à Los Angeles, qui étaient alors réservés aux covers et autres tributes en marge des hits. Au début des années 1970, la contribution des gars de Los Angeles se faisait de plus en plus grande, notamment dans tous les tubes des Jackson Five. Néanmoins, quelques producteurs Motown tels que Norman Whitfield, Frank Wilson, Marvin Gaye ou Smokey Robinson continuèrent à enregistrer à Détroit aussi longtemps qu'ils le purent.

En 1972, les Funk Brothers furent remerciés alors que Berry Gordy déplaça le siège de la Motown à Los Angeles. Quelques-uns des membres, dont Jamerson, s'établirent sur Los Angeles, mais n'y trouvèrent pas d'environnement propice. Jamerson décède en 1983, Brown en 1984, Van Dycke en 1992, White en 1994, Allen et Griffith en 2002, puis Hunter en 2007 et Babbit en 2012.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Les Funk Brothers ont reçu trois Grammy awards :

Le bassiste James Jamerson a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en 2000, et le batteur Benny Benjamin en 2003. En 2003, les membres survivants ont été conviés à la Maison-Blanche pour rencontrer le Président George W. Bush, le secrétaire d'État Colin Powell et le chef de la sécurité Condoleezza Rice, à l'occasion du Black History Month.

Membres[modifier | modifier le code]

Ces données sont basées sur les recherches d'Allan Slutsky, avec de légères corrections[1].

Detroit[modifier | modifier le code]

  • Percussions:
  • Vibes:
    • Jack Ashford (1959–1972)
    • Dave Hamilton (1959–1962)
    • James Gittens (1959–1962)
    • Jack Brokensha (1963–1972)
  • Trompettes:
    • Herbie Williams, John "Little John" Wilson, Marcus Belgrave, Russell Conway, Johnny Trudell, Floyd Jones, Maurice Davis, Billy Horner, Don Slaughter, Eddie Jones
  • Saxophones:
    • Henry "Hank" Cosby, Andrew "Mike" Terry, Norris Patterson, Thomas "Beans" Bowles, Teddy Buckner, Ronnie Wakefield, "Lefty" Edwards, Eli Fontaine, Ernie Rodgers, Kasuka Malia, Eugene "BeeBee" Moore, William "Wild Bill" Moore, Angelo Carlisi, Dan Turner, Bernie Peacock, Larry Nozero, Lanny Austin
  • Trombones:
    • Bob Cousar, George Bohanon, Paul Riser, George Bohanon, Jimmy Wilkens, Don White, Carl Raetz, Patrick Lanier, Bill Johnson, Ed Gooch
  • Flute:
    • Dayna Hartwick
  • Cordes:
    • Gordon Staples et la section cordes du Detroit Symphony Orchestra

Los Angeles[modifier | modifier le code]

Plusieurs de ces musiciens étaient membres de The Wrecking Crew, un collectif de musiciens studio

  • Batterie:
    • Earl Palmer
    • Jacob Greenberg
    • Gene Pello
    • Paul Humphreys
  • Percussions:
    • Gary Coleman
    • Bobbye Porter
    • King Errisson
    • Joe Clayton
    • Sandra Crouch
    • Jerry Steinholtz
    • Emil Richards

Arrangeurs[modifier | modifier le code]

  • Détroit: Paul Riser, Willie Shorter, Dave Van DePitte, Wade Marcus, Johnny Allen, Gil Askey, Ernie Wilkins, Jerry Long, Henry "Hank" Cosby, Slide Hampton, and H. B. Barnum
  • Los Angeles: Gene Page, James Carmichael, and Arthur Wright

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Slutsky, Allan. "The Musicians". Hitsville USA: The Motown Singles Collection (CD Box Set). New York: Motown Record Co., L.P.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]