Alain Bauer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bauer.

Alain Bauer

Description de cette image, également commentée ci-après

Alain Bauer en janvier 2014.

Naissance 8 mai 1962
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Criminologue français, spécialiste des questions de sécurité
Autres activités
Grand Maître du Grand Orient de France de 2000 à 2003, titulaire de la chaire de criminologie appliquée du CNAM depuis 2009
Formation
DESS de Politique publique et de gestion des organisations
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre national du Mérite, Commandeur des Arts et Lettres

Alain Bauer, né le 8 mai 1962 dans le 13e arrondissement de Paris, est un professeur de criminologie appliquée au CNAM et consultant en sécurité français. Auteur d'une trentaine d'ouvrages sur la franc-maçonnerie et d'une quarantaine sur la criminalité, il était consulté par le président de la République française Nicolas Sarkozy sur les questions de sécurité et de terrorisme, après avoir été dans la même situation auprès du ministre de l'Intérieur (et de ses prédécesseurs depuis Jean-Pierre Chevènement). Certains sociologues et juristes spécialistes des questions de délinquance et de politique pénale ont critiqué ses travaux sur le sujet, contestant leur validité scientifique.

Il a également été grand maître du Grand Orient de France de 2000 à 2003.

Parcours[modifier | modifier le code]

Fils de Georges Bauer et de Monique Ejzenberg, Alain Bauer est un descendant de familles juives ayant fui les pogroms d'Europe de l'Est. Il passe sa jeunesse à Paris. À l'âge de 15 ans, il rejoint le parti socialiste français[1].

Il suit les cours aux lycées Simone-Weil et Louis-Aragon, et obtient son baccalauréat (avec la partie baccalauréat en première au lycée Arago, Paris 12e) en même temps qu'il devient franc-maçon du Grand Orient de France[1].

En 1980, il se lie d'amitié avec Manuel Valls (Il est le parrain de son deuxième fils), et Stéphane Fouks qu'il rencontre à Tolbiac et partage avec eux un engagement politique en faveur de Michel Rocard[2].

Enseignement et conseil[modifier | modifier le code]

Après une formation de science politique (DESS de politique publique et gestion des organisations), Alain Bauer est vacataire à l'Institut d'études politiques de Paris puis à l'Institut de criminologie, deux organismes où il n'enseigne plus. Il enseigne aujourd'hui auprès des universités de Paris I, et Paris V, ainsi qu'à l'EOGN École des officiers de la gendarmerie nationale[3], et à l'ENSP École nationale supérieure de la police. Il dispense également des cours à l'étranger (John Jay College of Criminal Justice de New York, université de la police de Pékin) et a été membre du conseil d'administration de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) jusqu'à fin 2009.

En mars 2009, il devient le premier professeur titulaire de la chaire de criminologie appliquée du Conservatoire national des arts et métiers, recruté sur un poste ne nécessitant pas de doctorat[4], contrairement au corps des enseignants-chercheurs de statut universitaire.

Alain Bauer a aussi été président de AB Associates, société de conseil en sécurité et gestion des crises, créée en 1994, jusqu'en juillet 2010[5]. La société a été dissoute le 28/07/2010.

Missions officielles[modifier | modifier le code]

Il a été membre de la Commission nationale consultative des droits de l'homme entre 2000 et 2003 et de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (la Halde), de 2005 à 2007. Il a été nommé en 2003 président du conseil d'orientation de l'Observatoire national de la délinquance par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur[6], et, depuis 2007, de la Commission nationale de la vidéo-surveillance.

Conseiller de la police de New York, de la Sûreté du Québec et du Los Angeles Sheriff Department, il a également été cité en qualité d'expert étranger par la commission chargée d'une étude sur le terrorisme interne aux États-Unis en août 2007[7].

Nommé président de la commission sur le contrôle des fichiers de police, il a publié deux rapports sur le sujet en 2006[8],[9] et 2008[10]. Il a également été rapporteur du groupe de travail sur la police de sécurité quotidienne, proposant une organisation plus cohérente des services sur le territoire national[réf. souhaitée].

Le président de la République Nicolas Sarkozy et le Premier ministre François Fillon lui ont demandé de diriger une mission pour le rapprochement des instituts de formation, de recherche et d'analyse des questions de sécurité et stratégiques en août 2007. En cette qualité, il a prôné, avec Michel Rocard[11], la présidentialisation des questions de sécurité en soutenant la création d'un Conseil national de sécurité, sur un modèle différent de celui des États-Unis. Par ailleurs, il dirige le groupe de pilotage chargé de la fusion IHEDN/CHEAR et INHES/IERSE[12] et de la création d'un Conseil supérieur de la recherche stratégique, chargé de mutualiser les crédits de recherche et de les réorienter sur l'université (et non plus sur les organismes privés tels que l'IFRI).[réf. nécessaire] Il préside le CSFRS depuis janvier 2010. Il est chargé depuis avril 2011 avec le Préfet de Police Michel Gaudin, de la rédaction du Livre Blanc de la Sécurité Publique.

Alain Bauer est membre laïc du conseil de direction de l'Institut européen en sciences des religions.

Il est nommé, par le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, membre du collège du Conseil national des activités privées de sécurité, organisme public placé sous la tutelle du ministre de l'Intérieur[13], dont il est élu président en janvier 2012.

Il le demeure après les élections présidentielles de 2012 mais a en revanche démissionné de la présidence du conseil d'orientation de l'ONDRP et du groupe de contrôle des fichiers de police et de gendarmerie.

Politique[modifier | modifier le code]

Ancien membre de l'Unef-ID dont il dirige le service d'ordre, lorsqu'il était étudiant en droit, puis conseiller auprès du Premier ministre Michel Rocard de 1988 à 1990, Alain Bauer possède de nombreux liens avec des responsables du Parti socialiste, dont Jean-Christophe Cambadélis, Jean-Jacques Urvoas, Manuel Valls ou d'autres dirigeants et anciens militants de la MNEF, dont il était administrateur minoritaire[14].

En septembre 2006, ses bureaux sont perquisitionnés dans le cadre de l'affaire Clearstream 2. Les enquêteurs recherchaient des éléments sur les informations qu'il aurait découvertes sur le corbeau présumé de l'affaire, Jean-Louis Gergorin.

À la fin de l'été 2007, il dit avoir acheté une quarantaine d'exemplaires de l'ouvrage anonyme L'Insurrection qui vient (La Fabrique, 2007), y voyant la trace d’un « processus intellectuel qui ressemble extraordinairement aux origines d’Action directe » et en donne un au directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard, accompagné d'une note. L'ouvrage a par la suite été attribué par la police, sans preuves, à Julien Coupat, l'un des mis en examen de l'affaire dite de Tarnac à l'automne 2008.

Franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

La notoriété d'Alain Bauer auprès du grand public français est en très grande partie due à son action au sein du Grand Orient de France, dont il fut conseiller de l'Ordre et adjoint de Philippe Guglielmi de 1996 à 1999, puis Grand Maître de 2000 à 2003, avant de démissionner de toutes ses responsabilités nationales en 2005[15].

Dans une interview à Corse-matin, il déclare : « La franc-maçonnerie a toujours été la boîte à outils du pouvoir en place. »[16]

Dans l'émission télévisée du 19 février 2011 Ce soir (ou jamais !) consacrée à la franc-maçonnerie, Alain Bauer déclare : « La franc-maçonnerie, c'est en quelque sorte l'église de la République ».

Au sein de la franc-maçonnerie, certains critiquent sa personnalité.

Ainsi le journal L'Express dans un reportage du 25 janvier 2011, publie l'interview d'un autre grand maître, l'avocat Jean-Michel Quillardet qui relève l'égo surdimensionné de l'intéressé qui le pousse à médiatiser sa personne : « Il a été un bon grand maître, très actif, reconnaît l'avocat parisien Jean-Michel Quillardet, qui a occupé la même fonction. Mais son ego surdimensionné l'a poussé à médiatiser autant sa personne que l'obédience. Prenez le Dictionnaire amoureux de la franc-maçonnerie [Plon], qu'il vient de publier: dans ce domaine, il semblerait qu'il y ait eu peu de chose avant lui et... rien après. »

Le journaliste, JP Guillauteau ajoute, dans cet article sur Alain Bauer, que : « Même ses amis le disent: la modestie n'étouffe pas celui dont le site Internet Alainbauer.com recense avec une précision de greffier titres, missions, livres et publications. Ils raillent gentiment sa propension à évoquer sa dernière conversation avec le président ou le secrétaire général de l'Élysée, ou à s'éclipser d'un dîner pour cause de visio­conférence avec le chef de la police de New York, Ray Kelly. "Il adore se mettre en scène", pointe le député socialiste Jean-Jacques Urvoas, qui le côtoie depuis trente ans »[17].

Hommages[modifier | modifier le code]

Le sociologue Frédéric Ocqueteau, démissionnaire de son poste de président de l'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales[18]) rend hommage à Alain Bauer pour sa gestion objective et non politisée de l'Observatoire national de la délinquance, notamment lors de l'une des plus grosses crises que l'OND ait vécue suite à la publication du livre de Jean-Hugues Matelly[19] et Christian Mouhanna[20], « Police, des chiffres et des doutes » en 2007. Ce livre démontrait de l'intérieur comment les statistiques de la police et de la gendarmerie nationale recueillies à la base sont retravaillées à tous les échelons de la hiérarchie et des directions centrales ; il pointait notamment des aberrations, tels les taux d'élucidations dépassant les 100 % sur 13 types d'infractions signalées. Frédéric Ocqueteau a insisté pour que les deux auteurs du livre soient auditionnés par l'OND. Alain Bauer a géré le conflit en sa faveur, car il y allait en effet de la crédibilité du conseil d'orientation.

Critiques[modifier | modifier le code]

Alain Bauer lors du salon du livre de Paris 2011.

En 1999, le sociologue Laurent Mucchielli, a publié sur son site personnel un article intitulé Expertise ou supercherie sur les « violences urbaines »[21] qui critique l'ouvrage d'Alain Bauer et Xavier Raufer : Violences et insécurités urbaines[22].

En 2002, Jean-Philippe Melchior a présenté un ouvrage de Philippe Engelhard, La Violence de l'histoire, dans les colonnes de la revue de sociologie Esprit critique. Il y est rapporté les chiffres et les analyses « contestables et douteux » d'Alain Bauer, ainsi que le conflit d'intérêt entre ses missions publiques et son métier de consultant en sécurité[23],[24].

Le sociologue Laurent Bonelli a reproché à Alain Bauer et Xavier Raufer d'affirmer notamment dans La Guerre ne fait que commencer[25] qu'« à partir de ces zones de non-droit inaccessibles aux forces de l’ordre et grouillant d’armes de guerre, assurer la logistique d’un réseau terroriste est stricto sensu un jeu d’enfant[26] ».

En 2003, Alain Bauer a reçu un Big Brother Award de la part de l'association Privacy International pour l'ensemble de son œuvre. Ce prix concerne des « sociétés ou personnes s'étant distinguées par leur mépris du droit fondamental à la vie privée ou par leur promotion de la surveillance et du contrôle des individus ». Alain Bauer a réagi à l'attribution ce prix de la façon suivante : « J'ai un mépris amusé pour ce genre de tribunal populaire à sens unique où il ne m'a jamais été donné l'occasion de me défendre. On fait de moi un défenseur de la tolérance zéro alors que j'ai toujours écrit l'inverse, encore faut-il savoir lire[27]. »

La nomination d'Alain Bauer à la chaire de criminologie du Conservatoire national des arts et métiers a suscité des critiques émanant de quelques personnels du CNAM[28], de plusieurs universitaires français[29] et de médias électroniques[30],[31]. L'instance scientifique concernée du CNAM a cependant validé cette nomination.

Sur le même thème, suite à cette nomination, une tribune publiée dans Le Monde remet fondamentalement en question le travail d'Alain Bauer dans le domaine de la criminologie. Michel Lallement, sociologue du travail au CNAM, Christine Lazerges, juriste à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Philip Milburn, sociologue à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines affirment ainsi : « Les publications signées par M. Bauer sont contestées par tous les spécialistes reconnus, psychiatres, psychologues, juristes et sociologues de la déviance et des questions pénales. La liste des critiques est saisissante. » Ils étayent leur affirmation en établissant une liste d'erreurs méthodologiques[29].

Alain Bauer a répondu le même jour dans ce journal et sur son site web[32] que ces attaques personnelles étaient pour lui basées sur des motifs « plus militants et politiques que scientifiques ».

Le journaliste Alain Gresh a décrit Alain Bauer comme étant un « homme qui propage la peur dans les villes et en profite pour leur vendre, à travers sa société AB conseils, et à prix d’or, les remèdes à l’insécurité. Un peu comme si un responsable de l’industrie pharmaceutique établissait les prescriptions pour les malades »[33].

Le 6 août 2012, suite au changement de gouvernement, la section criminologie est arrêtée[34].

Son projet consacré à la construction de la criminologie scientifique au sein des universités françaises, dans une conception autonome, a néanmoins eu le soutien de Robert Cario, Loïck Villerbu ou Martine Herzog-Evans. Ceux-ci ont dénoncé un entêtement isolationniste et régressif qui a finalement entraîné la disparition de la CNU75 pour des raisons purement partisanes. Moins d'une vingtaine d'enseignants-chercheurs (sur quelques milliers) s'étaient déclarés prêts à rejoindre cette section 75. L'opposition la plus virulente au projet de créer une section CNU de criminologie en France a été portée par le CESDIP, unité de recherche (UMR) du CNRS, du Ministère de la Justice et de l'Université de Versailles St Quentin en Yvelines.

Le sociologue Mathieu Rigouste a dénoncé, dans Les Marchands de la peur, son rôle dans la promotion d'une idéologie sécuritaire au sein du PS[35].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Alain Bauer, De la régularité maçonnique, Éditions maçonniques de France, coll. « Encyclopédie maçonnique »,‎ novembre 1999, 127 p. (ISBN 2-903846-56-1)
  • Alain Bauer, Émile Perez, Amérique, la violence, le crime : Les réalités et les mythes, PUF, coll. « Criminalité »,‎ novembre 2000, 304 p. (ISBN 978-2130514121)
  • Alain Bauer, Grand O : Les Vérités du grand maître du Grand Orient de France, Denoël, coll. « Impacts »,‎ octobre 2001, 183 p. (ISBN 978-2207252222)
  • Alain Bauer, Xavier Raufer, La guerre ne fait que commencer, Éditions Jean-Claude Lattès,‎ janvier 2002, 320 p. (ISBN 978-2709623520)
  • Alain Bauer, Jean-Claude Rochigneux, Questions à l'étude des loges dans les obédiences de la franc-maçonnerie française, Éditions maçonniques de France, coll. « Réponses maçonniques »,‎ mai 2003, 175 p. (ISBN 978-2847210392)
  • Alain Bauer, Xavier Raufer, L'Énigme Al Qaïda, Éditions Jean-Claude Lattès,‎ mai 2005, 280 p. (ISBN 9782709627436)
  • Alain Bauer, Christophe Soullez, Violences et insécurité urbaines, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ octobre 2006, 127 p. (ISBN 978-2-13-056503-1)
  • Alain Bauer, Christophe Soullez, Fichiers de police et de gendarmerie – Comment améliorer leur contrôle et leur gestion ?, Paris, la Documentation Française, coll. « Rapports officiels »,‎ 2007, 151 p. (ISBN 978-2110064547)
  • Alain Bauer, Roger Dachez, Les Mystères de Channel Row, Éditions Jean-Claude Lattès, coll. « Crimes et Loges »,‎ avril 2007, 322 p. (ISBN 9782709628525)
  • Alain Bauer, François Freynet, Vidéosurveillance et vidéoprotection, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ novembre 2008, 128 p. (ISBN 978-2-13-056728-8)
  • Alain Bauer, La Criminalité en France – Rapport de l'Observatoire national de la délinquance 2008, CNRS Éditions,‎ décembre 2008, 766 p. (ISBN 978-2-271-06762-3)
  • Alain Bauer, Roger Dachez, Le Convent du sang, Paris, Éditions JC Lattes, coll. « Crimes et loges / roman historique »,‎ septembre 2009, 236 p. (ISBN 978-2709630078)
  • Alain Bauer et François-Bernard Huyghe, Les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Hors collection »,‎ 2010, 368 p. (ISBN 978-2-13-057881-9)
  • Alain Bauer et Roger Dachez, Les 100 mots de la franc-maçonnerie, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ 2010, 128 p. (ISBN 978-2-13-057168-1)
  • Alain Bauer, Dictionnaire amoureux de la franc-maçonnerie, Plon,‎ 2010 (ISBN 978-2-259-21120-8)
  • Alain Bauer, Le Rite Français, PUF,‎ 2011 (ISBN 978-2-1305-8197-0)
  • Alain Bauer, Dictionnaire amoureux du crime, Plon, coll. « Dictionnaire amoureux »,‎ 21 février 2013, 940 p. (ISBN 978-2259211215)
  • Alain Bauer, Michel Barat, Roger Dachez, Les Promesses de l'aube, Paris, Dervy,‎ 2013 (présentation en ligne)
  • Alain Bauer, Dernières nouvelles du crime, Paris, CNRS éditions,‎ 2013, 58 p. (ISBN 978-2271079992)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) http://www.republique-des-lettres.fr/10652-alain-bauer.php , consulté le 9 avril 2009
  2. Ariane Chemin, « Valls, Bauer, Fouks : le pacte de Tolbiac », Le Monde,‎ 26 novembre 2012 (lire en ligne)
  3. Partenariat entre l'université Paris II (Melun) et la gendarmerie nationale.
  4. Les recrutements de Professeurs du CNAM n'exigent qu'un "diplôme de haut niveau (diplôme de troisième cycle universitaire, grande école...)". Voir par exemple les deux profils de poste des chaires d'Assurances et de Finances d'entreprises publiés au Journal Officiel de la République Française, http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027947363
  5. Voltairenet, « Alain Bauer, de la SAIC au GOdF », sur Réseau Voltaire,‎ 1er octobre 2000
  6. David Servenay, Mission Bauer : comment gérer les crises depuis l'Élysée, Rue89, 4 septembre 2007.
  7. Radicalization in the West, the Homegrown Threat, août 2007.
  8. Alain Bauer, Christophe Soullez, « Fichiers de police et de gendarmerie — Comment améliorer leur contrôle et leur gestion ? », sur La Documentation française,‎ 2007
  9. Fichiers de police et de gendarmerie — Comment améliorer leur contrôle et leur gestion ? Rapport au format .pdf à télécharger
  10. Mieux contrôler les fichiers de police pour protéger les libertés, Documentation Française, décembre 2008
  11. Philippe Madelin, Rocard fait du lobbying pour le Conseil national de sécurité, Rue89, 3 octobre 2007.
  12. Alain Bauer, « Déceler-Etudier-Former : une voie nouvelle pour la recherche stratégique - Rapprocher et mobiliser les institutions publiques chargées de penser la sécurité globale », sur La Documentation française,‎ 2008
  13. Arrêté du 26 décembre 2011
  14. Alain Bauer : le jeunot du grand Orient, Sophie Coignard et Christophe Deloire, Le Point, Publié le 1er septembre 2000
  15. Il exposa les motifs de cette démission dans le journal Pourquoi j'ai démissionné du Grand Orient Le Monde du 6 septembre 2005
  16. L'interview - Alain Bauer : « Nous sommes la boîte à outils du pouvoir », Alain Bauer, Corse matin, 19 novembre 2010
  17. Alain Bauer, un maître de l'influence, Anne Vidalie, L'express, publié le 25 janvier 2011
  18. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000023217654
  19. DEPECHE AISG no 1389 http://www.aisg.info/public/fr/abonne/depeche/depeche_detail.php?id=1389
  20. Dépêche aisg no 715
  21. Laurent Mucchielli, Expertise ou supercherie sur les « violences urbaines »
  22. Alain Bauer, Christophe Soullez, Violences et insécurité urbaines, Presses universitaires de France (Puf), coll. « Que sais-je ? »,‎ octobre 2006, 127 p. (ISBN 978-2-13-056503-1)
    Il reproche notamment à ses auteurs d'avoir une « visée politique » et de s'opposer aux « politiques de prévention mises en œuvre depuis 1982 à l'initiative de la gauche ». Il souligne que la démarche de recoupement statistique employée est une « aberration méthodologique » et que la conclusion que les délinquants sont « toujours plus jeunes et toujours plus violents » n'est pas étayée par l'analyse statistique. Il détaille aussi « la façon dont les auteurs biaisent la présentation des données pour asseoir leur interprétation »
  23. Jean-Philippe Melchior, « La Violence de l'histoire », sur Esprit critique,‎ décembre 2002 : « Les chiffres et les analyses d'Alain Bauer — qui s'est autoproclamé expert en sécurité — sont « contestables et douteux » pour d'autres experts, policiers et magistrats. Bauer préside AB Associates, société de consultants en sécurité. Il a tout intérêt à produire des audits alarmistes car ils suscitent en retour une demande de sécurité plus grande de la part des maires. Prix de l'Audit (d'après Libération du 16 juillet 2001) : entre 100 000 et 900 000 francs »
  24. Notamment dans les chapitres 7, 8 et 9 de La machine à punir : Pratiques et discours sécuritaires sous la direction de Laurent Bonelli et Gilles Sainati, Éditions l'Esprit Frappeur, Paris 2001, 320 pages, (ISBN 978-2-84405-211-7)
  25. Alain Bauer, Xavier Raufer, La Guerre ne fait que commencer, Éditions Jean-Claude Lattès,‎ janvier 2002, 320 p. (ISBN 978-2709623520)
  26. Laurent Bonelli, « France, Grande-Bretagne, Espagne, les suspects font désormais office de coupables — Quand les services de renseignement construisent un nouvel ennemi », sur Le Monde diplomatique,‎ avril 2005 : « MM. Alain Bauer et Xavier Raufer, parmi d’autres, n’hésitent pas à faire d’un incendie volontaire un « attentat de basse intensité », ou encore à affirmer qu’« à partir de ces zones de non-droit inaccessibles aux forces de l’ordre et grouillant d’armes de guerre, assurer la logistique d’un réseau terroriste est stricto sensu un jeu d’enfant ». »
  27. Emmanuel Paquette, « Baffes et bouquets de fleurs pour les libertés publiques », sur Les Échos,‎ 27 janvier 2003
  28. Le gouvernement taille une chaire sur mesure à Alain Bauer le 25 janvier 2009 sur Rue89
  29. a et b Nous contestons la nomination de M. Bauer, par Michel Lallement, Christine Lazerges et Philip Milburn, tribune publiée dans Le Monde le 11 février 2009. Liste des erreurs méthodologiques : « Interprétation fantaisiste, voire tendancieuse, des statistiques ; méthodologie faible, sinon inexistante ; conception limitée et absolument pas consensuelle du champ pertinent de la criminologie ; souci explicite de travailler avant tout en tant que criminologue en faveur de la stigmatisation et de la dénonciation... »
  30. Bauer nommé au Cnam par décret sarkozyste, Philippe Cohen, 13 janvier 2009 dans Marianne
  31. Par la grâce sarkozyste, Alain Bauer devient professeur de « criminologie », Erich Inciyan, le 9 février 2009 sur mediapart.fr
  32. Alain Bauer, « Du crime et de la criminologie en France », sur AB Associates, Le Monde,‎ 11 février 2009 : « Au-delà du côté excessif des attaques personnelles, le sort de la criminologie m'apparaît beaucoup trop important pour que le processus lancé soit interrompu par une campagne basée sur des motifs plus militants et politiques que scientifiques. »
  33. Alain Gresh, Vous avez aimé Claude Guéant ? Vous adorerez Manuel Valls, Nouvelles d'Orient, 16 mai 2012.
  34. JORF n°0193 du 21 août 2012 page 13620 - Text n°14 sur le journal officiel
  35. Laurent Bonelli, "Les marchands de peur. La bande à Bauer et l’idéologie sécuritaire", Le Monde Diplomatique, mai 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]