I Feel Fine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

I Feel Fine est une chanson des Beatles, signée Lennon/McCartney et parue en single en décembre 1964. Enregistrée deux mois plus tôt aux studios EMI, cette chanson se distingue par un son caractéristique audible les premières secondes : un effet Larsen obtenu en plaçant une guitare près du haut-parleur sur lequel elle est branchée, que John Lennon revendique comme une première dans l'histoire du rock. Avec She's a Woman en face B, le single I Feel Fine atteint la première place des hit-parades britanniques et américains.

Composition[modifier | modifier le code]

John Lennon compose I Feel Fine le 6 octobre 1964, pendant la séance d'enregistrement de Eight Days a Week. Il construit sa chanson autour du riff de guitare qui la domine tout du long[1]. Les Beatles sont alors en plein enregistrement de leur quatrième album Beatles for Sale, et Lennon veut appliquer cet effet aux autres chansons. Les autres refusent, mais Lennon termine tout de même I Feel Fine : « Un matin dans le studio, j'ai dit à Ringo [Starr] : « J'ai écrit la chanson, mais elle est nulle. » On l'a tout de même essayée, avec le riff et tout. Ça sonnait comme une face A. Du coup, on a décidé de la sortir comme ça[2]. »

Lennon et George Harrison jouent la même partie de guitare sur cette chanson. D'après le premier, le pont est le passage le plus mélodieux du morceau, car typique du son Beatles. Quant au riff, il a été inspiré par Watch Your Step de Bobby Parker, selon les dires de George Harrison : « John l'a joué et tout ce que j'ai eu à faire, c'est de le jouer aussi. Cela a donné le son double-piste[2]. » La partie de batterie assurée par Ringo Starr est quant à elle inspirée du What'd I Say de Ray Charles[3].

Paul McCartney soutient qu'il a contribué à la composition, même si l'idée de départ provient de Lennon ; cet état de fait se retranscrit dans le chant principal, qui est assuré par John Lennon, tandis que McCartney est aux harmonies[4]. Le texte de la chanson raconte l'histoire d'un garçon amoureux qui « se sent bien », car ses sentiments sont partagés. Sur les fins des couplets, Lennon joue sur les points de vue pour varier (« I'm in love with her and... », « She's in love with me and... »), arrivant toujours à la même conclusion : « I feel fine »[5].

Enregistrement[modifier | modifier le code]

I Feel Fine est enregistrée alors que les Beatles viennent d'entamer une tournée de concerts au Royaume-Uni. Le 18 octobre 1964, ils enregistrent la chanson en neuf prises aux studios EMI, après avoir travaillé sur d'autres titres de l'album Beatles for Sale[6].

La chanson se distingue par son début insolite, ne correspondant pas aux sons habituellement entendus à l'époque. Il s'agit en fait d'un effet Larsen obtenu en plaçant une guitare devant son propre haut-parleur. Si la presse de l'époque qualifie ce son d'« incident électronique », sa présence sur le disque est tout à fait volontaire, bien qu'il ait été obtenu par hasard. Paul McCartney revient sur les circonstances de cette découverte : « John avait une Gibson semi-acoustique. Elle avait des micros, donc pouvait être amplifiée... Nous étions sur le point de nous retirer pour écouter une prise, quand John a plaqué sa guitare contre l'ampli. Je le vois encore le faire... et ça a fait, « Nnnnnnwahhhh! » [...] C'est un super son ! C'est du Vaudou ? Non, c'est du feedback ! George Martin était là, et on lui a demandé : « On peut avoir ça sur le disque ? » »

George Martin, producteur des Beatles, répond par l'affirmative, en suggérant de placer le son au début. Ainsi, la première note de I Feel Fine est une note de basse jouée par Paul McCartney, suivie de ce feedback si caractéristique et, selon John Lennon, inédit sur un enregistrement[6]. Très fier de son idée, Lennon explique en 1980 : « Je défie quiconque de trouver sur un disque... sauf s'il s'agit de vieux disques de blues de 1922... une pareille utilisation du feedback. Donc, je le revendique pour les Beatles. Avant Hendrix, avant les Who, avant tout le monde. Le premier feedback sur vinyl[4]. »

Interprètes[modifier | modifier le code]

source[7]

Publication[modifier | modifier le code]

Avant même sa publication, le quotidien britannique Daily Mail du 7 novembre 1964 annonce 500 000 précommandes pour I Feel Fine, ce qui en fait un disque d'argent près de trois semaines avant sa sortie au Royaume-Uni[8]. Le single sort d'abord aux États-Unis le 23 novembre, édité par Capitol, puis le 27 novembre au Royaume-Uni chez Parlophone, avec She's a Woman en face B[9]. Ce titre ne figure pas sur l'album Beatles for Sale qui paraît au même moment. Trois semaines plus tard, la chanson est placée sur l'album américain Beatles 65[10]. Derek Taylor mentionne sur la pochette de Beatles for Sale que trois chansons de cet album ont été envisagées comme singles[11] potentiels avant que John Lennon ne mette tout le monde d'accord en proposant I Feel Fine .

La chanson est diffusée pour la première fois à la télévision le 3 décembre, lors d'une apparition des Beatles dans l'émission Top of the Pops. Le single se classe à la première place du hit-parade britannique le 12 décembre 1964 et s'y maintient pendant cinq semaines. Aux États-Unis, elle atteint la tête des charts américains le 26 décembre, et y reste trois semaines[12].

I Feel Fine figure sur les compilations The Beatles 1962-1966, Past Masters et sur 1 où sont reprises les vingt-sept chansons qui ont atteint la première place des charts britanniques ou américains. Une version live enregistrée au théâtre ABC pour l'émission de télévision Blackpool Night Out[13] est disponible sur Anthology 2.

On retrouve une version enregistrée le 17 novembre 1964 en direct des studios de la BBC sur le disque Live at the BBC en plus d'un montage de cette session qui démontre la difficulté d'enregistrer l'effet feedback sur On Air - Live At The BBC Volume 2[14].

Reprises[modifier | modifier le code]

I Feel Fine est reprise dès l'année de sa sortie par The Hollyridge Strings. Dans la seconde moitié des années 1960, on dénote notamment des reprises de Jimmie Haskell (Sing a Song with the Beatles, 1965), The Ventures (Knock Me Out!, 1965), ou encore Chet Atkins (Chet Atkins Picks on the Beatles, 1966). À la fin des années 1980, Sweethearts of the Rodeo en publie une version country (single, 1988), et dix ans plus tard, The Punkles en enregistrent une version punk. Plus récemment, Curtis Stigers en a fait une ballade (sur l'album You Inspire Me, 2003), et Les Fradkin en publie une version instrumentale sur l'album While My Guitar Only Plays[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Steve Turner, p. 61
  2. a et b The Beatles Anthology, p. 160
  3. Barry Miles, p. 172
  4. a et b (en) Extraits d'interviews des Beatles - I Feel Fine, sur beatlesinterviews.org. Consulté le 6/03/2011
  5. (en) Paroles de I Feel Fine sur stevesbeatles.com. Consulté le 6/03/2011
  6. a et b Mark Lewisohn, p. 50
  7. Ian MacDonald, p. 136
  8. Tim Hill, p. 173
  9. Daniel Lesueur, p. 123
  10. Daniel Lesueur, p. 128
  11. Contresens historique : « were seriously considered as singles' » a été traduit sur la pochette française par « furent à juste titre considérées comme uniques ».
  12. Tim Hill, p. 179
  13. (en) http://cinematreasures.org/theaters/25501
  14. Livret du disque On Air - Live At The BBC Volume 2.
  15. (en) Reprises de I Feel Fine sur secondhandsongs.com. Consulté le 8/03/2011

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Beatles (trad. Philippe Paringaux), The Beatles Anthology, Seuil,‎ 2000 (ISBN 2-02-041880-0)
  • Tim Hill, The Beatles : Quatre garçons dans le vent, Place des Victoires,‎ 2008 (ISBN 978-2-84459-199-9)
  • Daniel Lesueur, Les Beatles : La discographie définitive, Alternatives & Parallèles,‎ 1997 (ISBN 2-86227-138-1)
  • Steve Turner, L’intégrale Beatles : les secrets de toutes leurs chansons, Hors Collection,‎ 1995 (ISBN 2-258-04079-5)
  • (en) Mark Lewisohn, The Complete Beatles Recording Sessions : The Official Story of the Abbey Road Years, 1962-1970, Londres, Hamlyn-EMI,‎ 1988 (ISBN 0-600-55784-7)
  • (en) Ian MacDonald, Revolution in the Head: The Beatles' Records and the Sixties, Pimlico,‎ 2005 (ISBN 1-844-13828-3)
  • (en) Barry Miles, Paul McCartney: Many Years From Now, Henry Holt and Company,‎ 1997 (ISBN 0-8050-5249-6)