Oratoire carolingien de Germigny-des-Prés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oratoire carolingien de
Germigny-des-Prés
Image illustrative de l'article Oratoire carolingien de Germigny-des-Prés
Présentation
Nom local Oratoire carolingien ou église de la Très-Sainte-Trinité
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Rattachement Évêché d'Orléans
Début de la construction IXe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Architecte Théodulf d'Orléans, Juste Lisch
Style dominant Carolingien
Protection Logo monument historique classé MH (1840)
Géographie
Pays France
Région Centre
Département Loiret
Commune Germigny-des-Prés
Coordonnées 47° 50′ 46.8″ N 2° 15′ 59.7″ E / 47.846333, 2.266583 ()47° 50′ 46.8″ Nord 2° 15′ 59.7″ Est / 47.846333, 2.266583 ()  Géoportail

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Oratoire carolingien deGermigny-des-Prés

Géolocalisation sur la carte : Centre

(Voir situation sur carte : Centre)
Oratoire carolingien deGermigny-des-Prés

Géolocalisation sur la carte : Loiret

(Voir situation sur carte : Loiret)
Oratoire carolingien deGermigny-des-Prés

L’oratoire carolingien de Germigny-des-Prés ou église de la Très-Sainte-Trinité est une église française situé à Germigny-des-Prés dans le département du Loiret en région Centre.

C'est l'une des plus anciennes églises de France, rare exemple du style architectural carolingien.

Le monument est situé dans le périmètre de la région naturelle du Val de Loire inscrit au patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

L’oratoire carolingien est situé à Germigny-des-Prés, dans la région naturelle du Val de Loire, le département du Loiret et le canton de Châteauneuf-sur-Loire, à proximité de la route départementale 60.

L'édifice dépend du diocèse d'Orléans.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'oratoire est construit entre 803 et 806 par l'évêque Théodulf d'Orléans, théologien et poète familier de Charlemagne, selon un plan centré en croix grecque.

Au XVe siècle, le bâtiment est transformé en forme de basilique par ajout d'une nef.

De 1867 à 1876, l'oratoire est reconstruit par Juste Lisch.

Description[modifier | modifier le code]

L'Oratoire[modifier | modifier le code]

Plan de l'oratoire carolingien
Perspective des arcatures

Il adopte un plan en forme de croix grecque (quatre absides semi-circulaires sur quatre côtés d'un carré, l'abside orientale étant celle de la mosaïque), imité de l'oratoire du palais impérial à Aix-la-Chapelle (Allemagne) et dont le prototype est la cathédrale d'Etchmiadzin (Arménie)[réf. nécessaire].

L'église a été consacrée le sous le vocable de Sainte Geneviève et Saint Germain. Elle aurait été alors la plus riche de Neustrie. Elle fut le siège d'un concile en 843, et incendiée avant 854. Érigée en prieuré en 1067, en paroisse au XIIIe siècle. Une nef est construite au XVe siècle et XVIe siècle après destruction de l'abside occidentale. Cette nef est rallongée au XIXe siècle, le massif initial étant surmonté d'un clocher. L'église a été classée monument historique en 1840 et restaurée à partir de 1867[2].

La partie la plus ancienne (en croix grecque) est constituée d'arcatures outrepassées (c'est-à-dire, dont la courbure est supérieure à celle de l'arc en plein cintre) de style wisigothique. La coupole n'est pas d'origine. Elle couronne une tour lanterne avec deux niveaux d'ouvertures : quatre séries de trois arcatures en dessous de fenêtres garnis de carreaux d'albâtre tamisant la lumière.

La mosaïque se situe au-dessus d'une série de petites arcatures aveugles, mais dont l'intérieur était manifestement décoré de mosaïques dont on voit encore les traces.

Le mobilier est peu abondant. On distingue essentiellement une Pietà de l'école bourguignonne, située près de l'oratoire. L'église comporte un petit musée avec notamment un reliquaire du XIIe siècle.

La mosaïque byzantine[modifier | modifier le code]

L'église contient, sur le cul de four de l'abside, la seule mosaïque byzantine de France, elle représente deux anges qui entourent l'Arche d'alliance. Cette scène s'inspire à l'évidence de mosaïques de la Basilique Saint-Vital de Ravenne.

Elle a été badigeonnée lors de la Révolution française, puis redécouverte au milieu du XIXe.

Cette représentation est particulièrement intéressante par les liens étroits qu'elle entretient avec la crise iconoclaste qui sévissait à l'époque de sa réalisation.

La mosaïque occupe dans l'église la place que la tradition byzantine réserve aux images de la Vierge Marie trônant, le Christ sur ses genoux, et entourée de deux anges, l'un à droite et l'autre à gauche. Ces deux anges signifient le caractère divin de Celui qu'ils entourent.

Le mosaïste de Germigny, qui connaît visiblement bien les usages de Byzance, s'il n'est pas Romain (Byzantin) lui-même, a renoncé à la représentation de la Mère de Dieu pour une image équivalente sur le plan symbolique. L'arche d'alliance en effet qui contient la manne, le pain descendu du ciel, est tenue par les exégètes chrétiens pour une préfiguration de la Sainte Mère qui tient le Christ, né à Bethléem, la ville du pain.

On peut donc se demander si l'artiste n'est pas influencé par l'iconoclasme qui remplaçait les images réelles par les "ombres" et les symboles.

Il représente l'arche d'alliance entourée des deux anges d'or qui, selon la Bible, entourent le propitiatoire et il ajoute encore deux autres anges, images "réelles" cette fois, comme s'il s'agissait d'entourer la Vierge Marie et son divin fils.

Il faut savoir que les passages de l'Exode (36,35 et 37, 7-9) qui décrivent le voile du Temple et le propitiatoire ont été abondamment utilisés à Byzance par les partisans de la vénération des images. Ils constituent en effet une exception de taille à l'interdiction de fabriquer images taillées ou figures (Ex. 20, 4-5).

Le mosaïste, et derrière lui Théodulf d'Orléans, semblent se situer à mi-chemin entre l'iconoclasme et la position des partisans byzantins des images (Jean Damascène et Théodore Studite, par exemple). Cette position intermédiaire est exactement celle des théologiens de Charlemagne, du concile de Francfort de 794 qui condamne les iconoclastes, et des Livres carolins dont Théodulf est l'auteur pour une majorité des historiens[3]. Elle n'a été acceptée, à l'époque, par aucun pape.

Divers[modifier | modifier le code]

L'intérieur de l'église

La mosaïque byzantine de l'oratoire a été l'objet d'un timbre émis par La Poste en 2000.

L’oratoire a accueilli en 2012 53 000 visiteurs environ ce qui en fait l'un des monuments les plus fréquentés du Loiret[4].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Antoine Totti, Germigny-des-Prés, église carolingienne : la plus vieille église de france, Montargis, Imprimerie H. Léger,‎ 1934, 14 p.
  • Monique Gauthier, Michel Gauthier, L'oratoire carolingien de Germigny des Prés, M. G.,‎ 2003, 72 p. (ISBN 9782952021203)

Articles[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]