Etchmiadzin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Etchmiadzin
(hy) Էջմիածին
Blason de Etchmiadzin
Héraldique
Drapeau de Etchmiadzin
Drapeau
Saint-Siège d'Etchmiadzin
Saint-Siège d'Etchmiadzin
Administration
Pays Drapeau de l'Arménie Arménie
Région Armavir
Maire
Mandat
Karen Grigoryan[1]
2012-2016
Démographie
Population 57 252 hab. (2009)
Densité 1 294 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 09′ 28″ N 44° 17′ 32″ E / 40.157913, 44.292088 ()40° 09′ 28″ Nord 44° 17′ 32″ Est / 40.157913, 44.292088 ()  
Superficie 4 424 ha = 44,24 km2
Fuseau horaire UTC+4
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Arménie

Voir la carte administrative d'Arménie
City locator 13.svg
Etchmiadzin

Géolocalisation sur la carte : Arménie

Voir la carte topographique d'Arménie
City locator 13.svg
Etchmiadzin
Liens
Site web http://ejmiatsin.am/

Etchmiadzin (en arménien Էջմիածին) ou Vagharchapat (Վաղարշապատ, nom officiel mais rarement utilisé) est une ville d'Arménie située à une vingtaine de kilomètres d'Erevan. Elle compte 57 252 habitants en 2009[2].

C'est à Etchmiadzin que se trouve le siège de l'Église apostolique arménienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Etchmiadzin est située à 20 kilomètres d'Erevan, capitale de l'Arménie. Elle constitue aussi la plus grande banlieue d'Erevan. Elle est formée d'un centre-ville, où sont installées plusieurs églises et des maisons basses. La ville possède un parc dans le centre-ville même. Le centre est entouré par une grande avenue et quelques habitations tout autour. La place principale s'appelle « Komitas », en l'honneur de Komitas, musicien et compositeur. La ville (à part les églises) ne présente pas un grand intérêt. En dehors de la petite agglomération, sont sis le site archéologique de Zvartnots et l'aéroport le plus important d'Arménie : l'« aéroport international Zvartnots ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Etchmiadzin, dont le nom d'origine est Vagharchapat, a été fondée entre 570 et 560 avant J.-C. La ville, s'appelant à cette époque Varguésavan, est rebaptisée par le roi Vagharch Ier (vers 117-140) de la dynastie arsacide, qui la nommera Vagharchapat. Il fortifie aussi la ville qui devient une ville-résidence.

L'armée romaine fait une incursion dans la région en 163, et un nom grec lui est donné , Kainepolis, « nouvelle ville ». À cette époque, Vagharchapat devient la capitale de l'Arménie au détriment d'Artachat, qui perd ce statut. Vagharchapat obtient une place importante grâce à l'installation du siège de l'Église apostolique arménienne fondée par Grégoire Ier l'Illuminateur, consacrée par la construction de la cathédrale Sourp Etchmiadzin.

L'Arménie et Vagharchapat perdent leur indépendance en 428 ; le pays est sous domination perse. Après cette période, Vartan Mamikonian restaure la cathédrale en 484. Puis on assiste à une fièvre constructrice : la bibliothèque dans laquelle sont conservés les manuscrits, le Matenadaran, est créée en 486, l'église Sourp Hripsimé est édifiée en 618, Sourp Gayané en 630 ; hors de la ville est construite la cathédrale de Zvartnots entre 641 et 652, dans un style architectural inédit en Arménie.

Vagharchapat pillée par les Kurdes et les Perses.

Au début du Moyen Âge, Vagharchapat est une ville commerçante. Les habitants sont d'origines diverses : Arméniens bien sûr, mais aussi Grecs, Perses, Assyriens et même Juifs. Par la suite la ville connaît un certain déclin mais revient sur le devant de la scène en 1441, lorsqu'elle redevient le siège du catholicossat, qui se trouvait jusque là à Sis en Cilicie.

Le Français Jean Siméon Chardin visite la ville en 1673 et en dessine un panorama représentant les édifices religieux. Il sera imité plus tard par un autre Français, Jean-Baptiste Tavernier, à l'occasion de son voyage en Arménie de 1655 à 1662.

Au cours du XVIIe siècle, la ville est en travaux, avec notamment la construction de nouveaux bâtiments et la restauration de certaines églises, et connaît un essor économique ; elle est située sur un axe commercial, Tabriz-Erevan-Erzurum. Vagharchapat passe sous la domination des Russes en 1828. Plus tard, au XXe siècle, d'autres infrastructures sont construites au centre de la ville. Elle est rebaptisée Etchmiadzin entre les années 1945 et 1995. Avec le boom démographique, actuellement, elle constitue la principale ville de l'aire urbaine d'Erevan et l'une des villes les plus importantes de l'Arménie. C'est surtout un lieu saint pour les Arméniens en raison de la présence du siège de l'Église apostolique arménienne situé en son centre.

Saint-Siège[modifier | modifier le code]

Le grand complexe monastique d'Etchmiadzin, qui est actuellement le siège du catholicos de tous les Arméniens, est constitué de plusieurs édifices ou de groupes d'édifice datant des IVe, Ve, VIe et XVIIe siècles. Depuis 2000, le complexe religieux d'Etchmiadzin ainsi que le site archéologique de Zvartnots sont inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO[3].

Aujourd'hui, le siège de l'Église apostolique arménienne abrite la chancellerie catholicossale, un grand séminaire et un musée.

Église Sourp Astvatsatsin[modifier | modifier le code]

L'église Sourp Astvatsatsin (« Sainte-Mère-de-Dieu ») est, comme les autres, édifiée vers le VIe siècle. Elle est reconstruite vers 1767. Actuellement, elle occupe une fonction et une « célébrité » beaucoup moins importante que les autres édifices religieux d'Etchmiadzin.

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée à[4] :

Personnalités nées à Etchmiadzin[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Etchmiadzin.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (hy+en) « Central Electoral Commission of the Republic of Armenia » (consulté le 11 septembre 2012).
    Pour obtenir la page en anglais, cliquez en haut à droite sur « English » ; ensuite, dans le menu vertical de gauche, cliquez sur « Elections », puis sur « Head of Community » et sélectionnez la dernière élection correspondant à la communauté voulue.
  2. (en) ArmStat, Marzes of the Republic of Armenia in figures, « RA Armavir Marz »,‎ 2009 (consulté le 14 décembre 2009).
  3. « Cathédrale et les églises d'Etchmiadzine et le site archéologique de Zvartnotz », sur UNESCO (consulté le 8 juillet 2008).
  4. (en) « Sister cities », sur Municipality of Ejmiatsin (consulté le 20 décembre 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]