Los Angeles Police Department

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 03′ 09″ N 118° 14′ 40″ O / 34.052405, -118.24446

Los Angeles Police Department
Image illustrative de l'article Los Angeles Police Department
Carte de l'organisation

Devise : « To protect and to serve »

Création 1869
Type Police municipale
Siège Drapeau des États-Unis Los Angeles (Californie)
Coordonnées 34° 03′ 09″ N 118° 14′ 40″ O / 34.052405, -118.2444634° 03′ 09″ N 118° 14′ 40″ O / 34.052405, -118.24446  
Langue(s) Anglais
Budget 1,4 milliard de dollars
Effectifs 13 268 (2010)
Chef de la Police Charlie Beck
Site web www.lapdonline.org

Le Los Angeles Police Department (LAPD) est la police municipale de Los Angeles (Californie) aux États-Unis. Sa devise est « To Protect and to Serve » (en français : « Protéger et servir »).

Présentation[modifier | modifier le code]

Même en français, c'est devenu le mot le plus courant pour désigner la police municipale de Los Angeles. Son histoire est riche et controversée notamment à cause de cas de violence et de corruption. Les actions de ce département de police ont été mis en scène dans de nombreux films et séries.

Cette institution policière, l'une des plus importants des États-Unis, emploie 10 000 policiers et 3 263 civils pour les 3,8 millions d'habitants de Los Angeles (1 290 km²). Le nombre d'employés est très bas en comparaison avec la plupart des grandes villes.

Équipement[modifier | modifier le code]

Véhicules[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux véhicules on distingue les hélicoptères et les véhicules terrestres.

Aériens[modifier | modifier le code]

Un Bell 206 de la flotte aérienne du LAPD.

L'unité aérienne du LAPD comprend 26 hélicoptères Bell 206 et 3 avions. Leur héliport porte le nom de Hooper Heliport.

Terrestres[modifier | modifier le code]

Le LAPD utilise majoritairement des Ford Crown Victoria Police Interceptor et des Chevrolet Tahoe.

En remplacement de son importante flotte de Ford Crown Victoria, des commandes ont été passés en 2013 auprès de Dodge via sa Dodge Charger ainsi qu'à Ford pour les véhicules remplaçant la Crown (dont la production est stoppé depuis 2011), à savoir la Ford Police Interceptor Utility et la Ford Police Interceptor Sedan [1].

Armement[modifier | modifier le code]

Les officiers du LAPD ont l'autorisation d'utiliser selon leur choix, des Beretta 92F, 92FS, et 8045. Ils disposent aussi d'une large gamme chez Smith & Wesson (ex : 459, 5904, 4569 TSW, 4566 TSW, etc.), puis chez Glock, en plusieurs calibres : 9 mm (modèles 17, 19 et 34), .45 ACP (modèle 21) et enfin en .40 S&W (modèles 22, 23 et 35).

L'unité spéciale d'intervention du LAPD (SWAT) dispose d'un armement plus lourd. En 2002 le SWAT a adopté le Kimber Custom II pour remplacer les anciens Colt M1911 et dérivés. En armement primaire, les officiers du SWAT qui dirigent les groupes disposent dans la plupart des cas de MP5A2 (avec crosse fixe), les autres agents du groupe étant dotés de fusils de la famille des AR-15/CAR-15 (dernièrement des M4A1). Le fusil de chasse actuellement en dotation est le Benelli M4 Super 90.

Faits marquants[modifier | modifier le code]

Rodney King[modifier | modifier le code]

L'arrestation musclée et le passage à tabac de Rodney King par des policiers du LAPD suivis de l'acquittement de ces derniers sont à l'origine des émeutes de Los Angeles de 1992.

Le scandale du Rampart[modifier | modifier le code]

En 2001 démarre le scandale du Rampart, du nom du quartier chaud de Los Angeles où officiait la brigade anti-gang de la police de Los Angeles. 70 membres seront accusés de corruption, agressions, falsifications de preuves, braquages de banques, vol de drogue saisie et deal de narcotiques...

Tout a commencé avec l’arrestation d’un officier, Rafael Perez, accusé d’avoir volé 3 kilos de cocaïne qu’avait confisqué la police et d'une valeur d'un million de dollars. Menacé d’une énorme peine de prison, Perez se met à parler. Il détaille la vie de son unité spéciale, le C.R.A.S.H., une brigade antigang de choc déployée dans les quartiers les plus chauds. Il raconte comment, un soir d’octobre 1996, lui et un autre policier ont arrêté un membre du gang de la 18e rue qui n’était pas armé, l’ont menotté, lui ont tiré dessus à bout portant avant de lui mettre dans les mains un fusil. Paralysé aux jambes, Javier Francisco Ovando sera condamné à 23 ans de prison pour tentative d’homicide sur un officier de police. Petit à petit, de vieilles affaires remontent à la surface. Un autre Perez, José, révèle, qu’en 1996, la police a tué son ami et lui a tiré dans le dos, essayant de lui faire endosser la responsabilité du meurtre. L’incident, reconnaît l’officier Perez, est « sale » – en clair, la police a menti. L’un après l’autre, on rouvre les nombreux dossiers de condamnation sur la seule parole des flics ripoux.

L'affaire devient très célèbre aux États-Unis lorsqu'il fut démontré que trois des agents étaient parfois payés par Marion Suge Knight, le sulfureux patron du label de rap Death Row, pour accomplir de basses besognes.

Le scandale mènera au limogeage du chef de la police de la ville, Bernard Parks, et par ricochet à l'échec du maire aux élections suivantes.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

La série télévisée The Shield (2002-2008) se déroule à Los Angeles au sein de la LAPD et s'inspire fortement de l'histoire du scandale du Rampart, précisément de son unité antigang Le C.R.A.S.H. (la Strike team dans la série).

L'univers du LAPD sert de toile de fond à de nombreuses œuvres de fiction, notamment aux romans de James Ellroy Le Dahlia noir (1987), Le Grand Nulle part, L.A. Confidential et aux aventures de Harry Bosch (de Michael Connely). Le LAPD apparaît dans le film Dark Blue (2003).

Le jeu vidéo Future Cop L.A.P.D. (1998) permet au joueur de contrôler un robot, appelé "X1-Alpha", spécialement construit pour combattre le crime organisé à Los Angeles en 2098.

En 2003, le jeu de rôle COPS proposait de jouer des membres d'une section fictive du LAPD : les COPS.

Une chanson de l'album Ignition (1992) du groupe de punk rock californien The Offspring dénonce les violences du LAPD.

En 2004, le jeu Grand Theft Auto San Andreas qui se déroule dans l'univers fictif de Los Angeles(Los Santos) comporte aussi une police du nom de LSPD reprenant la LAPD.

Depuis 2009, la série télévisée américaine Southland, diffusée sur NBC puis sur la chaîne câblée TNT, décrit la vie et le travail quotidien de policiers qui vivent et travaillent à Los Angeles. Dans une approche qui se veut la plus réaliste possible.

Ensuite, L.A. Noire, jeu vidéo d'action/aventure, se déroule dans le Los Angeles des années 1940. Le joueur y incarne Cole Phelps, un inspecteur du L.A.P.D. qui doit résoudre des enquêtes dans les différents services de police proposé (criminelle, mœurs, circulation, etc.). Certaines enquêtes s'inspirent de faits réels, tels que l'affaire du Dahlia Noir. Le jeu est sorti en France le 20 mai 2011.

Enfin, le célèbre jeu Grand Theft Auto V (2013) reprend lui aussi l'univers fictif de Los Angeles (Los Santos) et la LAPD a pour nom LSPD.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « LAPD Purchases Dodge, Ford Patrol Vehicles »,‎ 14 juin 2013 (consulté le 13 août 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]