Carl Perkins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perkins.

Carl Perkins

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carl Perkins en 1955

Informations générales
Nom de naissance Carl Lee Perkins
Naissance 9 avril 1932
Tiptonville (en), Tennessee
Décès 19 janvier 1998 (à 65 ans)
Jackson, Tennessee
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Rock 'n' roll, rockabilly, country
Instruments Guitare : Gibson Les Paul et ES-5 (en)
Années actives 1946 - 1998
Labels Sun Records
Columbia Records
Mercury Records

Carl Perkins est un chanteur de rock 'n' roll américain né le 9 avril 1932 à Tiptonville au Tennessee et mort le 19 janvier 1998 à l'âge de 65 ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carl est issu d'un milieu agricole où il commence à travailler tout jeune dans les champs de coton avec des ouvriers Noirs. Le jour, il y apprend le gospel et, la nuit, il écoute du blues et de la country sur des radios locales. Il y apprend aussi la guitare en autodidacte.

Aux débuts des années 1950, il forme un trio de musique country, les "Perkins Brothers", avec ses frères Jay B. et Clayton[1].

En 1954, un single d’Elvis Presley (Blue Moon of Kentucky) entendu souvent à la radio le pousse à tenter sa chance auprès de Sam Phillips, patron de Sun Records. Ses tout premiers enregistrements sont des ballades. Sam Phillips revend le contrat d'Elvis à RCA, misant sur Perkins pour le remplacer.

En 1955, Carl Perkins possèdait une paire de chaussures en daim bleu. Il y tenait particulièrement et craignait qu'on ne les abîme en lui marchant sur les pieds. C'est l'époque de la naissance du rock 'n' roll. Issu du Tennessee rural, marqué par le blues des noirs et la country music des blancs, il compose une chanson inspirée de ses belles chaussures et enregistre le 1er janvier 1956, Blue Suede Shoes qui devient son véritable premier hit, mais aussi un hymne pour la jeunesse. Prouesse supplémentaire, il s’impose en simultané dans les « charts » rhythm and blues, pop et country. La face B de Blue Suede Shoes, la chanson Honey Don't, est considérée comme le deuxième plus grand hit de Perkins. Les deux tubes seront par la suite repris par Elvis Presley.

A la guitare devenu virtuose, il mélange picking, rapidité et accords dévastateurs. Grâce à lui, le rockabilly gagne ses lettres de noblesse. Alors au faîte de sa gloire, il échappe de peu à la mort dans un accident de voiture qui a lieu alors qu'il se rend à New York pour participer à l'émission de télévision de Perry Como. Son manager décède au cours du drame. Carl Perkins passe plusieurs mois à l’hôpital entre déprime et télégrammes de Presley, qui enregistre à ce moment là sa propre version de Blue Suede Shoes.

Le 4 décembre 1956, il enregistre Matchbox aux studios Sun, inspiré d'un blues de Blind Lemon Jefferson. Ses deux frères l'accompagnent, ainsi que le jeune Jerry Lee Lewis. Johnny Cash est présent dans le studio quand le King décide de venir faire un tour dans son ancienne maison de disques. Les quatre chanteurs se retrouvent naturellement autour du piano pour improviser quelques airs traditionnels. Sam Phillips, qui flaire le bon coup, laisse les micros allumés à leurs insu. Cet enregistrement ne sera pourtant publié qu'après la mort d'Elvis, sous le titre The Million Dollar Quartet.

En 1958, malgré son alcoolisme chronique, Perkins signe chez Columbia pour quelques hits mineurs. Il sort Whole Lotta Shakin', un album de reprises. Son frère Jay décède terrassé par une tumeur au cerveau.

En 1964, alors qu’il est en tournée au Royaume-Uni avec Chuck Berry, les Beatles déclarent dans une interview combien son influence a été décisive sur leurs compositions en aillant repris d'ailleurs plusieurs de ses chansons sur leurs disques. Le 1er juin, il assiste aux studios d'Abbey Road à leur enregistrement de Matchbox.

Mais c’est surtout sa rencontre avec Johnny Cash et sa participation au show télévisé de ce dernier qui lui permettent de se reconstruire, alors qu'il avait quitté le métier. Le déroulement de leurs carrières est identique (départ et retour à la country, batailles gagnées contre l’alcool et les drogues). Il signe un contrat discographique et abandonne un Rockabilly mourant pour des écarts country puis rock. Il écrit Daddy Sang Bass pour Johnny Cashn qui obtient un grand succès en 1969.

Il décide de former un groupe avec ses fils Stan et Greg, et de monter son propre label baptisé "Suede". Au début des années 1980, il réalise des sessions avec Paul McCartney et se produit avec Jerry Lee Lewis, Johnny Cash et Roy Orbison. L’Angleterre, terre d’asile pour les rockers américains, l’acclame. En 1987, il est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame.

Gros fumeur,traité pour un cancer de la gorge en 1993, il continue d’écrire, de s’occuper de ses deux restaurants et de sa fondation pour les enfants battus. Au fil des années, il voit ses compositions reprises notamment par les plus grands : les Beatles (5), Elvis Presley, Ricky Nelson, Eddie Cochran, Vince Taylor, Johnny Burnette, Link Wray, Patsy Cline, Dolly Parton, Mountain, Eric Clapton ou encore The Stray Cats.

Le dernier album de Carl Perkins, Go Cat Go, en 1996, comporte de nouvelles collaborations avec notamment Paul Simon, John Fogerty, Tom Petty et Bono.

Il meurt en 1998 suite à une rechute de son cancer de la gorge, après plusieurs mois de souffrance. Il est enterré au cimetière de Ridgescrest à Jackson (Tennessee).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kent Jones, dans le Dictionnaire du rock, sous la direction de Michka Assayas, Robert Laffont, 2001, p. 1372-1374.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :