Parricide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sur les autres projets Wikimedia :

.

Le parricide, terme issu du latin parricidia (assassin d'un proche) désigne :

  1. L'acte d'assassiner son père, sa mère (dans ce dernier cas, on parle plus spécifiquement de matricide) ou un autre de ses ascendants, voire toute relation proche.
  2. L'acte d'assassiner une personne établie dans une relation comparable à celle d'un parent (par exemple, le dirigeant d'un pays).
  3. L'auteur de cet acte.

En philosophie, le parricide est l'acte (symbolique) fondateur de l'école athénienne « Il faut tuer Parménide »[1],[2].

Condamnation[modifier | modifier le code]

Dans l’antiquité romaine[modifier | modifier le code]

À Rome, le meurtre de parents proches, ascendants, frères, sœurs, ou patron était le pire des crimes. Selon ce qu'indique Cicéron, le condamné était fouetté puis, la tête enveloppée dans un sac de cuir, il est cousu dans un sac et jeté au Tibre ou à la mer[3]. Une loi promulguée par Pompée (en 70 av. J.-C. ou en 55-52 av. J.-C.) remplaça cette peine de mort par la peine prévue par la loi Cornelia de sicariis, c'est-à-dire le bannissement[4]. Elle fut rétablie ultérieurement et avait cours sous Auguste[5]. Son rétablissement s'accompagne d'une aggravation, car des auteurs de la période impériale indiquent que l'on ajoutait dans le sac des animaux, un singe selon le satiriste Juvénal[6], un serpent selon Plutarque[7] et Sénèque[8], un coq et un chien affamé[9]. Les recueils de lois établis au Ve et VIe siècles reprennent ces indications : les serpents dans le Code théodosien[10], le coq et le chien dans le Digeste[11].

En France[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le parricide, crime à forte charge symbolique, se situe, au XIXe siècle et XXe siècle, au sommet de la pyramide criminelle puisqu'il menace l'ordre social même : il mérite une peine exemplaire. Le parricide est donc non seulement puni de la peine de mort mais la condamnation s'accompagne d'un cérémonial particulier : le condamné a le visage couvert d'un voile noir et jusqu'en 1832 son poing est tranché avant que la guillotine n'entre en œuvre.

Le parricide est supprimé en France en tant qu’incrimination spécifique à la promulgation du Nouveau Code Pénal. On parle désormais (Code pénal (France)) de « meurtre d'un ascendant légitime ou sur les pères ou mères adoptifs » puni de la réclusion criminelle à perpétuité.

Cas historiques[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Dans Dostoïevski et le parricide, un essai de 1928, Freud présente le parricide comme sujet central de trois chefs-œuvre littéraires [12]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Une pièce de Domnique Warluzel porte également ce titre. Elle est interprétée, en 2014, par Jean-Pierre Kalfon et Pierre Santini.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Dalgalian, Le réel et le fantastique, L'Harmattan,‎ 1999, 208 p., p. 138
  2. Monique Dixsaut, Platon et la question de la pensée, vol. 1, Vrin, coll. « Études platoniciennes »,‎ 2000, 330 p., p. 176
  3. Cicéron, Pro Roscio Amerino, 26, 72 ; De inventione, II, 50, 148 ; Ad Quintum, I, 2, 2, 5
  4. Lex Pompeia de parricidiis, Digeste, XLVIII, 9 [1]
  5. Suétone, Vie des douze Césars, Auguste, 33
  6. Juvénal, 8, 214 ; 13, 156
  7. Plutarque, Vie de Tiberius Gracchus, 20
  8. Sénèque, De clementia, I, 15, 23
  9. Dosithée Magister, Hard. sent., 16
  10. Code théodosien, 9, 15, 1
  11. Digeste, 48, 9, 9
  12. FREUD, Sigmund (1928). «Dostoïevski et le parricide», tr. Henri Mongault. Publié pour la première fois en 1928 dans un recueil d'essais allemands sur Les Frères Karamazov. Lire la traduction française par Henri Mongault. Lire la version anglaise publiée dans 'The International Journal of Psychoanalysis'.
  13. Le Père Goriot, édition Furne, vol.III, p.277