André Grabar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grabar.
André Grabar

André Grabar est un historien de l'art français d'origine russe, né à Kiev le 26 juillet 1896 et mort le 3 octobre 1990 (à 94 ans) à Paris. Professeur d'archéologie byzantine au Collège de France et membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, il est considéré comme l'un des fondateurs de l'histoire de l'art byzantin au XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à Saint-Pétersbourg où il eut pour professeur N. Kondakov et D. Ainalov, André Grabar quitte la Russie en 1920 pour la Bulgarie, où il devient conservateur-adjoint au Musée archéologique de Sofia pour trois ans. Il part ensuite à Paris où il devient l'élève de Gabriel Millet, le véritable fondateur de l'école byzantiniste française autour de sa chaire au Collège de France et de son séminaire à l'École des hautes études. Après un premier poste universitaire à Strasbourg, il succède à son maître G. Millet en 1937 à l'École pratique des hautes études, puis obtient en 1946 une chaire d'archéologie byzantine au Collège de France, poste qu'il occupe jusqu'en 1966.

Parenté[modifier | modifier le code]

André Grabar est le père de l’archéologue et historien Oleg Grabar (1929-2011).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Empereur dans l'art byzantin (1936)
  • Martyrium (1943)
  • L'Iconoclasme byzantin (1957)
  • Le Premier Art Chrétien (1967)
  • Les Voies de la création en iconographie chrétienne (1978)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maria Giovanna Muzj, Un maître pour l'art chrétien : André Grabar, iconographie et théophanie, Cerf, 2005.