Affaire Malik Oussekine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Malik Oussekine)
Aller à : navigation, rechercher

L’affaire Malik Oussekine est une affaire de violence policière française, très médiatisée, ayant entraîné la mort de Malik Oussekine, le 6 décembre 1986 à Paris, après une manifestation étudiante contre le projet de réforme universitaire. À la suite de cet événement, le projet de loi a été retiré et son auteur, le ministre délégué Alain Devaquet, a démissionné.

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis le 25 novembre 1986, étudiants et lycéens manifestent contre le projet Devaquet. De sévères affrontements ont lieu avec la police en marge des manifestations, causant des dizaines de blessés.

Le 6 décembre 1986, après une manifestation, des étudiants occupent la Sorbonne. L'université est évacuée dans le calme, mais quelques étudiants tentent d’élever une barricade à l’angle de la rue Monsieur-le-Prince et de la rue de Vaugirard dans le 6e arrondissement. Immédiatement, une équipe de « voltigeurs » est envoyée sur place. Les voltigeurs ont été remis en service par Robert Pandraud, ministre délégué à la Sécurité auprès du ministre de l'Intérieur, Charles Pasqua. Ce sont des policiers montés à deux sur une moto tout-terrain ; l’un conduit, l’autre est armé d’une matraque. Ils ont comme mission de « nettoyer » les rues après les manifestations en pourchassant les « casseurs »[1].

La victime[modifier | modifier le code]

Malik Oussekine est un étudiant franco-algérien de l’École supérieure des professions immobilières (ESPI). Quelques mois après sa mort, la presse relevait qu'il avait fait des démarches pour devenir prêtre[2]. Né le 18 octobre 1964[3], il a 22 ans au moment des faits.

Les faits[modifier | modifier le code]

En arrivant dans le Quartier latin, les voltigeurs prennent en chasse les jeunes présumés « casseurs » qu’ils croisent. À minuit, Malik Oussekine sort d'un club de jazz. Des voltigeurs le remarquent et se lancent à sa poursuite. Malik Oussekine tente de s'enfuir. Il croise un homme qui rentre chez lui. Celui-ci, fonctionnaire des finances, laisse l’étudiant entrer dans le hall de son immeuble, mais les policiers entrent à leur tour. Selon le fonctionnaire des finances, seul témoin des faits, les voltigeurs « se sont précipités sur le type réfugié au fond et l’ont frappé avec une violence incroyable. Il est tombé, ils ont continué à frapper à coups de matraque et de pieds dans le ventre et dans le dos »[4].

Le SAMU, arrivé sur place peu de temps après, apporte les premiers soins à Malik Oussekine et le transporte à l’hôpital Cochin, où il décède. Selon les médecins, l’étudiant meurt autant des suites du passage à tabac par la police que d'une insuffisance rénale[réf. nécessaire].

Le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua et le ministre délégué chargé de la Sécurité Robert Pandraud suscitent alors une controverse en ne condamnant pas l’action de la police. Dans un entretien au journal Le Monde, Robert Pandraud déclare : « si j'avais un fils sous dialyse je l'empêcherais de faire le con dans la nuit. […] Ce n'était pas le héros des étudiants français qu'on a dit »[5]. Réaction de l’extrême droite : « Des Français comme les Oussekine, on peut s’en passer […]. On se souvient de la mort du petit casseur gauchiste nommé Malik Oussekine. Malgré son état de santé lamentable, il n’avait pas hésité à attaquer en pleine nuit les forces de police chargées du maintien de l’ordre » (extrait du journal du Front national varois, 20 janvier 1988).

Conséquences[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative sur le trottoir devant le 20 de la rue Monsieur-le-Prince.

En apprenant la nouvelle, le ministre délégué chargé de la Recherche et de l'Enseignement supérieur, Alain Devaquet, politiquement déjà affaibli, démissionne. Cette mort et les importantes manifestations d'opposition au texte contraignent le Premier ministre, Jacques Chirac, à retirer le projet Devaquet, le 8 décembre. Le bataillon des voltigeurs est dissous[Quand ?].

Malik Oussekine est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris (division 75). À Paris, le 10 décembre 1986, une manifestation à la mémoire de Malik Oussekine et d'Abdel Benyahia, un Algérien de 20 ans tué par un policier ivre dans un café le 5 décembre également, est organisée. Cette manifestation rassemble 600 000 personnes selon les organisateurs et 126 000 selon le ministère de l'Intérieur[6]. Des manifestations silencieuses sont organisées à la mémoire de Malik Oussekine dans 36 villes de France, rassemblant 200 000 personnes selon l'AFP[7].

Les deux voltigeurs directement impliqués dans sa mort sont jugés pour « coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner », et condamnés le 28 janvier 1990 à deux et cinq ans de prison avec sursis. En interne, leur administration les sanctionne par des mesures disciplinaires[Quand ?]. L'un, âgé de cinquante-trois ans au moment des faits, écope du niveau de sanction le plus sévère, sanction du quatrième groupe, soit la mise en retraite d'office. L'autre est sanctionné par un déplacement d'office (sanction de deuxième groupe).

Hommage[modifier | modifier le code]

Plaques et lieux[modifier | modifier le code]

En 2006, David Assouline, un des leaders du mouvement étudiant contre Devaquet, devenu sénateur de Paris et conseiller municipal de Paris, propose un vœu au Conseil de Paris pour faire déposer une plaque commémorative sur les lieux du drame. Cette plaque est inaugurée le 6 décembre 2006, en présence de la famille Oussekine et du maire de Paris, Bertrand Delanoë. Certains critiquent cette plaque[Qui ?], car son texte, ne précise pas que la mort de Malik Oussekine est le fait de policiers.

Des amphithéâtres (de l'université de Rennes 2, de l'université de Nice Sophia-Antipolis et de l'université Pierre-et-Marie-Curie à Jussieu), une place (à Ivry-sur-Seine), portent le nom de Malik Oussekine[réf. souhaitée].

Plusieurs rues et artères portent son nom :

Musique[modifier | modifier le code]

En 2000, le groupe Les Tit' Nassels enregistre une chanson intitulée Un homme est mort ce matin, issue de l'album Et hep !.

Le chanteur Abd al Malik lui rend aussi hommage, dans le morceau qu'il lui dédie Lorsqu'ils essayèrent, sur son album Dante[8].

Le groupe de rap Assassin lui a rendu hommage dans sa contribution à la BO du film La Haine avec la chanson L’État assassine.

Le rappeur Kery James souligne aussi son décès dans son morceau Hardcore[9].

Le groupe de punk Bérurier Noir rappelle sa mort dans la chanson En Pensant.

Le groupe Mickey 3D mentionne également l'affaire dans la chanson 1988 sur l'album La Grande Évasion.

Le chanteur kabyle Akli D lui a rendu hommage, dans le morceau Malik tiré de l'album Ma Yela[10].

Renaud évoque la mort de Malik Oussekine dans la chanson Petite issu de l'album Putain de camion en 1988, ainsi que celles d'Abdel Benyahia[11] et William Normand[12], tous victimes de brutalités policières en 1986.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le film parodique Derrick contre Superman de Michel Hazanavicius fait référence à Malik Oussekine comme raison pour laquelle Hutch se désiste et démissionne de la police[13].

Dans le film La Haine de Mathieu Kassovitz, Vinz fait allusion à Malik Oussekine lors de sa dispute avec Hubert dans les toilettes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Chevandier, Policiers dans la ville : Une histoire des gardiens de la paix, Paris, Gallimard, coll. « Folio. Histoire » (no 198),‎ 2012, 1004 p. (ISBN 978-2-07-043969-0).
  2. Nathalie Prévost, La mort indigne de Malik Oussekine, Barrault,‎ 1989, 158 p. (ISBN 2-7360-0072-2), p. 67.
  3. Prévost, op. cit., p. 58.
  4. Pierre Agudo, « Il y a dix ans, Malik Oussekine était matraqué à mort », L'Humanité,‎ 6 décembre 1996 (lire en ligne).
  5. Reuters, « L'ancien ministre de la Sécurité Robert Pandraud est décédé à l'âge de 81 ans », sur france24.com, France 24,‎ 18 février 2012 (consulté le 29 février 2012).
  6. [vidéo] « Manifestation Paris : « Plus jamais ça » », sur ina.fr, Journal de 20 heures d'Antenne 2,‎ 10 décembre 1986 (consulté le 29 février 2012).
  7. [vidéo] « Manifestation Régions », sur ina.fr, Journal de 20 heures d'Antenne 2,‎ 10 décembre 1986 (consulté le 29 février 2012).
  8. Victor Hache, « Abd al Malik, “c'est du lourd” », L'Humanité,‎ 6 novembre 2008 (lire en ligne).
  9. « Hardcore », sur Rap Genius,‎ 7 février 2014.
  10. « Akli D », L'Humanité,‎ 20 septembre 2007 (lire en ligne).
  11. « Personnages cités dans les chansons de Renaud »
  12. « Personnages cités dans les chansons de Renaud »
  13. « Derrick contre Superman - Le script », sur cyclim.se (consulté le 29 juin 2013).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]