Laguiole (Aveyron)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laguiole.
Laguiole
Toitures en lauzes de Laguiole
Toitures en lauzes de Laguiole
Blason de Laguiole
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Laguiole (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Aubrac-Laguiole
Maire
Mandat
Vincent Alazard
2008-2014
Code postal 12210
Code commune 12119
Démographie
Gentilé Laguiolais(e)
Population
municipale
1 243 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 41′ 06″ N 2° 50′ 53″ E / 44.685, 2.84805555556 ()44° 41′ 06″ Nord 2° 50′ 53″ Est / 44.685, 2.84805555556 ()  
Altitude Min. 868 m – Max. 1 342 m
Superficie 63,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Laguiole

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Laguiole

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laguiole

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laguiole

Laguiole (prononcé [laˈjɔl][1] ; en occitan : La Guiòla) est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Terrisse
Cassuéjouls
Alpuech La Trinitat Rose des vents
Soulages-Bonneval N Saint-Urcize
O    Laguiole    E
S
Montpeyroux Curières

Site[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le Massif central sur le plateau central de l'Aubrac aveyronnais, classé en zone Natura 2000[2],[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune, La Glaziole, La Glaiole, Gléole au XIIIe siècle vient de l'occitan la glèiòla signifiant « la petite église »[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Laguiole

Les armes de la commune de Laguiole se blasonnent ainsi :
Écartelé, au premier et au quatrième de gueules au griffon d'or ; au deuxième et au troisième, de gueules au sautoir d'argent cantonné de quatre clés du même.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le Rouergue est conquis en 767 par Pépin le Bref et les ducs d'Aquitaine[6]. Il reste sous la dépendance des comtes de Rouergue jusqu'à la mort de Jeanne de Toulouse et de son mari Alphonse de Poitiers, en 1271. Le comté passe ensuite sous la dépendance directe des rois de France. Les Albigeois s'en sont emparés en 1208 et en ont été chassés en 1210 par Jean de Beaumont, seigneur de Thénières. Les Anglais prennent le Fort de Laguiole et ses environs en 1355 mais en sont chassés quelques années plus tard.

Par lettres patentes données le 29 mai 1369, le roi Charles V étant au bois de Vincennes, donne la châtellenie de Laguiole et les trois autres du Rouergue au comte de Rodez, dont Laguiole, à Jean d'Armagnac qui l'a aidé pour lutter contre les Anglais. C'est l'une des quatre châtellenies du Rouergue. Elle comprenait Laguiole, Curières et la Roquette Bonneval.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Les huguenots de Chirac pillent Laguiole le 10 janvier 1588. Le comté de Rodez revient par héritage à la maison d'Albret. Le comté revient au domaine royal quand Henri de Navarre, comte de Rodez, devient le roi de France Henri IV, en 1589. Le Fort de Laguiole était toujours debout d'après un acte du notaire Brunel, en 1620, mais n'existait plus en 1735.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La Mairie.
Rue principale.
Vue d'ensemble.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Pierre Baduel    
1792 1794 G.A. Montvallat    
1794 1800 Pierre Baduel    
1800 1802 G.A. Montvallat    
1802 1813 Labarthe    
1814 1817 Pierre Baduel    
1817 1825 Labarthe    
1826 1830 Moulines    
1830 183? Recoussines    
1851 1870 Pierre  ?    
1870 1878 Jules Baduel    
1881 1882 Neyrolles    
1882 1898 Salettes    
1898 1904 Valadier    
1904 1915 Prat    
1915 1919 Viala   Adjoint faisant fonction de maire
1919 1921 Joseph Baduel    
1922 1926 Dijols    
1926 1929 Bergounhon    
1929 1943 Th. Malet    
1943 1944 A. Cayla    
1944 1945 G. Dupuy    
1945 1953 Th. Malet    
1953 1959 Tenegal    
1959 1971 A. Cayla    
1971 1979 Guy Dumas Divers droite Conseiller général
1979 1989 Jean-Louis Cromieres Sans étiquette  
1989 2001 Guy Dumas Divers droite Conseiller général
2001 en cours Vincent Alazard Divers droite Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Scarperia (Italie) commune italienne de la province de Florence dans la région Toscane en Italie, située à environ 25 km au nord-est de Florence.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 243 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 833 1 973 1 928 2 177 2 128 2 178 2 174 2 020 2 115
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 934 1 837 1 996 1 989 1 984 1 930 1 914 1 941 1 871
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 890 1 885 1 767 1 576 1 647 1 509 1 612 1 468 1 366
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 262 1 282 1 291 1 231 1 264 1 248 1 260 1 261 1 243
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Station de sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Des parcours raquettes balisés
Article détaillé : Laguiole - Le Bouyssou.

La station de sports d'hiver de Laguiole - Le Bouyssou est située à 10 kilomètres du village. Elle propose 14 pistes de ski alpin desservies par 11 remontées-mécaniques. L'espace nordique dispose quant à lui de 50 kilomètres de pistes tracées et balisées (skating et alternatif). Il y a aussi une piste de luge et des parcours raquettes balisés.

Économie[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Coopérative Jeune Montagne[modifier | modifier le code]

Installée au cœur de l’Aubrac, Jeune Montagne fabrique l’Aligot de l’Aubrac et la Tome fraîche de l’Aubrac, elle est également le principal producteur du fromage de Laguiole A.O.P. au lait cru et entier. Les conditions de production de l'appellation d'origine (lait cru, alimentation des animaux à base d'herbe et de foin, etc.), en adéquation avec les contraintes d'un territoire montagnard, préservent la biodiversité de l'écosystème de l'Aubrac et assurent une agriculture durable[9].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Coutellerie de Laguiole[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Matthieu[modifier | modifier le code]

 Inscrit MH (1927)[10]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Hospice[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Presbytère de Laguiole.

 Inscrit MH (1928)[11]

Hospice ou ancien presbytère, avec la croix de l'ancien séminaire.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Chapelle[modifier | modifier le code]

Chapelle sur la place du Foirail.

Cette chapelle se situe sur la place du Foirail. À l'intérieur, sans la crypte, on peut admirer la fresque réalisée par Nicolas Greschny.

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Château de la Boissonnade[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de la Boissonnade.

 Inscrit MH (1928)[12]

Château d'Oustrac[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château d'Oustrac.

 Inscrit MH (2007)[13]

Pont de Pigasse[modifier | modifier le code]

Le pont de Pigasse enjambe la Selves.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • La cascade des Oules, avec un sentier de découverte.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Statue du Taureau sur le Foirail.
  • Le Taureau de Laguiole, œuvre du sculpteur animalier Georges Guyot, représentant la race Aubrac, placé sur son socle d'orgue basaltique sur la place du Foirail depuis 1947.
  • La Gentiane Pneumonanthe, sculpture de Michel Basson, au début de la route de l'Aubrac.
  • Musée du Haut Rouergue présentant de nombreux objets et des photos sur la vie traditionnelle e la montagne. Le musée est ouvert en août.
  • Musée du couteau de Laguiole, de l'objet forgé et de l'outil tranchant. Musée privé de la famille Honoré Durand.

Couteau[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Laguiole (couteau).

Le Laguiole est aussi un type de couteau.

Le village s'est débaptisé symboliquement le 19 septembre 2012 pour protester contre un jugement acceptant l'utilisation de la marque « Laguiole » pour des objets non fabriqués localement[14].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Laguiole affiné.
Articles détaillés : Laguiole (fromage), Aligot et Soupe au fromage.

Laguiole a donné son nom au laguiole, parfois appelé fourme de Laguiole. C'est un fromage à pâte pressée non cuite, cousin du cantal.

Le caillé issu du premier pressage, non encore affiné, peut être sorti du cycle de fabrication du fromage de Laguiole. Sous l'appellation de tome fraîche, il est utilisé pour réaliser l'Aligot, plat traditionnel de l'Aubrac, qui est une sorte de purée de pommes de terre dans laquelle on inclut de la tome. Le geste de tourner la purée est essentiel pour faire filer la pâte. La tome entre également dans la préparation du retortillat, autre plat typique de la région.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Prat[15], né à Laguiole le 24 octobre 1696 et mort à Montauban le 30 novembre 1764. Il a d'abord suivi les cours du petit séminaire de Laguiole dont son frère aîné, Pierre Prat, curé de la ville, était le supérieur. Il étudia la médecine à Montpellier. Son oncle, François Prat, qui avait prêché à la cour deux carêmes et un avent, lui fit obtenir un brevet de médecin du roi pour la nouvelle colonie de Louisiane. Apprécié du commissaire-ordonnateur, monsieur de La Chaise, il se dépensa au service des malades et étudia les simples qui se trouvaient autour de La Nouvelle-Orléans. Il découvrit les propriétés fébrifuges d'une liane du pays. Grâce à cette découverte, il put soigner le commissaire-ordonnateur. Ses mérites lui vaut d'être nommé au conseil souverain de la colonie. Il revint en France, puis à Laguiole avant de s'établir à Montauban où l'intendant de la généralité, Gaspard-César-Charles de Lescapolier, l'aide à acheter une terre.
  • Marcellin Cazes, né à Laguiole en 1888, propriétaire à partir de 1920 de la brasserie Lipp, prototype du bougnat qui a réussi.
  • Michel Bras, né en 1946 à Gabriac (Aveyron), chef cuisiner, tient un restaurant près de Laguiole, portant trois étoiles depuis 1999.
  • Famille Baduel d'Oustrac, famille de notables locaux

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Guy Dumas), La Guiòla : Cassuèjols, Curièiras, Mont-Peirós, Solatges / Christian-Pierre Bedel e les estatjants del canton de La Guiòla, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 2001, ill., couv. ill. ; 28 cm, 372 p. (ISBN 2-907279-51-3, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF376585043)
  • Daniel Crozes, Le laguiole : une lame de légende, Rodez, Éd. du Rouergue,‎ 1996, ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 29 cm, 156 p. (ISBN 2-84156-041-4, notice BnF no FRBNF35840140s)
  • Abbé Georges Gaidou, Laguiole en haut Rouergue : retour sur le passé, regard sur le présent. : Fac-sim. de l'éd. de : Laguiole : Syndicat d'initiatives, 1967, Nîmes, C. Lacour, coll. « Rediviva »,‎ 2002, couv. ill. en coul. ; 21 cm, 156 p. (ISSN 0989-4616, notice BnF no FRBNF38886155h)
  • Abbé C. Besombes, Montmaton : sa terre et son histoire : Fac-sim de l'éd. de : Rodez : Impr. Carrère, 1949, Nîmes, C. Lacour, coll. « Rediviva »,‎ 2005, ill., couv. ill. en coul. ; 21 cm, 84 p. (ISBN 2-7504-1038-X, ISSN 0989-4616, notice BnF no FRBNF40027637k)
  • Philippe Gagnebet (photogr. Patrice Thébault), Forge de Laguiole : voyage au centre d'une légende, Souyri, Au fil du temps éd.,‎ 2008, nombreuses ill. en en coul., couv. ill. en coul. ; 25 x 28 cm, 61 p. (ISBN 978-2-9526745-6-0, notice BnF no FRBNF41380615g)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Moysset (Participant) et pas de mention de réalisateur, Forge de Laguiole : un état d'esprit au service de la performance. : Film présenté au XXIVème Festival international de l'image institutionnelle et corporate (FIMAC) 2011, s.l., C tout vu production,‎ 2010, 1 fichier vidéo numérique (6 min 21 s) : coul. (PAL), son. (notice BnF no FRBNF42472061k)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Pierret, Phonétique historique du français et notions de phonétique générale, Peeters, Louvain-la-Neuve, 1994, p. 102.
  2. DEVN0650433A
  3. Natura 2000 : Fiche du site FR7300871 (Plateau central de l'Aubrac aveyronnais)
  4. Laguiole : Histoire et patrimoine
  5. Jacques Astor, Dictionnaire des noms de familles et noms de lieux du Midi de la France, Éditions du Beffroi, 2002, p. 379 (rubrique Gleize, Gleyze).
  6. Histoire de Laguiole
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. Coopérative Jeune Montagne
  10. « Notice no PA00094041 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Notice no PA00094042 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Notice no PA00094040 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Notice no PA12000041 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Delphine de Mallevoüe D, Dépossédé de son nom, le village de Laguiole se rebelle, Le Figaro, 19/9/2012
  15. Henri Affre, Lettres à mes neveux sur l'histoire de l'arrondissement d'Espalion, p. 381-384, Imprimerie de Veuve Cestan née Moins, Villefranche, 1858 Texte